X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Information/interrogatoire, mission communne (Eleonora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lucie Persian

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 25
Localisation : Ma maison de forêt ou le SHIELD

Fiche Tecnhique
Metier: Agent du SHIELD
Age : 28 ans
Nationalité : Franco-Américaine

MessageSujet: Information/interrogatoire, mission communne (Eleonora)   Mer 14 Oct 2015 - 21:36

Le bruit de l'hélico résonnait si fort, c'était assez désagréable, pourquoi fallait-il que je tombe sur un hélicoptère? Mon ouïe en prend pour son grade. Voila depuis le début du voyage que mes oreilles sont plaquées sur ma tête avec mes mains par dessus pour me protéger de ce boucan infernal, quoi? Vous trouvez que je fais ma chochotte? Vous même trouvez que le bruit d'hélicoptère est fort et peu agréable non? Imaginez pour moi alors.

Les autres membres de l'équipe gloussent en me voyant dans cet état de détresse, c'était quand même sympa que les autres ce soit en général habitué à mon apparence féline, j'oserais même dire que certains apprécient de me regarder, c'est plutôt flatteur, voila depuis un moment que je me suis habitué à cette forme... qui est MA VRAIE FORME, que ce soit clair, mon ancienne apparence humaine que je reprend grâce à cet engin bizarre qu'on m'a filé, c'était juste une coquille qui a permis à cette perfection de sortir, oui, je n'ai jamais été aussi belle et sensuelle avant d'adopter cette apparence douce et soyeuse, bon c'pas tout mais si j’arrêtais de me lancer des fleurs toute seule.

Cependant une dernière chose m'agaçait, cette PUTAIN DE TENUE ULTRA ÉTANCHE, blablabla protocole, mais j'ai une permission pour porter des tenues légères à cause de ma fourrure en plus quoi, donc pourquoi on me demande quand même de porter ces tenues qui me font cuire, parce que désolé de le dire, mais moi je ne suis pas habituée à ça, je ne peux pas les supporter, ça surchauffe ma fourrure soyeuse et ça l'abîme, je vais devoir la laver et prendre soin de mon magnifique pelage doré pendant des heures, ça va être une catastrophe, quoi? Moi superficielle ? N'importe quoi, vous n'avez pas le corps intégralement couvert de fourrure vous ne pouvez pas comprendre ma fierté à porter ce pelage... sauf si vous êtes ce genre de femme à barbe, mais la n'est pas la question.

En tout cas, le voyage s’arrête enfin et le bruit assourdissant de cet hélico de malheur finit par enfin s’arrêter, je retire finalement mes mains de mes oreilles. Je salue les deux hommes qui nous accompagnaient pendant le voyage, ils étaient très sympathiques en tout cas et je reprend ma route en compagnie de mon équipière, une grande blonde, de toute beauté elle aussi, je l'avais déjà complimentée sur la classe et la beauté qu’elle avait, je crois bien que mon compliment lui avait plu. Quoi qu'il en soit, la mission, un bâtiment dans le trou du cul du brésil, pourquoi le brésil, pourquoi fallait-il que ce soit ce pays tropical où la chaleur est humide à souhait, plein de moustique à la con. Les moustiques putain.. finalement je ne regrette plus tant d'avoir cette protection physique étanche, mais putain je crève quand même de chaud là dedans, désolée, mais je tire un coup sur le col de ma tenue pour laisser s'échapper cette sensation de chaleur excessive.

Là-dessus, objectif, recherche d'informations.

- Bon... on commence par où ? On a tout un bâtiment à scruter dans les moindres détails, autant faire ça de façon organisée.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Information/interrogatoire, mission communne (Eleonora)   Sam 17 Oct 2015 - 6:08

Les voyages en hélicoptères n’avaient jamais été des plus plaisants pour Eleonnora. Coincée dans un espace restreint avec d’autres personnes, ne pouvant rien faire d’autre que de regarder par la fenêtre en tentant d’oublier le boucan autour d’elle, elle se sentait comme une souris dans une cage. Elle ne pouvait rien faire de plus qu’attendre qu’on la libère. Heureusement pour elle, ce voyage allait s’avérer plutôt court.

Ayant attrapé l’un des jets du S.H.I.E.L.D. en partance de New-York pour l’Amérique latine en compagnie de quelques agents, la jeune femme se serait attendue à arriver à destination sans avoir à être transférée dans un autre appareil. Ce fut une fois sur la piste d’atterrissage qu’elle fut informée que des hélicoptères allaient les mener directement à l’immense bâtiment, situé en pleine nature, qu’ils devaient inspecter et fouiller de fond en comble. La végétation ne permettait pas à un gros appareil de se poser sans encombre. Les premiers agents avaient fait le transport en véhicule tout terrain, ce qui était tout de même plus long et ennuyant.

Séparée de son coéquipier habituel, Eleonnora se retrouvait à partager l’hélicoptère avec deux hommes et… une femme. Vu les montagnes s’imposant sous son uniforme, il s’agissait clairement d’une femme. Ce n’était pas la première personne dotée d’une mutation aussi visible qu’Eleonnora avait pu rencontrer dans sa vie. Il y avait ce gentil professeur, Hank, qu’elle croisait parfois à l’institut. Et aussi, cet ami d’Erïka qui avait été désigné pour être le prêtre de son mariage. Par contre, son nom lui échappait. Elle se souvenait seulement de son apparence rappelant un diablotin.
Ne jugeant personne – elle se permettait par contre de juger les choix vestimentaires de certaines – Eleonnora savait très bien que les apparences pouvaient être trompeuses. Elle aura le temps de se faire une idée de cette femme au cours de leur investigation puisque selon son ordre de mission elle se retrouvait à faire équipe avec elle. D’ailleurs, elle commençait avec un très bon point, l’ayant complimenté sur sa beauté naturelle et sa tenue élégante. Peu importe l’occasion, il fallait savoir être présentable, après tout. Pantalon noir propre, chaussures bien cirées sans talon aiguille pour une question de confort, et chemise bien boutonnée couverte d’un léger veston, rien de tel pour toujours avoir l’air professionnel sur le terrain. Par commodité, elle ramenait toujours son épaisse chevelure blonde en un joli chignon qui épargnait quelques mèches plus courtes encadrant son visage.

Une fois l’hélicoptère posé sur une large surface couverte d’herbe, Eleonnora attend que sa coéquipière quitte l’appareil pour faire de même, laissant derrière elle le gros casque qu’elle avait porté tout au long du voyage afin de couper le bruit ambiant et rendre le voyagement moins désagréable.

Le bâtiment que les agents devaient fouiller avait été perquisitionné par le S.H.I.E.L.D. dans le cadre d’une vaste opération de trafic pharmaceutique incluant également de nombreuses drogues dures se répandant en Amérique du Sud. Selon les informations reçues, Eleonnora avait cru comprendre que des mutants avaient été impliqués dans cette affaire, mais elle ne savait rien de plus. Si habituellement elle ne s’occupait que des cas de mutants dangereux, il semblerait qu’un problème de manque de personnel disponible l’ait obligée à participer à cette investigation. À moins qu’on ne lui ait pas tout dit, ce qui, en plus d’être étonnant, serait irresponsable.


-« Bon... on commence par où ? On a tout un bâtiment à scruter dans les moindres détails, autant faire ça de façon organisée. »

-« Un poste de commandement a été établis à l’intérieur du bâtiment. On va commencer par là. Une fois qu’on aura jeté un coup d’œil aux plans on pourra décider d’une marche à suivre. Normalement, nous n’aurons pas à mettre les pieds dans les laboratoires, ce qui nous laisse les bureaux, salles de serveurs, tout ce qui serait susceptible de nous mener aux potentiels complices des criminels que nous avons déjà arrêtés lors de la descente. Aux dernières nouvelles, aucun d’entre eux n’a parlé, pour le moment. »

Une fois à l’intérieur du bâtiment, Eleonnora n’eut qu’à suivre le flot d’agents déjà présent afin de rejoindre la grande salle dans laquelle le poste de commandement des opérations avait été installé suite aux arrestations et à la fouille complète du bâtiment. Sans demander l’avis à qui que ce soit, la jeune femme se dirigea vers une large table sur laquelle les plans du bâtiment avaient été posés pour consultation. Elle avait un objectif à remplir : récupérer des informations et rapporter tout ce qui pourra être saisis pour aider à la progression de l’enquête. En cas de besoin, ce qui ne sera probablement pas nécessaire, elle pouvait toujours se référer au chef des opérations.

Après avoir consulté les plans de l’étage principal, celui où elles se trouvaient, Eleonnora indiqua à sa collègue le chemin qu’elles allaient suivre pour commencer leur investigation. De l’un de ses longs ongles peints d’un délicat violet qu’elle laissa glisser sur le papier, elle démontra ainsi la direction à emprunter.


-« Il y a une série de bureaux, isolés dans cette aile du bâtiment. On va commencer par-là. Si jamais on se retrouve face à des locaux vides, on continuera par ce couloir et on poursuivra les investigateurs du côté de la salle des serveurs. Ça vous convient ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucie Persian

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 25
Localisation : Ma maison de forêt ou le SHIELD

Fiche Tecnhique
Metier: Agent du SHIELD
Age : 28 ans
Nationalité : Franco-Américaine

MessageSujet: Re: Information/interrogatoire, mission communne (Eleonora)   Mer 28 Oct 2015 - 17:23

Voyons, un grand bâtiment, des espèce de trafiquant, potentiellement affilié à des terroristes peut-être même, en autre, du boulot comme à l'habituel. Mais bon, il valait mieux que ces criminel ne découvre pas d'un coup l'existence des mutants comme moi, pas que je sois trop belle.. Mais il y a un peu de ça quand même les pauvres.

Bworf, aller on active cette montre technologique, je n'aime pas la sensation mais bon.

- Une minute, histoire que les criminel ne me voit pas sous cette forme.

C'est très désagréable, je sens mon organisme s'altérer, l’ossature de certain de mes membres,en particulier mon visage se déformer. Ma fourrure se rétracte pour laisser ma peau blanche à nue. Au bout d'environs une petite dizaine de seconde, mon corps à repris mes trait humain, c'est fou le changement que ça, je me sens si mal à l'aise de ne plus avoir ma queue qui bat l'air, mes oreilles qui remuent, certes je m'y habitue après un petit moment, mais... Je me suis habitué à mes trait félin et tout ce qu'il y a avec, donc forcément, je n'aime pas trop cette sensation de vulnérabilité, je ne sent plus aussi bien les odeurs en plus de ça, j'ai l'impression d'être amoindrit en fait.

Quoi qu'il en soit je me met au travail.

- Hmf... Aucun... Pour l'instant, on verra si ils ne parlent pas bientôt, mais ça, ce sera après avoir fouillé, on interroge si on a besoin de précision ou bien d'information complémentaire ou manquante. Vu le morceau qu'on a l'air de se prendre, va bien falloir ça.

Je sens que ça va être une affaire fatiguant encore. Houla je viens de me rappeler, fermer le bouton à l'arrière de mon pantalon, vu que je n'ai plus ma queue de félin, ça fait juste un trou, ça fait un peu vulgaire on va dire. J'ai toujours chaud putain, cette tenue devient infernal, mais voit le bon côté des choses, tu ne te fais pas piquer de partout, je suis quand même surprise que ma collègue ne porte pas une tenue plus adapté, faudra pas qu'elle s'étonne de se faire piquer de partout par la suite.

Je suis entré dans le bâtiment et autant dire que ça sent le renfermé la dedans, le ménage ne doit pas être fait bien souvent, il y fait lourd et chaud, désolé mais j'ouvre un peu, m'en fout si ça fait un décolleté, mais j'ai besoin de respirer un peu, les moustique n'envahissent pas le bâtiment, donc la fermeture éclair vers le bas, pas trop non plus histoire que mes arguments ne s'échappent pas et puis avouez que c'est agréable à regarder, je crois même que ma collègue à lorgné sur moi, c'est plutôt flatteur si c'est le cas.

Quoi qu'il en soit, je cherche doucement mais surement, faisant attention à ne pas me foutre de leur saloperie dans le nez, même si je suis diminué sous cette forme, une drogue forte dans le nez et ma collègue me retrouve à moitié sur le carreau, enfin pas si c'est une petite dose mais quand même, je suis sassez sensible à ce genre de merde. Quelques papier, des petites notes sans intérêt, pas grand chose d'intéressant, des truc lié à des programmes et des horaires de livraison, mais aucun nom, pas de quoi aider à vrais dire personnellement, mais à garder quand même.

Tiens, elle en est ou la grande collègue? Elle a peut être trouvé deux ou trois merdouille comme moi, ho attend, ho putain de merde! Alors ça c'est intéressant, j'ouvre un tiroir juste comme ça au hasard en espérant trouver un truc, comme il était pas verrouillé je me dis que ça doit pas être bien important, la putain de recette chimique pour leur saloperie qui empeste.

- Hey... Par ici, j'ai trouvé la recette de leur drogue je crois bien! C'est peut être pas aussi  gros que la liste des clients ou bien de certain contact, mais ça donne déjà un bon point de départ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Information/interrogatoire, mission communne (Eleonora)   Mar 3 Nov 2015 - 4:28

Eleonnora était loin d’être une femme d’intérieur. S’occuper d’un foyer et y passer la majorité de son temps n’était pas quelque chose qu’elle envisageait pour sa vie future. Enfin, à moins que cela n’implique qu’elle puisse passer davantage de temps avec sa femme. C’était bon de pouvoir rentrer à chaque soir chez soi et de se coucher aux côtés de la personne aimée. Malheureusement, être un agent gouvernemental impliquait d’avoir des horaires très irréguliers et de devoir faire une croix sur certaines choses. Heureusement, Evelynn avait su s’accommoder de la situation, bien qu’elle ne cache pas sa déception à chaque fois qu’Eleonnora reçoit un énième appel pour le travail. Peut-être qu’un jour cette dernière décidera d’être assignée à un nouveau poste et ainsi quitter le terrain, mais pour l’instant elle devait avouer qu’elle aimait ce qu’elle faisait. Elle sentait qu’elle faisait une différence, elle côtoyait des gens de toute origine à travers de multiples pays. C’était enrichissant, si on oubliait la partie où elle devait s’épuiser à pourchasser des criminels.

Heureusement, ce n’était pas à tous les coups qu’elle se retrouvait à chasser des mutants dangereux jusqu’à ce qu’elle arrive à les enfermer sous clé. Il y a des missions, comme celle-ci, où elle n’avait qu’à enquêter. On ne lui demandait pas d’arrêter qui que ce soit, selon les informations qu’elle avait reçu il n’y avait plus un seul criminel dans le bâtiment qu’elle s’apprêtait à investiguer. Ils avaient tous été menés aux quartiers généraux du SHIELD pour interrogatoire.

Mais comme tout agent le savait, il ne fallait rien prendre pour acquis. Par précaution, la nouvelle partenaire d’Eleonnora tint à camoufler son apparence avant d’entrer dans le bâtiment. Cette dernière n’interrompit pas sa marche pour autant, se contenta de tourner la tête afin de jeter un bref regard par-dessus son épaule afin de prendre connaissance du nouveau physique de sa coéquipière.

Avant toute chose, Eleonnora devait s’assurer que sa coéquipière et elle était sur la même longueur d’onde. Il serait bon de savoir quel étaient les ordres que chacune avait reçu de la part de leurs supérieurs. Des instructions très claires avaient été données à Eleonnora. Bien entendu, certaines choses pouvaient changer si des contretemps ou des situations imprévues se produisaient – après tout, elle était formée pour faire face à ce genre de chose. Mais elle devait, du moins pour l’instant, s’en tenir aux ordres stricts et laisser les autres agents faire leur part du travail.


- « Hmf... Aucun... Pour l'instant, on verra si ils ne parlent pas bientôt, mais ça, ce sera après avoir fouillé, on interroge si on a besoin de précision ou bien d'information complémentaire ou manquante. Vu le morceau qu'on a l'air de se prendre, va bien falloir ça. »
-« Je ne sais pas pour vous, mais les ordres que j’ai reçu m’interdisent d’entreprendre une quelconque forme d’interrogatoire avec les individus arrêtés. Pour obtenir des informations, il faudra communiquer avec les agents qui se chargent de leur soutirer des réponses. Le SHIELD a déployé près d’une centaine de ses effectifs dans cette perquisition et chaque agent a reçu des directives bien précises. Quelles sont les vôtres ? »

Une fois dans le bâtiment, Eleonnora se dirigea vers le poste de commandement afin de consulter un plan détaillé de celui-ci. Ainsi, elle pouvait repérer les zones du rez-de-chaussée qu’il serait judicieux de fouiller en premier. Les sous-sols fourmillaient encore d’agents ainsi que de personnel de l’équipe scientifique. Il valait mieux les laisser faire leur boulot et se contenter de fouiller les bureaux administratifs, comme il était convenu. Bien sûr, Eleonnora comptait rester en contact avec son partenaire habituel, qui apparemment devait gérer plusieurs aspects de la perquisition, dont le contrôle du personnel et des opérations au sein du poste de commandement. Il ne fallait jamais négliger ses atouts, peu importe la situation. On ne sait jamais ce qui peut se produire et sur qui on pourra compter en cas de problème.

Puisque les deux femmes étaient d’accord sur le secteur où elles allaient effectuer leur fouilles, il était temps de se mettre en marche. Le temps ne jouait pas contre elles, mais plus vite un travail de qualité était accomplis, plus vite Eleonnora allait pouvoir retrouver son loft, sa femme et la dernière saison de Desperate Housewives.

La première chose qu’Eleonnora nota était qu’il faisait très chaud dans les bureaux. Elle était tentée de retirer son veston, mais comme elle n’avait pas d’endroit où le poser elle se contentait de supporter la chaleur en se maudissant d’avoir opté pour une chemise à manches longues. Au moins, pas un seul moustique n’allait l’atteindre lorsqu’elle retournera à l’extérieur.

Visiblement, ces bureaux n’étaient pas climatisés et n’avaient pas servis depuis longtemps. Ils faisaient peut-être office de décoration, à moins que les anciens occupants n’aient déménagés leurs effets dans des locaux moins humides. Même l’agent Persian témoigna de la chaleur en descendant un peu la fermeture éclair de son haut. Eleonnora haussa un sourcil, légèrement perplexe. Elle n’allait pas faire de commentaire, songeant à faire la même chose. L’éthique professionnelle lui ordonnait de penser à autre chose et de conserver sa chemise boutonnée, comme tout autre agent le ferait.

Il était temps de commencer la fouille des bureaux. La première pièce donnait la même impression que celles à la porte entrouvertes qu’Eleonnora avait croisées sur son chemin : poussiéreuses, inintéressantes et petites au point où n’importe qui aurait pu devenir claustrophobe. La première chose qu’elle fit fut d’attendre que Lucie prenne les devants et entre dans la pièce avant d’ouvrir grand la porte en s’assurant qu’elle n’allait pas se refermer derrière elle. L’absence de fenêtre dans cette première pièce ne plaisait pas particulièrement à Eleonnora qui resta muette sur le sujet et commença à fouiller, à son tour.

À première vue, ce bureau n’avait pas été occupé depuis un bon moment. Par contre, en commençant à fouiller quelques classeurs, on pouvait constater que de nombreux documents y avaient été stockés au fil du temps. Sur le bureau de travail trônait quelques papiers portant des annotations peu dignes d’intérêt. En fait, ce qui donnait l’impression que cette pièce n’était pas utilisée était l’absence d’effets personnels. Il s’agissait d’un endroit terne, sans vie, où la personne qui y travaillait ne trouvait pas utile de personnalisé son espace.

Des bons de commande ainsi que de vieilles factures, Eleonnora n’avait pas trouvé mieux. Comme la majorité se ressemblait, la jeune femme se contenta d’en étaler quelques copies distinctes sur le classeur avant de les photographier avec son téléphone. Elle se laissa une note sur le sujet, puis rangea le tout où elle l’avait trouvé. Elle notera les informations relatives à ses trouvailles dans son rapport.

Alors qu’elle refermait le classeur, Eleonnora fut interpellée par l’agent Persian. Sans plus attendre, elle fit les quelques pas nécessaires pour rejoindre sa collègue qui était certaine d’avoir trouvé la recette de l’une des drogues produites en laboratoire. C’était étrange de retrouver quelque chose comme ça dans un bureau de ce genre. À moins que…


-« Est-ce que c’est la seule page que vous avez trouvé ? » Elle tendit la main afin de pouvoir obtenir la feuille et ainsi la regarder de plus près. « On a la liste des ingrédients, les quantités, mais… attendez… »

Eleonnora déposa la feuille sur le bureau et retourna au classeur dans lequel elle fouilla afin de sortir l’un des dossiers en carton contenant une pile de bons de commande. Elle ouvrit le dossier sur le bureau, à côté de la feuille de recette, puis tenta de faire des liens entre leurs deux trouvailles.

-« Voilà, ici. Une partie des produits indiqués sur la liste peuvent être achetés pratiquement n’importe où. Par contre, ils ont tous été commandés chez des fournisseurs différents, probablement pour que personne ne puisse faire le lien entre des produits médicaux de base et la conception de drogues. »

Elle n’était pas encore sûre de ce qu’elle avançait. Pour l’instant, elle ne faisait qu’avancer des théories qui pouvaient s’avérer vraies et logiques en fonction de ce qu’elle avait sous la main. Il y avait encore plusieurs pièces à fouiller, tous des bureaux, où elles pourront probablement trouver davantage d’informations. Parlant d’informations, Eleonnora en avait une très importante à communiquer avec la salle de commandement.

-« C’est quoi cette horrible odeur ? On dirait que ça provient du système de ventilation. Il n’a pas l’air actif. Selon les plans, il n’y a pas de laboratoires ce secteur du bâtiment. Je vais faire vérifier ça tout de suite. »

Attrapant son téléphone, Eleonnora s’apprêtait à contacter un agent du centre de commandement afin d’être certaine de ce qu’elle avançait. Ce n’était pas normal qu’il y ait une odeur de produits chimiques dans les environs, elle devait s’assurer qu’il n’y avait pas de fuite. Il valait mieux prendre des précautions, surtout dans ce genre d’endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucie Persian

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 25
Localisation : Ma maison de forêt ou le SHIELD

Fiche Tecnhique
Metier: Agent du SHIELD
Age : 28 ans
Nationalité : Franco-Américaine

MessageSujet: Re: Information/interrogatoire, mission communne (Eleonora)   Mar 3 Nov 2015 - 22:06


Je confirme, l'odeur environnante devient peut agréable. Ma collègue avait des ordres légèrement différent des miens, personnellement mon chef à fait transmettre une autorisation d’interrogatoire en cas de véritable nécessité, du moment que cela reste, dans la mesure du possible, doté d'une certaine retenue, mon chef est toujours très à cheval sur le fait rester humain autant que possible, mais qu’être humain c'est parfois savoir faire des choix difficile, ce sont des leçon que m'a appris un homme qui a du se forcer à tuer une trentaine de ses hommes par compassion, lorsque j'ai appris cela de sa part, j'ai vu en lui quelqu'un capable de faire ce que d'autre ne pourrais pas faire, même par humanité, car de tous les hommes, c'est celui qui a le cœur le plus humain que j'ai jamais rencontré.

Enfin bon je diverge vers d'autre chose qui n'ont aucun rapport avec ce que nous faisons, à part peut être faire gagner virtuellement des lignes à une rédaction, si c'était une rédaction et non pas mes pensées. Quoi qu'il en soit, mes ordres à moi était claire,m ais tout à fait ajustable en fonction de la situation.

La zone était bel et bien vide, même si il y avait cette odeur de drogue, Lucie arrivait encore à distinguer si il y avait ou pas une odeur d'être humain dans les parages, même si c'était très flou, il n'y avait déjà plus personne depuis un moment, donc pas de quoi s'inquiéter à vrais dire, ce qui en soit était un certain soulagement, je n'avais pas envie d'avoir à à me battre ou à tirer sur des gens, ps que cela me gène en soit, mais disons que je n'ai jamais aimé le bruit brutal des armes, c'était toujours si violent et agressif, mes oreilles en prenne pour leur grade à chaque fois.

Mon haut n peu ouvert, faisait un effet décolleté, personnellement cela ne me gênait pas, de toute façon je le refermerais une fois qu'on aurait à ressortir du bâtiment et surtout une fois de retour j'enfilerais un uniforme plus conventionnel qui sois plus professionnel et séduisant, bizarrement les uniforme de ce genre rende toujours très attirant sur une femme, comme quoi, enfin je diverge à nouveau, concentre toi Lucie, concentre toi bon sang.

- Hmmm, étrange, j'ai autorisation d'interroger, mais à condition que cela soit vraiment nécessaire bien sur, autrement, il m'est préférable de ne pas entrer en contact avec les prisonnier pour des raisons de sécurité, les procédure courante en général, de toute façon si on trouve suffisamment d'info en plus de ça, on devrait même pas avoir à dire bonjour à cette bande de trafiquants du dimanche.

Autant dire que oui, c'était des trafiquant un peu mou du genoux, foutre des infos presque sous notre nez dans une pièce si facile d'accès, à croire qu'ils nous croyaient trop bête pour fouiller dans un tiroir, qu'importe, si cela nous facilitait la tache et nous permettait de sortir de ce bâtiment vite fait bien fait. Quoi qu'il en soit, après un bon moment Lucie avait rapporté justement les rapport que j'avais trouvé à Eleonora, qui semblait avoir fait quelques liens, qui suivaient une parfaite logique, tout concordait selon cette logique, bien sur les pauvres vendeur ne pouvait pas être tenue responsable de la façon frauduleuse dont tout ceci avait été utilisé.

Le puzzle semblait s'assembler sans trop de difficulté au moins, peut être cette affaire allait se finir bien vite pour nous, mais bon, comme on sait, même une fois de retour à la base on aurait des surement quelques rapport à faire toute les deux pour être sur de n'avoir rien oublié dans la foulé, mais bon c'était toujours mieux que de subir cette horrible odeur qui montait bien vite à la tête.

Pour le reste, je fouille assez vite,m ais de façon ordonné et intelligente pour ne rien oublier, je veux oublier cette pièce puante, le bâtiment n'est pas si grand que ça donc ça devrait pouvoir se faire assez zen. Je renifle,m ais je dois faire attention à ne pas me droguer accidentellement, en parlant de ça j'ai quand même quelque nausée, je dois faire un peu plus attention de ou je passe mes narines, je crois que j'en ai inhalé par accident, juste un peu,m ais ouai... c'est très désagréable, j'ai jamais prit de drogue de ma vie donc forcément je le sens un peu passer, mais je vais pas enquiquiner ma collègue avec ça, du moment que ça en reste plus ou moins la ça devrait se passer tranquillement.

- L'endroit possède des relent de leur drogue, l'odeur y est vraiment très forte, surtout pour moi, je t'avoue qu'avoir un odorat aussi affûté que le mien, même sous forme humaine, ça a pas que du bon, si on fait bien le taff et qu'on trouve le nécessaire on décampe, ce serait bien qu'on évite de finir complètement  shooté à cause de relent de produit psychotrope. Si jamais tu te sent comme allant vers un état second tu me préviens, j'en ferais de même.

Important, se tenir informé de l'état de l'autre,p as question de s’évanouir et de convulser à cause de trop d’insistance sur un objectif, il valait mieux savoir attendre un peu pour reprendre une fois les esprit remit en place, on est la pour accomplir notre objectif, c'est plutôt bien partit, donc autant repartir les mains pleine et avec l'esprit claire.

La pièce a été révisé de fond en comble déjà, on peut passer aux autres, je ne vais pas mentir c'est assez triste, on a des infos à droite à gauche par morceau ce qui rallonge nos recherche, pour aider je marque tous les endroit ou je viens de chercher d'un petit coup de marqueur jaune, évitons à ma collègue de passer la ou je suis déjà passé, sauf si elle veut passer un deuxième coups à certain endroits.

- C'est pas fortiche tout ça, il faudrait que l'on tombe sur le bureau du chef du bâtiment, c'est la qu'on devrait trouver les dossier plus important, parce que la, ce sont juste des labos, des réserve et autre, on a bien quelque papier et dossier intéressant, mais sans plus, tout ce que je peux dire, c'est que vu les produit et les différente merde qui y sont lié, ça m'a l'air d'une belle saloperie qu'ils vendent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Information/interrogatoire, mission communne (Eleonora)   Jeu 26 Nov 2015 - 3:00

Au fil des années, Eleonnora avait changé son comportement lors des différentes missions qu’elle effectuait sur le terrain. Si, parfois, certaines situations faisaient en sorte qu’elle prenne les ordres un peu plus à la légère tant qu’ils étaient respectés au final, ce n’était plus le cas à présent. Elle avait gagné en expérience, en maturité, mais avait également réalisé à quel point les dangers entourant les mutants étaient de plus en plus grands et éminents. Afin de déjouer les plans qui se tramaient et menaçaient la population à tous les jours, le S.H.I.E.L.D. devait redoubler d’efforts dans leurs enquêtes, en commençant par chacun des agents qui pouvaient se retrouver ou non sur le terrain. Tout devait être donc organisé et les règlements devaient être suivis à la règle. Normalement cela évitait également un lot inutile et incommensurable de paperasse supplémentaire.

Assignée à un partenaire qui l’accompagnait pendant la majorité de ses missions, Eleonnora avait développé une façon de travailler simple et efficace. Ils étaient sur la même longueur d’onde et se complétaient à merveille de par leurs différentes habiletés. Par contre, il arrivait parfois que leurs divers talents doivent être mis à profit dans différents contexte. C’est pour cela que la jeune femme se retrouvait avec une nouvelle partenaire, le temps de sa mission actuelle. Jusqu’à présent, les choses n’allaient pas si mal. Déjà, les deux femmes avaient des ordres de mission différent, ce qui démontrait que quelqu’un au-dessus d’elles n’avait pas pris la peine de vérifier ce genre de chose avant de les mettre en équipe. Elles avaient visiblement reçu leur briefing de personnes différentes. Ce genre de chose était parfois très embêtant, mais il était possible de tirer certains avantages de cette situation.

Avant toute chose, Eleonnora pris le temps de convenir d’un plan avec sa partenaire. Elles avaient des recherches à faire, leur temps devait être optimisé le plus possible. Consultant les nombreux plans du bâtiment afin de bien évaluer l’étendue de celui-ci et les nombreuses possibilités d’échappatoire en cas de problème, Eleonnora détermina qu’il valait mieux commencer par une section un peu plus éloignée et renfermée qui n’était constituée que de petits bureaux. Peut-être y avait-il quelque chose utile à ramener à leurs supérieurs qui pourra être utilisé comme preuve dans le cadre de l’investigation.

Les recherchent débutèrent et se révélèrent plutôt fructueuses, jusqu’à présent. Lorsqu’on travaillait dans un bâtiment dissimuler au beau milieu de nulle part, totalement entouré de la végétation, on pouvait avoir tendance à baisser sa garde et se dire que personne ne pourra mettre un pied dans le bâtiment sans être automatiquement repéré. Ce devait être pour cette raison que certaines personnes avaient laissé des documents importants ici et là. C’était un peu le fouillis, difficile de savoir quelles étaient les fonctions occupées par les différents locataires de ces bureaux. L’organisation ne semblait pas être le fort de certains individus. Ou, ils étaient chargés d’accomplir plusieurs tâches à la fois, devant gérer plusieurs éléments liés au trafic de narcotiques. Bien des théories étaient possible. Eleonnora ne souhaitait pas s’avancer et les critiquer d’amateur, car pour arriver à entretenir un marché de ce genre sans même attirer les soupçons de la police locale pendant très longtemps, puis arriver à semer les agents gouvernementaux en prenant davantage de précautions de laisser le moins de traces possible sur leur chemin, il fallait être malin. Bien sûr, une fois que le S.H.I.E.L.D. fut sur leur traces, il ne fallut que peu de temps pour monter un dossier complet sur les cerveaux des opérations pour ensuite procéder à leur arrestation.

Bien sûr, toute opération ne pouvait pas toujours se dérouler aussi bien. Au fil de leur recherche, Eleonnora ainsi que l’agent Persian se trouvait à être incommodée par d’étranges odeurs pouvant être associé à la production de drogue. Ce n’était pas normal, elles n’étaient pas à proximité des laboratoires. Le problème devait forcément parvenir du système de ventilation. Afin d’obtenir des réponses, Eleonnora téléphona à l’un des agents du poste de commandement afin de savoir ce qui se passait à travers le bâtiment. Il y avait peut-être une défectuosité ou quelque chose du genre.


-« … et rien n’indique une fuite de produits chimiques dans les laboratoires ? Oui, vérifiez à nouveau. Oui. Bien entendu. »

Eleonnora avait appris au fil des missions qu’il valait mieux ne pas prendre de risques inutiles. Dans le cas présent, les informations amassées n’étaient pas suffisamment importantes pour risquer d’être intoxiqué. La jeune femme revint auprès de l’agent Persian. Cette dernière semblait davantage incommodée qu’elle par les relents d’odeur.

-« Ça ne vaut pas la peine de continuer. Des agents vont faire le tour du bâtiment afin de trouver la source de l’odeur. On va retourner au poste de commandement et établir une nouvelle marche à suivre pour la suite des choses. »

La jeune femme quitta la pièce dans laquelle elle se trouvait pour rejoindre le couloir. Elle se sentait déjà un peu mieux. Les petites pièces fermées la mettaient mal à l’aise. Par contre, elle ne pouvait pas laisser sa partenaire seule pour retrouver au poste de commandement, tout particulièrement vu les circonstances.

-« D’autres agents viendront tout ramasser plus tard. On ne peut pas rester ici plus longtemps. On ne sait pas à quel genre de produits on est possiblement exposées. »

Changement de plan. Un bon agent savait comment s’adapter aux différentes situations se présentant à sa porte. Eleonnora avait bien trop à perdre pour finir sur une couchette d’hôpital parce qu’elle était restée trop longtemps à proximité de produits toxiques. Pour commencer, elle comptait s’équiper avec le matériel nécessaire pour palier à la situation. Ensuite, peut-être pourra-t-elle donner un coup de main aux agents faisant le tour du bâtiment. Il y avait encore beaucoup de boulot à faire alors il valait mieux ne pas rester les bras croiser. Plus vite cette mission allait se terminer, plus vite Eleonnora allait pouvoir retrouver sa femme et reprendre son petit train de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucie Persian

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 25
Localisation : Ma maison de forêt ou le SHIELD

Fiche Tecnhique
Metier: Agent du SHIELD
Age : 28 ans
Nationalité : Franco-Américaine

MessageSujet: Re: Information/interrogatoire, mission communne (Eleonora)   Mar 29 Déc 2015 - 18:21


Que dire si ce n'est, problématique? Pas grand chose, je n'allais quand même pas insister à renifler la zone si je sentais bien que les effluves de drogue dure me montait à la tête. Comment pouvait on prendre ce genre de merde volontairement, c'est un concours de celui qui se flingue la santé le plus vite c'est ça? Non parce que parfois on est en droit de se poser des questions, tiens ça me rappelle cette petite chanson, qui prouve que même à la maison on sait faire de la musique metal, je préfère boire du cul que de la drogue, c'est plus agréable, ensuite c'est un avis perso.

Bon pas tout, mais au final niveau dossier, bah on a quand même des trucs, quelques indices, un joli dossier avec quelques listes, connaissant ce genre de lascar doit y avoir des noms de personne soit écris quelque part soit caché dans le texte, pas la première fois que je détecte  des truc chelou dans ce genre de texte. Je ne douterais pas des capacité de ma collègue sur ce coup, elle m'a l'air de savoir ce qu'elle fait, mais il y a des choses qu'une française sait mieux faire que les autres... Bon d'accord, qu'une mutante à l'odorat affûté peut faire quand on est honnête.

-Bonne idée, ça commence à monter à la tête tout ça... Au passage, tu me repassera le dossier plus tard, je tenterais de voir si je ne détecte pas l'odeur d'une encre  invisible, y en a qui ont déjà tenté le coup.

L'encre invisible a son odeur propre aussi, c'est pas difficile à repérer pour moi, c'est pour ça qu'on fait appel à moi, parce que mes capacités physiques plus mes capacités félines supplémentaires font que je suis très avantageuse sur le terrain et j'adore partir en mission avec les gens, faire de nouvelles connaissances.... Et c'est un plaisir presque malin que j'ai à faire tourner en bourrique mes collègues masculins, je ne peux pas trop leur en vouloir de baver sur moi et mon corps parfait bien sur.

Cependant, nous sortons du bâtiment, là j'en peux plus, cet endroit est infesté, ce n'est pas une fuite, c'est juste le fait que nos organismes vont finir par lâcher et je dois garder l'esprit et le nez en bon état pour passer un coup de truffe dans les dossier pour trouver des odeurs étranges qui pourraient révéler quelque chose qu'on ne voit pas en temps normal. L'air maintenant libre et plus frais, je me sens déjà un peu mieux, ce bâtiment pue la drogue et la sueur, bon j'aime bien l'odeur d'un mec en sueur mais pas dans les mêmes conditions, plutôt dans des conditions sensuelles et charnelles, ce qui n'est pas le cas présent, donc ma réponse est un putain de non.

- Je pense pas à une fuite, je pense que cette drogue a un effet de reflux de vapeur une fois qu'elle est refroidie si elle n'est pas traité, c'est le genre de drogue qui justement se fait traiter assez vite sinon l'odeur devient nauséeuse et une drogue sentant déjà trop fort à peu de chance de vendre, donc à l'heure actuelle nous avons du rendre toute une cargaisons invendable et c'est pas plus mal, les drogues qui font ce genre d'effet à retardement sont en général des drogues particulièrement violentes.

J'ai étudié le sujet à force, je suis pas encore à mes dix première années de service mais pas loin et je m'y connais déjà pas mal à force de m'informer sur le sujet, mon boss m'a filé des bouquins sur pas mal de sujets que je devrais traiter et m’entraîne pour les missions à haut risque.

- Bon, maintenant je t'avoue que l'on se retrouve légèrement désœuvrées avec cet incident, c'était imprévu que l'on ait de potentiel reflux de leur marchandise inachevée. J'espère juste que ça ne rendra pas certain indices indétectables ou impossibles à travailler.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Information/interrogatoire, mission communne (Eleonora)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Information/interrogatoire, mission communne (Eleonora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Traque, sauvetage, interrogatoire. [Mission rang B]
» NOTE D’INFORMATION Chef de Mission et Porte-parole pour l’OIF au GABON L
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: Autour du Monde :: L'Amérique du Sud-