X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Entrée en scène (Terminé (suite ailleurs) )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Entrée en scène (Terminé (suite ailleurs) )   Ven 7 Oct 2011 - 16:45

Quelques jours s'étaient écoulés après que Scum ait rencontré la jeune Erika. Les pizzas qu'il y avait gagné avaient très vite disparu sous l'appétit vorace des Morlocks à qui il les avaient laissé. Le lendemain, alors qu'il avait voulu utiliser la monnaie dérobée pour commander un autre repas, le mutant s'était rendu compte qu'il avait avalé les précieuses piécettes en même temps que sa pizza. Zut, ce n'était pas la première fois qu'il perdait de l'argent bêtement comme ça... Il fallait vraiment qu'il fasse plus attention à ce qu'il ingurgitait.
Au final, de sa rencontre avec la mutante, seuls étaient restés de bon souvenirs, et un petit bout de papier.
Précieusement gardé au sec dans une boîte à gâteaux rouillée, il y était notée l'adresse de l'institut Xavier que Scum devait visiter prochainement. Et depuis que la précieuse information avait été rangée dans cette boîte, le mutant reptilien n'avait de cesse de l'ouvrir pour vérifier que son contenu ne s'était pas envolé, vérifiant que le conteneur de fer était bien dissimulé dans un recoin de son antre.

Mais quand bien même le papier aurait disparu, Scum connaissait maintenant l'adresse par cœur et avait même fait du repérage afin de savoir où exactement se trouvait l'institut. Il avait ainsi découvert qu'il n'était pas situé en pleine ville, mais quelque part au-dehors de la métropole, éloigné du monde fou des citadins.
Dans sa façon d'être, le refuge d'Erika n'était pas si différent du refuge des Morlocks. Loin du regard des humains, dans un endroit qu'ils ne soupçonneraient même pas accueillir des êtres hors-normes, dont ils ne soupçonnaient déjà pas l'existence, il fournissait aux mutants ce qui était le plus recommandé pour eux : un peu de paix.
Sur la forme cependant, l'institut était difficilement comparable à l'Allée, cet ensemble de souterrains crasseux et sombres où se réunissaient les Morlocks quand ils n'erraient pas dans le réseau d'égout de la ville. Les mutants de l'institut étaient correctement logés et nourris et avaient même droit à une éducation décente, alors que les Morlocks n'avaient rien de plus que leur débrouillardise et leur solidarité pour survivre.

Mais ce soir peut-être, Scum allait pouvoir offrir à ses amis un échappatoire à leur condition miséreuse. Une boule prit place dans l'estomac du mutant écailleux quand il se rendit compte que tout cela ne dépendrait de sa prestation de ce soir. Il fallait qu'il se montre respectueux, qu'il expose clairement la situation et les besoins des Morlocks, qu'il prenne une douche peut-être aussi...

*Bah, pensa-t-il en se glissant doucement dans la rivière d'eau croupie qui bordait son antre. Je passe ma vie dans l'eau, je ne peux pas être bien sale...*

Nageant dans les égouts, jouant avec les courants d'eau pour avancer plus vite, il prit le chemin de l'institut alors qu'au dessus de sa tête le soleil se couchait doucement...

**

Deux heures plus tard, sur la route, à cinq cents mètres de l'institut, une plaque d'égout solitaire commença à se soulever. De grands yeux jaunes apparurent dans l'interstice et guettèrent l'arrivée d'un éventuel véhicule. Scum était habitué à ce que le trafic ne s'éteigne jamais et jouait la carte de la prudence. Aussi fut-il un peu étonné de ne pas voir un seul véhicule à l'horizon.
S'extirpant de la bouche d'égout, Scum remit la plaque en place et se mit prestement à couvert. Progressant parmi la végétation, dans la fraîcheur nocturne, il se dirigea furtivement vers l'institut Xavier.

Une fois devant le portail, il put observer toute la grandeur du manoir. Situé au bout d'une longue allée et au sommet d'une colline, il s'agissait vraiment d'un grand bâtiment et Scum ne douta pas qu'il pourrait accueillir la totalité des habitants de l'Allée. De grands bosquets d'arbres entouraient le bâtiment dont l'étendue du terrain devait être bien supérieure à celle du parc qu'il pouvait voir. Il y avait même une grande fontaine sur laquelle trônait une magnifique statue. Quel luxe, quelle grandeur...
Une fois qu'il eut admiré la demeure tout son soûl, Scum se pencha sur le grand portail situé juste devant ses yeux.

*Zut, un portail. Pourquoi est-ce qu'on ne peut simplement pas se rendre à la porte et toquer ?* se demanda-t-il, agacé. Il était hors de question de l'escalader, ce ne serait pas donner bonne impression. Il devait bien y avoir un genre de sonnette quelque part...

Observant les piliers de pierre qui tenaient le portail debout, Scum finit par trouver un clavier numérique à côté duquel trônait un petit bouton rond. Les quelques connaissances technologiques du mutant lui permirent de déduire qu'il s'agissait là d'un genre de téléphone.

Sauf que pour utiliser un téléphone, il faut aussi un numéro. *Misère, se dit Scum. Elle n'a pas pensé à me donner le numéro !* Bien embêté, le mutant se demanda comment il allait pouvoir se sortir de cette situation gênante.

*Bah y a qu'à en essayer un au hasard, pensa-t-il finalement. Y a bien quelqu'un qui saura me répondre.*

Sûr de son coup, il approcha son doigt griffu du clavier et composa un numéro au hasard, précédant la manœuvre d'un "Alors...." pensif.
Après avoir pressé le bouton rond sans numéro, il se recula, attendant une réponse. Une voix mécanique grésilla : "Numéro inexistant"
"Zut" grogna Scum, essayant une autre combinaison. Un petit moment passa avant qu'une voix embrumée par le sommeil ne lâche un "Gné qui..?" endormi.

"Scum. Je suis Scum, dit le mutant. Est-ce que Erika est ici ?"
Pas de réponse. Klk. La connexion se coupa.
"Eh ben ?" s'interrogea Scum. *Bon, il doit y en avoir quelques uns qui dorment à cette heure.*
Tant pis, il essaya un autre numéro.
_"Allo ?
_Bonjour, je m'appelle Scum, je viens pour voir Erika. Est-ce qu'elle est là ?
_Erika ? Je veux rien avoir à faire avec cette gonzesse !"
Klk.

"Hmmm..." Visiblement, la petite Verity n'avait pas que des amis ici.

Nouvel essai.

"_Dis donc, gamin, tu sais quelle heure il est ?
_Euh...
_Y en a qui dorment ici ! C'est pas une heure pour jouer avec l'interphone !"
Klk.

Les gens n'étaient pas très aimables ici... Qu'à cela ne tienne, Scum continua à essayer des combinaisons de numéro, récoltant parfois des insultes susurrées d'une voix endormie, ou des "Numéro inexistant" monotones...

A force d'essais, l'écailleux se demanda si on allait lui répondre avant le lever du soleil...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emma Frost

avatar

Messages : 484
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans ta tête.

Fiche Tecnhique
Metier: Professeur
Age : 28 ans
Nationalité : Americaine

MessageSujet: Re: Entrée en scène (Terminé (suite ailleurs) )   Ven 7 Oct 2011 - 18:24

Les élèves, agacés d'être réveillés ou d'entendre les chambres voisines sonner, avaient fini par aller trouver un adulte, pas assez motivés pour aller directement réveiller la Russe aux pulsions violentes. Le problème c'est qu'Erika n'était pas dans sa chambre justement. Et la personne accrochée à l'interphone ne semblait pas décidée à laisser tomber. Après de longues tentatives vaines, une voix adulte finit par répondre à Scum.

- Bonsoir, nous avons cru comprendre que vous veniez voir Erika, l'heure est tardive et sous votre insistance, nous supposons que c'est urgent. Aussi allons nous informer Erika de votre présence, dès que nous la trouverons, merci de patienter un peu... et de ne plus jouer avec les boutons... *klik*


Pendant ce temps, Tornade avait fini par mettre la main sur la jeune Russe, peu ravie de l'endroit ou elle l'avait trouvée. Mais l'heure n'était pas aux questions ni aux réprimandes, il était tard et elle avait à faire le lendemain. Puisque Emma semblait prête à jouer les chaperons, qu'elle le fasse jusqu'au bout. Demain elle aurait une discussion avec Charles...

Emma aussi aurait eu des choses à dire à l’Étudiante, alors que l'ascenseur les ramenaient vers les étages publiques de l'institut. Mais pour l'heure elle était trop énervée par l'intervention d'Ororo et elle ne voulait pas que la jeune fille pense que c'était elle qui l'avait mise en colère. Aussi préféra t elle garder le silence tout le long du trajet.

Une fois dehors, l'air frais fouetta les joues de la psionique. Elle respira un grand coup. Qui pouvait bien demander la fillette en plein milieu de la nuit... et surtout ici. Pas sa grand mère, elle aurait prévenu de sa visite... qui alors ?

D'un pas pressé elle accompagna Erika jusqu'au portail qui s'ouvrait lentement sur l'allée dans un grincement aigu. Et arqua un sourcil en voyant la drôle de créature qui se trouvait derrière.

.


_________________

" Le monde entier nous regarde à présent,
nous ne devons être rien de moins que fabuleux. "
Emma Frost - Amy Grimm - Honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Entrée en scène (Terminé (suite ailleurs) )   Sam 8 Oct 2011 - 4:36

"I hate feeling like this
I’m so tired of trying to fight this
I’m asleep and all I dream of
Is waking to you"


Erïka n’arrivait à définir ses émotions. Tristesse ? Colère ? Frustration ? Elle avait bien du mal à détacher chaque émotion de cet amalgame de ressentiment. Elle maudissait à la fois la terre entière et sa propre personne. Pourquoi être ici, en ce moment, les mains tremblantes ? Elle n’avait pas tué et, pourtant, c’était tout comme. Avait-elle peur d’aimer ça ? Craignait-elle d’être comme ces hommes qu’elle haïssait tant ? C’est alors qu’elle songea au fait qu’elle aurait pu avoir une autre existence. Elle désirait une toute autre vie, sans tous ces tourments. Si elle était, à présent, au plus bas, c’était de la faute d’une seule et unique personne : sa génitrice. Elle ne pouvait que la blâmer d’avoir fait de sa vie un véritable enfer où elle devait se cacher afin de trouver paix et sécurité. À l’extérieur, elle était en constant danger. Elle avait été entrainée dans cette secte contre son gré, alors qu’elle n’avait rien demandé. Par chance, elle avait pu s’enfuir. Sinon, elle n’imaginait même pas dans quel état elle serait…

Se redressant lentement, l’adolescente appris bien rapidement qu’un individu, à l’entrée de l’institut, était en train de réveiller tout le monde en la demandant, via l’intercom. Erïka, s’avança vers les deux portes coulissantes, attrapant sa veste avant de les franchir. L’adolescente se demandait sérieusement qui est-ce qui pouvait la demander à cette heure-ci ? Son frère ? Certainement pas sa grand-mère… Peu de gens savaient qu’elle résidait à l’institut Xavier. À moins que certaines personnes malhonnêtes n’eurent réussis à découvrir la nouvelle identité sous laquelle elle se cachait ainsi que son lieu de résidence et se permettaient, à présent, de venir la chercher ? Non, c’était trop absurde. Elle ne devait pas croire en cette éventualité. L’adolescente s’obligea à cesser de se questionner sur son visiteur nocturne et alla rejoindre son professeur dans l’ascenseur. Enfilant sa veste, elle plongea la main dans l’une des poches afin d’en sortir une cigarette et un briquet. Elle avait besoin de quelque chose pour se détendre, elle devait tenter de penser à autre chose et de s’efforcer d’oublier toutes ces horreurs qui habitaient toujours son esprit troublée. Par chance, Emma ne parlait pas. C’était mieux ainsi, Erïka ne déversera pas ses nerfs sur elle. La Russe était soulagée de voir que le trajet en ascenseur fut court et, surtout, silencieux.

Une fois dans les couloirs de l’institution, la jeune fille se dirigea d’un pas rapide vers l’entrée principale. Elle était tendue, cela se voyait bien. Ses mollets lui faisaient terriblement mal, pour une raison inconnue, alors qu’elle s’efforçait d’avancer rapidement. Comme à son habitude, lorsqu’Erïka décidait de quelque chose, elle ne faisait jamais autrement qu’à sa manière. Alors, si elle avait mal alors qu’elle avançait rapidement, c’était de la faute de ses jambes et elle supportait le tout sans rien dire. Entendant parfaitement le claquement des chaussures d’Emma sur le parquet, la Russe devina que son professeur la suivait toujours. Cela la laissait indifférente.
Erïka ne tarda pas à pousser l’une des portes principales de l’institut. Aussitôt, une fraiche brise vint caresser son visage. Ne cessant sa marche, l’adolescente se dirigea vers le portail, qu’elle entendit s’ouvrir avec un léger grincement des plus désagréables. Ne cessant sa marche pour allumer sa cigarette, elle regardait danser la petite flamme orangée, déviant de la trajectoire prévue, comme si elle cherchait à fuir la cigarette. Au final, avec un peu de patience, le bout de la cigarette s’enflamma et l’adolescente rangea rapidement son briquet dans sa poche. Elle attrapa le poison coincé entre ses lèvres entre son index et son majeur avant de souffler une petite fumée dans la nuit.

Lorsqu’elle aperçut la silhouette se Scum, Erïka fut incapable de se réjouir. Elle n’avait pas le moral pour cela. Elle se contenta de rester indifférente et de mettre de côté les derniers événements, ce qu’elle avait bien du mal à faire. Au lieu de cela, elle se souvient les circonstances de sa rencontre avec lui. Deux hommes armés dans une ruelle sombre. Tout comme lors de la simulation. Erïka eut la soudaine envie de frapper quelque chose en repensant à cela, mais elle ne trouva qu’un petit caillou dans lequel elle donna un coup de pied rageur. Soulagée de reconnaitre le mutant, elle se posa tout de même une question : que venait-il faire ici à cette heure ? Était-ce important au point de réveiller la quasi-totalité de l’institut ? Ne pouvant contrôler parfaitement ses émotions et encore moins sa voix teintée d’une pointe de frustration, l’adolescente s’adressa à Scum lorsqu’elle fut à sa hauteur.


-« Tu sais qu’il est plus d’une heure ? T’a besoin d’une montre waterproof, peut-être !? »

Se calmer. Elle devait se calmer. Cependant, elle rageait et elle sentait un si grand flot d’émotions en elle, qu’elle en venait à oublier pourquoi elle était frustrée. Aspirant une longue bouffée de sa cigarette, Erïka ne s’excusa pas, ayant trop d’orgueil pour cela, mais elle tenta d’adopter un ton plus doux, moins agressif. Ce n’était pas de la faute à Scum si elle n’arrivait pas à digérer son « meurtre ». Il n’avait pas à subir son caractère tempétueux. Elle reprit alors, avec une voix si calme qu’elle se surprit elle-même.

-« Il y a un problème pour que tu viennes sonner à une heure pareil ? »

Jetant un œil sur son professeur, restant légèrement en retrait, mais qui avait tout de même décidé de la suivre depuis la salle des dangers, la jeune fille se demanda si elle avait déjà côtoyé des mutants dans le genre de Scum. Après tout, les lézards géants, ça ne courait pas les rues. Lâchant, bien malgré elle, un petit sourire moqueur, elle ne put s’empêcher de passer un commentaire sur la situation. C’était sa manière d’évacuer les émotions négatives qui la hantaient et de les projeter sur quelqu’un d’autre. Enfin, c’était ce que l’on pourrait bien croire. Était-il possible que ce ne soit pas une manière de s’exprimer et de se défouler, mais plutôt une tentative d’instaurer une barrière entre elle et les autres; elle se protégeait de toute personne qui pourrait entrer dans sa vie et finir par trop en découvrir sur elle. Elle faisait difficilement confiance et ce n’était pas parce qu’une personne entrait dans la catégorie « ami » qu’elle se plairait à tout dévoiler sans gêne. Après tout, le mot ami n’était qu’un assemblage de lettre, rien de plus à ses yeux. Enfin, il lui fallait seulement découvrir la véritable amitié pour que ce mot prenne un autre sens.

-« Ne faites pas cette tête, mam’zelle, ce n’est qu’une nouvelle version de Tortue Ninja sur deux pattes. Y a pas de quoi en faire un plat… »

L’adolescente boutonna sa veste d’une main lorsque la brise nocturne s’engouffra sous son vêtement, la faisant frissonner de plus belle. Le bon côté était que ses tremblements pouvaient être facilement confondus avec les frissons et se dissimulaient plus aisément aux yeux des deux individus. Le choc du « meurtre » n’était toujours pas passé, même si elle tentait de faire croire que c’était le cas. Avec de la chance, la nuit pourra tout effacer lorsqu’elle se glissera dans ses couvertures pour une bonne nuit de sommeil. Enfin, si cette soirée ne venait pas s’ajouter à la liste de ses terrifiants songes l’empêchant de fermer l’œil…
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Entrée en scène (Terminé (suite ailleurs) )   Sam 8 Oct 2011 - 15:28

Agacé que personne ne veuille bien lui répondre, Scum avait changé plusieurs fois de position autour de l'interphone, et se trouvait maintenant au sommet du pilier de pierre, en train de marteler les touches numérotées, laissant de petites griffures sur la surface métallique lorsque des fois il tapait à côté.

"- Bonsoir, nous avons cru comprendre que vous veniez voir Erika, l'heure est tardive et sous votre insistance, nous supposons que c'est urgent. Aussi allons nous informer Erika de votre présence, dès que nous la trouverons, merci de patienter un peu... et de ne plus jouer avec les boutons...
_Ha merci vous êtes bien aim..."*klik*

"En fait j'ai menti, vous ne m'êtes absolument pas sympathique." siffla Scum, vexé qu'on ne l'ai pas laissé finir d'être poli.

Un petit bruit mécanique annonça l'ouverture imminente du portail, qui grinça dans la manœuvre. Le mutant descendit alors de son perchoir, et attendit sur le seuil que les deux silhouettes au loin s'avancent vers lui. Il finit par reconnaître Erika, la petite blonde et la jeune femme à côté d'elle devait être euh... Sa grande sœur ?
En tout cas, elle avait le même attrait que sa cadette pour les tenues légères déplacées... Elles vinrent se planter devant lui et à voir leur air, elles étaient tout aussi ravies de sa visite que les gens qu'il avait réveillé...
*Zut, ils m'ont envoyé le comité des blondes ronchonnes* pensa-t-il en voyant que ni l'une ni l'autre n'avait une tête à se laisser agacer.

La grande blonde avait l'air étonnée de son apparence, mais elle se contenta d'arquer un sourcil. Scum prit cela comme un très bon signe : les gens d'ici semblaient être habitués aux mutations physiques prononcées. Et à propos de physique, il ne put s'empêcher de détailler celui de la femme vêtue de blanc. Il semblait qu'elle prenait grand soin de son apparence et mettait en avant sa féminité, le blanc immaculé de sa tenue montrait qu'elle n'était pas du genre à aller se salir dans une bagarre. Malgré cela, elle n'avait vraiment pas l'air d'une potiche et Scum se dit qu'elle devait être une manipulatrice hors-pair, surtout auprès de la gent masculine. Son pouvoir, si elle en possédait bien un, devait forcément servir à mener les gens par le bout du nez.

Un grand panneau se planta dans l'esprit de Scum alors qu'il jaugeait la femme du regard : *Femme délicieuse, femme dangereuse* était inscrit en grand. Il préconisa la méfiance, et ne parvint à détacher son regard de la beauté blanche que lorsque Erika l'invectiva :

-« Tu sais qu’il est plus d’une heure ? T’as besoin d’une montre waterproof, peut-être !? »

"Euh... Une heure ? Je sais pas, je regarde jamais l'heure, je me déplace que de nuit... Tu penses bien. répondit-il le plus simplement du monde. Désolé d'avoir réveillé tout le monde, j'imagine que leur manque d'amabilité est facile à expliquer" dit-il en triturant un pic à l'arrière de son crâne, l'air embarrassé.
Mais bon, il avait beau avoir fauté en insistant sur l'interphone, il n'envisageait simplement pas de rebrousser chemin alors qu'il était si près de l'institut et du professeur Xavier, simplement parce que personne n'avait envie de le présenter à Erika.

-« Il y a un problème pour que tu viennes sonner à une heure pareil ? » enchaîna la demoiselle d'une voix inhabituellement douce.

Sa venue était-elle à ce point déplacée qu'on pensait qu'il était arrivé quelque chose de grave ? Scum s'empressa de rassurer la jeune fille.

"Un problème ? Non pas du tout. J'avais promis de venir visiter l'institut et me voilà. Je ne viens vraiment pas à une heure convenable, c'est ça ?" demanda-t-il en regardant tour à tour les deux blondes.
Notamment la plus grande des deux, qui continuait de le regarder bizarrement, mettant Scum mal à l'aise...

*J'aurais peut-être du prendre une douche en fait*

-« Ne faites pas cette tête, mam’zelle, intervint Erika. Ce n’est qu’une nouvelle version de Tortue Ninja sur deux pattes. Y a pas de quoi en faire un plat… »

Le mutant reptilien eut un petit sifflement rieur en entendant cela et ne put s'empêcher de renchérir.

"Je suis Michel-Angelo, enchantée mam'zelle, dit-il en mimant une révérence un peu maladroite à l'adresse de la demoiselle en blanc. Vous comprendrez que j'ai laissé mes armes et mon bandeau chez moi avant de venir, je viens ici en diplomate." ajouta-t-il en prenant la main de la mutante et en faisant mine de lui embrasser les phalanges, ses lèvres écailleuses ne lui permettant pas vraiment d'aller au bout du geste...

Dans sa tête il pensait plutôt : *Pourvu qu'ils aient des pizzas à l'intérieur...*

Enfin la question ne se poserait vraiment que si on l'invitait à se sustenter à l'intérieur, évidemment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emma Frost

avatar

Messages : 484
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans ta tête.

Fiche Tecnhique
Metier: Professeur
Age : 28 ans
Nationalité : Americaine

MessageSujet: Re: Entrée en scène (Terminé (suite ailleurs) )   Sam 8 Oct 2011 - 19:43

Emma s’apprêtait à ouvrir la bouche pour répondre. Comme si l'aspect de l'homme la gênait... Erika avait décidément beaucoup à apprendre des gens. Son expression faciale était due à la surprise de trouver une telle personne à une heure si tardive, au bout de l'allée. L'apparence du mutant n'avait rien à voir avec cela, elle le trouvait même très courtois et bien plus charmant que la plupart des beaux hommes odieux qu'elle avait pu côtoyer dans son passé, ou dans les soirées mondaines. Par contre question humour, il allait falloir repasser. C'était justement une réponse dans ce sens, un peu cinglante, qu'elle s’apprêtait à formuler quand...

Un vacarme se fit entendre derrière le petit groupe. Un bruit assourdissant, aigu, répétitif. C'était... les alarmes de l'institut ! Emma se retourna et laissa échapper un long soupir. Que se passait il encore ? Bon sang, pourquoi avait elle aperçue Erika par cette fichue fenêtre ? Elle pourrait être tranquillement au lit à cette heure... bien que ça n'aurait pas changé le problème de déclenchement des sirènes. Le Professeur se tourna vers les deux jeunes gens et en secouant la tête, émettant un nouveau soupir, laissa échapper suffisamment sèchement pour faire comprendre qu'il n'était pas recommandé de discuter :

- Vous deux, suivez moi. Et collez moi comme mon ombre, il n'est pas temps de vous perdre... On parlera de la venue de ton ami plus tard. *ajouta-t-elle a Erika avant que celle ci n'ait l'idée d'objecter*

Emma prit la direction de l'institut d'un pas rapide, courant presque, s'assurant que les deux autres étaient avec elle. Une fois dans le hall d'entrée, elle ouvrit de grands yeux surpris. Outre le bruit assourdissant des alarmes, plus fort à l'interieur, il y avait là un véritable bordel. Les élèves étaient sortis de leurs chambre, en pyjama, peignoir, slip... éveillés pour la plupart pour la seconde fois de la nuit, ce qui ne les mettaient guère en joie, ils se trouvaient occupés à courir partout, râler, crier, se rassurant les uns les autres ou interpellant les professeurs occupés à gérer la situation. Mais que se passait il ici ?

La psionique se passa une main sur le visage, le contact de velours de son gant blanc la détendit. Elle avait l'habitude de gérer les crises. Lorsque Emma laissa sa main retomber, dévoilant ainsi ses yeux, Ororo se trouvait devant elle. Pffff il fallait que ce soit elle qui vienne expliquer la situation... comme si Emma ne l'avait pas déjà assez vue pour la nuit.


- Ah vous voilà ! J'avais peur que la porte d'entrée se soit retrouvée condamner par le système de sécurité. *L'africaine offrit un courtois sourire à Scum, ne prenant pas la peine de poser la moindre question* Emma, quelqu'un s'est introduit dans l'institut, peux tu aller voir la salle de sécurité s'il te plait, on est débordés à remettre tout le monde au lit ici. Et Forge tente de couper les alarmes, ce bruit est insupportable...

Sans attendre la moindre réponse de la part de la psionique, Tornade tourna les talons pour retourner s'occuper d'un garçon d'à peine onze ans, pleurant en serrant son nounours contre lui.

* Tu as raison Ororo files moi le sale boulot, je préfère me confronter à un intrus que de jouer les mouche morve pour mioche.*

La salle de sécurité... c'était trop loin. Si l’individu était encore ici, Emma ne voulait lui laisser aucune chance de fuir. Apposant le bout de ses doigts contre sa tempe, elle ferma les yeux, tentant de repérer une présence psychique anormale. Au début elle se retrouva perdue dans le flot de pensées agitées des habitants de l'institut, sautant d'esprit en esprit avec rapidité. Ça lui rappelait ses débuts avec Cerebro, lorsqu'elle n'était pas capable de diriger ses recherche et que la machine la baladait à son gré dans la tête des gens. La jeune femme fronça les sourcils pour se concentrer d'avantage. D'un coup un flash d'une pièce lui sembla plus anormal que les autres. Non pas par son contenu, elle connaissait très bien l'endroit, mais parce que personne n'était censé s'y trouver à une telle heure.

Emma allait prendre la direction des salles de classe quand elle se souvint de la présence du mutant des égouts et de la jeune étudiante. Elle ne pouvait pas renvoyer Erika dans sa chambre en compagnie de l'étranger, elle ne savait rien des intentions du garçon. Aussi c'est avec un nouveau long soupir qu'elle reformula.


- Vous deux, vous continuez à me suivre, et surtout pas d'imprudence !


Le ton employé n'était pas sec cette fois, juste... pressé...

Le professeur savait où se trouvait l’intrus à présent. Dans la salle de classe numéro 1 (first classe, clin d'oeiiil ! ). Une fois arrivée devant la porte, elle tapa le code sur le digicode afin de déverrouiller la serrure, puis, tout en signalant a ses deux compagnons d'infortune de rester en retrait d'un mouvement protecteur du bras, elle abaissa la poignée, ouvrant ainsi la voie sur la fameuse pièce, se tenant de toute sa posture dans l'encadrement de la porte, sur la défensive.

.

_________________

" Le monde entier nous regarde à présent,
nous ne devons être rien de moins que fabuleux. "
Emma Frost - Amy Grimm - Honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Entrée en scène (Terminé (suite ailleurs) )   Dim 9 Oct 2011 - 5:29

I don’t wanna sleep
I don’t wanna dream
‘cause my dreams don’t comfort me

-"Un problème ? Non pas du tout. J'avais promis de venir visiter l'institut et me voilà. Je ne viens vraiment pas à une heure convenable, c'est ça ?"

Arg… Arg… ARG ! Il avait de la chance qu’elle soit toujours éveillée car s’il avait troublé l’une de ses rares et paisibles nuits de sommeil, elle l'aurait, tout simplement, massacrer jusqu’à ce que sa colère soit passée… ou jusqu’à ce qu’il puisse être utiliser comme sac à main. Il avait de la chance d’être tombé sur l’une de ces nuits où tout allait de travers dans son esprit, ce qui l’empêchait de trouver les bras de Morphée. Ainsi, il se récoltait une Erïka ronchonne, plutôt qu’une Erïka endormie et de mauvaise humeur. Laquelle était la pire ? Bonne question… Au moins, la plaisanterie de Scum eut l’avantage de la détendre légèrement et d’oublier, une fraction de seconde, qu’elle n’était pas entourée que de meurtriers ou de gens cherchant à avoir sa peau. Cependant, lorsque l’alarme de l’institut résonna, l’adolescente sursauta et se tourna vivement vers Emma. Que se passait-il, encore ? Elle en avait marre des ennuis, pour le moment. L’idée de se jeter du haut du toit de l’institut pour enfin avoir la paix lui parvint à l’esprit, mais elle se ravisa aussitôt; pas question de donner satisfaction à quiconque souhaitant la voir disparaitre.

- « Vous deux, suivez-moi. Et collez moi comme mon ombre, il n'est pas temps de vous perdre... On parlera de la venue de ton ami plus tard. »

Emma n’avait pas l’air de rigoler. En fait, la situation était bien trop sérieuse pour qu’elle puisse se permettre le moindre sourire. Agacée, Erïka jeta sa cigarette au sol, suivant l’institutrice sans un mot, les bras croisés. Avec de la chance, ce n’était qu’un imbécile qui avait fait la terrible erreur de s’aventurer dans l’une des pièces interdites de l’institut afin de passer le temps, faute de trouver le sommeil. Après tout, il arrivait aux élèves de faire des bêtises, non ? Enfin, pas tout à fait dans ce genre-là. Serrant les poings et croisant les bras, la jeune fille observa Scum du coin de l’œil. Le pauvre, il ne devait plus rien comprendre. Marchant rapidement, faisant de nouveau souffrir ses pauvres jambes tendues, l’adolescente peinait à suivre Emma. Lorsqu’elle franchit les portes de l’institut, l’air ambiant réchauffa son visage, comme une caresse. Cependant, le vacarme, lui, agressait les oreilles, d’autant plus que l’alarme ne cessait de hurler. Finalement, peut-être que rester à l’extérieur n’était pas une si mauvaise idée…Soupirant longuement alors qu’Ororo s’adressait à Emma, la Russe se tourna vers Scum.

-« T’as de la chance, t’as débarqué lors d’une nuit de merde ! » fit-elle en passant négligemment une main dans sa chevelure blonde. « Qu’est-ce qui va encore me tomber dessus, ce soir ? » ronchonna-t-elle, ensuite, pour elle-même.

Alors qu’Emma semblait toujours préoccupée, Erïka songea à s’exiler dans une pièce où elle pourrait obtenir un peu plus de tranquillité qu’ici. Il y avait bien sa chambre, mais elle ne pourrait jamais y trainer Scum. Le couloir était bondé d’étudiants effrayés, curieux, pleurnichards, colériques, et elle en passait. Découvrir qui était la personne l’ayant appelée à l’intercom, réveillant bien des élèves, n’était probablement pas une bonne idée. Cependant, elle n’en avait rien à faire des paroles ou bien des gestes des autres étudiants. Ils finiront par se rendormir dès que cette fichue alarme aura terminé de hurler dans tout l’institut !

- « Vous deux, vous continuez à me suivre, et surtout pas d'imprudence ! »

Quoi ? Emma continuait de les chaperonner ? Y en avait marre à la fin ! Pourquoi se devait-elle de jouer les cabots et de la suivre partout ? Et si quelque chose se produisait ? Si Erïka était attaquée et devait assurer sa défense ? Serait-elle en mesure de se battre ou s’effondrerait-elle de peur de commettre l’irréparable et, alors, de se comparer à ces sordides individus hantant ses songes ? Cette option, ne l’effleura que quelques secondes. Ce devait être quelque chose de beaucoup moins grave. Elle ne souhaitait que ça, car ces pensées négatives ne faisait qu'aggraver son cas et la rendre complètement folle. Suivant, à contrecœur, le professeur, la jeune fille posa la main sur sa bouche afin d’étouffer un bâillement. Avec de la chance, elle pourra retrouver son lit avant l’aube. Troublée, épuisée, énervée, les nerfs à vif, elle ne souhaitait rien d’autre que la fin de cette fichue nuit. Lorsque Emma déverrouilla l’une des salles de classes et ouvrit la porte afin d’observer la pièce dans son ensemble, Erïka en profita pour jeter un bref coup d’œil à l’intérieur : rien. Elle ne voyait rien. Les ténèbres y jouaient probablement un grand rôle et Erïka réussit à glisser sa main dans la pièce, avant qu'Emma ait pu l'en empêcher, afin d’atteindre l’interrupteur. Une vive lumière éclaira aussitôt l’endroit qui était, à première vue, désert. Elle avait halluciné un intrus ou quoi ? À moins que ce n’était qu’un mutant ayant le pouvoir de se dissimuler à leurs yeux ? Elle y songea, mais abandonna l’idée : qu’elles étaient les chances pour qu’un homme invisible s’infiltre dans l’institut ? Et si cette personne se transformait en animal ? Quoi qu’il en soit, le système d’alarme ne s’était pas mis en marche de lui-même, quelqu’un l’avait déclenché et l’adolescente aimerait bien trouver le coupable afin de s’en servir comme défouloir. Au moins, elle sera plus calme, par la suite. Enfin, normalement…

.
[C’est pas fameux, j’avoue, mais la prochaine fois je ferais mieux ~]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Entrée en scène (Terminé (suite ailleurs) )   Lun 10 Oct 2011 - 14:24

Scum eut un mouvement de recul en entendant les alarmes sonner. Est-ce que sa présence ici avait causé cela ? Pourtant il n'était pas entré par effraction, on lui avait ouvert le portail. Regardant les deux jeunes femmes qui s'était tournées dans la direction de l'institut, il remarqua qu'elles n'avaient pas l'air si inquiètes, une fois la surprise passée. Peut-être croyaient-elles à une fausse alerte.

- « Vous deux, suivez-moi. Et collez moi comme mon ombre, il n'est pas temps de vous perdre... On parlera de la venue de ton ami plus tard. » déclara la grande blonde qui ne s'était toujours pas présentée, en fait.

"Euh..." commença Scum, alors que les deux demoiselles remontaient d'un pas pressé en direction de l'immense bâtisse. Mais elles ignorèrent son hésitation, et il finit par les rattraper en trottinant, les accompagnant jusqu'à l'intérieur.

Une fois entré, il cligna des yeux pour s'habituer au changement soudain de luminosité tandis qu'un vacarme humain assaillait ses oreilles. Lorsque sa vue fut ajustée, il découvrit un bazar qui ressemblait beaucoup au désordre bruyant de la ville à ses heures de pointe, à la différence près que les citoyens affairés avaient été remplacés par des enfants et des adolescents ronchons et inquiets. Le bruit bourdonnant de leurs conversations -ajouté au vacarme de l'alarme qui hurlait encore plus fort- le fit siffler d'agacement, est-ce que ça allait bientôt se finir ?

Portant ses larges mains sur les côtés de son crâne, il faillit ne pas voir la grande femme noire qui semblait parler à la blonde et le gratifia au passage d'un sourire courtois. Malmené par le vacarme, Scum ne parvint pas à se concentrer sur leur échange, mais hocha la tête en guise de salutation...
Il ne comprit pas non plus grand chose de ce qui lui dit Erika, qui s'était tournée vers lui pour lui faire une remarque sans doute très pertinente :

-« T’as de la chance, t’as débarqué lors d’une nuit de merde ! fit-elle en passant négligemment une main dans sa chevelure blonde.
_Oui, oui sans doute, oui." répondit l'écailleux, agacé, en espérant qu'elle ne lui posait pas une question.

Le trio resta planté pendant un instant au milieu du hall. Erika semblait perdue dans ses pensées, tandis que sa supposée grande sœur cherchait au contraire la concentration. Scum lui, cherchait à esquiver les quelques personnes qui passaient près de lui en s'attardant parfois sur son apparence, plus souvent sur son odeur.
Très étrange pour le mutant des égouts de constater que ce qui revêtait de l'importance pour lui n'était qu'un détail aux yeux des gens d'ici, et qu'à l'inverse un détail aussi négligeable que son odeur corporelle avait pris une soudaine importance pour ceux qui l'entouraient.

Finalement, la belle en blanc s'adressa de nouveau à eux et Scum tendit cette fois l'oreille :

- « Vous deux, vous continuez à me suivre, et surtout pas d'imprudence ! »

La suivre, il avait saisi l'essentiel et talonna la jeune femme alors qu'elle s'enfonçait dans les entrailles de la bâtisse. Le mutant écailleux constata alors avec joie qu'ils s'éloignaient du vacarme du hall et poussa un soupir de soulagement.

*Pas d'imprudence, est-ce que ça veut dire que je ne dois rien faire s'il y a vraiment un intrus ici ?* se demanda Scum qui ne savait pas s'il serait mieux de laisser les habitants gérer cela à leur façon, ou d'intervenir à leur côté pour montrer qu'il pouvait aider. Après tout, cet endroit était un refuge pour mutants, ils étaient forcément parés à ce genre d'éventualité. Ce n'était pas pour rien qu'il leur fallait vivre cachés.

Au bout du compte, ils arrivèrent devant une porte, que la femme en blanc déverrouilla. Faisant barrière de son bras à Scum et à Erika, elle ouvrit sèchement la porte, et se tint dans son encadrement, en garde. Erika glissa un œil en contournant leur protectrice par la droite, Scum le fit par la gauche.
Il avait beau voir dans le noir, il ne distinguait rien ici... Et il en vint à se demander pourquoi la grande blonde avait soupçonné cette pièce d'accueillir leur intrus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Entrée en scène (Terminé (suite ailleurs) )   Lun 10 Oct 2011 - 15:02

( La suite se fait donc ici, je vais répondre en premier à Adam, puis ce sera à Erika, puis à Scum et reviendra le tour d'Adam, etc ... )

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

♥️ Merci pour l'avatar mon Will ♥️
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entrée en scène (Terminé (suite ailleurs) )   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entrée en scène (Terminé (suite ailleurs) )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entrée en scène ! [Terminé]
» Nouvelle déception [Rp privé Edge/Amy] (Terminé (avec suite ailleurs))
» L'entrée en scène d'une folle... [PV Musashi et Akito]
» [inscriptions jusqu'au 06/05/11] L'entrée en scène du premier Capitaine Corsaire
» L'entrée en scène du chef mécano. [PV Katharina.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Hall d'entrée-