X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Course à l'institut :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Course à l'institut :   Lun 28 Nov 2011 - 19:08

-« Hm ? Oh ça, c'est juste une habitude que j'ai prise. Au début ça ne me disait vraiment rien de le faire, parce que j'avais tendance à perdre mes repères et à retomber parce que je ne comprenais même plus où j'étais... Mais avec le temps j'ai gagné une bonne perception de l'espace et je peux me balader comme je veux, ça donne une meilleure perspective des choses de les voir d'en haut. Le plus dur en fait, c'est de tenir. La loi de la gravité est dure, mais c'est la loi. Et pour aller contre Newton, il faut avoir des pattes solides. Mais tu as raison, je ferais aussi bien de me réhabituer à être sur une chaise, au moins pour la soirée. »

Erïka observa Scum, non sans une pointe d’amusement, prendre place sur une chaise qu’il avait préalablement placée devant le four afin d’observer la cuisson de son repas. Elle comprenait, maintenant, ce qu’il voulait dire par « se réhabituer ». Ce genre de chose, normalement, ne s’oubliait jamais. Cependant, avec une apparence comme celle du lézard, la simple tâche de prendre place sur une chaise semblait être un véritable défi. Elle attrapa sa tasse de thé pour boire une mince gorgée de son contenu, ne lâchant pas Scum des yeux. Elle tentait de dissimuler cette lueur d’amusement dans son regard, mais en vain.

-« Faut dire que la dernière fois que j'ai eu une chaise entre les mains, j'ai failli la manger »

-« La manger ? Tu l’as déchiqueté et broyée, oui. »

L’adolescente posa sa tasse sur la comptoir lorsque le four annonça la fin de cuisson des pizzas. Scum, bien plus pressé qu’elle, se jeta sur le four et l’ouvrit afin d’agripper son repas. Cependant, il se ravisa, bien conscient qu’il allait se brûler. Erïka attrapa une paire de gants pour le four et les enfila avant de plonger ses mains dans cet endroit infernal. Elle ne supportait pas la grande chaleur que dégageait cet électroménager. Alors qu’elle sortait la première tôle du four, elle jeta un regard au mutant qui sautillait joyeusement, comme un enfant le matin de Noël. Elle s’occupait d’un mutant adulte ou d’un enfant de maternel ? Elle en avait déjà une surdose du baby-sitting, qui lui servait d’emploi alors qu’elle résidait toujours chez sa grand-mère, et n’avait pas envie de reprendre son rôle de gardienne d’enfant cette nuit. La jeune fille sortit la deuxième pizza qu’elle posa sur le four avant de refermer la porte de celui-ci et de retirer ses gants.

-"C'est prêt, c'est prêt, c'est prêt, c'est prêt, c'est prêt !"

Soupirant, elle transféra les pizzas chaudes dans une grande assiette qu’elle posa sur le comptoir, à l’intention de Scum. Pour sa part, Erïka en avait terminé avec son rôle de cuisinière et s’installa à une table, plus loin dans la pièce. Sirotant son thé, elle laissa à Scum le plaisir de la rejoindre avec son repas. Posant sa main devant ses lèvres pour dissimuler un bâillement, elle observa un jeune homme qui venait d’entrer dans la pièce. La jeune fille se força pour lui offrir un petit sourire en guise de salutation, sourire que le jeune homme lui retourna avant de quitter la pièce avec la pinte de lait. Erïka ne s’entendait pas avec une partie des gens de l’institut, se fichait de la grande majorité, mais possédait tout de même quelques connaissances dont elle appréciait parfois la compagnie. Avant de sortir, l’étudiant avait observé Scum, le détaillant rapidement de la tête aux pieds avant de poser son regard ailleurs, comme si l’apparence lui importait peu.

-« Elles sont bonnes, ces pizzas ? » demanda la jeune fille à l’adresse du mutant écailleux. « C’est du surgelé mais c’est mieux que rien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Course à l'institut :   Ven 2 Déc 2011 - 21:26

Lorsque Erika vint finalement lui porter secours, en prenant en charge le transport des pizzas, Scum fit silence et se contenta de ne pas se tenir à plus d'un mètre de la jeune fille, suivant du regard les disques de nourriture tant convoités. Lorsque ceux-ci atterrirent sur le comptoir et que la petite blonde s'en écarta, le mutant reptilien se pencha dessus pour en humer le doux fumet, fermant les yeux afin de mieux savourer l'odeur de la pâte, de la sauce tomate, des fromages...

*Hmmm... Délicieux* pensa-t-il alors que son estomac grondait d'anticipation. Après avoir respiré tout son soûl la fragrance appétissante, il souffla son haleine -à peine putride- sur les pizzas pour en atténuer la chaleur et voulut se saisir délicatement d'une pointe.
L'ennui avec les pizzas surgelées, c'est qu'elles sont rarement précoupées, et ce n'était visiblement pas le cas de celles-ci, au grand désarroi de l'écailleux.

*...Quelle est cette traîtrise ?*
se demanda-t-il, en regardant autour de lui, des fois qu'on lui apporterait une explication. Mais tout ce qui vint fut un jeune garçon qui repartit tout aussi naturellement qu'il était entré, avec une pinte de lait, et non sans avoir détaillé rapidement Scum de la tête aux pieds...

Vu le peu d'importance que les gens d'ici portaient à son apparence, l'écailleux se demanda s'il y avait ici beaucoup de mutants aux altérations physiques prononcées et vint s'asseoir à la table d'Erika, une pizza dans chaque main, en arrachant un bon quart à chacune d'un coup de crocs.

-« Elles sont bonnes, ces pizzas ?
demanda la jeune fille. « C’est du surgelé mais c’est mieux que rien.

Il était vrai qu'il y avait une grande différence entre les pizzas surgelées et les pizzas faites avec amour que l'on pouvait trouver entre les bras des braves livreurs et Scum ne manqua pas de le noter :

-Rmf... Ches pizzas ont plutôt l'air d'être faites pour tenir en plache dans leur emballage... Pas pour t'chauter sur les papilles. Et pis on chent bien que les ingrédients sont pas pachés entre les mains d'un vrai pizzaïolo... Mais oui ch'est nettement mieux que rien et j'me régale, merchi." dit-il la bouche pleine, avant de déglutir pour aborder le sujet des habitants de l'institut.


"Au fait, dis moi. Il y a beaucoup de mutants ici qui ont... Disons, une apparence un peu spéciale ? demanda-t-il avec un peu d'hésitation. Ma présence n'a pas l'air de choquer ici, j'imagine que c'est que les habitants d'ici sont habitués, mais je crois pas en avoir vu avec des mutations physiques très voyantes."


Dernière édition par Scum le Lun 5 Déc 2011 - 23:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Course à l'institut :   Sam 3 Déc 2011 - 0:15

Erïka but une longue gorgée de son thé, fermant doucement les yeux pour profiter davantage de ce breuvage lui réchauffant la gorge. Si elle avait eu le sommeil facile, elle se serait endormie dans cette position. Cependant, ce n’était pas le cas, malgré la grande fatigue qui engourdissait ses membres, lui faisant faire de lents gestes sans s’en rendre compte. Cela se voyait également lorsqu’elle discutait. Elle parlait plus lentement, comme si elle cherchait ses mots, l’esprit embrumé. Si son thé aux arômes de chocolat l’avait réveillée, quelques instants plus tôt, il ne faisait plus effet. Elle aurait plutôt besoin de caféine, ce qu’elle refusait de boire ce soir.

Elle écouta distraitement Scum parler de ses pizzas, répondant à la question qu’elle lui avait posée. Bien qu’elle l’ait bien écouté, cela ne semblait pas le cas, l’adolescente fixant un point imaginaire au fond de sa tasse de thé. Elle laissa son esprit vagabonder, çà et là, un souvenir, une pensée en entrainant une autre avant de lever la tête vers le mutant, tentant de rester concentrée sur ce qu’il disait.


-"Au fait, dis-moi. Il y a beaucoup de mutants ici qui ont... Disons, une apparence un peu spéciale ? Ma présence n'a pas l'air de choquer ici, j'imagine que c'est que les habitants d'ici sont habitués, mais je crois pas en avoir vu avec des mutations physiques très voyantes."

Erïka pensa immédiatement à Kurt. Lorsqu’il s’agissait d’apparence hors du commun, spécial, non-humaine, le souvenir du diablotin s’imposait à elle. La jeune fille s’amusait en sa compagnie et elle était heureuse de pouvoir s’adresser à lui, de temps à autre, échangeant quelques mots en Allemand. Elle avait découvert en ce jeune homme une personne joviale, dont la joie de vivre cachait les blessures du passé. Il était bien plus humain que n’importe quel être à l’apparence humaine. La jeune fille songea ensuite aux autres résidents de l’institut. Il y en avait bien quelques-uns qui pouvaient transformer leur apparence afin de devenir un animal quelconque ou bien qui possédaient des traits distinctifs comme une couleur de cheveux anormale, mais pourtant naturelle.

-« À l'heure qu’il est, ils sont sûrement en train de dormir ou bien d’aider le professeur Xavier à retrouver la trace de l’inconnu. Tu vas peut-être les croiser demain. Il y a un diablotin bleu qui se nomme Kurt. Il se téléporte un peu partout dans l'institut. Il y a aussi McCoy. C’est le prof de science. Il est bleu, lui aussi. » L’adolescente s’arrêta quelques secondes, pensant au fait qu’il y avait trop de mutants bleus dans ce monde. Pourquoi bleu et non une autre couleur ? Elle méditera là-dessus plus tard. « On se fiche pas mal de l'apparence physique. Ça ne définit pas ce qu'est un individu. Et puis, ces gens valent bien mieux que de simples personnes à l'apparence humaine, bien souvent. »

L’adolescente se leva et alla jeter sa poche de thé avant de rincer sa tasse dans l’évier. L’eau glacée ne tarda pas à se réchauffer et lui brûler les mains. Elle coupa aussitôt l’arrivée du liquide avant de se mettre à la recherche de savon. Faute d’avoir quelque chose pour passer le temps en attendant que le mutant termine son repas, elle allait nettoyer sa tasse. Armée du savon à vaisselle, elle en fit couler un peu sur la porcelaine et rangea aussitôt la bouteille. Laissant de nouveau couler l’eau, elle s’empara d’un torchon avec lequel elle nettoya rapidement sa vaisselle qu’elle essuya consciencieusement par la suite. Elle observa Scum pendant un petit moment avant de ranger sa tasse et de revenir à la table.

-« Les chambres sont à l’étage, je te montrerais dans quel couloir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Course à l'institut :   Ven 9 Déc 2011 - 13:31

Bien qu'il fut occupé à se baffrer de pizzas, Scum nota tout de même l'air fatigué et les mouvements ralentis de la jeune fille. Après la course de la nuit, elle avait bien le droit d'être fatiguée.

"Les gens d'ici ne sont pas habitués à la vie nocturne." nota-t-il en se disant que c'était un détail auquel il aurait pu penser plus tôt. Juste avant de réveiller tout le monde avec l'interphone, par exemple. La réponse de Verity à propos des mutants à l'allure exceptionnelle allait d'ailleurs dans ce sens :

« À l'heure qu’il est, ils sont sûrement en train de dormir ou bien d’aider le professeur Xavier à retrouver la trace de l’inconnu. Tu vas peut-être les croiser demain. Il y a un diablotin bleu qui se nomme Kurt. Il se téléporte un peu partout dans l'institut. Il y a aussi McCoy. C’est le prof de science. Il est bleu, lui aussi. »
L’adolescente s’arrêta quelques secondes, avec l'air de réfléchir.
«_On se fiche pas mal de l'apparence physique, reprit-elle. Ça ne définit pas ce qu'est un individu. Et puis, ces gens valent bien mieux que de simples personnes à l'apparence humaine, bien souvent.

Le mutant reptilien hocha la tête, agitant ce qu'il restait de ses pizzas bien entamées tout en discutant entre deux bouchées:
"_Drôle de couleur pour un diablotin, le bleu, fit-il remarquer. Pour ce que j'en sais ils ont la peau rouge et huileuse normalement. Cela dit, si on suit le code couleur, le bleu c'est la sagesse, la royauté et l'infini, alors ça doit être des gens d'exception, sûrement." dit-il alors qu'Erika se levait pour faire une petite vaisselle.

Cela n'empêcha pas pour autant l'écailleux de poursuivre, plus doucement et en gardant les yeux fixés sur ces restants de pizza tout en parlant, ce qui donnait l'impression qu'il parlait plus pour lui-même :

"...Mais c'est vrai, ceux qui n'ont pas l'air humain ont tendance à l'être un peu plus au fond d'eux. C'est un moyen de conserver son humanité et de ne pas devenir le monstre auquel on ressemble. Je veux dire, c'est mon cas personnellement..."
déclarait-il alors qu'il repensait à ses premières années dans les égouts, avant qu'il ne croise la route des Morlocks.
Sa situation n'était alors pas reluisante, et à force d'isolement et de vagabondage, le mutant reptilien avait bien failli perdre l'esprit et glisser insidieusement dans la peau d'une vraie bête sauvage. Que serait-il devenu si Callisto et les siens n'avaient pas mis la main sur lui ? Il préférait ne pas l'imaginer...

Et il n'en eut de toute façon pas l'occasion, la voix de la jeune fille le ramenant à la réalité :

-« Les chambres sont à l’étage, je te montrerais dans quel couloir. »

"Hm ? Les chambres ? Ha oui, dormir tout ça... J'arrive, je finis juste...
dit-il en engloutissant le dernier morceau de pizza jambon-fromage. Au fait, tu en veux ?" demanda-t-il en montrant le restant de l'autre pizza, la trois fromage, avant de se saisir du verre d'eau qu'il avait dénié plus tôt et de... Chercher quelques secondes comment se dépêtrer avec, pour finalement se le vider dans le gosier, en le tenant à quelques centimètres au-dessus de la gueule.

Puis il se leva, s'emmêla les pattes dans les pieds de la chaise sur laquelle il avait réussi à s'asseoir, et manqua de tomber, réussissant à se rattraper avec bruit.*Oupss* pensa-t-il en lâchant un sifflement surpris, s'excusant auprès de la petite blonde.

"Vivement que la nuit se termine, dit-il. Les jours raccourcissent, l'hiver arrive bientôt. Tsss. Ça laisse moins de temps pour lézarder au soleil"

Il fallait espérer que la chambre qu'on lui assignerait serait bien placée par rapport au Soleil, et qu'il y aurait de quoi s'occuper d'ici le lever du jour. Un livre par exemple...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Course à l'institut :   Sam 10 Déc 2011 - 1:27

-"Hm ? Les chambres ? Ha oui, dormir tout ça... J'arrive, je finis juste... Au fait, tu en veux ?"

Erïka haussa un sourcil. Il lui offrait un morceau de pizza ? À cette heure-ci ? L’adolescente déclina poliment d’un signe de la main, dégoutée à l’idée d’avaler un repas du genre. La faim n’était pas au rendez-vous et cela ne la dérangeait guère. Elle préférait privilégier le sommeil, en ce moment. La jeune fille attendit quelques secondes avant de tourner les talons, sachant exactement où elle se dirigeait, ou presque. Lui donner une chambre, elle pouvait le faire. Laquelle ? Elle s’en fichait. Elle prévoyait lui offrir la première pièce libre à laquelle elle pourra accéder. Il y avait de nombreuses chambres destinées aux invités et, normalement, elles étaient verrouillées. Il était fort probable que l’une de ces portes de bois s’ouvrira pour la nuit à l’intention du mutant écailleux. D’ailleurs, était-ce ce dernier qui fit du bruit, derrière elle ? L’adolescente se retourna vivement. Il semblerait qu’il eut trébuché, rien de plus.

-"Vivement que la nuit se termine. Les jours raccourcissent, l'hiver arrive bientôt. Tsss. Ça laisse moins de temps pour lézarder au soleil"

-« Tu n’aimes pas l’hiver ? » demanda la Russe. « C’est la plus belle des saisons. Le soleil est toujours là, mais il n’est plus aussi étouffant qu’en été. »

La jeune fille monta les grands escaliers menant à l’étage supérieur. Elle parcourut un long couloir avant de tourner à sa droite et de poursuivre son chemin, regardant droit devant elle. Le regard perdu dans le vide, elle marcha jusqu’au bout du couloir avant de se rendre compte qu’elle venait de dépasser les chambres destinées aux invités. Tournant les talons, elle s’approcha de l’une des portes et tenta de l’ouvrir. Verrouillée. Elle fit de même avec une autre porte. Verrouillée. Après deux nouveaux essais infructueux, elle tomba sur la chambre numéro trois, qui s’ouvrit sans opposer de résistance. La pièce était simple, possédant une commode, un lit, une table de chevet. Il y avait également une salle de bain, au fond de la pièce, dissimulée par une porte située sur le mur de gauche. L’adolescente s’écarta du seuil pour laisser passer le mutant.


-« Voilà ta chambre. Je peux y aller, maintenant ? »

S’il avait besoin de quoi que ce soit, il pouvait toujours demander, même si cela ne plaira pas à la Russe. Erïka savait que l’heure du sommeil se rapprochait d’elle et l’adolescente devenait impatiente, prévoyant déjà enfiler son pyjama, laissant trainer ses vêtements au sol, avant de se brosser les dents à la hâte et de se glisser entre les couvertures chaudes de son nid douillet, une légère musique classique résonnant dans la pièce afin de la calmer et d’inciter une nuit sans cauchemars à se présenter à elle.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Course à l'institut :   Mar 13 Déc 2011 - 21:55

-« Tu n’aimes pas l’hiver ? » demanda la Russe alors qu'elle se mettait en route. C’est la plus belle des saisons. Le soleil est toujours là, mais il n’est plus aussi étouffant qu’en été.

A cette déclaration, Scum regarda la jeune fille comme si elle était folle ? L'hiver ? Une belle saison ? Il est vrai que le Morlock prenait rarement le temps de juger de la beauté d'une saison, mais d'un point de vue pratique l'hiver était la pire des saisons, et il le fit bien savoir :

_Belle peut-être, mais quand on vit dans les égouts on a tendance à préférer les temps plus cléments, dit l'écailleux tandis que les deux mutants gravissaient les marches menant aux chambres. Et puis l'hiver pour quelqu'un comme moi qui est un peu reptile, c'est l'horreur. Il fait froid, j'ai moins de soleil pour recharger mes batteries et je suis tout engourdi..."

Erika le menait à travers un long couloir et Scum continuait de palabrer sur la rigueur de l'hiver tout en la suivant :

"En plus mes écailles se détériorent à cette époque de l'année. Normal, je change de peau au printemps... Donc en plus d'être plus lent, je suis aussi moins résistant. Je pense que je devrais faire comme certains animaux, me faire des réserves pour l'hiver ou hiberner..."

Une fois dans le couloir, le mutant reptilien regarda Erika essayer d'ouvrir plusieurs portes, sans succès, si bien qu'il se demanda si elle connaissait vraiment l'endroit, et si ça ne dérangeait vraiment pas de l'héberger pour la nuit...

*Bah, l'endroit est grand... se dit-il simplement. Elle n'est sans doute pas assez curieuse pour chercher à en connaître chaque recoin*

Puis enfin, une porte céda à la petite blonde -la numéro 3- et dévoila à Scum une charmante petite chambre disposant de tout -ou presque- ce dont on pouvait rêver : un grand lit au matelas en bon état, une mignonne petite table de chevet, une vraie commode propre, et une porte qui devait mener à... Un placard peut-être. Le mutant reptilien n'était pas bien sûr.

-« Voilà ta chambre. déclara la jeune Russe tout en s'écartant pour laisser passer ScumJe peux y aller, maintenant ? demanda-t-elle, une pointe d'impatience dans la voix.

_Heum..." hésita l'écailleux tandis qu'il entrait dans la chambre et cherchait du regard quelque chose qui pourrait l'occuper. Il y avait sûrement un bouquin caché quelque part, il pourrait le trouver sans demander son aide à la jeune fille. Qui plus est celle-ci semblait vraiment éreintée et Scum ne voulait pas que le manque de sommeil la rende irritable. Elle avait déjà un caractère assez difficile comme ça...

"Non, ça ira merci ! Vas donc te reposer, je pense que tu en as besoin. Sacrée soirée, hein ? dit-il en souriant. Passe une bonne nuit, et à demain." conclut-il avant de refermer la porte non pas sans s'être d'abord assuré que la jeune fille avait quitté le couloir.

Alors seul dans la pénombre de la chambre, Scum se frotta les mains en se demandant par quoi il pourrait commencer pour finir la nuit en douceur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Course à l'institut :   Mar 13 Déc 2011 - 22:37

Erïka passa une main dans sa chevelure emmêlée tout en suivant Scum du regard. Si l’hiver ne lui convenait pas, il pouvait toujours demander à vivre ici, là où il pourrait hiberner si tel était son souhait. Pour sa part, la Russe était tout le contraire de lui, préférant se jeter dans la neige plutôt que de mourir sous un soleil étouffant. Elle bénissait l’inventeur de l’air climatisé par les temps chauds. Au moins, ce soir, Scum ne pourra pas se plaindre de la température ambiante des chambres. L’automne approchait peut-être, mais les temps étaient toujours aussi chauds. L’arrivée du soleil, d’ici peu, n’aidait en rien.

-"Non, ça ira merci ! Vas donc te reposer, je pense que tu en as besoin. Sacrée soirée, hein ? Passe une bonne nuit, et à demain."

La jeune fille offrit un signe de la main et guise d’au revoir et s’éloigna, sans se retourner lorsque la porte de la chambre se claqua derrière elle. Elle avait plus que hâte de retrouver sa chambre. Dès qu’elle pénétra dans celle-ci et referma la porte, l’adolescente jeta sa veste au sol, retira son chandail afin de trouver un débardeur confortable pour dormir. Troquant son pantalon, qui n’avait toujours pas sécher, pour un pyjama sec, elle alla se brosser les dents avant de se glisser dans ses couvertures. Lumières éteintes, plongées dans ses pensées, Erïka sentait déjà le sommeil l’accueillir. Elle repensa à bien des choses avant que Morphée ne puisse l’attraper : les circonstances de sa rencontre avec Scum, sa rencontre avec Emma, puis la salle des dangers pour finir par l’arrivée inattendue du mutant reptilien. Les deux fois où elle avait été coincée dans une ruelle, cernée par deux hommes armés, Scum n’avait pas tardé à apparaitre. La première fois pour la sauver alors que la seconde était le simple fruit du hasard. Pourquoi de telles coïncidences ? Elle ne saurait le dire. Elle ne désirait plus y penser, cherchant à sombrer dans un profond sommeil réparateur. Son corps se détendait, son esprit également. Elle peinait à tenir des pensées concrètes. Elle fut rapidement portée par la nuit, ou plutôt ce qu’il en restait, pour ne se réveiller que bien plus tard, en pleine forme et de meilleure humeur. C'était probablement la première fois depuis plus d'une semaine qu'elle arrivait enfin à mettre ses cauchemars de côté et dormir en paix. Ce répit, elle en profita pleinement. Elle ne souhaitait pas voir d'autres situation comme celle de cette nuit se reproduire, mais si cela lui permettait d'être en paix l'espace de quelques heures, elle ne serait pas contre le moyen de dépasser ses limites physiques et de s'épuiser jusqu'à ne plus pouvoir marcher droit. Au fond, cette nuit n'avait pas que des points négatifs. Cependant, jamais elle ne révèlerait à Emma qu'elle avait été heureuse de tester la salle des dangers, malgré ce qu'elle y avait vécu. Elle ne dira pas à Scum que sa visite tardive était tout de même appréciée. Comme d'habitude, elle gardera tout cela bien au fond d'elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Course à l'institut :   Mer 14 Déc 2011 - 15:01

Tout d'abord, s'il voulait dormir correctement au soleil, Scum devait ouvrir les rideaux qui pendaient devant la fenêtre de la chambre. S'approchant avec sa démarche mi-quadrupède, mi-bipède, le mutant repoussa tour à tour les deux morceaux d'étoffes qui voilaient les vitres et resta un moment immobile devant la vue qui s'offrait à lui.

Dehors, le paysage était plus beau que tout ce qu'il pouvait voir à New York. Le ciel était aussi dégagé que lorsqu'il se trouvait sur la tête de Mademoiselle de Liberté, la pollution lumineuse de la ville n'existait pas à l'institut. En contrebas il pouvait voir de la vraie verdure verte, comme à Central Park et les constellations terrestres que constituaient les lumières de la ville se tenaient sagement sur la ligne d'horizon.

*Pas mal, pas mal. C'est grisant...* se dit Scum avant de se détourner du paysage.

Ses yeux se posèrent ensuite sur le lit qui était contre le mur en face. Pour dormir au soleil, il faudrait le rapprocher de la fenêtre...

S'approchant du lit, l'écailleux s'apprêta à le soulever lorsqu'il se dit que le matelas seul suffirait. Il saisit alors un coin de celui-ci et le mit à la verticale, renversant les couvertures, draps et oreillers sur lui, disparaissant sous les tissus.

*Et misère !*pensa-t-il alors que le matelas lui tombait dessus à son tour, avant de rejoindre lourdement le sol. Le pauvre Scum essayait maintenant de se dépêtrer pour se sortir du mauvais pas dans lequel il s'était fourré, sifflant de colère.

"Raaah ! Allez vous en sales bêtes !" s'écria-t-il en gigotant en tout sens. Ridicule à voir, le mutant reptilien commençait sérieusement à s'échauffer, piégé sous les draps. Et bien qu'il n'ait jamais développé de tendances claustrophobes il avait bien l'impression que l'air lui manquait là-dessous !

Et tandis qu'il gesticulait, Scum parcourait la pièce à l'aveuglette à la manière d'un fantôme particulièrement dérangé, percutant parfois les murs ou les meubles, ce qui occasionnait un "Oups" ou un "Misère", ponctué d'un sifflement. La commode vacilla, puis ce fut la lampe de chevet qui tomba à terre avant que le mutant reptilien ne réussisse à s'extraire de sous les diaboliques draps blancs.

"Tsaah... Saletés !" s'exclama-t-il en jetant négligemment les draps au milieu de la pièce, avant d'aller reprendre le matelas renversé et de le placer au pied de la fenêtre. Une fois cela fait, Scum admira son œuvre de toute sa hauteur. Il allait bien dormir demain matin.

Il ne lui restait plus que quelques heures à patienter avant l'aube et il était temps de chercher de quoi s'occuper, une petite exploration de la pièce s'imposait ! Et le premier endroit qu'il décida de fouiller fut le supposé placard derrière la porte. Aussi excité qu'un gamin dans un terrain de jeu, Scum se trouva bien vite devant la porte, qu'il ouvrit pour découvrir à l'intérieur une authentique salle de bain ! Il y avait là un lavabo, surmonté d'un miroir, à côté duquel trônait des toilettes impeccables. En face se dressait une cabine de douche et des serviettes étaient disposées un peu partout, prêtes à l'emploi.

*Ooh... Alors les carrelages sont vraiment tous blancs quand ils sont propres* constata-t-il devant la blancheur immaculée de la pièce. Curieux, il se pencha au dessus de la cuvette du trône. *Même l'eau des toilettes a l'air potable* pensa-t-il avant de plonger la tête dedans. Effectivement, aussi loin qu'il pouvait voir la tuyauterie, elle était propre et saine. Et tandis qu'il était en apnée sous l'eau de la cuvette, une bien étrange question lui vint à l'esprit : Comment les humains pouvaient-ils croire que des alligators entraient et sortaient par ces conduits ? Lui-même ne pouvait y plonger que la tête, et encore elle resterait sans doute coincée s'il l'enfonçait un peu plus comme cec...

*Zut... pensa Scum en se maudissant de sa bêtise. Bon pas de panique, je vais réussir à me sortir de là, il suffit d'y aller doucement et de... forcer un peu.* mais ses premiers essais se révélèrent infructueux et le mutant amphibien essaya de façon plus brusque, et plus désordonnée. Au final, moins il y parvenait, plus il s'agitait et plus il s'agitait moins il y parvenait ! Dans ses gesticulations, il éjecta la brosse qui se tenait tranquillement à côté des toilettes et actionna la chasse d'eau par mégarde, ce qui enfonça un peu plus son crâne écailleux dans la cuvette, qui d'ailleurs se mit rapidement à déborder...
*Laisses moi sortir... Fichue...* s'énervait Scum tandis qu'il poussait sur chaque paroi à portée de main ou de patte pour s'extirper des canalisations.

A force d'efforts chaotiques et de tirades douloureuses pour son cou, l'écailleux se libéra finalement, et tomba à la renverse dans la douche, faisant tomber la poire dans l'opération. Et alors qu'il se relevait en se disant que plus jamais on ne le reprendrait à fouiller dans les toilettes des gens, il voulut prendre appui sur une des poignées de douche qui s'actionna alors, libérant des trombes d'eau à travers la poire qui devint folle et se mit à tournoyer dans la douche comme un serpent qui aurait été pris d'une crise d'épilepsie !

"Oh, non, non, non, non, non !" s'écria Scum qui fit son possible pour se saisir du tuyau fou. Lorsque enfin il parvint à s'en saisir, il ne trouva pas d'autre solution que de se le fourrer dans la gueule en attendant de pouvoir stopper le flot d'eau qui s'écoulait. Et tandis que le liquide clair suintait entre ses crocs en de petits geysers, il manipulait de façon très hasardeuses les deux poignées de douche, alternant le chaud et le froid avant de parvenir à couper tout...

Ce n'est qu'alors qu'il laissa tomber la poire entre ses mains et la raccrocha à sa place, en poussant un soupir de soulagement. *Ça fait du bien quand ça s'arrête.* songea-t-il avant de se dire que le temps de l'exploration était fini.

Il sortit alors de la salle de bain, entraînant avec lui une bonne partie de l'eau, et de la douche, et des toilettes qui l'inondait. Mais il était si habitué à vivre dans un lieu détrempé qu'il ne s'en rendit pas compte, et laissa donc une mare se former devant la porte...

Tssk, il restait encore quelques heures devant lui. Peut-être était-il temps de chercher le fameux bouquin qu'il supposait être caché dans la pièce...

Se mettant dès lors au travail, Scum fouilla chaque recoin -à l'exception de la salle de bain- déplaça les quelques meubles de la pièce, retira chaque tiroir de la commode avant de les replacer avec plus ou moins de succès, passa de longues minutes à jouer avec le chapeau de la lampe de chevet qu'il avait renversé -et qui par ailleurs, faisait un bien rigolo porte-voix- puis grimpa au plafond pour passer d'autres longues minutes à étudier le fonctionnement des rideaux d'un point de vue strictement physique -le montant fut d'ailleurs décroché "pour étude" et vaguement remis en position- il s'attarda ensuite sur les gonds de la porte de la salle de bain, pour finir par jouer à faire des grimaces au miroir...

Lorsque le mutant reptilien constata avec déception que son faciès écailleux était trop rigide pour faire de bonnes grimaces, les premiers rayons de soleil pointaient enfin à l'horizon, baignant le ciel de leur lueur rosée et Scum sentit la fatigue le prendre soudainement.
Il se traîna alors jusqu'au matelas renversé mis en travers de la pièce et se laissa lourdement tomber dessus, soupirant d'aise.

Roulant sur le dos, il se gratta le ventre avec ses griffes avant de s'endormir, la langue pendant en dehors de sa gueule garnie de crocs.

Tout allait très bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Course à l'institut :   

Revenir en haut Aller en bas
 

Course à l'institut :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Institut national de Statistique et d'Informatique
» L'institut du monde arabe
» INSTITUT XAVIER ⊹ Informations et règlement
» Institut Médico Légal de PARIS - 01/04/2011
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Couloirs-