X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sierra Andes

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 22
Localisation : Un peu partout :P

Fiche Tecnhique
Metier: Commis dans un magasin de coutellerie
Age : 20 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Dim 30 Aoû 2015 - 6:55

- Sierra, va me chercher quelques cuillères Malee, il nous en manque un peu en présentation.

- Tout de suite!

L’employée toute vêtue de vert pâle alla dans l’arrière-boutique, où toutes les boîtes s’empilaient dans un ordre que seul le magasin et ses employés comprenaient. Malheureusement, dû à la complexité de la manière dont tout était fait, beaucoup des salariés prenaient un temps interminable à trouver certains ustensiles ou certains couverts. Pas Sierra.

*Ils semblent être dans cette partie-là, la dernière fois que j’ai tout rangé. Allez, rends-toi utile pour une fois…*

Elle parlait bien sûr de son pouvoir, secret ultime de la jeune femme. Ce pouvoir qui lui permettait de détecter certains objets dans un périmètre réduit. Elle pensa très fort à la marque de ces cuillères lorsqu’un peu plus loin, une forme étrange et verte se détacha du reste de la pièce. Sierra alla donc directement à la boîte et l’ouvrit pour savoir qu’elles étaient directement sur le dessus.

La rousse rougeâtre sortit par les portes battantes seulement cinq minutes après y avoir entré, avec la boîte en question. Deux employés, présentement sans clients, se chuchotèrent à l’oreille.

- Elle trouve ce qu’elle a besoin trop vite…

- Elle soit surement resté plus longtemps que tout le monde pour mémoriser les boîtes… Elle devrait devenir gérante, tellement elle est folle…

Sierra, sachant très bien de quoi les deux filles parlaient, ne fit même pas une action de plus. Elle les avait tous entendus, ces commentaires-là. Pour elle, c’était plus des compliments qu’autre chose. Cela voulait dire qu’elle était soucieuse de son travail, ce qu’un patron recherche toujours, surtout dans le domaine où elle voulait étudier. En urbanisme, une seule poutre manquante pouvait faire effondrer un immeuble entier.

- Tu peux partir Sierra. Il te reste cinq minutes. Finit tes cuillères et va-t’en. Merci encore d’être entrée alors que tu n’étais pas supposée…

Sierra roula les yeux dans le dos de tout le monde. C’était le matin. Elle n’avait rien à faire ce matin, mais il fallait qu’elle fasse de la route car aujourd’hui, elle irait surprendre Mesa dans sa nouvelle école! Elle avait entendu que les professeurs étaient plutôt détendus et que l’école était une bonne place pour en apprendre plus sur les mutants. Autant elle voulait voir sa sœur, autant elle voudrait en apprendre plus sur les mutants en faisant passer ça sur le dos qu’elle voulait savoir que ce Mesa pourrait faire. Plan parfait.

Après s’être changée et après avoir parcouru le stationnement intérieur du centre commercial, elle partit directement pour l’Institut. Le bon voyage d’une heure fût sans encombre. L’école était plutôt recluse de la ville. Pour le mieux, peut-être, de la qualité de vie des étudiants mutants.

Après s’être stationnée aux endroits prévus à cet effet, Sierra regarda autour d’elle. La jeune femme ne semblait pas proche de l’Institut même si le stationnement stipulait clairement que c’était pour l’école! Seul un chemin passant dans une forêt plutôt dense semblait aller à quelque part. Son pouvoir n’était d’aucune utilité ici, l’endroit étant trop loin. Elle emprunta le sentier, n’étant pas pressée outre mesure, sa visite étant une surprise.

L’embouchure à la fin de la route sembla dévoiler un édifice relativement gracieux et riche. Le tout avait l’air d’un manoir fait sur le haut, avec une élégance véritable. Si c’était là que Mesa faisait son éducation, Sierra était fière d’elle. Le tout avait l’air une école privée et semblait respirer la richesse et le succès.

Sur cette dernière pensée, la femme de vingt ans arriva dans le mémorial et se dirigea vers les portes d’entrée et finit par entrer, puis à se mettre à la droite de celle-ci. Maintenant dans le hall, Sierra ne savait pas où aller. Où serait Mesa? Quelqu’un allait-elle la rencontrer? Quelle était la prochaine action?

Les cheveux rouges, le visage rouge, des habits de couleurs complémentaires, la jeune femme détonnait un peu, mais la plupart des regards s’étaient tournés vers elle donc elle alla un peu plus loin dans un couloir inconnu. Il fallait qu’elle trouve quelqu’un d’âge adulte, et vite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Lun 31 Aoû 2015 - 0:43

En cette chaude matinée, l’institut Xavier semblait étrangement calme, bien plus que l’on pourrait s’y attendre par une telle journée. La dure vérité pour la majorité des étudiants était que les cours avaient maintenant débutés. Cela ne faisait que deux jours et, déjà, on pouvait entendre des jeunes se plaindre à travers les couloirs pendant le diner. Peu de gens aimaient se lever tôt avec l’idée qu’ils allaient s’enfermer dans une salle de classe pendant deux heures sans même profiter de l’air climatisé, qui était toujours brisé de toute façon. La chaleur devenait alors le nouveau sujet de plaintes justifiées. Ce n’était pas tout le monde qui avait la chance de posséder son propre système de refroidissement de pièce, ni même qui pouvait se permettre de faire la grâce matinée…

Dans une aile du second étage, on y retrouvait de nombreuses chambres occupées par les adultes du manoir. Bien que certains d’entre eux, venant tout juste d’atteindre la majorité, se plaisait bien à partager un dortoir avec quelqu’un d’autre, ce n’était pas le cas de tous. Surtout lorsqu’il s’agissait d’un couple souhaitant partager le même espace. À cette heure-ci, très peu d’adultes étaient toujours enfermés dans leur chambre. Les aiguilles de l’horloge se rapprochaient davantage de midi alors que le soleil projetait ses rayons à travers les rideaux clos d’une chambre toujours occupée.

Erïka Davidoff était connue pour être une lève-tôt, errant dans les couloirs de l’institut aux petites heures du matin, peu importe qu’elle ait une journée bien remplie ou non. Cependant, comme tout être humain normalement constitué, elle savait apprécier les joies de la grâce matinée. Roulant sur elle-même dans le lit afin de tourner le dos aux rayons de soleil pénétrant sa chambre, elle quittait peu à peu le royaume des rêves pour rejoindre la réalité.

Voilà, elle était éveillée. Quelle heure était-il ? Cinq heures ? Son alarme matinale n’avait toujours pas retentie, il devait être encore tôt, non ? Elle daigna retirer son bras des couvertures et l’étira afin de toucher quelque chose censé se trouver à ses côtés. Elle tâtonna un moment, puis se décida à ouvrir les yeux. Tournée vers l’autre moitié du lit, elle put finalement constater qu’elle était vide.


-« Merde… »

Erïka se redressa lentement afin de s’assoir, resserrant la légère couverture qu’il la recouvrait autour de son corps nu. Elle ne se souvenait pas d’avoir entendu son fiancé se lever, ce matin. Depuis combien de temps était-il parti ? Peut-être avait-il décidé de passer un peu de temps dans son bureau afin de s’assurer que tout était prêt pour ses classes de la journée ? Erïka le savait légèrement nerveux à l’idée d’enseigner à une classe complète, mais elle avait su faire en sorte de le rassurer et le détendre sur le sujet. Il n’y a pas meilleur professeur que lui, bien qu’il fasse ses débuts en tant qu’instituteur.

Glissant une main à travers son épaisse chevelure blonde afin de la projeter derrière sa tête, la jeune femme lança un dernier regard à la pièce avant de décider de quitter le lit. Il faisait très froid, comme si elle avait concentré l’air climatisé de l’institut en entier dans une seule pièce. D’ici ce soir, la température aura augmentée de quelques degrés, mais redescendra bien rapidement avec le retour de Bobby.

Erïka attrapa son téléphone, poser sur la table de chevet, puis consulta l’heure. Onze heures et dix minutes. Comment avait-elle fait pour dormir autant ? Elle ne s’était couchée qu’à deux heures ce matin ! Elle soupira.


-« Fuck ! »

Voilà une raison valable de se lever et maintenant. Ouvrant bien grand les rideaux au passage, Erïka se dirigea vers la salle de bain. Elle laissa tomber sa couverture sur le seuil et ne prit pas la peine de refermer la porte alors qu’elle se jetait dans la douche. L’eau chaude réchauffait sa peau glacée, ce qui lui faisait le plus grand bien. N’ayant pas le temps de trop en profiter, la jeune femme se résigna à resserrer les robinets dès qu’elle fut propre. Sautant hors de la douche, elle s’enroula dans une serviette et s’affaira à se coiffer, se maquiller ainsi qu’à se vêtir convenablement.

***

Ayant terminé de présenter la matière de son cours plus tôt que prévu, Robert Drake quitta sa salle de classe avec satisfaction, son sac posé sur l'épaule. Les élèves semblaient avoir bien compris ses explications et n’avaient pas hésitez à poser des questions au besoin. Calmes et relativement bien disciplinés, ses élèves n’allaient pas lui poser trop de problèmes. Cette année scolaire débutait du bon pied.

Parcourant les couloirs afin de se rejoindre la cuisine du manoir, Bobby remarqua quelques résidents qui discutaient en groupe. Ils parlaient de filles, ce qui était normal à leur âge. Cependant, alors qu’il continuait sa marche, il attrapa une autre conversation au hasard, discutant d’une jeune femme à la chevelure de flamme. Intrigué, il comprit tout de suite de qui ces jeunes parlaient lorsqu’il aperçut la femme qu’ils décrivaient. Pour l’instant, il ne l’apercevait que de dos. Il hâta le pas afin de la rejoindre. Ce n’était pas difficile de repérer une personne qui ne connaissait que peu le manoir et semblait perdue. Habitant à l’institut depuis de nombreuses années, Bobby avait appris à repérer les nouveaux résidents. Une fois à la hauteur de la femme, Bobby ralentit le pas. Il ne voulait pas lui faire peur, seulement s’assurer que tout allait bien pour elle et l’aider en cas de besoin.


-« Excuse-moi… » Il attendit d’avoir son attention avant de poursuivre. « Tu as l’air égarée, est-ce que je peux t’aider ? »

***

L’ombre à paupières ainsi que le crayon noir autour de ses yeux faisait ressortir le bleu de ceux-ci. Sa chevelure blonde maintenant sèche était à la fois volumineuse et coiffée de façon à tomber bien droite sur ses épaules. Erïka se chaussa de sa paire d’escarpins favorite, noire au talon métallique s’inspirant du style Steampunk. Le fait de gagner quelques centimètre donnait soudainement l'impression que ses jambes étaient interminables. Afin de ne pas crever de chaud une fois sortie de sa chambre, la jeune femme avait enfilé une robe noire, sans manches, tout ce qu'il y avait de plus simple. Cela mettait en valeur son cou, finement décoré d’une délicate chaine en or blanc. Après avoir enfilé l'un de ses vestons de travail, simple et élégant, Erïka attrapa son sac à main puis quitta sa chambre. Ce n'est pas parce qu'elle se levait à une heure tardive qu'elle pouvait se permettre de s'absenter comme bon lui semblait. Malgré que… elle était la patronne, rien de l'en empêchait.

Avançant d'un pas assuré à travers les couloirs de l'institut, la jeune femme remarquait à peine les étudiants ici et là, discutant entre eux ou cherchant le local de leur prochain cours. Par contre, sur son chemin elle rencontra un barrage de quatre étudiants discutant ensemble sans réaliser qu'il y avait des gens souhaitant passer par là. Bien sûr, elle ne manqua pas d'en comprendre le sujet avec son ouïe affûtée.


-« Bougez vous les mecs, vous voyez pas que vous êtes dans le chemin ? » Demanda-t-elle d'un ton légèrement agacé. « On a compris que la nana est canon, maintenant filez en classe. » Ajouta-t-elle  d'un ton plus posé.

Continuant son chemin, Erïka s'attendait à croiser la femme en question. II devait s'agir d'une nouvelle étudiante, ce qui intriguait toujours les plus anciens. On ne pouvait changer l'attirance des hommes pour les jolies femmes, après tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sierra Andes

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 22
Localisation : Un peu partout :P

Fiche Tecnhique
Metier: Commis dans un magasin de coutellerie
Age : 20 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Dim 6 Sep 2015 - 4:17

-« Excuse-moi…  Tu as l’air égarée, est-ce que je peux t’aider ? »

Ça alors. Elle n’irait pas plus loin pour tenter de savoir par elle-même où serait sa sœur. Son seul secret maintenant serait son pouvoir. Elle tenterait le plus de possible de le cacher, sauf en éventuel cas de blessure ou d’accident grave. Elle se retourna vers l’homme, légèrement embarrassée :

- Oh, vous avez vu juste… En fait, je cherche principalement ma sœur, Mesa. Mesa Andes.

Sa petite sœur, en plus d’avoir une apparence normale, avait l’habitude d’être encore moins visible en présence de sa sœur, allez savoir pourquoi. À chaque fois que sa sœur voulait la localiser dans la maison ou près d’une place où elle était supposée être, elle avait toujours de nouveaux vêtements ou un nouveau sac à main. Elle devait surement avoir fait les boutiques depuis qu’elle était entrée. Elle et sa folie des grandeurs à King of Prussia. La joie d’une fille dans un centre commercial n’a d’égal que la tristesse de son porte-feuille, surtout dans le plus grand centre commercial des États-Unis.

Ayant devant elle un homme plus vieux que la majorité, voir la totalité des étudiants, elle redressa un peu son dos. Elle devait montrer qu’elle était maintenant une adulte. Comme la plupart des nouvelles majorités, elle ne se sentait pas tout à fait prête à se représenter elle-même et cherchait souvent des adultes plus ‘’Adultes’’ qu’elle lorsqu’il fallait garder quelque chose ou faire une tâche du genre. La personne devant elle devait surement être un professeur où le directeur lui-même. Il fallait que Sierra ait du sens.


- Je voulais lui faire une visite surprise, mais je ne sais pas quand son ses cours ou où est son dortoir… Je me suis prise au piège, en fait.

Sierra ne faisait jamais de coup de tête. Pourtant, cette folie l’avait déjà mise dans le pétrin. Elle y penserait deux fois avant de recommencer quelque chose comme ça. Elle regarda l’homme devant elle avec l’espoir qu’il puisse savoir facilement où se cachait la petite étudiante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Lun 7 Sep 2015 - 6:17

Entre les périodes de cours, les couloirs de l’institut Xavier pullulaient de résidents en tout genre. Il y avait ceux qui étaient constamment pressés par le temps, ceux qui n’avaient toujours pas assimilé le concept de la ponctualité, ainsi que ceux qui ne suivaient aucun cours et vaquaient à leurs propres occupations. À travers cette variété de mutants, il y avait également les professeurs, toujours là pour aider ceux qui en avaient besoin. Ils leur arrivaient parfois d’être accostés dans les couloirs pour se faire poser quelques questions sur la matière qu’ils enseignaient. À d’autres moments, ils se devaient de faire la discipline auprès de certains étudiants plus turbulents. Ce n’était pas la partie la plus agréable du métier, mais il fallait savoir faire respecter les règles au sein du manoir.

N’ayant pas encore le statut de professeur, Erïka se permettait de ne respecter les règles que lorsque cela lui donnait un avantage. Malheureusement pour certains résidents, elle ne se gênait pas pour leur dicter leur conduite lorsque cela s’approprier. Juste à l’instant, elle venait d’envoyer un groupe d’adolescent en classe parce qu’elle ne supportait pas qu’ils bloquent le couloir pour dévisager une jolie femme qui en avait probablement rien à faire d’eux. Un jour, ils comprendront peut-être à quel point il était désagréable de se faire fixer avec insistance par des inconnus.

Poursuivant sa route dans le couloir, ses talons claquant contre le parquet de bois et son sac à main sur l’épaule, la jeune femme se permit de jeter un œil à la jeune femme qui intriguait tant la gente masculine. Il était difficile de la rater avec sa magnifique chevelure de flamme. Son style vestimentaire n’avait rien de très tape à l’œil, mais elle savait se mettre suffisamment en valeur pour sortir du lot.

Curieuse de nature, Erïka ne put s’empêcher de profiter de ses capacités pour écouter la conversation que cette jeune femme entretenait avec Bobby. Il ne fallait pas se méprendre, elle n’était pas jalouse – enfin, si, parfois, – elle avait simplement envie de savoir de quoi il était question. De toute façon, Erïka ne ressentait pas le besoin d’avoir à éloigner toutes les belles femmes s’approchant de son fiancé. Elle le connaissait depuis très longtemps, il était un homme fidèle, jamais il n’oserait fréquenter une autre femme dans son dos… en sachant très bien qu’elle pouvait lui arracher la vérité en un clin d’œil.

Quoi qu’il en soit, la conversation que captait Erïka de sa fine ouïe était plus que banale. Il s’agissait d’une visiteuse en quête de sa sœur. Bobby, quant à lui, réfléchis pendant quelques secondes afin de tenter de mettre un visage sur la dénommée Mesa. Il se souvenait d’avoir lu ce nom à quelques parts, probablement sur l’une de ses listes de présence. Les cours de mathématique faisaient partie du cursus obligatoire que les élèves devaient suivre pour obtenir leur diplôme et ainsi avoir l’opportunité de poursuivre leurs études à l’université s’ils le désiraient. Il se retrouvait donc avec des classes comptant des étudiants résidents à l’institut depuis quelques temps ainsi que de nouvelles têtes qui découvraient tout juste le manoir ainsi que les opportunités qu’il offrait.


-« Je crois qu’elle fait partie de l’une de mes classes. » Il ouvrit son sac en bandoulière pour en tirer un fin cartable noir. Il en consulta les quelques feuilles présentes pendant que la jeune femme lui expliquait qu’elle s’était égarée en souhaitant faire une surprise à sa sœur. Il ferma son cartable de lever la tête vers elle. « Elle est dans mon groupe de demain. Je n’ai pas eu l’occasion de la rencontrer jusqu’à présent, mais je peux t’aider à la trouver. On peut rapidement se perdre quand on ne connait pas le manoir. »

Erïka s’approcha d’eux, arrivant finalement à leur hauteur, souriant à Bobby au passage. Elle n’avait jamais entendu parler de l’étudiante dont il était question, mais elle savait où se tenaient habituellement les nouveaux venus à l’institut. À cette heure-ci, la cafétéria se trouvait être l’endroit parfait pour dénicher la moitié du manoir.

-« Essaie la cafétéria. C’est tellement bondé qu’on peut s’attendre à un foodfight à tout moment. »
-« En fait, je crois que je vais demander à Jean sans quoi je vais me retrouver à t’empêcher de balancer le menu du jour sur les étudiants. » Erïka afficha une brève moue boudeuse alors que Bobby portait son attention sur la visiteuse. « Je vais aller chercher ta sœur, ça ne devrait pas être très long. Erïka va rester avec toi si tu as des questions ou si tu souhaites visiter un peu. » Il lui sourit avant de s’éloigner en direction de la salle des professeurs. Demander un coup de main à un télépathe ou à une personne capable de lui donner quelques informations sur où trouver Mesa allait lui permettre de ne pas trop tarder.

-« Apparemment t’es coincée avec moi. » Constata Erïka. « Comme j’étais sérieuse à propos du foodfight, on va aller voir ailleurs, d’accord ? »

Quelle personne censée refuserait de se mettre en marche en espérer qu’une très probable guerre de nourriture l’atteigne ? Peu de gens. C’est pourquoi Erïka se dirigea à l’opposé du possible désastre afin de retourner en direction du hall d’entrée. À proximité se trouvait une grande pièce qui servait de salle de séjour aux résidents. Télévision, tables de babyfoot et canapés très confortables s’y trouvaient. C’était l’idéal pour discuter tranquillement et faire de nouvelles connaissances.

-« Au fait, comme tu as du le comprendre, moi c’est Erïka. Et toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sierra Andes

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 22
Localisation : Un peu partout :P

Fiche Tecnhique
Metier: Commis dans un magasin de coutellerie
Age : 20 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Mer 16 Sep 2015 - 5:23

Après avoir dit sa phrase, une jeune femme arriva à la hauteur de Sierra. Elle devait avoir à peu près le même âge qu'elle, mais elle avait l'air très mature, un peu le style de personne qui est déjà loin dans sa vie. Elle était magnifique avec des cheveux blonds, pratiquement platines. Sierra se disait presque qu'elle rêvait d'être magnifique comme elle. Elle allait quand même garder ses cheveux teints comme ils l'étaient, mais la blonde devait sûrement être le rêve de vie de bien des filles, question physique.

-« Essaie la cafétéria. C’est tellement bondé qu’on peut s’attendre à un foodfight à tout moment. »

Elle avait dit cela juste après que l'homme avec qui elle parlait au début avait dit à la rousse que Mesa était l'une de ses élèves. Avec l'heure qu'il était, c'était normal que tous les élèves étaient en train de manger. S'ils étaient tous adolescents en plus, c'était normal qu'ils s’empiffrent. Pour la guerre de bouffe, Sierra savait très bien que ça pouvait partir à tout moment (Elle qui en avait partit une incognito dans son ancienne école).

-« En fait, je crois que je vais demander à Jean sans quoi je vais me retrouver à t’empêcher de balancer le menu du jour sur les étudiants. »

Sierra cacha un sourire en regardant le sol. Alors mademoiselle parfaite ne l'était pas tant que ça, hein? Les deux personnes avaient l'air plutôt proches, comme de grands amis. Elle se demandait comment c'était de vivre ici, alors qu'elle avait refusée de parler de son pouvoir à la personne qui était venue recruter Mesa. La personne devait forcément savoir qu'elle aussi en avait, mais elle n'avait pas insisté... Une personne à la chevelure blanche, plutôt courte. Il y avait de cela une semaine. Mais il était trop tard. Son secret devait être gardé.

« Je vais aller chercher ta sœur, ça ne devrait pas être très long. Erïka va rester avec toi si tu as des questions ou si tu souhaites visiter un peu. »

L'homme lui sourit avant de partir à l'endroit de sa recherche. Sûrement la «Jean» qu'il avait mentionné un peu plus tôt. Maintenant seule avec la demoiselle, elle hésita à engager la conversation. De quoi parlerait-elle? Si elle parlait de pouvoir, elle n'aurait qu'à dire qu'elle ne faisait rien. Autant éviter le sujet s'il y avait des risques qu'elle s'échappe. Son interlocutrice la devança :

-« Apparemment t’es coincée avec moi. Comme j’étais sérieuse à propos du foodfight, on va aller voir ailleurs, d’accord ? »

Elle ouvrit un peu les yeux. Elle était honnête. Beaucoup, même. Ils se dirigèrent vers une sorte de salon avec beaucoup de meubles, surtout pour la détente ou la distraction. Une pièce pour les récréations, quoi. Il n'y avait pratiquement personne, alors le tout serait plutôt intime :

-« Au fait, comme tu as du le comprendre, moi c’est Erïka. Et toi ? »

- Ah, oui, pardon. Je suis Sierra. Sierra Andes. Enchantée de faire votre connaissance!

Elle stoppa deux petite secondes mais elle recommença avant même que Erika aie pu dire quoi que ce soit :

- Alors c'est une école pour les mutant, non? Il doit y en avoir de toute les sortes. Ça me fait un peu plaisir qu'un institut soit aussi ouvert à propos de ce sujet. Ça donne espoir en l'humanité, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Mer 16 Sep 2015 - 21:52

Depuis qu’elle résidait à l’institut, Erïka avait vu bien des têtes défiler. Elle avait également joué la guide touristique à travers le manoir à plusieurs reprises. Elle devait avouer qu’à la longue cela pouvait devenir un peu lassant puisqu’elle connaissait entièrement le manoir et ne savait plus par quoi commencer. Les endroits pouvant intéresser les nouveaux venus étaient devenus ordinaires et banals à ses yeux.

En abordant Bobby et la femme avec qui il discutait, Erïka avait craint que la situation ne l’oblige à faire visiter le manoir à cette dernière. Heureusement pour elle, la jeune femme n’était là que pour voir sa sœur. Le vrai problème restait de la trouver. C’est pourquoi Bobby se donna cette mission et les laissa en plan. Pourtant, il savait qu’Erïka était de nature plus glaciale que le Pôle Nord. N’ayant pas trop le choix de rester, la jeune femme décida de montrer un peu de bonne foi et se dirigea vers l’une des pièces principales du manoir, là où il sera plus facile de les retrouver.
Sur le chemin, elle commença à faire connaissance avec Sierra. Cette dernière lui posait déjà des questions au sujet de l’institut.


-« - Alors c'est une école pour les mutant, non? Il doit y en avoir de toutes les sortes. Ça me fait un peu plaisir qu'un institut soit aussi ouvert à propos de ce sujet. Ça donne espoir en l'humanité, non? »
-« On peut voir les choses comme ça. » Elle marqua une pause, puis se décida à ajouter quelque chose afin paraitre moins sèche et fermée à la conversation. « Quand on passe beaucoup de temps en ville à côtoyer des imbéciles on a tendance à rapidement perdre espoir. L’institut est fait pour le rendre à tous ses résidents, leur offrir un endroit sécuritaire où ils peuvent être eux-mêmes sans avoir à se cacher ou à se sentir oppressés par leurs dons. »

Après tout ce qu’elle avait vu et vécu dans sa vie, la jeune femme avait beaucoup de mal à garder foi en l’humanité. Malgré tout, elle continuait d’espérer sans trop en demander. À ses yeux, le monde était terne, composé de nuances de gris. Rien n’était totalement bon ou totalement mauvais. La balance penchait toujours d’un côté ou d’un autre, chaque personne décidait elle-même au cours de sa vie lequel elle choisissait.

Championne dans le domaine de clore des discussions rapidement, Erïka se devait au moins de poursuivre sur quelque chose d’autre. Elle n’aimait pas s’immiscer dans la vie des gens, mais parfois sa curiosité prenait le dessus. Elle s’engea donc sur un sentier banal où Sierra ne sera pas gênée par ses questions. Certes, elle voulait savoir si la jeune femme était comme sa sœur, mais il arrivait parfois que ce ne soit pas le cas et que le sujet puisse embêter l’interlocuteur. Erïka préférait ne pas poser directement de questions.

-« Tu connais l’institut grâce à ta sœur ? Tu ne sembles pas trop dérangée par le fait de te trouver ici, à moins que tu ne sois vraiment douée pour cacher tes émotions. Habituellement, les gens qui découvrent ce qu’est le phénomène mutant sont toujours nerveux lorsqu’ils viennent ici, au début. Je suppose que ce n’est pas le cas de tout le monde. »

Une fois dans le salon, Erïka s’assit sur le canapé et croisa les jambes avant de déposer son sac à ses pieds. Avec la reprise des cours, il y avait très peu de monde dans les parages, ce qui était une bonne chose. Erïka ne supportait pas les endroits bondés et bruyants.

-« Ils ne devraient pas tarder, normalement. Tu n’es pas pressée, j’espère ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sierra Andes

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 22
Localisation : Un peu partout :P

Fiche Tecnhique
Metier: Commis dans un magasin de coutellerie
Age : 20 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Lun 21 Sep 2015 - 19:26

-« On peut voir les choses comme ça. Quand on passe beaucoup de temps en ville à côtoyer des imbéciles on a tendance à rapidement perdre espoir. L’institut est fait pour le rendre à tous ses résidents, leur offrir un endroit sécuritaire où ils peuvent être eux-mêmes sans avoir à se cacher ou à se sentir oppressés par leurs dons. »

L'institut était donc un endroit de protection pour les jeunes mutants qui recherchait protection et développement de leurs dons alors. Sierra brouilla cette pensée qui lui disait qu'elle aurait pus apprendre à mieux comprendre son propre don. Elle sûrement rendue trop âgée pour assister aux cours de perfectionnement. Et de toute façon, elle se doutait de pouvoir pousser son pouvoir plus loin qu'il ne l'était présentement. Comment améliorer un pouvoir qui permet de tout trouver?

- C'est une belle cause. Je suis heureuse que ma sœur aie accepté l'invitation. Elle sera bien ici.

Une petite pause et la femme aux cheveux rouge regretta d'avoir fait une phrase qui n’incitait pas à une suite. Elle regarda la pièce une autre fois avant que la blonde se décide à rompre le silence, à la joie intérieure de Sierra.

-« Tu connais l’institut grâce à ta sœur ? Tu ne sembles pas trop dérangée par le fait de te trouver ici, à moins que tu ne sois vraiment douée pour cacher tes émotions. Habituellement, les gens qui découvrent ce qu’est le phénomène mutant sont toujours nerveux lorsqu’ils viennent ici, au début. Je suppose que ce n’est pas le cas de tout le monde. »

Sur un autre côté, le silence était peut-être une meilleure idée. Sur une telle discussion, échapper un mot sur son propre don aurait des conséquences désastreuses. Elle chercha un moyen de contourner le tout dans une direction qui ne porte pas à confusion et qui n'allait pas dans ce sens la.

- Oui, une personne à la peau foncée et aux cheveux blanc était venue la chercher, mais je ne me souvient plus de son nom. L'endroit semblait sûre et Mesa a accepté l'invitation. C'était quand même une grande surprise car Mesa n'en avait jamais parlé à personne.

Je ne crois pas que j'aurais peur de cet endroit. Il a l'air plutôt sécuritaire. J'aurais peut-être quelques craintes à côté des utilisateurs du feu, mais je crois que je suis plus en sécurité ici que sur la route.


Les deux femmes étaient assises sur les canapés alors que Sierra regarda brièvement à travers la fenêtre les branches emplies de feuilles bouger au vent. C'était vraiment une belle journée et Mesa serait sûrement heureuse de la voir. Elles pourraient même aller manger une glace en ville après une visite. Elles pourraient se donner des nouvelles comme comment étaient les cours, si elle avait fait des nouvelles connaissances ou encore si ses professeurs étaient sympathiques.

-« Ils ne devraient pas tarder, normalement. Tu n’es pas pressée, j’espère ? »

- Non, je ne suis pas pressée du tout. J'ai même toute ma journée. Je ne travaille pas donc j'ai tout mon temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Jeu 24 Sep 2015 - 1:33

Lorsque le temps venait de faire connaitre l’institut à un mutant découvrant à peine sa mutation, le professeur Xavier faisait toujours en sorte d’être accompagné d’une personne de confiance, quelqu’un qui saurait démontrer la bonne foi de l’école et de ses enseignants. Il fallait savoir se montrer sous son meilleur jour et ne pas dissimuler la vérité sur ce qu’était réellement la vie au manoir. Le bien être des étudiants était le plus important. Chacun devait se sentir comme chez lui au sein du manoir. Personne n’était là pour juger, tous étaient acceptés.

Bien souvent, Scott ou Ororo étaient désignés pour accompagner le professeur lors de ces visites bien souvent inattendues. Ils vivaient à l’institut depuis bien longtemps et pouvaient, mieux que quiconque, répondre à toutes les questions pouvant leur être posé. Mesa avait eu l’occasion de rencontrer Ororo, mais sa sœur ne semblait pas avoir eu cette chance. Avec elle, jamais l’adolescente n’aura à craindre quoi que ce soit en lien avec son don. Elle ne le montrait pas toujours, mais elle était compréhensive et savait offrir de mémorables leçons de vie. Erïka, par le passé, n’avait pas vraiment été en bon terme avec elle. À l’époque, elle était une adolescente rejetant toute forme d’autorité, refusant de laisser qui que ce soit avoir le contrôle sur elle. C’était plus fort qu’elle, elle avait toujours craint toute forme d’autorité. Puis, avec le temps, elle était devenue plus mature. Ce fut tout à fait par un heureux hasard qu’elle se retrouva, un jour, dans la même salle qu’Ororo. Ce fut l’occasion pour elle de marcher sur son orgueil et de s’excuser pour son comportement autrefois désagréable et turbulent. Au fond, cette femme ne faisait que son travail d’enseignante et prenait soin des étudiants sous sa responsabilité. C’était dommage qu’il fallut si longtemps à la jeune Erïka pour le comprendre, à l’époque.

-« Ororo. Il n’y a en pas d’eux comme elle, ici. Elle est douée pour mettre les gens en confiance. Ta sœur a bien fait de faire confiance à l’institut et de venir s’installer ici. Elle a tout pour développer ses pouvoirs à son rythme et pour préparer son futur. Et elle n’a pas à se cacher, ça reste le plus important. Beaucoup de gens cachent à leurs proches ce qu’ils vivent parce qu’ils ont peur d’être pris pour des fous ou d’être rejetés. » Elle se tut avant d’ajouter avec un ton un peu plus léger : « Ne t’en fais pas, pour les gens qui manipulent le feu, j’en ai connus que très peu et ceux qui sont présentement à l’institut n’utilisent pas leurs dons pour faire du mal aux autres. Ils font des expériences débiles et font parfois cramer quelques trucs en essayant de faire cuire n’importe quoi dans la cheminée, mais ils ne sont pas méchants. Certaines personnes pensent que les mutations peuvent influencer le comportement et le tempérament de son possesseur. Je crois plutôt qu’il s’agit d’une question de point de vue. »

Erïka avait connu un bon nombre de résidents. Peu d’entre eux ont démontré un réel plaisir à utiliser leur mutation pour foutre le trouble et faire ce qui leur chante sans se soucier de qui que ce soit. La dernière personne qu’elle avait connue était John, alias Pyro, qui avait quitté l’institut il y a plus de trop ans pour rejoindre la Confrérie. Entre temps, elle l’avait revu, il y a environ deux ans, alors qu’il venait de mettre le feu au beau milieu de la gare de New York. Il avait cru pouvoir s’en sortir avant que des policiers lui tombent dessus. Malheureusement, les agents ne pouvaient rivaliser avec son pouvoir et ont rapidement été mis K.O. avant de pouvoir arrêter le mutant fouteur de trouble. La mince consolation d’Erïka était qu’elle l’avait laissé en plan, blessé d’une balle à l’épaule, sans même se soucier de son sort. Il méritait pire pour tout ce qu’il avait pu faire auparavant, mais elle n’était pas de taille pour rivaliser avec lui. C’était dur pour l’orgueil de se dire qu’elle n’avait pas d’autres choix que de se cacher derrière Bobby lorsqu’il était dans le coin.  Heureusement, après ces événements, elle ne l’avait jamais revu, pour son plus grand bonheur.

Pour revenir à la conversation principale – ou surtout pour éviter de trop se plaindre sur le fait de devoir rester assise ici et attendre – Erïka assura à Sierra qu’elle verrait sa sœur sous peu. Ce n’était peut-être pas si vrai, mais elle ne pouvait pas savoir, elle ne lisait pas l’avenir ! Sierra, contrairement à elle, avait toute sa journée pour voir sa sœur et passer du temps en sa compagnie. Puisqu’elle évoquait son travail, Erïka rebondit là-dessus en lui demandant dans quel genre de domaine elle exerçait. Elle devait l’avouer, cette fois-ci c’était plutôt par curiosité personnelle que par désir d’entretenir une fausse conversation remplie de banalités.


-« Ah oui ? Tu travailles dans quel domaine ? »

Au fil des années, Erïka avait appris beaucoup sur certaines choses se produisant à l’institut. Par exemple, il était très facile de remarquer lorsqu’un groupe d’élève décidait de préparer une véritable guerre de nourriture dans la cafétéria. L’ambiance devenait aussitôt très étrange, comme si tout le monde complotait de son côté alors que d’autres groupes bavardaient comme si rien était. Et puis, la cafétéria devenait soudainement plus bondée que d’habitude. Personne ne mangeait à l’extérieur pour profiter du beau temps, comme si c’était devenu plus agréable d’être entassé à des tables de bois en compagnie de d’autres mutants.

Aujourd’hui était donc survenu le troisième food fight qu’Erïka avait pu voir depuis son arrivée au manoir. Jamais elle n’avait réellement participé, préférant regarder de loin, de l’autre côté d’une fenêtre de préférence, tout le bazar que cela engendrait.
L’un des rescapés de cette guerre vint justement faire son apparition dans le salon, ses vêtements tâchés de produits comestibles en tout genre. Il avait même ce qui semblait être de la gelée dans sa courte chevelure châtaigne. Ses muscles, dévoilés par les courtes manches de son t-shirt, portait les traces de sauces et de légumes fraichement écrasés. Kyle était l’un des étudiants les plus âgés. Étant un peu plus vieux qu’Erïka, il était censé montrer l’exemple aux jeunes et non les encourager dans leurs bêtises. Par contre, aujourd’hui, il avait décidé de vivre sa jeunesse jusqu’au bout, allant jusqu’à s’engager dans une course poursuite contre deux étudiants plus jeunes.


-« Hey, vous avez vu deux mecs roux couverts de sauces à la viande balançant des dragées à tout le monde, dans le coin ? » Demanda-t-il.

-« Non mais s’ils viennent ici je les balancerais dans la piscine de ta part. »
-« Parfait. Bon, c’est pas tout, mais il me faut de nouvelles fringues. See you later ! »

Erïka poussa un long soupir en le regardant s’éloigner. Qu’est-ce qui l’avait rendue aussi responsable, à un point tel qu’elle pouvait trouver ce genre de comportement immature ? Pourtant, elle serait la première à se jeter dans ce genre de bataille, prête à la mener jusqu’au bout. Ses nouvelles responsabilités l’avaient bien changée et plus elle le réalisait, plus l’envie d’éclater une fenêtre et de hurler contre elle-même se faisait pressante. Certes, si elle occupait toujours son poste c’était parce qu’à quelque part elle appréciait ce qu’elle faisait, mais le côté sérieux de tout cela commençait à déteindre un peu trop sur sa véritable personnalité.

Comme si elle pouvait retirer cette drôle d’impression de n’être qu’une vieille rabat-joie sérieuse et froide – ou de ressembler beaucoup trop à Emma Frost – Erïka se débarrassa de son veston, qu’elle déposa sur le dossier du canapé.

-« Ça, c’est le genre de résidents adultes et matures qu’on est censé avoir. Il n’y a pas d’âge pour résider ici, ni même pour suivre des cours. Certaines personnes prennent leur temps de découvrir ce qu’ils veulent faire de leur vie, d’autres résidents ici et se rendent utile à leur façon. On ne manque pas de travail ici. Surtout après ce qui vient de se passer dans la cafétéria. » Fit-elle d’un ton léger.

Penchant la tête pour regarder son téléphone, placé au-dessus de toutes ses affaires dans son sac à main grand ouvert, la jeune femme lu le message texte qu’elle venait tout juste de recevoir. Elle se redressa aussitôt fait afin de s’adresser à Sierra. Erïka avait cette habitude de toujours regarder les gens droit dans les yeux lorsqu’elle s’adressait à eux, bien que cela rende mal à l’aise certaines personnes.

-« Bobby a trouvé où est ta sœur, ça ne devrait pas être bien long avant qu’ils viennent nous rejoindre. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sierra Andes

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 22
Localisation : Un peu partout :P

Fiche Tecnhique
Metier: Commis dans un magasin de coutellerie
Age : 20 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Jeu 24 Sep 2015 - 4:01

-« Ororo. Il n’y a en pas d’eux comme elle, ici. Elle est douée pour mettre les gens en confiance. Ta sœur a bien fait de faire confiance à l’institut et de venir s’installer ici. Elle a tout pour développer ses pouvoirs à son rythme et pour préparer son futur. Et elle n’a pas à se cacher, ça reste le plus important. Beaucoup de gens cachent à leurs proches ce qu’ils vivent parce qu’ils ont peur d’être pris pour des fous ou d’être rejetés. Ne t’en fais pas, pour les gens qui manipulent le feu, j’en ai connus que très peu et ceux qui sont présentement à l’institut n’utilisent pas leurs dons pour faire du mal aux autres. Ils font des expériences débiles et font parfois cramer quelques trucs en essayant de faire cuire n’importe quoi dans la cheminée, mais ils ne sont pas méchants. Certaines personnes pensent que les mutations peuvent influencer le comportement et le tempérament de son possesseur. Je crois plutôt qu’il s’agit d’une question de point de vue. »

Donc, une certaine ''Ororo'' était celle qui était venue cueillir Mesa de la maison. Sierra nota ce nom dans son esprit. Même si cela n'avait rien à faire avec la rousse, elle pourrait toujours l'évoquer quand elle parlerais avec Mesa, quand elle s’informera d'une de ses journées.

Quand Erika s'exprima sur les gens du feu, elle s'excusa de ne pas avoir été claire. En effet, elle ne craignait qu'une maladresse de la part de l'un d'entre eux. Elle n'avait pas de traumatisme précis à l'égard de l'élément chaud, mais elle savait comme tout le monde comment il pouvait être ravageur. Elle avait déjà assisté à un incendie de loin et même si elle n'avait pas été affectée, elle comprenait toute la portée que la destruction occasionnait.

Puis la conversation arrêta de nouveau pour ensuite laisser son interlocutrice demander dans quel domaine la jeune femme travaillait. Elle allait être déçu et pour ne pas paraître nulle à l'école, elle songea à exprimer qu'elle n'y resterait pas toute sa vie :


- Je travaille dans un magasin de coutellerie et de service de table. ''Wonderplates'', c'est un magasin indépendant. Mais je vous assure que je vais à l'université en Urbanisme. Les bâtiments et leur assemblage me passionne, mais je préfère inspecter que de faire le plans. Je ne compte pas rester commis toute ma vie...

Savoir où sont les couloirs, les entrées et les sorties, elle était toujours impressionnée ou déçue par leurs disposition. Dépassant de loin les autres de sa classe grâce à son étude quotidienne, elle irait loin, sûrement pour juger et ordonner des réparation dans les place riches et mondaines, comme les musées et les places gouvernementales. Habituellement, les gens à qui s'adresse les remarques dans ces endroits ne rechignent jamais quand il y a des travaux, mais cela ne doit pas être l'argent qui manque de toute manière. Son emploi serait de s'assurer que rien ne s'effondre. Point barre.

Un jeune entra soudain, couvert de nourriture et de saletés. Il s'enquérit alors de deux roux, probablement auteurs des nombreuses tâches sur son chandail. Il semblait encore plus vieux que les deux personnes assises dans le salon. Comment un élève pouvait être plus âgé qu'un employé. Il devait être clairement un élève pour ne pas arranger la bataille dans la cafeteria. Alors que Erika l'envoyait promener, elle remarqua ses muscles sont son chantail, présentement moulant de toute la nourriture que s'y trouvait. Intérieurement, Sierra avait aimée la vue qu'elle venait d'avoir, mais extérieurement, elle n'en fit rien.


-« Ça, c’est le genre de résidents adultes et matures qu’on est censé avoir. Il n’y a pas d’âge pour résider ici, ni même pour suivre des cours. Certaines personnes prennent leur temps de découvrir ce qu’ils veulent faire de leur vie, d’autres résidents ici et se rendent utile à leur façon. On ne manque pas de travail ici. Surtout après ce qui vient de se passer dans la cafétéria. »

Tout faisait maintenant du sens. Il devait, lui aussi, avoir été repéré tardivement. Repéré ici était un grand mot, car même si la ''Ororo'' avait sentie quelque chose du côté de Sierra, allant jusqu'à lui demander si la rousse avait un pouvoir, elle aussi, Sierra avait tout nié en bloc, craignant pour sa sécurité, ayant peur de l'inconnue et de chambouler toute sa vie même si elle n'était pas si parfaite que ça. Sierra savait quelle avait perdue son tour et hésiterais beaucoup avant d'accepter l'institut. Quelque chose la chicotait. Elle avait peur de perdre quelque chose de plus précieux encore que cette école. Elle verrait bien temps et lieux.

- Je vois haha. Il faut bien que ce soit la première journée que je viens pour qu'il se passe un ''food fight''. Pourtant je suis un personne très calme. Je ne dois pas en être la cause, n'est-ce pas?

Erika se pencha soudain vers le téléphone, au dessus de toutes ses choses. Avec une sonnerie ordinaire, dûr de nos jours de ne pas être curieux de ce qu'on allait recevoir. Elle se redressa et lança un regard direct à la rousse, déstabilisant un peu celle-ci sans le montrer avant de dire :

-« Bobby a trouvé où est ta sœur, ça ne devrait pas être bien long avant qu’ils viennent nous rejoindre. »

Après si peu de temps, Sierra douta de sa faculté à chercher. Tout le monde trouvait sa sœur super rapidement. Même des inconnus la repérait facilement. Quand cela venait à sa sœur ou ses parents, ils avaient toute la misère du monde à la trouver. Par exemple, quand Mesa cherchait Sierra, cela ne durait pas très longtemps. Maintenant qu'elle y pensait, la rousse se demandait si ce n'était pas à cause de sa chevelure ou de son don qu'elle avait tant de facilité.

- D'accord. Je suis plutôt patiente, mais même si cela fait une semaine, ne pas voir ma sœur à la maison tout les jours me prouve qu'elle me manque quand même un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Jeu 24 Sep 2015 - 4:56

Erïka, malgré son jeune âge, possédait déjà quelques diplômes de niveau universitaire et n’avait pas fini d’en ajouter à son curriculum. Lorsqu’elle avait commencé à suivre des cours à l’institut, elle était en retard dans son cursus scolaire et du prendre de nombreuses classes pour arriver à tout rattraper. En fait, ce qui la motivait était la soif d’apprendre et de se bourrer le crâne avec tellement d’informations qu’elle ne pouvait plus avoir le temps de s’apitoyer sur son sort. Les choses avaient bien fonctionné avec elle. Et puis, elle devait avouer qu’avant d’entrer à l’université et de prendre des cours de haut niveau à l’institut, les classes étaient plutôt simple et ne demandaient généralement pas un énorme temps de travail pendant son temps libre. Elle était l’une des preuves vivantes que l’école portait bien son titre d’institut pour jeunes surdoués.

Suivant deux classes de niveau universitaire au sein de l’institut, Erïka avait l’occasion de pouvoir travailler entre temps. Elle n’avait pas spécialement besoin d’argent pour subvenir à ses besoins, l’institut la logeait, la nourrissait et lui offrait le strict nécessaire. Par contre, elle avait des passe-temps très couteux, comme faire de la moto ou sillonner les routes en compagnie de son fiancé. L’essence était très dispendieuse de nos jours. De plus, la jeune femme avait une véritable passion pour les voitures modifiées. Mais seulement celles qu’elle modifiait elle-même. Elle adorait la mécanique.

Bien sûr, il était impossible de trouver son emploie de rêves dès sa sortie de l’université. On pouvait envier Erïka pour son travail actuel, mais il se révélait plutôt ennuyeux. Ce qu’elle voulait faire était enseigner. Pourtant, ce n’était pas ce qu’elle faisait en ce moment. Elle suivait toujours ses cours dans le but d’obtenir son diplôme bientôt. Tout le monde passait par là, occupant des emplois ici et là le temps de décrocher le boulot de rêve. C’était le cas de Sierra, qui travaillait en tant que commis dans un magasin de coutellerie. Cet emploi n’était que temporaire puisqu’elle étudiait actuellement en urbanisme à l’université.


-« Ça a l’air sympa comme programme d’études. Tu en es à ta première année ? »

Erïka devait être honnête, Sierra n’avait pas l’air bien plus vieille qu’elle. Elle devait être dans le début de la vingtaine, sans plus. Cela faisait d’ailleurs partie des raisons pour lesquelles la jeune femme souhaitait ne pas être vouvoyée.

-« S’il te plait, ne me vouvoie pas. Je passe mes journées à me faire appeler « madame » par des gens qui ont le double de mon âge. D’ailleurs, si ça se trouve on a le même âge. »

Alors que la discussion suivait son cours, Kyle fit irruption dans le salon, à la recherche de deux petits farceurs qui lui avaient visiblement balancé le contenu de leur plateau repas à la figure. Grand, bien bâti, musclé et toujours à son meilleur, cet homme savait prendre soin de lui et s’entretenir. Par contre, ceux qui le connaissait savait que cette belle musculature lui venait en partie de sa mutation. Cela ne l’empêchait pas de s’entrainer pour développer sa force surhumaine, mais également la contrôler.

Lorsqu’il quitta finalement la pièce, Erïka confia à son invitée qu’il y avait parfois des gens comme ça, de leur âge, qui aimaient bien se mettre dans le trouble et faire des conneries. La différence avec d’autres étaient qu’il lui arrivait de se faire prendre.

- « Je vois haha. Il faut bien que ce soit la première journée que je viens pour qu'il se passe un ''food fight''. Pourtant je suis une personne très calme. Je ne dois pas en être la cause, n'est-ce pas? »
-« Je te rassure, ce n’est pas toi. Par contre, tu causes des bouchons de circulation monstre dans les couloirs. » Affirma-t-elle en faisant référence à tous les adolescents qu’elle avait vu s’arrêter dans les couloirs pour prendre la peine de regarder Sierra – un peu trop intensément, parfois.

En un message texte Erïka su que Bobby n’allait pas tarder à les rejoindre en compagnie de la jeune sœur de Sierra. Cette dernière avoua qu’elle s’ennuyait de ne plus voir Mesa à la maison. Cela ne faisait qu’une semaine, cette séparation était encore récente et allait demander un certain temps pour qu’elle s’y habitue. D’ailleurs, Erïka pouvait comprendre ce sentiment. Cela faisait des années qu’elle n’avait pas vécu sous le même toit qu’Alexïs. Elle avait appris à vivre de son côté et lui du sien. Par contre, lors de son voyage à Londres, pour le temps de ses études, Erïka avait pu vivre à nouveau ce genre de situation envers Bobby. Après tout, ils se côtoyaient à tous les jours, et même avant de sortir ensemble ils se croisaient régulièrement dans les couloirs ou passait du temps ensemble pour réviser certains cours. Elle avait toujours été habituée à sa présence, en quelque sorte.


-« Je sais ce que c’est. J’ai un frère jumeau. Ça fait des années qu’on ne vit plus ensemble, mais ça ne l’a jamais empêché de venir faire un tour de temps à autre. Il est mutant, lui aussi, mais il a décidé de poursuivre sa vie en ville. Ça ne l’empêche pas de venir demander quelques conseils au besoin ou de… » Elle se tut quelques instants, réalisant quelque chose. « … ou de fort probablement participer à un food fight. »

Ne pouvant s’avancer sur le sujet, Erïka décida de se taire pour le moment. Elle devait avouer qu’elle prendrait un malin plaisir à voir son frère se faire attraper pour avoir participé à une connerie de ce genre. Pour une fois, ce n’était pas elle.

-« Ta sœur et toi êtes originaires de New York ? »

Bon nombre d’élèves provenait d’autour du globe. C’était une question qui revenait bien souvent dans les conversations entre étudiants, juste après le « quelle est ta mutation ? ». En plus d’être un véritable paradis de la diversité génétique, l’institut l’était également sur le plan culturel. C’était très intéressant ce qu’on pouvait apprendre de la part de d’autres résidents. Depuis qu’elle connaissait Kurt Wagner, Erïka et lui ne cessaient de converser en allemand, quelque chose devenu naturel entre eux. D’ailleurs, il ne se privait pas de lui faire part de sa culture et de notions sur l’histoire de son pays, sachant que cela fascinait toujours la jeune femme. Malgré les années, il avait toujours quelque chose de nouveau à raconter. C’était la preuve qu’on ne pouvait jamais connaitre entièrement une personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mesa Andes

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 27/07/2015
Age : 19
Localisation : Institut Xavier

Fiche Tecnhique
Metier: Étudiante
Age : 17 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Mer 30 Sep 2015 - 23:30

-« Ta sœur et toi êtes originaires de New York ? »

Mesa avait entendu cette question faiblement à l'extérieur de la pièce où elle se dirigeait en compagnie d'un de ses professeur qu'elle aurait éventuellement. Il avait l'air plutôt sympathique mais avait quand même fait un peu le saut quand elle s'était fait interpellée devant une des portes de la cafétéria.

Un peu plus tôt en compagnie d'un fille qu'elle avait eue dans sa classe, elle se dirigeait vers la cafétéria en se présentant. Devant une des portes au fenêtre rondes, un yaourt ou quelque chose ayant la même couleur et la même consistance vint s'écraser sur l'ouverture vitrée. Mesa recula d'un pas, plus vigilante que son amie qui ouvrit la porte sans soupçons. Celle-ci se fit bombarder dès qu'elle eut mis un pied à l'intérieur de la salle à manger alors que la brunette, elle s'était réfugié contre la porte toujours intacte, juste avant son entrée. En criant de surprise, sa nouvelle amie sortit de la pièce et referma la porte battante avec frustration.

Mesa fixa son amie dans les yeux et elle fit de même avant que les deux filles se mettent à rire aux éclats. C'était une nouvelle école pour tout les deux et la surprise qu'elles avaient eu lors de leur première semaine était un peu extraordinaire. Mesa se releva se sa position accroupie et regarda vers la fenêtre pour regarder le repas du jour encore voler dans toute la cafétéria, parfois entrecoupé de légumes cuisinés et de repas personnels.


- Mesa Andes.

La brune et sa collègue de classe de retournèrent à une vitesse rapide et arrêtèrent leurs piaillements sur le champ. La brune pris cette remarque pour une accusation et s'empressa de répondre.

- Ce n'est pas ce que vous croyez. Je vous assure nous venons d'arriver et mon amie s'est fait avoir mais nous n'avons pas participer je vous jure.

L'homme rassura la jeune que ce n'était pas pour la bataille de nourriture qu'elle était appelée, mais bien parce qu'elle avait une visite. Il ajouta aussi une petit phrase de compassion pour l'autre étudiante, dégoulinante de nourriture qui elle, s'empressa de retourner dans sa chambre et de faire un peu de lessive. Mesa s’enquérit de l'objet de la visite avant de comprendre de qui il s'agissait à la couleur des cheveux. Si elle imaginait sa sœur venir la visiter aussi tôt, elle ne l'aurait sûrement pas cru.

Arrivée au salon, elle entra après la question et hurla :


- SIERRA! Tu es là!

Elle fit une accolade plutôt physique à la rousse avant de s'asseoir de son bord et de répondre à la place de son aînée :

- On est américaines, mais pas de New-York non... Nous venons du coin de Philadelphie, plus précisément de Prince of Prussia.

Elle attendit la réponse de la blonde devant elle avant de continuer, toujours un peu excitée que sa sœur soit ici aussi. Elle aurait tellement de chose à lui montrer!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sierra Andes

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 22
Localisation : Un peu partout :P

Fiche Tecnhique
Metier: Commis dans un magasin de coutellerie
Age : 20 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Jeu 1 Oct 2015 - 7:07

-« Ta sœur et toi êtes originaires de New York ? »

- SIERRA! Tu es là!

Deux phrases qui n'allaient pas en accord et qui n'était surtout pas de la même conversation. En stupeur, Sierra se tourna vers la voix qu'elle reconnue en quelques fractions de secondes, étant donné que l'attente était pour cette personne.

Une étreinte que Sierra ne s'attendait pas s'ensuivit. La rousse n'était pas vraiment friande des contacts physiques et ouvrit de grand yeux à Erika qui se voulaient un mélange d'excuse et d'incompréhension. La brune se posa près de la rousse pour répondre à sa place, car la question pouvait se poser aux deux personnes, bien sûr.


- On est américaines, mais pas de New-York non... Nous venons du coin de Philadelphie, plus précisément de Prince of Prussia.

Sierra pointa une main vers sa sœur, comme pour confirmer qu'elle disait la vérité. Disons que même si c'était une petite ville, le travail ne manquait pas avec le nombre phénoménal de magasins et de distributeur dans une ville si peu peuplée. Ce n'était pas pour rien que les gens locaux nommait leur banlieue ''La capitale des vêtements''. C'était la, justement, que Sierra travaillait. Sierra continua la conversation, ce qui n'allait sûrement pas déranger Mesa. Elle aimait beaucoup entrer dans la conversation des autres, et surtout des adultes. Sierra le savait trop bien, avec la brunette qui préférait rester avec les adultes quand ils allaient en Argentine.

Sierra se souvint alors que Erika avait posés des question avant celle que sa sœur avait répondu et tenta d'y répondre avec plus ou moins de précision :


- En passant, oui, je suis en première année d'université. Je vais à l'université Strayer, une bonne chose que l'établissement la plus proche de chez moi avait mon programme! Je vais aussi tenter de ne plus vous vouvoyer... Oups.

Une sourire plutôt gêné s'ensuivit, mais Sierra avait beaucoup de difficulté à ne plus être poli avec les personnes. C'est à croire qu'elle était canadienne. Même ses parents, quelques fois, la trouvait si polie qu'ils pensaient qu'elle était plutôt distante. Elle crut aussi demander un peu plus, avec ses sourcil annonçant l'interrogation :

- Des bouchons dans les couloirs? Je ne croyais pas prendre tant de place, pourtant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Mar 6 Oct 2015 - 3:19

Bien que l’institut Xavier se distingue des autres écoles prestigieuses sur de nombreux points, dont celui d’accueillir exclusivement des élèves aux capacités hors du commun, il n’en restait pas moins un endroit parfait pour les jeunes de faire de nombreuses bêtises. Le fait d’être mutant rendait les choses encore plus amusantes. Depuis les cinq dernières années, il y avait toujours eu un petit malin pour initier une guerre de nourriture dans la cafétéria, ou même une fois dans l’institut en entier. C’était parfois difficile d’attraper le coupable et bien souvent tous les élèves qui étaient vus en train de lancer de la nourriture finissaient par être de corvée de ménage.

Robert se souvenait parfaitement bien de celle qui remontait à deux ans de cela. Ça devait être la seule fois où il avait véritablement décidé de participer un peu au mouvement, pour s’amuser. Jusque-là, il avait tenu sa langue sur le sujet, surtout qu’il ne s’était jamais fait prendre, au final. Maintenant qu’il était instituteur, il ne pouvait plus se permettre ce genre de bêtise. Aussi, lorsque Jean lui indiqua où il pouvait trouver l’étudiante nommée Mesa Andes, il se dirigea vers la cafétéria en espérant ne pas avoir à arrêter le foodfight.

Heureusement pour lui, il trouva tout de suite l’étudiante, devant les portes de la cafétéria, accompagnée d’une jeune fille couverte de nourriture. La pauvre, elle n’avait pas été épargnée. Interpelant Mesa, il ne pensait pas qu’elle se lancerait immédiatement dans des justifications visant à lui éviter, à elle et son amie, d’avoir des ennuis. Afin de la rassurer, il lui offrit un sourire réconfortant.


-« Si ça peut vous rassurez, il y a deux ans c’est ma fiancée et ses amis qui ont commencé le foodfight. Je suis mal placé pour vous punir parce que vous y participez. Mesa, tu as un visiteur qui t’attend dans la salle de séjour. Je vais t’y conduire. » Il se tourna vers l’autre étudiante. « Si tu veux un conseil, laisse tremper tes vêtements dans l’eau pendant quelques heures avec du savon, ça devrait faire disparaitre les tâches. Les surveillants ne vont pas tarder à arriver, il vaut mieux que tu ne sois pas dans les parages sinon ils vont croire que tu as participé. »

Échangeant encore quelques paroles avec l’étudiante, Bobby attendit que cette dernière prenne le chemin des dortoirs avant de faire signe à Mesa de le suivre. Il ne voulait pas rester plus longtemps que nécessaire dans les parages. Il accompagna Mesa à l’endroit où il avait aperçu sa sœur pour la dernière fois, puis, en réalisant qu’elle n’était pas là, poursuivit sa route en supposant qu’elle ne devait pas être bien loin. Connaissant Erïka, elles devaient être installées dans une pièce tranquille. C’était le cas.

Aussitôt que Mesa aperçu sa sœur, elle la serra dans ses bras avec affection. Cette dernière tourna la tête vers Erïka, ne s’attendant probablement pas à se faire ainsi couper pendant leur conversation. Compréhensive, la femme d’affaire se contenta de sourire avant de se déplacer sur le canapé et ainsi laisser une place à Bobby.

Lorsqu’ils furent tous les quatre biens installés, Mesa se permit de reprendre la conversation où elle l’avait interrompue en répondant à la question d’Erïka. Les deux sœurs étaient originaires de Philadelphie, qui était situé à quelques heures de New-York. Les villes étaient relativement près l’une de l’autre, ce qui avait permis à Erïka de mettre les pieds à Prince of Prussia à quelques reprises.


-« Cet endroit est génial. On y est allés il y a quelques mois. C’est pas là qu’il y a l’énorme centre commercial ? »

À son tour, Sierra reprit leur conversation concernant l’université. Erïka avait la chance de pouvoir suivre sa formation d’enseignante à l’institut, ce qui lui évitait les désagréments des universités situées en ville. Après avoir vécu à Londres, la jeune femme appréciait le fait de pouvoir étudier près de ses amis et sa famille. Bien qu’elle ait fait des rencontres inoubliables sur l’autre continent, elle appréciait le fait d’être de retour chez elle.

Au passage, Sierra tenta d’éviter de vouvoyer Erïka, ce qui ne semblait pas si simple que ça. La femme allait devoir se faire au fait qu’elle était destinée à se faire respecter ainsi, que ce soit par ses employés ou ses futurs étudiants. Malgré tout, lorsqu’elle était au sein de l’institut, Erïka préférait toujours qu’on la traite comme une résidente plutôt qu’une quelconque figure d’autorité, ce qu’elle n’était pas… sauf quand cela l’arrangeait bien.


-« Je crois que je vais devoir m’y faire, alors. Tant que tu m’appelles Erïka, je ne t’en demanderais pas plus. »

Curieuse, Sierra demanda pourquoi elle se trouvait être la cause bouchons de circulation monstre dans les couloirs. Tout naturellement et avec son tact habituel, Erïka répondit avec légèreté à la question.

-« C’est surtout les mecs se retournant sur ton passage qui bloquaient le couloir. »
-« J’en connais une autre qui fait le même effet aux étudiants. » Intervint Bobby avec un petit sourire taquin.
-« Oh ! Me parle pas de ma sœur, elle est toujours en manque d’attention. »
-« En fait je parlais de toi, mais j’avais oublié que tu ne sais pas reconnaitre les compliments. Lorsqu'on t'en fait un. »

Erïka grimaça et posa sa main sur l’épaule de Bobby pour le pousser loin d’elle. Autant dire que la tentative était inutile et ne fit que l’amuser. Il attrapa la main de sa fiancée en comptant la tenir captive un petit moment. Il entrelaça ses doigts avec les siens et sentit aussitôt la peau de la femme frissonner à son contact. Il tenta d’ignorer ce détail pour porter son attention sur les sœurs Andes.

-« Est-ce que vous avez des plans pour la journée ? Il y a quelques trucs sympas à faire à l’institut, si ça vous intéresse. Sinon j’en entendu dire qu’il y a une petite fête foraine qui s’est installée dans Central Park. Ça vaut le coup d’œil. Si vous voulez y aller je vous écrirais les indications sur papier. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mesa Andes

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 27/07/2015
Age : 19
Localisation : Institut Xavier

Fiche Tecnhique
Metier: Étudiante
Age : 17 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Mer 7 Oct 2015 - 7:45

-« Cet endroit est génial. On y est allés il y a quelques mois. C’est pas là qu’il y a l’énorme centre commercial ? »

- En effet, répondit Sierra. C'est aussi à cet endroit qu'est situé mon travail. Nous n'habitons pas très loin, quelques coins de rue au maximum.

Les deux sœurs avaient plusieurs souvenirs de ce centre commercial sur plusieurs étages. Elles y allaient souvent ensemble ou séparément avec deux groupes d'amies distinct, surtout pour ce qui est de l'âge. Surtout quand on est plus jeune, trois ans de différence entre deux groupes peuvent mener à une bataille sur la maturité ou encore les connaissances et c'était pourtant différent pour les deux sœurs. Sûrement que c'était parce qu'elles avaient grandies ensemble et qu'elles se comprenaient souvent.

- Je me souvient encore quand on s'était perdu au troisième étage... Le magasin de bonbon perdu au fond du couloir, tu t'en rappelle?

- Si je m'en rappelle? Bien sûr que je m'en rappelle. La madame avait l'air perdue quand nous étions entrées, comme si personne n'était jamais venu dans sa boutique. On est reparti avec deux sacs de sucreries et un expression ébahie en prime.

Puis la conversation divergea sur l'université de Sierra. Mesa était quand même un peu jalouse. Elle ne savait pas ce qu'elle voulait faire de sa vie alors que sa sœur, elle avait un chemin tout tracé. De son côté, Sierra enviait sa sœur qui n'avait pas encore choisi sa voie, car la sienne pouvait chuter à tout moment, le tout à cause de son pouvoir. Même si celui-ci était plutôt pratique, elle ne voulait pas que ça éclate à tout le monde. Avec toutes les rumeurs et les préjugés sur les mutants, autant s'en éloigner ou s'en approcher le plus possible.

Puis la conversation dériva sur une Sierra incapable d'être impolie. Alors que c'était courant au Canada et dans d'autres pays, l'anglais était la langue où il y avait le moins de niveau de politesse. C'était complètement le contraire au Japon, où les niveaux de politesse étaient en dizaine, du niveau de la famille proche aux chefs d'entreprises. C'était quand même un peu ironique que la femme aux cheveux flamboyants soit la plus polie du groupe dans les moments détendus, si elle ne s'y trompait pas. Mesa esquissa un sourire pour sa sœur.


-« Je crois que je vais devoir m’y faire, alors. Tant que tu m’appelles Erïka, je ne t’en demanderais pas plus. »

- Crois moi, je vais faire mon possible. Je sais qu'on a la même âge, mais tu me semble comme une figure d'autorité à ce collège, un prestige je n'aurais sûrement jamais.

Puis la question du bouchon de circulation arrive. Alors que Mesa se frappa la tête de sa paume, Sierra, elle, resta sans la moindre idée de ce qu'Érïka tetait d'expliquer.

-« C’est surtout les mecs se retournant sur ton passage qui bloquaient le couloir. »
-« J’en connais une autre qui fait le même effet aux étudiants. »
-« Oh ! Me parle pas de ma sœur, elle est toujours en manque d’attention. »
-« En fait je parlais de toi, mais j’avais oublié que tu ne sais pas reconnaitre les compliments. Lorsqu'on t'en fait un. »


Les deux sœur eurent le même constat : Quel beau petit couple. Même si Érïka semblait d’humeur changeante, restait que les deux personnes étaient absolument sublimes physiquement et que l'homme semblait plutôt conciliant et gentil.

-« Est-ce que vous avez des plans pour la journée ? Il y a quelques trucs sympas à faire à l’institut, si ça vous intéresse. Sinon j’en entendu dire qu’il y a une petite fête foraine qui s’est installée dans Central Park. Ça vaut le coup d’œil. Si vous voulez y aller je vous écrirais les indications sur papier. »

- Je pensait que Mesa pourrait me faire visiter sa nouvelle demeure, mais si tu as des idées à nous donner, je serait preneuse. Je suis ici pour la journée. Je n'ai jamais visité New-York et encore moins Manhattan. Heureusement que ma sœur me sert de couverture pour visiter la Grosse Pomme.

Mesa frappa gentiment sa sœur lors de sa blague pince-sans-rire. Bien sûr que Sierra voulait voir sa sœur. Peut-être que New-York l'intéressait un peu, mais l'important était sa famille. Sierra prit en note les indications, au cas-où. Les deux sœurs n'avaient aucune idée si Érïka comptait rester avec elles. Érïka ne dérangeait pas du tout, mais les deux avaient un peu de difficulté à déchiffrer la grande blonde. Elle était sympathique, mais imprévisible à leurs yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Jeu 8 Oct 2015 - 3:01

Entre frère et sœur on se créait des souvenirs mémorables, des anecdotes que personne ne pouvait comprendre et un lien impossible à briser. Rien qu’en regarder les sœurs Andes parler de ce centre commercial qui avait été le lieu de nombreuses escapades, ensemble ou entre amis, on ne pouvait douter de leur affection l’une pour l’autre. Allaient-elles se faire au fait d’être séparées par des kilomètres, l’une de l’autre ? Allaient-elles faire en sorte de garder contact et de ne jamais perdre la complicité qu’elles avaient ? Elles seules avaient la réponse. Tout dépendra de leurs horaires, leurs occupations et de bien des facteurs qui pouvaient être facilement ignorés si elles avaient la volonté de se retrouver.

Erïka fouilla dans ses souvenirs afin de se rappeler son voyage à Philadelphie. Même si elle n’était pas du genre à faire les boutiques pendant des heures, elle avait pris la peine de faire le tour du centre commercial, le plus gros qu’elle ait visité de sa vie. Par contre, elle ne se souvenait pas du tout d’un troisième étage. Elle tourna la tête vers Bobby. Lui non plus ne devait pas savoir qu’il existait un troisième étage.

-« On va devoir y retourner et trouver ce troisième étage. »

Il acquiesça. Maintenant, ils allaient devoir trouver le temps pour une balade en moto avant l’arrivée de l’hiver. Ils parleront de ça plus tard, sûrement lorsque le sujet de leur Lune de miel reviendra sur le tapis. Cela faisait quelques semaines qu’ils se lançaient des idées de destination idéale, ici et là, mais qu’ils n’arrivaient pas à prendre une décision. Il y avait tant d’endroits à visiter !

Parce qu’elle n’aimait pas se faire appeler « madame » en raison de son jeune âge, Erïka demanda à Sierra de s’adresser à elle comme si elle était une étudiante comme une autre. Elle n’avait toujours pas le statut de professeur, mais celui de femme d’affaire commençait à lui coller à la peau. Lorsqu’elle se trouvait à l’institut elle appréciait le fait de se fondre dans la masse et d’être une résidente comme une autre. Elle souhaitait que les choses restent ainsi le temps que ça dure. Malgré tout, elle devait avouer qu’elle appréciait pouvoir faire sa loi auprès de certains élèves lorsque cela était nécessaire.


-« En fait, je terrorise les élèves, c’est pas pareil. Crois-moi, peu importe ce qu’on dit sur mon compte ou ce que je suis, on reste tout de même sur un même pied d’égalité. La figure d’autorité ici, c’est lui. » Fit-elle en désignant Bobby de l'index.

D’ailleurs, ce dernier proposa aux deux sœurs une idée de sortie dans le centre de New-York si l’envie leur en prenait. Il fallait profiter du beau temps et de la chaleur avant qu’il ne soit trop tard, bien que pour lui cela ne fasse pas grande différence. Pas vraiment décidées sur ce qu’elles allaient faire de la journée, Sierra taquinait sa jeune sœur, la désignant d’excuse pour visiter la ville. C’était beau de les voir se chamailler comme ça. Le fait que l’une soit mutante ne semblait pas déranger l’autre ou ébranler le lien les unissant.


-« Central Park à ce temps-ci de l’année vaut le détour. Il y a tout un tas d’activités et la température est idéale. » Ajouta Bobby.  

Par contre, le temps filait à une vitesse folle et il devait donner un cours sous peu. Il allait devoir s’absenter. Avant tout, il prit la peine de donner les indications à Sierra, au cas où elle souhaitait se rendre à Central Park. Si les filles avaient besoin de quoi que ce soit d’autre, Erïka allait pouvoir s’en occuper. De toute façon, elle avait la journée devant elle. Après le boulot acharné qu’elle avait fait en quelques semaines, elle méritait une journée de détente. Il n’allait pas lui dire, mais il était celui qui avait désactivé le réveil matin de sa fiancée et fait en sorte de la laisser dormir autant qu’elle en avait besoin.


-« Je dois y aller, je donne un autre cours dans dix minutes. J’espère qu’on aura l’occasion de se croiser à nouveau. Mesa, je te vois demain en classe, d’accord ? » Il se tourna vers Erïka et l’embrassa brièvement sur les lèvres. « See you tonight. »

Il lui sourit, puis se leva, attrapant son sac au passage. Erïka le regarda quitter la pièce et lorsqu’il disparut dans un couloir, elle prêta son attention aux sœurs Andes. N’ayant toujours pas compris qu’elle devait prendre un peu de temps pour elle-même, elle souhaitait faire un petit tour à son bureau afin de s’assurer que tout était en ordre. Par la même occasion, elle pouvait guider les filles en villes, surtout si elles voulaient éviter de se perdre ou de se retrouver coincées dans des embouteillages par possibles.

-« Je suis censée passer à mon bureau, en ville, alors je peux vous déposer où vous voulez, ou même vous faire visiter quelques endroits sympas à Manhattan si l’envie vous prend de jouer les touristes. »

Les fêtes foraines étaient toujours sympathiques et à cette heure-ci de la journée le parc ne devrait pas être trop bondé. Sinon, Erïka connaissait tout un tas d’endroits qu’elle pouvait conseiller, tout dépendant des goûts de chacune.

-« Tu as déjà eu l’occasion de visiter un peu la ville depuis ton arrivée, Mesa ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mesa Andes

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 27/07/2015
Age : 19
Localisation : Institut Xavier

Fiche Tecnhique
Metier: Étudiante
Age : 17 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Lun 12 Oct 2015 - 22:04

-« On va devoir y retourner et trouver ce troisième étage. »

''Elle va avoir bien du plaisir à le trouver'', pensa Sierra. ''Il est caché d'un seul côté car le deuxième étage est la hauteur des magasins à plusieurs niveaux.'' Quand les deux sœurs avaient visité le centre commercial pour la première fois, elles s'étaient posés bien des questions sur le fait qu'il n'y avait pas de numéro 3 dans les ascenseurs. Seuls deux magasins étaient accessibles à cet étage et l'un d'entre eux était la fameuse boutique de bonbons inconnue de tous.

Puis, la conversation retourna à Sierra et ses manières polies. Sierra voyait Érika comme une travailleuse dans cet institut. Elle ne pensait pas qu'elle était aussi étudiante à l’université ou qu'elle était la sans être enseignante ou même, à la limite, directrice de niveau. Elle pensait franchement qu'elle était ici pour son travail. Mesa aussi le pensait, mais elle compris beaucoup plus vite qu'elle n'était pas ici comme enseignante, en tous cas, pas maintenant.

-« En fait, je terrorise les élèves, c’est pas pareil. Crois-moi, peu importe ce qu’on dit sur mon compte ou ce que je suis, on reste tout de même sur un même pied d’égalité. La figure d’autorité ici, c’est lui. »

Érika pointa le futur professeur de Mesa. Avec le petit brin de conversation qu'ils avaient eu en chemin, la brune savait qu'elle aurait à faire à un enseignant sympathique, mais qu'il ne laisserait sûrement pas de passe droit quant aux devoirs et aux apprentissages. Ce n'était pas comme si la jeune femme était mauvaise à l'école de toute façon, mais elle aurait beaucoup de plaisir dans sa classe.

Avec le fil de la conversation, il semblait bien qu'on aille à Central Park aujourd'hui. Mesa l'avait vu de loin avec Alexïs, beau blond qui l'avait accompagnée lors d'un virée des boutiques à Manhattan. Sierra ne l'avait vu que de loin, dans certaines vidéos, mais n'y avait jamais été, même avec ses parents. Ceux-ci ne voulaient pas aller à New-York même avec toutes les supplications du monde. Pour une raison inconnue, ils ne souhaitaient pas y aller, ce serait donc une première pour la rousse.


-« Je dois y aller, je donne un autre cours dans dix minutes. J’espère qu’on aura l’occasion de se croiser à nouveau. Mesa, je te vois demain en classe, d’accord ? »

La principale intéressée fit un son affirmatif. Elle avait déjà hâte à son premier cours, elle qui aimait aller en classe. Même si elle faisait sa mignonne aguicheuse, elle avait quand même un cerveau. Même si elle aimait bien utiliser ses connaissances, briser des cœurs était plus dans ses passe-temps. Beaucoup plus intéressant et satisfaisant.

-« Je suis censée passer à mon bureau, en ville, alors je peux vous déposer où vous voulez, ou même vous faire visiter quelques endroits sympas à Manhattan si l’envie vous prend de jouer les touristes. »

Sierra voulut clarifier la situation. De nouvelles informations s'ajoutaient à ses connaissances de la personne qu'était Érika et demanda rapidement :

- Bureau? Oh, alors vous ne travaillez pas ici? C'était bien la première raison pourquoi j'avait commencé avec la politesse, je croyais que vous étiez institutrice...

-« Tu as déjà eu l’occasion de visiter un peu la ville depuis ton arrivée, Mesa ? »

- Eh bien, la première journée à été un peu chaotique pour moi, mais un garçon charmant m'a fait faire le tour de l'école et on été visité quelques boutiques. C'est pas mal tout ce qu'on a fait alors non, je n'ai jamais été à Central Park, mais j'ai circulé dans quelques rue de la ville...

Elle avait entrevu Central Park, mais n'avait pas exprimé le désir d'y aller quand elle avait été avec Alexïs. Elle était bien trop préoccupée par le garçon et par les boutiques pour s'en soucier, de toute manière. Ce serait donc une première pour les deux filles. Sierra demanda alors :

- Si vous voulez, j'ai une voiture. Elle est quatre places alors il y a assez de banc pour tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Lun 19 Oct 2015 - 4:04

Lorsqu’Erïka avait un objectif en tête, elle se mettait toujours en quête de le réaliser, poussée par la volonté, la motivation et la vague d’énergie qu’un nouveau projet de vie pouvait lui apporter. Par contre, elle oubliait bien souvent de penser rationnellement, surtout lorsqu’il en venait à sa gestion du temps. Toujours à l’heure, elle n’arrivait pas à réaliser un tel miracle sans conséquences. Le manque de sommeil et de vie social en faisait partie. Que lui avait-il prit de vouloir suivre des cours universitaires, même à temps partiel, alors qu’elle avait déjà un travail épuisant qui lui volait la majorité de son temps ? Impossible de savoir comment elle supportait autant de pression. Elle devenait facilement irritable et perdait rapidement patience en situation de stress. C’est à ce moment-là qu’elle pouvait se compter chanceuse d’avoir Bobby. Il lui achetait son gâteau favoris, s’assurait qu’elle avait un environnement calme, comme leur chambre, puis fichait le camp pour ne revenir que quelques heures plus tard, question d’éviter un maximum les prises de têtes inutiles avec elle. Ainsi, il pouvait passer du temps de qualité avec sa très chère moto. Heureusement pour tout le monde, ce cauchemar sera terminé d’ici quelques mois et Erïka obtiendra son diplôme ainsi qu’une certaine stabilité dans sa vie. Avec de la chance, elle n’aura pas envie d’entreprendre de nouvelles études entre temps.

-« Institutrice ? Non, pas encore, je suis en train de terminer mes études en enseignement. Pour l’instant je travaille comme gestionnaire et présidente directrice générale de la branche américaine des S.M.I.T.E. Industries. Je remplis de la paperasse toute la journée, rien de bien passionnant, mais il faut bien quelqu’un pour le faire. »

Aussitôt, elle enchaina en demanda à Mesa si elle avait eu l’occasion de visiter New-York depuis sa récente arrivée à l’institut. Chanceuse, elle fit connaissance d’un jeune homme qui lui fit faire le tour du manoir ainsi que de quelques artères de la ville, tout cela lors de sa première journée. Avec le temps, elle allait pouvoir se repérer facilement, certains quartiers étant davantage fréquentés par les résidents lorsqu’ils allaient en ville que d’autres. Ce n’était pas tout le monde qui aimait se balader dans les coins à problème. C’était bien ainsi. Erïka savait que certaines artères étaient plutôt dangereuses et abritaient de nombreux gangs.

-« C’est sympa de sa part. Et c’est toujours pratique de connaitre quelqu’un qui a une voiture, ici. On se ruine vite en taxi sinon. »

Sierra proposa de monter à bord de sa voiture pour le voyagement. Erïka hocha doucement la tête, n’y voyant pas de problème. D’ailleurs, si la jeune femme souhaitait rentrer chez elle sans avoir à effectuer le long trajet jusqu’à l’institut, Erïka pourra toujours appeler Bobby pour qu’il passe les prendre en ville. Et puis, il fallait dire qu’il n’y avait pas tant de place que ça sur la banquette arrière de sa voiture. N'importe quel véhicule pouvait accueillir plus confortablement ses passagers que la sienne.

-« Pourquoi pas ? Par contre, j’espère que tu es à l’aise avec les parkings en parallèle et les imbéciles au volant, parce que ce genre de cas, tu en rencontre partout ici. »

Erïka se leva, attrapant son veston et son sac à main au passage. Elle était prête à y aller lorsque les filles le seront. Par contre, Mesa allait peut-être devoir passer à son dortoir si elle avait besoin de son portefeuille et ses effets personnels. On ne sait jamais, les femmes sont réputées pour toujours avoir besoin d’un sac à main remplis de choses autant utiles qu’inutiles. Téléphone, portefeuille, clés, maquillage, bijoux, arme à feu, tout ce qui pouvait servir dans une situation ou une autre, quoi.

-« Tu as besoin de prendre tes affaires, Mesa ? On peut t’attendre dans le stationnement le temps que tu sois prête, si tu veux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mesa Andes

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 27/07/2015
Age : 19
Localisation : Institut Xavier

Fiche Tecnhique
Metier: Étudiante
Age : 17 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Lun 16 Nov 2015 - 23:19

-« Institutrice ? Non, pas encore, je suis en train de terminer mes études en enseignement. Pour l’instant je travaille comme gestionnaire et présidente directrice générale de la branche américaine des S.M.I.T.E. Industries. Je remplis de la paperasse toute la journée, rien de bien passionnant, mais il faut bien quelqu’un pour le faire. »

Mesa et Sierra eurent pas mal la même réaction. Ne connaissant pas S.M.I.T.E., les deux filles se contentèrent de comprendre, globalement, qu'elle faisait de la paperasse pour une grande compagnie. De toute façon, ça leur était égal que l'établissement faisait des chandails, des armes ou des animaux de compagnie.

Puis, la blonde se renseigna sur le tour que Mesa avait fait avec Alexïs. C'était marrant, parce que maintenant qu'elle y pensait, ils se ressemblaient beaucoup, elle et lui. Ils ne devaient pas forcément venir du même ancêtre, mais peut-être était-ce leurs cheveux, ou quelque détails qu'ils avaient en commun. Mesa chassa ses pensées, se trouvant totalement ridicule, puis se mit à suivre les deux aînées, qui allaient vers le parking.

Sierra proposa un «lift» et d'utiliser sa voiture. Elle était venue pour ça non? Elle avait de l'argent en surplus au cas où elle aurait besoin de faire le plein dans une station service, mais elle ne croyais pas en avoir besoin, du moins, pas durant l'exploration urbaine: Son réservoir avait rempli au trois quarts.


-« Pourquoi pas ? Par contre, j’espère que tu es à l’aise avec les parkings en parallèle et les imbéciles au volant, parce que ce genre de cas, tu en rencontre partout ici. »

Elle sourit. Des imbéciles, il y en avait partout. Même si la population de Prince of Prussia était plutôt faible, elle avait affrontée maintes fois la folie de Philadelphie. Elle était si préparée qu'elle se serait mis les deux lignes noires des joueurs de football, signe de force, résistance et fierté. Ça ne paraissait pas comme ça, mais la rousse était une battante.

-« Tu as besoin de prendre tes affaires, Mesa ? On peut t’attendre dans le stationnement le temps que tu sois prête, si tu veux. »

- Je suis comme une scout: Toujours prête. Je n'ai pas besoin de grand chose, dit-elle en sortant un sac-à-main derrière son dos. On peut y aller, tout est là!

Mesa avait la capacité de sortir son sac à main principal de nulle part. Pourquoi? Parce qu'il ressemblait à un sac-à-dos miniature. Quand elle était à l'école, celui-ci était beaucoup plus pratique qu'une vraie sacoche, et elle pouvait le garder, avec raison. Après tout, le matériel étudiant se trouve toujours dans ces poches portables.

Sierra demanda seulement une faveur à Érika:


- Tu sais où nous allons, mais c'est ma première fois. Tu pourrais me donner un résumé de la route et me servir de GPS? Je n'ai jamais été à Central Park et si tu veux passer par quelque part, t'a qu'a demander.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   Jeu 19 Nov 2015 - 6:15

Erïka avait toujours l’essentiel de son équipement sur elle. Téléphone, arme et argent comptant. Elle n’avait pas besoin de plus pour survivre dans cette jungle qu’était la ville. Même si elle serait larguée sans rien au beau milieu de la ville elle saurait se débrouiller et survivre à sa façon. Savoir se défendre contre n’importe quoi, et surtout n’importe qui, était un atout indéniable. Si Mesa était toujours prête, comme le démontrait le petit sac à main qu’elle avait sortie de… de nulle part, elle avait un avantage sur la majorité des gens de son institut. Être un humain tout à fait banal n’était pas simple à tous les jours, alors être un mutant… Il valait mieux être prêt à toute éventualité, surtout lors d’une sortie en ville. Ce qui étonnait Erïka était que l’adolescente trainait son petit sac avec elle alors qu’elle n’avait probablement pas prévu de sortir aujourd’hui. Habituellement, les jeunes se baladaient uniquement alors leur téléphone ou leur Ipod, à moins qu’ils n’aient besoin d’un sac à dos pour transporter leurs cahiers en classe.

Être organisée et toujours prête, faisait partie des qualités d’Erïka. À ça, il fallait mêler un peu de paranoïa. Elle trainait avec elle de nombreux démons, bien qu’elle avait fait un trait sur son passé depuis longtemps. Elle tentait tant bien que mal de garder la tête haute face aux embûches que lui lançait la vie en pleine gueule, mais elle changeait peu à peu, sans même le réaliser. Ces événements, ces traumatismes, ces problèmes qui venaient se mettre à travers de son chemin l’affectait bien plus qu’elle ne voulait l’avouer. Parfois, elle venait même à se demander si elle avait fait de bons choix dans sa vie. Lointaine était l’époque où elle était une adolescente insouciante qui n’avait pas d’autres responsabilités que de remettre ses travaux scolaires à temps. Cette époque lui manquait. Lorsqu’elle regardait ces jeunes pleins de vie, comme Mesa, elle réalisait pourquoi elle avait parcourus tout ce chemin pour devenir ce qu’elle est présentement. Elle faisait tout cela pour permettre aux jeunes, tout particulièrement ceux de l’institut, de vivre une adolescence normale et paisible.

-« Eh bien, t’es organisée, toi. » Remarqua Erïka à voix haute. Puis, elle se tourna vers Sierra. « Elle est toujours comme ça ? »

Les filles rejoignirent le stationnement extérieur et Erïka laissa la sœur aînée de Mesa trouver sa voiture à travers la multitude déjà garées autour d’elles. Une fois à l’intérieur du véhicule, Erïka boucla sa ceinture. Bien sûr, étant ce qu’elle était, la jeune femme s’était accaparée le siège passager sans même faire preuve de politesse et l’offrir à Mesa. La banquette arrière ne semblait pas assez bien et confortable pour Erïka qui s’était installée comme si rien n’était. De plus, c’était plus pratique de donner des indications lorsqu’on pouvait voir la route convenablement.

-« Pour t’éviter de te faire affronter les embouteillages, je vais te guider directement jusqu’à Central Park. Ensuite, on pourra se rendre pratiquement n’importe où à pied. On pourra facilement marcher jusqu’à Time Square et si on passe dans le Financial District je ferais un arrêt à mon bureau. Il y a un coffee shop au rez-de-chaussée, vous pourrez y prendre ce que vous voudrez. »

Pendant le trajet, Erïka tenta d’en savoir un peu plus sur les sœurs Andes. Puisqu’elle allait passer une partie de sa journée avec elle, autant faire en sorte de la rendre la plus agréable possible. Et puis, s’était toujours plus plaisant de se divertir en ville que de remplir de la paperasse à son bureau. Elle s’occupera de ses responsabilités plus tard. Pour commencer, Erïka souhaitait savoir ce qu’aimaient les deux sœurs. New York offrait d’innombrables possibilités d’activités pour les touristes, elles trouveront tout ce qui leur plait.

-« Il y a tout un tas de trucs à visiter. Comme Bobby l’a dit, il y a une fête foraine, sinon il y a toujours le zoo et quelques autres attractions touristiques dans le coin. Vous déciderez ce que vous voulez faire. »

Ce ne fut qu’une fois en bordure de la ville qu’Erïka commença à donner ses indications à Sierra afin qu’elle ne se perde pas. Se rendre à Central Park ne devrait pas être trop difficile vu l’heure actuelle. Il était encore possible de rouler sans rester coincé dans des rues engorgées.
Alors que la voiture était arrêtée à un feu rouge, une pensée traversa l’esprit d’Erïka qui se retourna suffisamment pour pouvoir apercevoir Mesa.

-« Dis, c’est quoi ton pouvoir ? »

Si Erïka avait appris quelque chose avec le temps, c’était qu’on devait toujours se préparer à une potentielle crise incluant des mutations. Si Mesa avait le don de détruire la ville entière ou de faire quoi que ce soit de dangereux pour les gens autour d’elle, autant le savoir tout de suite. Il faut agir comme un scout et être toujours prêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)   

Revenir en haut Aller en bas
 

La réalisation d'un rêve perdu... (PV. Érika)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chaton Perdu ? [ PV : Petit Hérisson ]
» perdu avec sa veste [PUBLIC]
» PERDU DOSTY CANICHE ABRICOT 1 AN (33)
» Seul et perdu...
» Rêve perdu cherche rêveurs.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Hall d'entrée-