X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 The Price Of Fame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: The Price Of Fame   Mer 1 Juil 2015 - 3:22

“When I grow up
Be on TV
People know me
Be on magazines
When I grow up
Fresh and clean
Number one chick when I step out on the scene”

Les projecteurs sont tous pointés sur elle, faisant briller de mille feux sa chevelure d’or. De nombreux flash projettent leur lumière aveuglante dans ses délicats iris azurins. Elle cligne des yeux, ses longs cils noirs battant l’air à quelques brèves reprises. Puis, elle tourne doucement la tête vers l’homme à ses côtés. Elle sent son bras autour de sa fine taille, sa main glacée contre la peau nue de son dos. Elle lui offre un sourire radieux, montrant ainsi ses dents blanches, parfaites. Ses lèvres, légèrement pulpeuses et colorée d’une teinte carmine pouvant rendre jaloux tous les plus grands verres de rouge de cette soirée, murmurent quelque chose à l’oreille de cet homme. Il lui sourit en retour et l’entraine doucement le long du tapis maculé menant à l’un des plus prestigieux édifices de New York City. Les flashs cessent de s’acharner sur elle afin de porter leur intérêt sur les nouveaux arrivants de la soirée.

Jetant un bref regard par-dessus son épaule, elle s’assure que sa sœur est toujours derrière elle. Elle resplendit dans sa robe de soirée. Encore une fois, elle trouve le moyen d’attirer les regards de par son charme et son incroyable beauté. Il était difficile de rivaliser contre une telle déesse de la mode américaine.

Le grand hall se décide devant le couple. Quelques personnes discutent, bien à l’abri des caméras. D’autres se dirigent vers la salle principale de l’établissement, celle qui attire les grands de cette ville. Les événements de charité organisés par le professeur Charles Xavier au profit de son école pour jeunes surdoués ont toujours attiré l’attention médiatique. Cette année, un gala prenait place, permettant ainsi à de nombreux résidents de profiter d’une soirée mondaine, de rencontrer diverses personnes de milieux variés, et de démontrer l’excellente éducation qu’ils recevaient au sein de l’institut.

Parmi tous ces étudiants ayant eu la chance de pouvoir participer à cette soirée, il y avait certains d’entre eux qui étaient très attendus. Ils avaient pour mission de ne pas faire mauvaise impression devant les quelques journalistes présents à l’événement et, surtout, de veiller sur leurs camarades qui seraient susceptibles de faire quelques bêtises.

La grande salle était loin d’accueillir tous ses invités, pour le moment. Parmi les personnalités déjà présentes dans la pièce, bon nombreux d’entre eux s’adonnaient à des discussions parfois professionnelles, parfois informelles. La jeune femme lança un regard assuré aux personnes se trouvant devant elle. L’une des silhouettes, celle d’un homme bâti qui se cachait sous un élégant costume de gentlemen, se tourna doucement en sa direction. Leur regard se croisèrent un bref instant avant qu’il n’emprunte une direction opposée à la sienne afin d’engager la discussion avec un groupe d’homme d’affaire d’un certain âge.

Pendant ce temps, la jeune femme avançait lentement dans la salle, prenant garde à ne jamais marcher sur sa longue robe de ténèbres. Le long tissu moulait parfaitement ses formes, entourant son corps fin et légèrement musclé jusqu’à ses pieds, découvrant à peine ses escarpins hors de prix. La robe couvrait son buste, remontant légèrement sa poitrine. À son cou, pendait une chaine d’or blanc qu’elle arborait la majorité du temps. Il accompagnait parfaitement bien ses boucles d’oreilles, dont l’une scintillait sous les lumières de la salle. L’autre, quant à elle, était légèrement dissimulée derrière sa chevelure dorée, ondulée et passée par-dessus son épaule avec délicatesse. Par le miracle du fixatif sa coiffure tenait parfaitement en place.


-« Excusez-moi, mademoiselle Davidoff… »

La jeune femme cessa immédiatement de marcher. Elle jeta un bref regard en coin à son cavalier avant de se tourner vers la source de cette voix masculine. Son regard de félin, accentué par l’ombre à paupière sombre qui faisait davantage ressortir ses grands iris, se posa sur l’individu qui venait de l’interpeller.

-« Edward Brock du Daily Buggle. J’aimerais vous poser quelques questions au sujet des récents changements apportés au sein de l’entreprise de votre père. Des rumeurs veulent que vous ayez décidez de changer en grande partie les conditions d’embauches dans certains secteurs afin d’offrir une chance aux travailleurs âgés ainsi qu’aux jeunes sans diplômes en leur offrant également une formation complète ainsi qu’un poste permanent, le tout sera aux frais de la compagnie. D’ailleurs, ils sembleraient que de nombreux cadres protestent contre cette décision. »

Erïka Davidoff, dont le nom changera d’ici quelques mois pour Erïka Davidoff-Drake, toisa le journaliste avec attention. Elle évitait ces gens comme la peste, généralement. N’ayant pas la langue dans sa poche, elle devait constamment peser chacun de ses mots avant qu’ils ne soient prononcés. Elle ne souhaitait pas attirer l’attention médiatique davantage sur elle, ni même son fiancé, Robert Drake, avec qui elle avait participé à de nombreuses actions humanitaires et événements variés pour des causes leur tenant à cœur. Bien qu’ils embrassaient tous deux la carrière de l’enseignement, cela ne les empêchait pas de contribuer à la prospérité de l’empire de la famille Davidoff à leur façon. Les dernières actions commises envers l’entreprise leur avait permis de contribuer à l’évolution de celle-ci sur un plan social, mais également de lui permettre de voir plus loin en mariant la technologie à l’armement. Le but n’était pas de concevoir des armes pouvant tuer l’ennemi, mais d’inventer une panoplie d’instruments qui aideront les soldats américains dans leur combat et – ils l’espéraient bien – leur permettre de revenir en vie du champ de bataille. L’argent générée par l’entreprise permettait largement de faire les changements qu’ils désiraient, au fil du temps. Ils ne se souciaient pas tant du fait de s’en mettre moins dans les poches, ils n’avaient pas besoin de posséder des millions pour être heureux.

-« J’apprécie l’intérêt que vous portez à ce sujet, monsieur Brock, mais je crois que l’occasion n’est pas appropriée à ce genre de question. Malgré tout, j’accepte de vous donner une réponse honnête. Ce que vous appelez une rumeur n’en est pas une. Cette réforme aura bel et bien lieu au sein de l’entreprise. En plus de donner une chance aux travailleurs d’expérience ainsi qu’aux jeunes venant d’entrer sur le marché du travail, qui n’auraient pas les moyens d’obtenir un emploi à cause de leur âge ou leur manque de scolarité, elle permettra aux employés permanents d’avoir accès à des assurances médicales, des congés parentaux payés, ainsi qu’à un service d’aide social et psychologique. Ceux qui sont contre cette décision font probablement partie de cette minorité de personnes à facturer leurs parties de golf dites « professionnelles » à l’entreprise. »

-« Vous êtes vous-même l’instigatrice de toute cette réforme. Comment avez-vous réussis à la concrétiser malgré les réticences ? »

-« Au cours de nombreux voyages à travers le monde j’ai appris énormément sur les conditions de travail et le fonctionnement de grandes entreprises. Si certaines d’entre elles ne se soucient que du profit, d’autres ont décidés de traiter leurs employés comme une grande famille. Après une rétrospective de la compagnie, j’ai pris l’initiative d’en découvrir la réalité des employés qui lui ont permis de se développer et de devenir ce qu’elle est aujourd’hui. Après avoir constaté que certaines règles de sécurité étaient négligées, que de l’équipement dépassé et totalement inadéquat était toujours utilisé et que plusieurs employés croulaient sous une charge de travail immense dû au manque d’effectifs, j’ai décidé qu’il était temps que de nombreux changements soient apportés. Je n’ai aucun doute qu’ils seront bénéfiques pour tous, peu importe l’investissement monétaire que cela puisse représenter. Si vous désirez en discuter davantage, je vous prierais de contacter mon assistant afin de prendre rendez-vous. Bonne soirée à vous, monsieur Brock. »

Elle lui adressa un petit signe de tête en guise d’au revoir, puis s’éloigna d’un pas assuré en direction d’un groupe d’étudiants qui discutait de tout et de rien. L’un d’entre eux se trouvait être son fiancé, qui s’était rapidement éclipsé afin de la laisser discuter avec le journaliste. Ce n’était pas plus mal, cette conversation n’avait rien de si palpitante. Malgré tout, la jeune héritière devait se préparer au fait que de nombreuses personnes allaient parler, en bien comme en mal, de ses démarches afin de transformer l’entreprise de son père selon sa propre vision des choses. Elle ne se voyait pas régner sur un empire économique où les profits étaient tout ce qui importait. Elle pensait également aux travailleurs, à ces personnes qui avaient besoin d’un emploi pour survivre, s’occuper de leur famille ou payer leurs dettes. La jeune femme se comptait chanceuse de s’être retrouvée dans une famille si fortunée et de pouvoir obtenir tout ce qu’elle désirait. Malgré tout, elle n’avait besoin que de bien peu afin d’être heureuse. C’était ainsi qu’elle avait grandi, que ses grands-parents l’avaient élevée. Elle pouvait donc se priver de quelques millions de dollars afin de les distribués à des personnes qui en avaient véritablement besoin.

Une fois aux côtés de Bobby, Erïka ne se gêna guère pour s’incruster dans le groupe d’étudiants qu’elle connaissait déjà. D’une main elle tenait son petit sac noir alors qu’elle déposait l’autre sur l’épaule du jeune homme. Elle devait l'avouer, se forcer à tenir des conversations comme elle venait de le faire la rendait complètement folle. Elle était heureuse d'être de retour en terrain connu.


-« Désolé de t’avoir laissé en plan. » Lui murmura-t-elle.

Il lui sourit en retour. Cela ne semblait pas le déranger puisqu’il était en grande conversation avec les autres résidents. Ils discutaient tous de l’événement, des célébrités ou personnes importantes qu’ils croisaient. Parfois, ils commentaient les tenues des invités. L’ambiance était légère, c’était comme s’ils étaient tous des humains tout à fait normaux, dépourvus de dons extraordinaires. Ils devaient agir comme tel et les choses se déroulaient à merveille jusqu’à présent. Un serveur s’approcha d’eux et leur proposa du champagne. Tout le monde s’empara d’une délicate flûte de verre. Il y en avait également pour les quelques étudiants qui venaient tout juste de rejoindre leur petit groupe.


-« Eh bien, si je m’attendais à te voir ici ce soir… » Fit Erïka à l’un des nouveaux arrivants, le sourire aux lèvres. « Je ne pensais pas te voir aussi élégamment vêtu un jour. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Lun 13 Juil 2015 - 2:47

Haron avait reçut une petite invitation pour un étrange Gala, pourquoi donc? Qu'est-ce qu'un gérant de magasin de musique pouvait avoir à faire dans un fichu Gala? Et bien le fait qu'il était devenu assez connu en tant que Guardmen en foot U.S, ce qui rendait l’intérêt pour le jeune homme un peu plus logique, il est vrais que les joueur de foot aux U.S attiraient énormément l'attention lorsqu'ils étaient doué, enfin bon, c'était l'occasion de se changer un peu les idées, qui sait, ce serait peut être l'occasion de connaitre du monde, même si il était très heureux à gérer son magasin de musique et instrument avec Dany.

Ce sera bien la première fois depuis un lonnnng moment, voir même la première fois, qu'Haron daignera enfiler un costard cravate pour autre chose qu'une recherche d'emplois. Heureusement qu'il avait quand même un costard taillé à sa taille, avec les épaules et la carrure qu'il se payait, Haron avait intérêt à se prendre du sur mesure. On pouvait d'ailleurs voir son corps particulièrement massif avec ce vêtement qui révélait à merveille cette puissante carrure.

Autant dire cependant que le metalleux n'était pas vraiment dans son élément, il y avait beaucoup de monde d'un milieux très, mais vraiment très différent du siens, lui qui était plutôt rebelle se retrouvait entouré d'aristo et autre richard arrogant et hypocrite à ses yeux, mais bon, il n'avait qu'à repenser à sa meilleur amie, Erika pour se dire qu'il n'y avait pas que des cons chez les riches, mais dans le cas de celle-ci, elle était très différente et semblait ne pas avoir vécu de la même façon.

Il fut interpellé justement par Erika qui s'amusa à lui faire remarquer, qu'il était rare, voir unique de le voir aussi élégamment habillé, il répondit en tordant ses lèvres en un large sourire mesquin, lui répondant avec un tact bien connu de lui.

- Pourtant si... J'ai du en pomper des nœuds sous les bureau pour me le payer mais c'est possible.... Je plaisante.

Terminât-il en s'adressant au reste du petit groupe, avant de rajouter d'un air très moqueur.

- C'était des vieilles toutes fripée

Avant d'éclater de rire, de toute façon vu le bruit, sa voix était couverte par le boucan environnant. Mais il pu savourer l'exaspération de certain de ses camarade.

- Sérieux, faut vous décoincer l'derche un peu... On croirait que vous avez un balais dans le cul, même moi qui suis pas dans mon élément du tout je reste zen... Du moment qu'aucun journaliste niaiseux ne viens me poser des question... Je crois que mes prouesse sur la pelouse à tellement attiré l'attention que si je suis ici, c'est qu'on veut me causer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Mar 14 Juil 2015 - 17:52

L’âge adulte semblait faire comme un gant à certaines personnes. Au fil des années, Erïka s’était totalement métamorphoser pour devenir une jeune femme quasi-modèle. Enfin, en apparence. Elle n’en gardait pas moins ce petit caractère qui la distinguait des autres femmes de son âge et sa classe sociale. Elle n’avait pas la langue dans sa poche, bien qu’elle tentait de faire preuve de bienséance lorsque la situation l’exigeait. Tenter était bel et bien le bon mot pour décrire ce qui se produisait lorsqu’elle se retrouver mêler à une discussion indésirable ou tentait de se défendre face à des personnes aux opinions bien arrêtées à son sujet.
Ce caractère, tout comme sa personnalité dynamique, lui permettait d’accomplir bien des choses depuis plus d’un an. Elle avait réussis à mettre la main sur un héritage qui lui revenait légitimement – bien que certains affirment le contraire – et tente de faire ce qui lui semble juste à sa façon. Elle n’avait pas été élevée avec de grandes fortunes. Elle n’avait jamais eu droit aux jouets derniers cris qui coutaient terriblement cher. Elle avait toujours su se contenter de ce qu’on lui offrait. Certes, elle n’avait jamais été sous le seuil de la pauvreté, mais elle avait connu des gens dont cela avait été le cas. Elle savait à quel point il était difficile de se sortir la tête des factures et des dettes. De l’argent, elle en avait tellement qu’elle trouvait qu’il était injuste de ne pas en faire profiter les autres. Les quelques milliers de dollars qu’elle ne touchera pas cette année seront bien investis pour le bien de ses employés. Eux, ils verront la différence. Ils en seront reconnaissants. En fait, ils le sont. Elle le sait déjà. Elle ne pouvait pas en être plus heureuse.

Devenue une femme mûre et – presque – réfléchie, Erïka voyait grand pour l’avenir. Déjà, celui-ci débutait aux côtés de son fiancé. D’ailleurs, Bobby n’avait pas chômé de son côté. Il était à présent diplômé en enseignement, spécialisé dans les mathématiques ainsi que les sciences. Travaillant sur une maitrise en cryogénie, il avait fourni de nombreuses idées et théories menant à de sérieuses recherches sur le sujet. Bien sûr, il ne manquait pas d’argent pour financer ses recherches. Qu’il le veuille ou non, marier Erïka signifiait également qu’il avait accès à une partie de la fortune de sa nouvelle famille.

Discutant auprès de camarades de classe, Bobby en profitait pour prendre des nouvelles sur chacun ainsi que de leur présence à ce gala de charité. C’était intéressant d’apprendre ce que la présence de chacun pouvait apporter à la soirée. Le but était de donner une image positive de l’institut à la population, mais surtout aux personnes qui investissait leur argent dans cette école pour jeunes surdoués. Jusqu’à présent, tout semblait se dérouler à merveille. Il avait d’ailleurs noté les nombreux regards se posant sur Erïka lorsqu’elle s’avançait dans la grande salle. Elle était magnifique, volant la vedette à toutes les autres femmes. Il n’était pas objectif en pensant cela puisqu’il n’arrivait pas à voir nul autre qu’elle.  C’était d’ailleurs avec un petit sourire victorieux qu’il glissa son bras autour de la taille de sa fiancée lorsqu’elle vint finalement se tailler une place dans la discussion dont il faisait partie.

Erïka ne fut pas la seule à se joindre aux résidents présents. Un ancien élève vint se greffer aux groupes, s’attirant ainsi les remarques de la jeune femme. Haron avait toujours eut son style, témoignant de son goût pour la musique et parfois de sa passion pour les combats en tout genre, mais ce soir il avait fait exception à la règle en enfilant un costume propre, lui allant comme un gant. Malgré tout, quelque chose clochait. Ce n’était pas lui. Tous ceux qui le connaissaient un tant soit peu pouvait le confirmer.

Par contre, bien qu’il avait fait des efforts du côté vestimentaire, il n’en faisait pas au niveau de son vocabulaire plutôt cru. À sa petite blague, certaines personnes restèrent indifférentes, d’autres ne savaient pas quoi répondre, et Erïka, quant à elle, levait les yeux au ciel, trahissant son léger amusement par le délicat sourire étirant ses lèvres. Riant aux éclats, Haron semblait être le seul à réellement rire de sa plaisanterie. Il n’hésita pas à en rajouter une couche lorsqu’il le réalisa.


-« Sérieux, faut vous décoincer l'derche un peu... On croirait que vous avez un balais dans le cul, même moi qui suis pas dans mon élément du tout je reste zen... Du moment qu'aucun journaliste niaiseux ne viens me poser des questions... Je crois que mes prouesse sur la pelouse à tellement attiré l'attention que si je suis ici, c'est qu'on veut me causer. »

-« Personne ne t’obligeait à venir si t’en avais pas envie. » Rétorqua calmement un étudiant entre deux gorgées de champagne. « On est ici pour faire honneur à l’institut, pas pour passer pour des crétins. »

-« Rooh, calmez-vous les mecs. Vous allez voir, il n’y a rien de plus ennuyeux qu’une soirée mondaine de ce genre. Le seul truc qui en vaut la peine c’est l’alcool. » Fit-elle en terminant sa flûte de champagne d’un trait.

Lorsqu’un serveur passa à proximité, elle déposa sa flûte sur son plateau avant de reprendre la discussion où elle en était. Ou plutôt, elle tenta de changer de sujet pour quelque chose qui l’arrangeait bien. Entre temps, l’un des étudiants se détacha du petit groupe pour rejoindre l’un de ses camarades, un peu plus loin. Le cercle se referma légèrement et Erïka se retrouvait à quelques pas d’Haron.


-« J’aurais espéré qu’Alex soit là pour que je puisse vous annoncer la nouvelle en même temps… »

Sans même s’éloigner de Bobby – dont la main glacée contre la peau nue de son dos l’engourdissait légèrement – elle tendit la main gauche vers son ami, lui exposant fièrement l’alliance sertie de diamants à son annulaire. Radieuse, elle ne pouvait s’empêcher de sourire à chaque fois qu’elle annonçait la bonne nouvelle à quelqu’un.

-« Devine qui va se marier dans quelques mois ? »

Impossible d’être plus fière qu’Erïka en ce moment. Elle n’avait pas eu l’occasion d’annoncer la bonne nouvelle à tout le monde, pour l’instant. Sa famille était au courant depuis bien longtemps, mais communiquer avec ses amis était plus difficile pour la jeune femme. Chacun avait sa propre vie, à présent. Bien qu’elle voyait certains lorsqu’elle se trouvait à l’institut, d’autres avaient décidé de vivre ailleurs. Elle-même possédait un imposant building à proximité de Manhattan. Elle avait son propre loft au dernier étage, là où elle pouvait rester lorsqu’elle ne pouvait se permettre de faire toute la route menant à l’institut. Elle croisait donc moins souvent ses anciens camarades de classe. Par contre, lorsqu’elle les revoyait, elle ne pouvait que s’en réjouir.

-« Alors, toi, qu’est-ce que tu deviens ? J’ai entendu dire que t’avais ton petit business, c’est vrai ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Mar 14 Juil 2015 - 19:37

Bien qu'il n'était pas dans son élément, Haron était quand même content de retrouver ses amis et surtout Erika, qu'il adorait plus que tous les autres, même sans le côté qu'elle était sexy au point qu'il fantasmait toujours sur elle, c'était son amie la plus proche et la personne à qui il pouvait se confier, il avait même pensé à lui confier les traumatisme de son père, mais n'avait encore aujourd'hui, jamais eu la force d'en parler à quelqu'un.

Quoi qu'il en soit, actuellement il partageait un très bon moment avec ses compagnons, même si l'un d'entre eux ne pu s’empêcher de lui mettre ce que l'on pouvait appeler un petit taquet dans le genoux, par le biais d'une petite pique sur le fait qu'il ferait passer les gens de l'institut pour des crétins.

- Est-ce que je sens ce que je sens? OUi.. Mais ouiiii c'est l'odeur de l'agacement... L'odeur et l’intonation de la jalousie du fait que j'ai été remarqué.

Bien sur en réalité Haron se fichait de ce genre de chose,m ais il lui fallait bien répondre, autrement que par des beignes dans la figure, il avait appris à se comporter autrement que comme un bourrin abrutis, ce qui avait l'air de surprendre plusieurs personne dans le groupe, Haron qui riposte sans utiliser la violence, le bougre s'était-il calmé? Adoucis, ou simplement assagit... Et bien en quelque sorte, oui il avait appris à devenir plus adulte, même si il restait un grand plaisantin aimant casser les pieds d’autrui.

Par la suite, Erika montra sa main à l'assemblé, sur l'instant HAron ne vit pas le détail qui aurait du lui sauter à al figure.

- Ouiiiii? elle est jolie ta main.

Puis ce ne fut qu'ensuite qu'il compris qu'il s'agissait de la bague de mariage que lui avait faite Bobby. Haron n’avait jamais eu d'affinité avec le mutant cryogène, ni ennemis, ni ami, il ne s’intéressait pas à la personne, même si étant le futur époux d'Erika, il allait bien devoir apprend quelque peu à le connaitre.

Tel un vulgaire personnage de Sitcom, HAron attrapa une flûte de champagne, qu'il vida d'un trait, avant de l'avaler, attirant tous les regards avant de lancer avec la plus grande surprise.

- C'est du sérieux? Enfin... J'avais pas fait attention à ça... Tu m'as jamais avertit... C'est pour quand exactement?

Bien sur qu'HAron était content pour elle, mais l'idée qu'Erika se marie le choquait légèrement, jalousie? Non, juste il trouvait qu'elle s'y prenait particulièrement tôt, un mariage aussi vite, il s'était attendu à quelque chose de bien plus tardif,m ais bon, si elle voulait se marier, Haron ne pourrait que la soutenir dans ce projet.

Cependant, curieuse, la belle blonde s’intéressa à son fameux petit business, Haron sentait encore une fois les regards des autres membre du groupe, certain avait du mal à croire qu'HAron devienne un homme autonome et intègre capable d'avoir un boulot stable, alors avoir sa propre petite entreprise.

- Ouai en effet, bien que certaine personne ici soit bloqué sur mes années passé,il serait temps de se mettre à jours. Avec Dany on s'est ouvert un magasin de musique, instrument, Cd de musique, tout ça... Tu vas rire mais ça marche bien, faut dire que j'ai su faire marcher mes relations du monde de la musique, je reçoit régulièrement des groupe de métal célèbres qui vienne m'acheter des instruments, donc ouai... ça marche assez bien.

Fière de son statut, Haron affichait un sourire plutôt satisfait, ni moquer, ni arrogant, juste on sentait qu'il était heureux de sa situation, lui qui avait il y a encore un ou deux ans plus tôt, du travailler au noir pour se faire de l'argent, ce petit négoce qu'il avait monté était très fructueux et promettait de durer un long moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Mar 14 Juil 2015 - 23:59

La jalousie était un sentiment totalement humain, bien que parfois nuisible dans certains cas. Certaines personnes devenaient cruelles envers d’autres, poussées par ce sentiment toxique qu’elles ne savaient gérer. D’autres apprenaient à vivre avec ce qu’ils avaient, bien que parfois ils souhaiteraient bien être dans les chaussures de quelqu’un d’autre. Depuis quelques temps, Erïka avait su attirer la jalousie de certaines personnes. L’argent, les belles voitures, le petit ami idéal; elle avait tout pour être enviée. Elle ne s’en vantait pas – enfin, c’était avant d’avoir une magnifique bague de fiançailles au doigt – et se comportait plutôt sagement avec ses économies. Elle limitait les dépenses extravagantes, surtout lorsque cela concernait des choses dont elle n’avait pas besoin. Elle avait toujours été ainsi, l’argent lui permettant simplement d’envisager le futur de ses rêves sans trop de craintes. Malgré tout, ce n’était pas tout le monde qui voyait les choses du même œil. Le simple fait de garer ses voitures de luxe dans le garage de l’institut attirait souvent les regards de nouveaux résidents.

Bien sûr, il n’y avait pas que la beauté et l’argent qui faisait des jaloux. Le succès aussi. D’ailleurs, Haron ne pouvait se passer de s’en vanter. Après tout, il était un joueur de football bien connu des gens du milieu de par les prouesses qu’il exécutait sur le terrain. Cela allait finir par mener à un débat causé par d’autres étudiants qui n’étaient pas tout à fait d’accord avec la place d’importance que se donnait l’homme.

- « Est-ce que je sens ce que je sens? OUi.. Mais ouiiii c'est l'odeur de l'agacement... L'odeur et l’intonation de la jalousie du fait que j'ai été remarqué. »

Erïka calma vite le jeu, plutôt que d’en rajouter une couche. Elle n’avait pas vraiment envie d’assister à une joute verbale, ce soir. Afin d’éviter de revenir sur le sujet, la jeune femme décida d’annoncer une bonne nouvelle à son ami. Lui montrant fièrement sa main, elle lui présentait la magnifique bague argentée brillant à son doigt. Par contre, le message ne semblait pas assez évident pour Haron, qui mit quelques instants à comprendre ce qu’elle cherchait à lui montrer. Sa réaction ne se fit pas attendre lorsqu’il réalisa que son amie allait se marier. Attrapant une flûte d’alcool, il la but d’un trait afin de faire passer la surprise de cette nouvelle inattendue. Ce geste en découragea certains, mais amusa Erïka.

-« Oui, c’est sérieux, bien sûr ! C’est tout récent. On prévoit se marier en décembre. »

Quelques regards se tournèrent vers Bobby.

-« Ne me regardez pas comme ça, c’est elle qui a choisis la date. »

Jetant un centième coup d’œil à sa bague, la jeune femme ne put s’empêcher de sourire. William avait été la première personne à critiquer le fait qu’elle était encore jeune pour ainsi s’engager auprès de quelqu’un, mais elle s’en fichait. Elle aimait Bobby, elle voulait passer sa vie à ses côtés. Elle savait, après toutes les épreuves qu’ils avaient vécues, que rien ne pouvait les séparer. Elle aurait pu passer le reste de sa vie en savourant chaque moment avec lui, mariée ou pas. Jamais elle ne s’était attendue à une telle demande de sa part, mais au moment même où il l’avait formulé, elle avait tout de suite accepté, sans même réfléchir. Elle n’avait pas besoin de penser aux pours et aux contres. Elle savait ce qu’elle voulait. Elle était plutôt sûre d’elle. Plus important, elle croyait en son couple ainsi qu’aux nombreuses années de bonheur qui les attendaient.

-« Au moins il n’a pas fait une quasi-crise cardiaque comme Will. » Fit la jeune femme en tournant la tête vers son fiancé. Puisqu’Alex n’était pas présent à la soirée, Erïka ne pouvait pas lui annoncer la nouvelle à son tour. Elle comptait bien le faire dès qu’elle le verrait. Elle souhaitait simplement lui garder la surprise. « Au fait Haron, évite de le dire à Alex, j’aimerais lui annoncer dès que je le verrais. »

Changement de sujet, Erïka ne parlait plus de sa vie, cherchant plutôt à connaitre celle de son ami. Il y avait bien quelques mois qu’elle ne l’avait pas vu. Enfin, elle l’avait bien croisé par-ci, par-là, mais ils n’avaient échangé que des banalités. C’était la première fois depuis tout ce temps qu’ils avaient une véritable conversation. Cette dernière s’orientait vers le nouveau travail d’Haron. Il avait plutôt bien réussis sa vie. En fait, il s’en sortait bien mieux que ce que la jeune femme aurait pu croire. Elle avait été persuadée qu’il allait se contenter de faire carrière dans le sport, mais il avait plutôt choisit d’embrasser sa passion de la musique et de la partager à d’autres connaisseurs de la ville et des alentours.

-« Avoue qu’Alex doit te donner un sacré coup de main, question publicité. » Le taquina Erïka avec un clin d’œil. « C’est génial de savoir que les affaires vont bien. Tu me fileras l’adresse qu’on y fasse un tour un de ces jours. »

Bobby hocha doucement la tête à ces propos. Il n’avait jamais été proche d’Haron. Il ne le détestait pas… mais il avait toujours garé un petit œil sur lui, connaissant sa réputation au sein de l’institut. De plus, il savait qu’il avait longtemps fantasmé sur sa copine. Il savait qu’il n’avait pas à s’inquiéter, qu’il pouvait faire confiance à Erïka pour être fidèle ou pour se défendre face à des prétendant un peu trop collants, mais il ne pouvait s’empêcher d’être un tant soit peu protecteur envers elle.

-« On pourrait aller y acheter cette guitare que tu veux tant » Proposa Bobby. Il leva la tête vers Haron. « Ça fait quelques années que j’en fais. Tu as des modèles sympas à proposer ? »

Quelques minutes plus tard, toutes les conversations des convives furent interrompues par un magnifique discours de la part du professeur Xavier. Le silence régnait dans la salle et seule sa voix osait le briser. Il était charismatique et savait comment charmer ses convives. Son magnifique discours au sujet de son école, de ses étudiants, fut le nouveau sujet de nombreuses discussions après une salve de chaleureux applaudissements.

Alors que le professeur faisait rouler sa chaise jusqu’à un petit groupe d’homme afin d’entamer une discussion, Erïka nota la présence d’un serveur, passant à proximité de lui. Elle aperçut brièvement son visage, qui lui semblait plutôt familier. Incapable de déterminer où elle avait probablement aperçu cet individu, elle restait plantée là, les yeux fixés sur lui, réfléchissant à toute vitesse. Elle détestait lorsque celui lui arrivait. Elle avait une excellente mémoire et, pourtant, elle lui faisait ainsi défaut par moment. Oubliant ce qui se passait autour d’elle, elle tentait simplement de trouver une réponse à sa question. Où l’avait-elle déjà vu ? Pourquoi avait-elle un mauvais pressentiment ? Si seulement elle pouvait mettre le doigt sur la réponse…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Jeu 23 Juil 2015 - 18:19

Haron prenait du plaisir finalement à cette fête maintenant qu'il avait retrouvé son amie, même si les autres étaient restés coincés à l’époque où il tapait sur tout le monde. Même s'il avait toujours ce côté rentre dedans qui lui avait valu une sale réputation en plus du fait que tous le monde savait aussi qu'il était un véritable baisodrôme, il sentait bien que certaines idées couraient encore sur lui, tel que le fait qu'il devait surement préparer un coup étrange vu le temps qu'il n'avait plus dragué quelqu'un de l'institut.

Bien sur, Haron et Alex maintenaient leur petit secret, bien que quelques rumeurs circulaient sur le fait qu'Haron était en couple. Nombreux étaient ceux qui n'y croyaient pas vraiment et pensaient qu'Haron cherchait probablement juste à pouvoir s'envoyer d'autres personnes. Erika lui demanda de garder le secret de son futur mariage pour qu'elle lui annonce elle-même la nouvelle, c'est fou ce qu'elle avait l'air joyeuse quant à cette histoire, si enthousiaste à l'idée de se marier, pour Haron encore une fois, ce genre de chose lui paraissait totalement abscons, mais il n'allait pas lui gâcher son bonheur avec sa mauvaise foi.

Alors qu'Erika s'éloigna doucement du groupe, Haron ne put s’empêcher de lorgner discrètement sur l'arrière de sa robe, découvrant son dos, dieux qu'il avait toujours rêvé de toucher ton corps... Ce qui était en partie fait depuis le jour au gymnase puisqu'il s’était permis de lui attraper, amicalement certes, la poitrine de façon très directe.

Ce ne fut qu'après un moment qu'il finit par se rendre compte que la jeune demoiselle semblait s'intéresser à quelque chose. Alors que le reste du groupe était occupé à parler entre eux, le jeune mutant approcha d'elle, lui adressant tranquillement.

- Qu'est-ce qu'il t'arrive? On dirait que tu es fixée sur quelque chose. T'as d'jà trouvé un autre mec?

Dit-il sur le ton de l'amusement, même s'il finit par comprendre qu'Erika semblait plutôt sérieuse dans son observation intense de quelque chose ou quelqu'un.

- Non sérieux qu'est-ce qu'il t'arrive, ça fait une bonne minutes que tu fais ça.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Lun 27 Juil 2015 - 5:37


Les retrouvailles avaient toujours quelque chose d’unique. Chacune d’entre elles se produisaient lors de circonstances différentes, ce qui créait des moments dont on pouvait parfois se souvenir longtemps. Erïka, de sa mémoire d’éléphant, se souvenait de la majorité de ces moments. Elle adorait discuter et prendre des nouvelles de ceux qui avaient une part importante dans sa vie. Bien des gens de son entourage avaient contribués à faire d’elle la jeune femme mûre qu’elle était à présent. Elle leur devait beaucoup pour cela, bien plus qu’elle ne l’admettait. Elle se souvenait de ce que chacun avait fait pour elle, autant en bien qu’en mal. Malheureusement pour certaines personnes, elle était plutôt rancunière.

Lorsqu’elle avait appris qu’Haron s’occupait maintenant d’une boutique de musique en pleine ville, la jeune femme n’avait pu s’empêcher de sauter sur le sujet, à peine avait-elle retrouvé son ami après de longs mois sans nouvelles. Tous deux occupés par leurs vies bien remplies, ils n’avaient jamais eu l’occasion, jusqu’à présent, de passer du bon temps ensemble et d’avoir une agréable discussion. Erïka était d’autant plus ravie que Bobby y participe un peu, bien qu’il se contente davantage d’écouter ce qui se disait autour de lui. Elle se doutait qu’il n’était pas un grand fan d’Haron - sûrement avait-il ses raisons, fondées ou  non – et elle n’avait jamais osé lui demandait ce qu’il ressentait à son égard.

Leur discussion fut interrompue par un magnifique discours de la part du professeur Xavier. Impossible de dire quoi que ce soit et oser troubler le calme qui régnait dans la grande salle. Une fois le discours terminé et les applaudissements estompés, le niveau de bruit augmenta rapidement, tout le monde se remettant à discuter en petits groupes éparses. Erïka s’était éloigné de quelques pas du sien afin d’observer l’un des serveurs se baladant dans la salle. Elle avait déjà vu son visage à quelque part, mais impossible de se souvenir où, ni dans quelles circonstances. Haron fut d’ailleurs à remarquer qu’elle avait la tête ailleurs. Il s’approcha d’elle, lui demandant ce qui se passait. Sursautant légèrement, Erïka tourna vivement la tête en direction de son ami. Puis, presque aussitôt, elle reporta son attention sur le serveur.


-« Ah… heumm… Ça va, c’est juste que… y’a un des serveurs là-bas, j’arrive pas à le replacer. Je suis sûre de l’avoir déjà vu quelque part. Je sais que ce n’est pas quelqu’un de l’institut, c’est ce qui ne me plait pas. Brotherhood, peut-être ? J’espère bien que non… » Elle perdit l’homme des yeux. Résignée, elle tourna la tête vers Haron. « Je crois que je deviens paranoïaque, c’est tout. Avec tout ce qui se passe ces temps-ci à travers la ville, j’ai toujours l’impression que quelque chose de mauvais va arriver. »

Elle tenta de chasser ces images inquiétantes de son esprit. Rien de mal ne se produira ce soir. De toute façon, il y avait de nombreux X-Men dans la salle. Du coin de l’œil elle pouvait apercevoir Scott et Ororo discuter ensemble. Emma avait, à son plus grand malheur, été abordée par Sergueï Davidoff. Tout semblait bien se passer, jusqu’à présent. Tentant de retrouver son sourire, la jeune femme décida qu’il serait bien de se changer les idées.

-« Et si on allait se chercher un verre ? L’alcool à volonté c’est la chose la plus cool dans ce genre de soirées. Et tu pourrais en profiter pour me raconter tes derniers exploits sur le terrain, vu qu’il semblerait que certaines personnes soient intéressées par toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Lun 27 Juil 2015 - 14:05

De bien belle retrouvaille en effet, même si elles n'étaient aisées à apprécier pour Bobby qui semblait avoir du mal avec Haron. Il devait être définitivement courant de ses manies de pervers, mais pas qu'il était en couple, bien évidement, Haron ne se rendit même pas compte un seul instant de l'appréhension de Bobby quant à lui.

Le jeune mutant bovin resta proche d'Erika, qui semblait être douteuse quant à l'un des serveur, dont elle pensait avoir déjà vu le visage quelque part mais n'arrivait pas à mettre le doigt sur où et quand. Haron quant à lui ne comprenait pas trop où elle voulait en venir, il avait connu la demoiselle certes toujours méfiante, mais la, elle avait l'air un peu paranoïaque, ce dont elle se qualifia elle-même au final, pensant qu'elle devait avoir imaginé des choses.

- Tu devrais te reposer un peu de temps en temps, tu finis par imaginer des choses qui sont même pas là.

En dehors de ses fantasme sur Riri, Haron était attaché à Erika, ce qui était rare. Haron ne s'attachait pratiquement à personne quasiment : Erika était l'une des rares personne avec, logiquement Alex et son seul véritable ami Dany, qui était humain, donc Erika devait surement s'en méfier un tant soit peu, alors que pourtant il n'y avait rien à craindre de celui-ci.

Mais quand il y repensait, Alex n'était plus très présent, certes ses concerts et ses tournées le rendaient moins disponible, mais tout de même, Haron se sentait non seulement un peu seul, mais aussi délaissé d'un certain côté. Il ne demandait pas à Alex d'être présent 5 jours par semaine, mais d'être un peu plus présent dans leur vie de couple, ce n'était pas bien dur à faire.


- Ouais je veux bien aller boire un coup, j'ai ben soif et cette flûte de champagne est pas prête de suffire vu comment il a fait chaud aujourd'hui. Mais sinon vraiment félicitation pour ton mariage... Par contre pour avertir Alex... ça dépend de si monsieur daigne montrer son museau au bout d'un moment, après ça il se permet de regarder Dany de travers comme s'il pouvait y avoir un truc entre nous.

Il était aisé de sentir un peu d'agacement chez le mutant dans ses paroles.

- Enfin bon, ouais si tu veux, on fait un peu moins de match qu'à un moment mais on on fait quand même des parties sympa, juste qu'on fait pas dans le pro jusqu'à présent, puis ce serait dur avec la boutique à faire tourner, juste que comme on attire l’œil on a encore les projo' sur nous. Sinon pour ton histoire de guitare on pourra en reparler, je peux facilement me procurer des modèles vachement sympa.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Lun 27 Juil 2015 - 19:00


“Get down with the victim
We both know you need them
You’re stuck in the middle
Of all irrelevance
And your heart is beating
Cause you know that you gotta
Get out of the middle
And rise to the top now”
Friction - Imagine Dragons

Depuis quelques temps, Erïka semblait voir le mal partout. En fait, tout cela avait débuté après son arrestation par le S.H.I.E.L.D.. Si elle s’en était sortie sans trop de mal, au final, pour une raison qui lui échappait toujours, elle ne pouvait plus se rendre à quelque part sans se demander si un événement quelconque allait se produire. Pendant longtemps elle avait été paranoïaque et méfiante, mais les choses s’étaient calmées avec le temps. Les événements étranges et dramatiques semblaient avoir quitté sa vie, pour l’instant, ce qui était un soulagement. Malgré tout, elle continuait d’espionner ici et là, de mettre son nez où il ne fallait pas. Elle écoutait les conversations qui passaient, observaient les individus qu’elle croisait, tentant toujours de récupérer des informations pouvant servir à l’agence gouvernementale. C’était son boulot, à présent. Elle se devait de le faire comme il se doit si elle ne voulait pas qu’on l’envoie derrière les barreaux pendant quelques temps. Peut-être qu’elle s’investissait un peu trop dans tout cela, en plus de ses autres obligations. Pourtant, les choses se passaient bien… avant qu’elle ne gradue de l’université d’économie à Londres. C’est à ce moment qu’elle fut propulsée dans la compagnie de son père, maintenant prise avec des problèmes qu’elle n’appréciait guère. Elle devait avouer que, même si c’était beaucoup de stress et de travail, faire un ménage à la compagnie ne pouvait qu’être bénéfique. Elle en avait marre d’entendre parler de problèmes de budget et de manque de personnel dans l’usine. Elle savait comment s’y prendre pour tout régler et, par la même occasion, en faire profiter une partie de la société, bien que cela ne plaise pas à tout le monde. D’ici quelques mois, lors du bilan trimestriel, elle était certaine de pouvoir prouver qu’elle avait raison. C’était un coup sur le long terme, certes, mais elle n’avait aucuns doutes quant à l’amélioration de la compagnie sur une courte base de temps.

-« Je sais, je devrais. Avec la compagnie, les études et maintenant l’organisation du mariage… tu sais que quand t’es riche t’as encore plus de paperasse et de formalités à remplir ? En fait, je devrais prendre un congé de tout ça, pendant un moment. Enfin, lorsque les choses ce seront calmées. »

Elle sourit à Haron afin de le rassurer. Elle allait bien. Si avant elle faisait de l’insomnie, ce n’était plus le cas. Elle était tellement épuisée le soir qu’elle s’endormait comme une buche à la seconde où elle touchait le lit. Si sa vie semblait aussi remplie, elle l’était davantage en trouvant le temps de faire quelques sorties avec son fiancé et de s’adonner à des passe-temps communs. Au détriment de tout cela, elle n’avait plus de temps pour voir ses amis qui, eux même, avait à présent leur propre vie. Alex était, d’ailleurs, l’une des personnes qu’elle côtoyait le moins ces derniers temps. Faisant partie d’un groupe de musique en pleine effervescence, il était en tournée depuis quelques mois. Il était constamment sur la route, ce qui devenait difficile de passer du temps avec lui. La personne pour qui cela devait être le plus difficile était Haron. Il avait laissé tomber – de ce que savait Erïka – certaines de ses lubies pour lui. Il était maintenant un homme fidèle. Mais cela pouvait-il durer si l’absence d’Alex continuait de se prolonger ?

-« T’en fais pas pour Alex, je le chopperais lors de mon prochain passage à Londres… Enfin, il était à Londres la dernière fois que je lui ai parlé… Ah pis merde, je l’appellerais pour lui demander quand il reviendra. Tu ne le sais pas ? » Elle posa une main compatissante sur l’épaule de son ami. « Ça ne doit pas être facile qu’il soit toujours parti comme ça. Il vit probablement son rêve en ce moment, mais une chose est sûre, il n’a aucune raison de te faire des crises de jalousie à son retour. Comment tu le prends, toi ? Je veux dire, son absence et tout ça. »

Ils marchaient doucement jusqu’au bar, au fond de la salle, là où ils pourront se servir de l’alcool à volonté. Erïka ne buvait pas énormément, préférant rester constamment lucide en cas de problème. Elle n’aimait pas perdre ses moyens et laisser son corps gagner sur elle. Un verre de plus lui suffira largement pour le moment. Si elle pouvait troquer le champagne contre du vin rouge ce serait encore mieux.

Revenant sur le sujet qu’ils avaient abordé avant le discours du professeur Xavier, Haron proposa à Erïka de lui trouver une guitare qui pourrait lui convenir, si elle souhaitait toujours apprendre. Cette dernière savait qu’elle pouvait lui faire confiance sur le sujet. L’argent à débourser n’était qu’une formalité à ses yeux. Elle voulait apprendre comme il se doit.


-« Tu me diras quand je viendrais faire un tour à la boutique. Le prix ne me fait pas peur, tant que j’ai un truc de qualité… et qui a la classe, quand même. » Elle sourit.

Une fois au bar, elle demanda une coupe de vin rouge. Elle fut servie sur le champ. En retour, elle laissa un billet en guise de pourboire. Laissant Haron commander ce qu’il désirait, la jeune posa à nouveau son regard sur la foule présente dans la salle. Elle repéra de nouveau le serveur, avançant parmi les invités sans plateau à la main, ce qui était plutôt étrange. Posant son breuvage sur le bar, Erïka délaissa son ami pour faire quelques pas dans la salle. Elle avait un très mauvais pressentiment. Il fallait qu’elle envoie un message à Chelsea, sa meilleure amie, pour lui demander de faire une petite recherche pour elle. Elle était limitée dans les informations qu’elle pouvait obtenir, mais le simple fait qu’elle soit formée auprès du S.H.I.E.L.D. depuis l’obtention de son diplôme en criminologie était un véritable atout dont elle pouvait se servir.

Malheureusement, Erïka n’eut pas le temps de sortir son téléphone de son sac à main. Elle eut à peine le temps d’entendre un grondement sourd, le bruit d’une explosion qui lui défonçait les tympans. Quelques secondes plus tard, elle se retrouvait projetée au sol, probablement dû à la déflagration. Elle ne savait pas où la bombe se trouvait, ce qui s’était produit, ni qui l’avait mise là, bien qu’elle avait un doute sur la personne. Dans son malheur, elle fut chanceuse que la bombe explose bien plus loin, à l’arrière de la salle. Quelques murs se détachèrent peu à peu, des morceaux du plafond s’écroulaient au sol. Les invités se précipitaient sur les portes verrouillées du bâtiment. Verrouillées ? Impossible. Même les sorties de secours semblaient être paralysées, ce qui créait la panique générale. Erïka tenta de se redresser péniblement. Elle était couverte de résidus de béton et de plâtre, provenant probablement du plafond.

Une main attrapa son bras et la redressa vivement. Erïka passa une main sur la partie droite de son visage afin d’essuyer le sang frais qui coulait. Elle s’était pris un projectile, peut-être du bois, peut-être du verre, elle n’en savait rien, qui lui avait causé une profonde entaille au niveau du front, sur le côté de son visage. Levant les yeux, elle constata que son père venait de l’aider à sortir des décombres jonchant au sol, autour d’Haron et elle. D’ailleurs, Sergueï ne tarda pas à aller voir si ce dernier allait bien.

Rapidement, Erïka chercha une trace de Bobby. Elle ne le voyait nulle part. Avec le mouvement panique, c’était d’autant plus difficile. Il semblerait que la bombe n’ait été que le début de la catastrophe. Plusieurs foyers d’incendies avaient été allumés dans le bâtiment, bloquant l’accès aux sorties de secours ainsi qu’au second étage. Un bref regard lui permis de comprendre que les X-Men étaient tous en état d’alerte et tentait d’aider les civils à quitter le bâtiment. Il fallait agir vite, sans quoi ils allaient tous y rester.  



Dernière édition par Erïka M. Davidoff le Mar 28 Juil 2015 - 16:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Mar 28 Juil 2015 - 14:16

Cela était toujours réconfortant d'avoir une amie en mesure de vous remonter le moral, Erika avait depuis longtemps été une excellente amie pour Haron... Ainsi que l'une de ses seules amies, le jeune mutant n'ayant jamais été des plus sociable. D'ailleurs même deux ou trois amis de Riri ne portaient pas vraiment l'homme aux cheveux long dans leur cœur, sauf bien sur ceux qu'il avait amené dans son lit par le passé, ce qui était fort probable, car malgré ses rumeurs de queutard invétéré, il avait écopé tout de même d'une très bonne réputation au lit.

Quant à Erika et son entreprise, elle avait fait du chemin quant on y pensait, arrivée d'Erika la merdeuse en deuxième de cet institut à femme d'entreprise et fille d'un grand patron qui semblait assez séducteur sur les bords vu comment le bougre faisait du rentre dedans à Miss Frost. Quoi qu'il en soit, il y avait eu pas mal de changement.

- Mouai... Je commence à me dire que ça nme manque un peu cette période ou on pouvait traîner tranquillement sans se soucier de rien... Enfin... Plus ou moins... 'fin tu vois c'que j'veux dire.

Erika lui donnait du soutient quant au fait qu'Alex n'était pas présent du tout depuis un moment, elle avait bien comprit qu'Haron avait du mal à tenir le coup par moment, il était fidèle car il voulait se retenir pour Alex, mais il ne fallait pas oublier qu'Haron avait cette addiction à laquelle il n'a jamais travaillé et ne travaillera jamais à la soigner par pur orgueil et plaisir charnel.

- Non je n'ai pas le moindre foutue idée de quand il reviendra, mais il ne donne quasiment pas de nouvelles, comment veux-tu faire dans ses conditions, qu'il envoie au moins une lettre ou un appel de temps en temps, il doit bien avoir le temps de faire ça de temps en temps... Enfin je lui en veut pas un seul instant... Juste... Bah je m'attendais pas à ce qu'il s'absente comme ça. Pour le reste, bah monsieur supporte mal la présence de Dany à mes côtés, j’ai l’impression qu'il s'imagine que moi et Dany on pourrait faire des trucs, son seul reproche valable envers lui, c'est de l'époque ou il surveillait mon régime alimentaire et me demandais très régulièrement de ramener mon cul aux entraînements.

Soudain le pire arriva, Haron qui pensait que Erika était juste un peu parano à cause de la fatigue, fut très surpris en entendait un bruit sourd d'explosion, d'où cela venait-il? De quoi il s'agissait? Impossible de savoir pour le coup, mais une chose était-sur, cela avait provoqué en un rien de temps un véritable incendie général.

Il perdit très vite Erika de vue, si elle avait prit des débris au niveau du visage de son côté, Haron s'était prit un morceau de verre légèrement enfoncé dans le bras, ayant activé son pouvoir au son de l'explosion par logique et réflex.Il avait cependant juste utilisé la partie boost, malheureusement pas assez vite. Le morceau de verre ayant eu le temps de s'enfoncer de 4 bon centimètres, qu'il s'empressa d'arracher, malgré le sang qui coulait à présent de la blessure.

Ne perdant pas de temps, il aida à faire sortir des gens, le feu prenait anormalement vite, comme si la salle avait été piégée ou quelque chose d'autre. En un clin d’œil une poutre lâcha, frappant Haron dans le dos qui posa genoux à terre sous le choc, ce qui ne l’empêcha pas de se relever en soulevant la poutre bien qu'avec difficulté. Il ne pouvait pas user trop de son pouvoir, il y avait encore beaucoup de monde qui pouvait le voir. Mais il put tout de même lever l'objet et le jeter sur le côté.

Bien sur alors qu'il guidait un petit groupe vers la sortie, des décombres se mirent à tomber, obstruant le passage, et le feu était allé si vite qu'il emplissait déjà la pièce de fumée noire, de quoi agacer Haron qui se voyait mal s'en sortir. Il n'y avait qu'une chose à espérer, qu'il y ait juste assez de décombres pour qu'il puisse défoncer l'obstacle sans que cela ait l'air suspect, quitte à se blesser vite fait pour que les gens ne se posent pas de question sur une telle puissance.

Par chance en effet cela restait tout à fait faisable pour Haron, qui juste en boostant un peu sa force pourra aisément défoncer l'obstacle. Il se mit à foncer vers les décombres, encore en tas suffisamment léger pour être enfoncé, son épaule frappa avec force, écartant le bois sec et fragilisé qui craqua et s'écarta sur le chemin du mutant qui ne garda que quelques bleus et entailles de cette charge, ainsi qu'un hématome dans le dos suite à la chute de la poutre.

Tout cela semblait avoir eu lieux en une demi-seconde, mais il avait bien du s'écouler près de cinq à huit minute entre la sortie d'Erika et d'Haron du bâtiment en flammes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Mar 28 Juil 2015 - 18:12


“You can’t fight the friction
So ease it off
Can’t take the pressure
So ease it off
Don’t tell me to be strong
ease it off
You can’t fight the friction
So ease it off ”
Friction - Imagine Dragons


Personne ne se doutait de ce qui allait se produire. Absolument personne. Maintenant, il était trop tard pour reculer, pour changer les choses. Le feu, la fumée, les décombres, impossible d’y voir clair à travers tout cela. Erïka avait été projetée au sol à cause du souffle d’une explosion suffisamment puissante pour faire sauter une partie du bâtiment dans lequel elle se trouvait. Sonnée, elle avait bien du mal à comprendre ce qui venait de se produire. Elle se sentait terriblement mal, nauséeuse. Sa peau brûlait à cause de la chaleur environnante. Elle supportait très mal les hautes températures. Malgré tout, pour l’aider à garder conscience, une bonne dose d’adrénaline se répandait à travers son organisme, lui permettant de bouger à travers les décombres jonchant le sol autour d’elle.

Étourdie, elle ne fut pas en mesure de se relever par elle-même. Ce fut Sergueï, son père, qui l’aida à se remettre sur pied. Pendant quelques secondes, leurs regards se croisèrent et ont pu y lire un mélange d’inquiétude, de peur et d’incompréhension. Lui-même ne pouvait rester de glace face à ce qui venait de se produire. Maintenant qu’il savait sa jeune fille en sécurité, il devait retrouver son fils. Il avait croisé Eleonnora dans la cohue et savait qu’elle n’avait pas été blessée par l’explosion. Elle était partie dans la direction opposée à la scène afin de tenter de libérer l’une des sorties de secours afin de faire sortir sa femme ainsi que d’autres invités du bâtiment.

Sergueï s’adressa à elle, mais elle ne pouvait l’entendre. Son ouïe semblait avoir temporairement disparue. Elle entendait tout à travers un épais filtre qui se dissipait peu à peu. Tout ce qu’elle arriva à faire était de faire comprendre, le mieux qu’elle le pouvait, qu’Haron était à ses côtés lors de l’explosion. Sergueï le chercha du regard et le repéra un peu plus loin, en train d’aider les invités. La jeune femme n’en fut que légèrement soulagée. Elle n’avait toujours pas retrouvé son fiancé. Ce dernier était avec un groupe de l’institut au moment de l’explosion. Il s’était probablement séparé afin d’aider les convives.
Peu à peu, Erïka fut en mesure d’entendre davantage les paroles de son père. Elle lisait partiellement sur ses lèvres car le brouhaha le rendait très difficile à comprendre malgré tout.


-« On doit sortir d’ici. »
-« Non…. Non, je dois aider les autres… »
-« Erïka ! Tu es blessée. Tu sors d’ici. Je m’en occupe. »

Ayant du mal à mettre un pied devant l’autre à cause des débris, Erïka fut escortée par son père à travers une partie de la salle jusqu’à ce qu’elle soit en mesure de se déplacer elle-même. Sergueï se vit obligé de la laisser seule lorsqu’il repéra Alexïs plus loin, tentant de soulever par lui-même une poutre brûlante qui écrasait les jambes d’un homme. Erïka toussa à cause de la fumée noire. Elle étouffait, elle se sentait terriblement mal. Malgré son corps qui avait du mal à lui fournir l’oxygène nécessaire et ses talons aiguille, la jeune femme couru à travers la pièce et s’éclipsa par un couloir, afin de trouver une pièce complètement vide. Si la grande salle ne possédait pas de fenêtre, ce n’était pas le cas de cette pièce servant principalement à accueillir de petits groupes restreins d’individu. Le seul hic était qu’elle était pratiquement vide, le peu de meubles présents étant recouverts de bâches blanches. Attrapant un pan de sa robe, elle tira d’un coup sec avant de la déchirer jusqu’aux genoux. Elle enroula le tissu autour de sa main et de son poignet  et frappa à quelques reprises dans le verre avant qu’il n’éclate. Ayant préalablement tenté d’ouvrir cette fenêtre bloquée, c’était le seul choix qui lui restait. Une bouffée d’air frais vint immédiatement la revigorer. Par contre, elle ne quitta pas le bâtiment comme n’importe qui de censé l’aurait fait. Jetant le bout du tissu couvert de vitre au sol, elle sortit de la pièce et se rendit au bout du couloir pour indiquer la nouvelle sortie à un groupe de personne tentant d’ouvrir désespérément une porte de secours. Une fois fait, elle revint dans la grande salle.

La vaste pièce semblait pratiquement vide, à présent. Les X-Men avaient probablement réussis à créer des sorties d’urgence afin d’évacuer les gens. Il était de plus en plus difficile de voir quoi que ce soit à cause de la fumée et la jeune femme devait se fier à son ouïe complétement retrouvée afin de se repérer. Elle trouva une sortie parmi les décombres et s’y faufila rapidement. À quelques pas de là, elle y retrouva Haron, en train de s’éloigner du bâtiment. Elle courut pour le rattraper et lui agrippa le bras. Elle ne souhaitait pas lui faire de mal, seulement le faire stopper. Avant qu’elle n’ait plus dire quoi que ce soit, elle fut prise d’une énorme quinte de toux qu’elle dissimula en toussant dans son coude. Lorsqu’elle arriva à prendre enfin la parole, elle leva les yeux vers Haron, plus inquiète que jamais.

-« Est-ce que t’as vu Bobby ? »

Autour d’elle, les sirènes de pompier se déchainaient, les médias se pressaient contre les barrières de sécurité ou accouraient auprès de certains invités afin d’obtenir des informations croustillantes sur l’événement. À travers tout cela, Erïka pouvait entendre des bribes de conversation. Sergueï questionnait sa fille aînée pour savoir où était passé Alexïs. Était-il toujours dans le bâtiment ? Selon l’inquiétude dans sa voix, il semblerait bien que si.

-« Je dois y retourner. » Lança-t-elle avant de partir à la course dans le bâtiment.

C’était idiot, insensé, irréfléchi et totalement stupide. Erïka prenait des risques inconsidérés sous l’adrénaline et l’impulsion du moment. Elle n’avait rien pour la protéger. Elle était vulnérable à la chaleur et la fumée était plus dense que jamais. Malgré tout, elle ne pouvait pas attendre de savoir si son frère était coincé dans le bâtiment ou s’il allait s’en sortir. Elle ne pouvait pas l’abandonner. Courant pratiquement à travers des décombres, Erïka tentait de se fier à son ouïe afin de repérer les individus restants dans le bâtiment. Elle trébucha et se rattrapa en posant les mains au sol… à proximité d’un cadavre. Ses yeux devinrent aussi ronds que des cents lorsqu’elle observa le corps inanimé et partiellement brûlé au sol. Tout ce qu’elle pouvait dire était qu’il ne s’agissait pas de son frère, ni de son fiancé. Elle continua d’avancer en tentant de sortir cette image de son esprit, pour le moment.

La jeune femme atteignit un endroit ravagé par les flammes, bien qu’il n’y ait plus de signe d’incendie, pour le moment. Elle se faufila dans la partie réservée au personnel de l’établissement, toussant plus que jamais. Ses poumons semblaient être en feu et elle ne pouvait rien y faire pour le moment, la fumée était épaisse et l’intoxiquait. C’est là qu’elle retrouva son fiancé. Il était en train d’essayer d’éteindre la cuisine, en proie aux flammes. Erïka n’attendit pas un seul instant et couru le rejoindre.

-« Erïka !? Qu’est-ce que tu fais ici ?! Tu dois sortir, tout de suite ! »

Il cessa complétement l’utilisation de son pouvoir afin de se tourner vers Erïka. Cette dernière secoua vivement la tête et prit la parole, essouflée.

-« Je te cherchais… toi…. Et Alexïs… Il est encore ici… »
-« Non, il vient tout juste de sortir avec un blessé. Sors d’ici, je vais te rejoindre bientôt. Je dois juste éteindre le feu avant qu’il ne se propage…. »

Cet échange n’avait pris que quelques secondes. Ces secondes avaient été suffisantes pour que le plafond se détache, que les flammes reprennent de plus belles, alimentées par les fours, les bacs d’huile et tous les éléments inflammables de la pièce. Bobby agrippa vivement Erïka dans ses bras pour l’attirer contre lui. Son don se manifesta instinctivement pour les protéger des débris enflammés qui tombèrent autour d’eux, gelant une partie du feu se trouvant à proximité. Il n’eut pas le temps de le contrôler, son corps se transforma en glace… tout comme celui de sa fiancée. Cette dernière sentit soudainement son souffle coupé, comme si son cœur venait de s’arrêter net pendant quelques secondes. Ce n’était pas le feu qui brûlait sa peau, à présent, mais la glace, bien trop froide pour ce que son corps pouvait supporter. Ce fut lorsque les débris cessèrent momentanément de tomber et que Bobby la força à le regarder dans les yeux afin de la supplier de sortir du bâtiment qu’ils réalisèrent tout deux ce qui venait de se produire. Lorsqu’elle lut l’horreur et la peur dans ses yeux, Erïka paniqua. Elle baissa le regard sur son propre corps, ne comprenant pas ce qui venait de se produire. Elle avait le souffle court, mais son cœur semblait battre à toute vitesse pour tenter de la garder en vie. Doucement, elle bougea les doigts. Elle-même commença à paniquer. Lui aussi. Il fit immédiatement revenir son propre corps à sa forme d’origine. La glace s’estompa d’un coup, comme celle qui couvrait le corps de la jeune femme. Ce dernier ne put supporter le vif changement de température auquel il venait d’être confronté. La peau d’Erïka était terriblement pâle, comme celle d’un cadavre. Ses lèvres étaient légèrement bleues. Elle tremblait, elle respirait difficilement, puis, en moins d’une seconde, elle s’affaissa, perdant connaissance. Bobby la tint dans ses bras afin de lui éviter une mauvaise chute, mais il ne pouvait s’empêcher de croire qu’il l’avait probablement tuée en essayant de lui sauver la vie. La poitrine de la jeune femme se soulevait et s’abaissait à un rythme irrégulier. Elle devait immédiatement sortir d’ici. Elle n’était pas plus en sécurité dans ce bâtiment que dans ses bras.

Lorsque Bobby remarqua qu’il y avait une tierce personne dans la pièce, il tourna la tête en sa direction. Cela aurait pu être un humain qu’il n’en aurait rien eut à faire. Heureusement, c’était quelqu’un à qui il pouvait faire confiance pour protéger celle qu’il aimait.


-« Amène-là hors d’ici. Lui demanda-t-il d’un ton froid qui trahissait tout de même l’inquiétude et la culpabilité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Ven 31 Juil 2015 - 12:31

En ce qui concernait la situation d'Haron, c’était un peu tendu, le bougre avait eu chaud pour le coup et respirait un bon coup, ils avaient pu sortir tout le monde, du moins toutes personne ayant survécu, car Haron se doutait bien que vu le bazars, il y avait surement eu des morts en cours de route, impossible de faire un sauvetage parfait, il y aurait des victimes à déplorer, le mieux en ce moment, sauver un maximum de personne.

Bien sur, u problème réglé s’ensuit d'un autre problème, car les choses ne peuvent pas être simple, il fallait compter sur le fait qu'Erika ne savait pas ou se trouvait Ice-berg, qui était resté à l'intérieur pour tenter d'apaiser les flammes, ce à quoi, paniqué et incapable d'abandonner celui-ci, Erika s'empressa d'y réagir, en retournant dans le bâtiment en flamme.

Bien évidement, Haron ne pu se résoudre à la laisser se mettre en danger, pour l’empêcher de se mettre bêtement en danger, il se mit.... aussi en danger en la suivant lorsqu'il la vit sauter dans le bâtiment.

- Nan mais sérieux, les deux je m'en vais te les ramener par la peau du cul ces deux gogolito.

Autant dire que Haron n'était pas ravis de la situation, Erika qui était une tête brûlée à se mettre si facilement en danger et Bobby qui faisait lui aussi n'importe quoi pour le coup. Le jeune mutant passa le pas de la porte d'entre, pour avoir à faire à un bâtiment embrassé, à peine à l'intérieur qu'il commençait à suffoquer, mais il devait garder l'esprit clair et il s'enfonça dans le bâtiment en feu qui s'étiolait petit à petit.

Il ne pouvait pas non plus tout défoncer au risque de voir le bâtiment s'effondrer sur eux, sans compter la fumer qui le faisait tousser. Enfin il arriva dans une pièce ou justement il trouva Bobby et Erika, mais celle-ci semblait avoir perdu conscience, ,il s'approcha et pu voir une couleur bien étrange pour une personne se trouvant dans un incendie, mais ne s'y attarda pas plus pour l'instant, de toute façon la chaleur  allait lui redonner bien vite des couleurs.

Le Cryo-mutant lui demanda emmener Erika hors d'ici, bien sur Haron n'était pas idiot, Erika lui en voudrait surement si il ne sortait pas aussi Bobby de la dedans..

- Ok mais rameute ton cul aussi, laisse tomber l’incendie.

Ceux à quoi bien sur le Drake se refusa, voulant apaiser les flammes afin de pouvoir sauver de potentiels survivants, mais pour cette fois, c'était Haron qui avait raison, en y restant,il ne ferait que signer son arrêt de mort, alors qu'il attrapa Bobby par l'épaule pour faire glisser vers son col.

- On va dire que c'est pour les sales regards que tu me jetais.

Lisant l’incompréhension sur le visage de Bobby, Haron profita de cela pour asséner un coup de tête à Bobby afin de l’assommer sur place, ayant renforcer son propre crâne pour être sur que le bouger reste tranquille, il le hissa sur son épaule, en le brusquant le moins possible suite à ce violent coup de tête qui avait du siffler dans ses oreilles avant de s’évanouir.

- Et je n'suis même pas désolé... Mais je suis sur que tu me pardonnera... Au mieux t’auras une bosse, pic à glace.

Puis enfin il se saisit d'Erika qu'il prit sous son bras, la dessus il regarda autour de lui, hors de question de revenir en arrière, le feu s'était déjà trop propagé, il lui fallait réfléchir, mais vite, très vite. Puis il se rappela qu'il n'avait qu'à sortir par le côté Est du bâtiment, tout le monde était vers le côté Nord, soit l'entré principale et le bâtiment était particulièrement grand, donc personne ne le verrais défoncer un mur de brique.

Sa décision prise, il replaça Erika et Bobby de façon à ce que son corps les protège, ayant activé en partie son pouvoir, Haron était bien plus épais et surtout il était doté de ses deux cornes, on pouvait voir quel e costume se déchirait d'un peu partout au niveau des couture. Quelques  seconde plus tard, du côté Est un mur explosa, laissant sortir Haron qui avait traversé le mur avec violence, espérons qu'il n'y avait personne de ce côté, mais logiquement, vu qu'il n'y avait pas de porte à cet endroit la, il n'y aurait personne, cette partie donnait dans le grand jardin, qui était encore bien éloigné du feu, donc Haron se permit de les poser et de reprendre forme normal avant de s'inquiéter de l'état d'Erika, Bobby n'étant que, certes violemment, assommé.

Il ouvrit une petite bouteille d'eau afin de permettre à Erika de boire et récupérer ses esprit, en tout cas la chaleur ambiante semblait lui avoir redonné des couleurs.

- Erika? Erika? Tu vas mieux? faut qu'on rejoigne le groupe, ils vont finir par s'inquiéter. Tu te remet?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Ven 31 Juil 2015 - 20:58


"When you’ve made it
Won’t ya tell me what to do
Cause I’m playin' it all wrong"

Erïka était connue par ses proches pour foncer tête baissée dans une situation sans en mesure l’ampleur des conséquences. Elle ne réalisait que trop tard qu’agir sur un coup de tête n’était jamais une bonne chose. Bien qu’elle ait en partie corrigé ce problème, il lui restait beaucoup de travail à faire afin de ne plus se mettre inutilement en danger pour une raison ou une autre. À quoi bon tenter de sauver des personnes à qui elle tenait si par la même occasion elle risquait de les faire se tuer en jouant les idiotes intrépides ? Visiblement, elle ne retenait jamais la leçon. Au vu des événements actuels, peut-être qu’elle allait finalement réaliser à quel point elle pouvait devenir un véritable fardeau alors qu’elle essayait simplement d’aider.

La jeune femme était tout aussi instable que le bâtiment en flamme dans lequel elle se trouvait. Bien qu’elle fut soulagée d’apprendre qu’Alexïs était censé avoir quitté le bâtiment avec un blessé sans trop de mal, elle l’était moins de savoir que Bobby comptait rester un peu plus longtemps afin de maitriser l’incendie de la cuisine et ainsi espérer empêcher une autre partie de s’effondrer. Dans toute cette pagaille, ils ne purent éviter la chute d’une partie du plafond. Bobby fit la seule chose qu’il put faire en si peu de temps afin de se protéger, mais également de sauver Erîka : la couvrir d’une solide armure de glace. Par contre, son corps ne pouvait réagir positivement une fois soumis à une telle température. Déjà, il savait sa fiancée sensible aux grandes chaleurs. Passer d’une forte température corporelle au froid total pouvait la tuer. C’est en réalisant cela que son pouvoir se dissipa bien rapidement, laissant la jeune femme sans connaissance dans un état instable. Impossible de savoir comment elle allait, si elle était en danger ou non. Par contre, il savait qu’il fallait la sortir d’ici au plus vite.

La présence d’Haron donnait l’occasion à Bobby de s’assurer qu’Erïka quittait le bâtiment saine et sauve. C’est pourquoi il lui demanda de s’occuper d’elle le temps qu’il arrive à réduire l’impact de l’incendie. S’il retrouvait sa forme de glace, il pouvait survivre à se brasier, il en était certain. Son pouvoir n’avait pas de limites et même s’il était en grande partie restreint par des barrières mentales, il était persuadé de pouvoir faire davantage. Était-ce tout ce temps passé à côté d’une tête brûlée comme Erïka qu’il ne réalisait pas qu’il était mieux pour tout le monde de sortir d’ici ? Même s’il arrivait à éteindre cette partie de l’incendie, la situation ne semblera que plus louche aux yeux des pompiers, arrivés en urgence sur place et s’affairant déjà à éteindre la partie principale du grand hall d’entrer.

Bien que Bobby venait clairement de refuser l’ordre d’Haron, ce dernier décida qu’une réponse négative n’était pas permise. Il l’attrapa par l’épaule avant de lui asséner un coup de tête, ce qui assomma Bobby pour de bon. Il n’avait pas eu le temps de réagir et à son réveil il aura probablement du mal à comprendre ce qui c’était produit. Il allait probablement en vouloir Haron, non pas de lui avoir sauvé la vie, mais de l’avoir ainsi assommé.

Une fois à l’extérieur du bâtiment en flamme, Erïka fut la première à reprendre conscience. Elle toussa longuement, encore intoxiquée par la fumée. Lorsqu’elle ouvrit les yeux, le premier visage qu’elle aperçut fut celui d’Haron. Désorientée, elle cherchait à rassembler ses derniers souvenirs dans le but de comprendre comment elle était arrivée dans ce grand jardin. Elle supposa qu’on l’avait sortie de là lorsqu’elle avait perdu connaissance. Lentement, très lentement, Erïka se redressa. Elle se sentait étourdie. Elle avait un terrible mal de crâne et se sentait toute nauséeuse. Déshydratée, autant par la chaleur que par le froid, elle tenta de prendre la bouteille que lui tendait Haron. Elle n’arrivait pas à lui retirer des mains. Son corps était encore engourdit, sa main tremblait énormément à cause du stress, de la peur et du froid. Ses doigts effleurèrent la main de son ami. Ils étaient aussi glacés qu’un repas surgelé qui venait de passer une petite minute dans un four. Elle retira aussitôt sa main.

Son regard passa d’Haron à Bobby, qui était allongé à ses côtés. Pourquoi était-il inconscient ? Était-ce la faute de son pouvoir ? Que s’était-il produit dans l’incendie ? Inquiète, elle sentait les remords former une boule au creux de son estomac. Ça n’allait pas… Ça n’allait pas du tout. Elle avait pratiquement tué tout le monde à cause de sa stupidité. Elle aurait dû faire confiance à celui qu’elle aime, il avait plus de chance de survivre à un incendie qu’elle. Elle aurait dû atteindre qu’il sorte du bâtiment et espérer que tout se passe bien. À la place, elle s’était jeté tête baissée dans une situation qu’elle ne pouvait contrôler et dont elle aurait pu ne jamais se sortir.

Lorsque la voix d’Haron parvint à ses oreilles, elle tourna doucement la tête en sa direction. Sa peau avait repris des couleurs et ses yeux semblaient pouvoir s’humidifier à nouveau. Elle ne pouvait pas pleurer. C’était de sa faute. Elle ne pouvait pas céder aux larmes alors qu’elle avait obtenu ce qu’elle méritait pour sa stupidité. Elle secoua la tête. Non, elle n’allait pas bien. Non, elle ne voulait pas rejoindre les autres. Pas tant que Bobby n’aura pas repris conscience. Elle-même avait besoin de quelques minutes afin d’être en mesure de simplement se lever. Elle tendit à nouveau la main pour attraper la bouteille d’eau, se maudissant de ne pas pouvoir boire par elle-même sans difficulté. Malgré tout, elle n’avait pas le choix. Boire un peu lui fit le plus grand bien.


-« Qu’est-ce qui s’est… passé ? » Demanda-t-elle en tournant de nouveau la tête en direction de Bobby.

Erïka souhaitait qu’il se réveille, mais… elle avait peur de la conversation qui pourrait suivre à tout cela, bien que ce n’était pas le moment opportun. Doucement, elle avança sa main vers lui afin de pouvoir toucher la sienne. C’était à peine si elle pouvait ressentir le froid qu’il dégageait. Cette fois-ci, elle savait que ce n’était pas dû au réchauffement de son corps suite à une longue et intense heure de sport en équipe. Erïka devait se réchauffer rapidement.

Plus loin, des bruits de pas parvinrent à ses tympans encore sensible. Eleonnora, suivit de son père ainsi que de son frère, avaient subtilement contourné le bâtiment afin de se rendre là où Alexïs avait vu Bobby pour la dernière fois. Ils furent soulager de retrouver Erïka et Haron par la même occasion. Alexïs s’agenouilla aussitôt auprès de Bobby afin de vérifier son pouls. Sergueï s’accroupit auprès de sa fille, qui semblait totalement désorientée et émotive, bien qu’elle tentait de le dissimuler. Lorsqu’il posa sa main sur l’épaule d’Erïka, il remarqua qu’elle était glacée, pour une raison qu’il ignorait, bien qu’il fit rapidement le lien avec son futur gendre. Retirant sa veste, malgré le fait qu’elle soit abîmée, il la passa autour des épaules de sa fille avant de l’aider à se mettre sur pied. Cette dernière se tourna vers lui afin de le serrer dans ses bras, enfouissant sa tête contre son torse. Elle tentait de ne pas pleurer, mais son corps, parfois secoué de petits spasme, démontrait qu’elle était affectée par tout ce qu’elle venait de vivre. En bon père, il se contenta de caresser doucement sa tête et de la conserver dans ses bras.

Pendant ce temps, Eleonnora s’était approchée d’Haron afin de s’enquérir de son état. La tenue de la femme témoignait du fait qu’elle n’avait pas été totalement épargnée. Des tâches de sang foncées couvraient partiellement des parties du tissu carmin alors qu’il manquait d’autres parties au niveau de la taille, des hanches, des cuisses et des jambes. Il semblerait qu’elle se soit débattue avec des débris au cours de sa sortie du bâtiment. Elle avait utilisé en partie son don, de façon subtile, afin de déloger certains débris bloquant l’une des principales sorties de secours. Eleonnora se pencha afin d’observer la blessure au bras d’Haron. Elle lui présenta ainsi sa robe bustier qui remontait et faisait paraitre sa poitrine un peu plus grosse que son bonnet C habituel.


-« Ça va aller ? Tu as d’autres blessures ? »

Elle déchira un morceau déjà en lambeau dans le bas de sa robe afin d’en faire un garrot pour Haron. Ainsi elle voulait s’assurer que le saignement cesserait, si ce n’était pas déjà le cas. De son côté, Alexïs se redressa afin de regarder davantage leur environnement. La famille Davidoff avait volontairement fait en sorte d’échapper aux médias qui se pressaient autour des barrières de sécurité. Quelques personnes seulement étaient au courant de leur fuite, mais sans savoir où ils comptaient aller. Ainsi, ils pouvaient disparaitre sans que personne ne pense qu’ils étaient toujours dans le bâtiment.

-« Les médias sont partout. On va sortir d’ici discrètement. Une voiture nous attend un peu plus loin. Je connais quelqu’un qui va nous ouvrir sa clinique privée. »

Sergueï connaissait bien des gens. Parmi ces personnes, il y avait un certain nombre de mutants. Rien de plus pratique qu’un docteur qui était lui-même un mutant pour soigner sa famille. Murmurant quelques mots en Russe à Erïka pour la rassurer et lui dire qu’il s’occupait de Bobby, l’homme attrapa le corps inconscient de son gendre afin de l’amener jusqu’à la longue voiture noire qui les attendait à l’extérieur du jardin, prête à les amener à destination en toute discrétion. Eleonnora ouvrit la marche, suivit d’Alexïs. Erïka, quant à elle, referma le veston d’une main afin de le garder sur ses épaules, puis attrapa la main d’Haron afin de l’entrainer doucement avec elle. Le visage humide de larmes et de sueur, la jeune femme n’avait qu’une hâte : quitter cet endroit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Lun 3 Aoû 2015 - 1:52

Haron allait plutôt bien, malgré quelque blessure suite à son passage en plein milieux d'un incendiât, il avait surtout mal à la gorge en fait, ayant inhalé de la fumé au passage, mais c'était encore tolérable, Haron avait pu se tirer de ce bourbier, de façon un peu brutale, mais apparemment, pour une fois une de ses idées avait amené un bon résultat.

Erika semblait revenir à elle, voila une bonne chose, elle avait cependant l'air vraiment K.O, qu'est-ce qui avait bien pu la mettre dans un tel état? Il se posait la question, mais devait se concentrer sur l'essentiel, sa santé et s'assurer qu'elle allait bien.

La jeune fille, habituellement si forte de caractère et chassant toute forme de faiblesse était littéralement incapable de boire toute seule tant elle était engourdie. Bien sur son ami n'allait pas la laisser comme ça, il l'aidait du mieux possible en espérant en effet que sa famille n'arrive pour l'aider à le sortir de la.

- Rien de grave, je vous ait sourit de ce merdier c'est tout... Pour Bobby... Disons que j'ai du lui décoller quelques neurones pour lui faire entendre raison.

Ensuite la famille d'Erika arriva à la rescousse, c'était plutôt agréable de voir du monde de confiance arriver, même si il n'avait jamais vu le père d'erika, il se doutait bien qu'il devait s'agir de lui. en tout cas, le fait que la situation soit grave fit qu'Haron pu souffler un peu et se détendre après ce stresse intense, il laissa Eleonora s'occuper de ses blessure, qui restaient minimale comparé à d'autres, comme si son corps était plus solide que les autres, ce qui d'ailleurs était le cas, alors que la sœur aînée d'Erika s'occupait de lui, bien qu'il trouvait la plus jeune plus belle que celle-ci, il ne pouvait nier qu'elle avait une sacrée paire de seins, une paire de seins sur laquelle Haron se mit à loucher de façon totalement indiscrète, celle-ci s'étant penché vers lui, il avait en effet une vue... Très avantage sur les atouts d'Eleonora, un petit filet de bave coulant de sa lèvres alors qu'elle lui demanda s'il avait d'autre blessure, ce ne fut qu'après plusieurs seconde de temps de réaction qu'il répondit.

- Hein? Heu... Ha... Non ça va, juste un bleu dans le... Dans le dos.

Certes il avait déjà vu des seins bien plus gros que ceux-ci, mais c’était déjà de la bonne taille pour ceux-la, du genre qu'on avait envie de pouvoir peloter. Le pire dans cette situation c'est qu'Haron s'essuya le filet de salive sans afficher la moindre gêne, comme si le fait de mâter la miss et de se faire gauler en flag' ne le mettait absolument pas dans l'embarras.

- Putain... Faut qu'on arrive à se barrer tranquille, la soirée à suffisamment viré au bordel comme ça.

Ce fût rapidement après cela, qu'Erika l'attrapa pour le tirer vers l'endroit d'ou ils pourraient fuir tranquillement, pas besoin d'en rajouter à cela, déjà que la situation allait surement paraître aux infos pendant une bonne semaine à tous les coups. Une fois arrivé au véhicule, Haron laissa Erika rentrer la première, suivit du reste, Haron vint s'installer à côté d'Erika, soufflant un grand coup, finalement il ne regrettait pas qu'Alex n'ait pas assisté à ce foutoir.

- Quelle soirée de merde putain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Mer 5 Aoû 2015 - 4:30

Les flammes, la fumée, la glace… l’inconscience. Le corps d’Erïka venait d’être exposé à un changement de température énorme, à un tel point qu’il était étonnant qu’elle ait déjà repris conscience. Ce n'était pas sans être désorientée et totalement déshydratée, par contre. Que s’était-il passé ? Pourquoi ? Comment ? Combien de temps s’était-il écoulé ? Il y avait trop de question pour sa petite tête, en ce moment. La jeune femme avait l’impression que son crâne allait exploser. Elle avait du mal à aligner deux mots correctement et elle ne pouvait rien faire seule. Le simple fait de boire de l’eau semblait être un défi insurmontable. Elle souhaitait simplement pouvoir fermer les yeux, s’endormir, puis se réveiller dans son lit, dans son appartement, bien emmitouflée dans une grosse couverture.

Cherchant à comprendre ce qui avait causé l’inconscience de Bobby, allongé à ses côtés, Erïka rassembla ses esprits afin de formuler une question. Elle cherchait à savoir ce qui s’était produit après qu’elle se soit évanouie. Haron restait très évasif, un peu trop pour la jeune femme qui n’avait pas les idées claires. Elle le regarda avec de grands yeux d’incompréhension avant de baisser la tête en direction de son fiancé. Puis, elle leva de nouveau le regard en direction de son ami.


-« Tu lui as… hein ? Quoi ? »

La jeune femme attrapa sa tête à deux mains. Elle grelottait, c’était comme si elle ne pouvait arriver à se réchauffer, et ce malgré la température ambiante. Elle se sentait terriblement nauséeuse. Elle tremblait, elle était étourdie, rien n’allait pour elle, en ce moment. Heureusement, sa famille arriva bientôt à la rescousse. Sergueï l’attrapa dans ses bras, l’emmitouflant dans son veston de marque. Ce n’était tout de même pas suffisant pour réchauffer le reste de son corps. Bien qu’elle reprenait peu à peu des couleurs, l’exposition à une forte chaleur n’avait fait que lui nuire. C’était à peine si elle pouvait tenir debout.

Pendant ce temps, Eleonnora s’occupait de l’état de santé d’Haron. Elle tentait de minimiser les saignements au possible, mais elle ne pouvait éviter l’infection de sa plaie si elle ne l’envoyait pas chez le médecin. Penchée sur lui, elle ne prêtait pas du tout attention à son regard, plongé dans son décolleté. Ce fut par la suite qu’elle le réalisa, mais n’en fut guère outré. Elle se contenta de pousser un petit soupire avant de se redresser.


-« On va faire examiner ça par un médecin. Pour l’instant, ça devrait aller. »

Il était temps de fuir la scène de l’attentat avant que les journalistes n’encerclent complètement le périmètre. Une voiture les attendant plus loin, la famille Davidoff, ainsi qu’Haron, marchèrent à travers le jardin pour atteindre le sombre véhicule. On aurait pu pratiquement dire qu’il s’agissait d’une limousine. Alexïs s’installa en premier dans le véhicule, sur l’une des deux banquettes. Sergueï le suivit, trainant le corps de Bobby avec lui. Erïka, quant à elle, s’installa sur la seconde banquette, qui leur faisait face, en compagnie d’Haron. Eleonnora resta à l’extérieur, promettant de venir les rejoindre plus tard. Elle quitta rapidement la voiture, qui démarra sans plus attendre.

Mouvementée, imprévisible, terrible, tant de mot pour décrire cette soirée. Personne ne s’attendait à quelque chose du genre. Qui aurait pu prévoir qu’une bombe exploserait au beau milieu de la réception ? Personne. Maintenant, les dommages étaient faits et il était impossible de revenir en arrière. Haron avait raison, c’était une soirée de merde.


-« Soirée de merde ? Le mot est faible, mec. » Commenta Alexïs.

Erïka posa sa tête contre l’épaule d’Haron. Elle était épuisée, elle avait l’impression qu’elle allait s’endormir à tout moment. Ce qu’elle détestait se sentir si faible… Par contre, en ce moment même, elle ne le réalisait pas. Elle était consciente de ce qui se passait autour d’elle, mais elle ne réfléchissait ni sur ses paroles, ni sur ses gestes. Resserrant davantage le veston sur ses épaules, la jeune femme tenta de se réchauffer davantage. Elle sentait, d’ailleurs, la chaleur monter le long de ses jambes, lui picorant la peau. Ses pieds lui faisaient mal, elle avait envie de retirer ses chaussures, mais n’en avait pas la force.

-« Tu sens vraiment mauvais… » Dit-elle en articulant plus ou moins correctement.

Lorsque la voiture s’arrêta devant la clinique privée, à quelques pâtés de maisons de là, Erïka se redressa brusquement. Il lui fallut quelques secondes pour se ressaisir avant de comprendre qu’elle devait sortir de la voiture. Elle s’accrocha au bras de son ami afin de ne pas tomber, puis suivit son père jusqu’à l’intérieur du bâtiment. Il n’y avait personne pour les accueillir. Le médecin quitta son bureau afin de venir à leur rencontre. Il fit placer Bobby dans un lit et s’occupa de son cas en premier.

Pendant ce temps, Erïka était assise à proximité. Elle avait l’air misérable avec sa robe déchirée, son maquillage coulant autour de ses yeux et sa chevelure en bataille. Puisque Bobby semblait seulement assommé et n’était pas en danger, ne présenta aucun autre signe de blessures, le médecin put s’occuper du cas d’Erïka, qui, en plus de présenter des signes d’intoxication par la fumée, avait tout l’air de souffrir d’hypothermie. Bien qu’il tentait de la questionner sur ce qui s’était produit pour qu’elle soit dans un tel état, elle n’arrivait pas à répondre. Elle se contentait d’hocher ou de secouer la tête lorsqu’elle le pouvait.

Le médecin poursuivait son examen auprès d’Erïka. Sergueï restait à proximité afin d’entendre le diagnostic et pour s’assurer que sa fille allait bien se remettre de ses blessures. Peu à peu, il commençait à comprendre quelle était en partie la cause de l’état d’Erïka, mais il ne pouvait comprendre dans quelles circonstances, ni comment, cela s’était produit. Il allait devoir attendre avant d’obtenir des réponses.

Pendant ce temps, Alexïs patientait dans la salle d’attente. Son cas n’était pas urgent, il allait donc devoir attendre un peu avant de se faire examiner à son tour. N’ayant pas discuté avec Haron depuis un bon moment, et même si les circonstances n’étaient pas à la bonne humeur, il se décida à entamer la conversation avec lui. Il se leva et s’approcha de l’homme.


-« Hey… » Fit-il d’une voix calme et posée. « Je voulais juste te dire merci de t’être occupé de ma sœur. On a eu énormément de chance de pouvoir tous s’en sortir sans trop de mal. Nora m’a dit que tu étais blessé au bras, tu fais voir ? Je peux probablement t’arranger ça sans problème. »

Avec son don, Alexïs pouvait guérir cette vilaine blessure en un rien de temps. Bien sûr, cela allait le vidé de ses forces, ayant utilisé sa mutation à quelques reprises au cours de la soirée. Tout ce qu’il aura besoin pour s’en remettre sera une bonne nuit de sommeil. Il ne s’inquiétait donc pas à ce sujet. De toute façon, il y avait des gens qui avaient davantage besoin d’attention que lui, en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Mer 5 Aoû 2015 - 17:51

Haron était un ami de qualité pour Erika, il se faisait du souci pour elle, même si il avait toujours des fantasmes pervers sur son compte, ayant toujours au fond de lui l'envie de l'inspecter de façon très assidu. Mais malheureusement, sa situation amoureuse l'en empêchait, aussi bien la sienne que celle d'Erika, bien que parfois son manque de satisfaction charnel le tiraillait terriblement, Alex étant très peu présent. Bien sur, Haron savait que le mutant canin était sérieux dans sa relation, mais depuis qu'il était devenu chanteur, il n'était absolument plus présent dans leur vie de couple, constamment en route ou sur des concerts afin de faire connaitre leur groupe, qui avait eu droit à un succès éclair.

De retour à la réalité, Haron comprit que Eleonnora avait vu qu'il lorgnait sur sa poitrine. Peut après cela, il entra dans le véhicule avec Erika, qui semblait totalement lessivée. Son corps était si fragile, elle faisait tout pour se faire plus forte qu'elle ne l'était, il est vrai qu'il est toujours dur pour la dignité personnelle d'admettre sa faiblesse dans certains cas, ça le mutant bovin le savait, il n'avait jamais aimé montrer ses faiblesses.

Une fois dans la voiture, il écouta tranquillement ce qui se disait et finit enfin par reconnaitre le jeune blond qui était la, Alex-quelque chose, très similaire au nom de son chanteur en herbe. Il lui sourit en haussant les épaules, il y avait quelque temps qu'il ne l'avait guère revu, Alexis, voila, enfin Haron put remettre son nom sur son visage, il fallait dire qu'il n'avait pas tellement fait attention à son nom, vu que par le passé, leurs soirées se résumaient avant tout à du sexe sans retenue, pendant de longue heures, mais que faisait-il là.

- Disons que ça aide à se faire une idée.

Il écouta Erika marmonner, même si elle n'articulait pas très bien, il restait quand même aisé de comprendre ce qu'elle disait, elle était tellement fatiguée et en mauvais état que c'en était inquiétant, mais il savait qu'elle serait vite tirée d'affaire.

- Je sais que ça fait pas plaisir à entendre... Mais fait gaffe... T'es pas aussi solide que tu le souhaiterais.

Passant son bras sur son épaule afin de la réchauffer un peu contre lui, il devait bien tenter de l'aider à mieux se sentir.

Ce ne fut qu'au bout d'un moment que la voiture s'immobilisa, la famille d'Erika... Et Alexis, dont la présence paraissait étrange pour Haron, aussi incroyable pouvait-il être. Haron n'avait toujours pas fait le rapprochement physique entre les deux. Enfin à la clinique, Haron restait à l’écart, il n'était plus grandement utile à présent et préféra laisser Erika respirer un peu, éviter de lui faire un surplus de tête à gérer en même temps.

Enfin Alexis revint vers lui, révélant enfin la raison de son inquiétude pour Erika, ce qui, incroyablement, surprit Haron qui comprit enfin qu'il s'agissait de frère et sœur, il s'exclama à voix basse afin de ne pas faire trop de bruit.

- .... Ho... Attend.. C'est ta sœur? ... Ha mais c'est pour ça que t'es la... S'cuse moi j'avais pas du tout fait le rapprochement depuis moi... J'ai pas l'évidence même sous le nez moi... Mais bon d'accord... Ensuite... bah c'est normal... C'est un peu  mon amie... L'une des seule personne avec qui je m'entende vraiment bien. Pour mes blessure, fais comme tu peux, mais c'est pas trop grave.

Sur ce, il laissa Alexis s'occuper de son bras et un peu son dos qui était bleu suite au violent coup de la poutre qui lui était tombé dessus dans l’incendie.

- D'ailleurs si Riri est ta sœur... Mieux vaut pas qu'elle sache que toi et moi on a... Voila quoi... ça lui donnerait un autre sujet sur lequel me mettre des tacles à tout bout de champ.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Mar 11 Aoû 2015 - 6:11

Les lumières du hall, tamisées afin de ne pas démontrer la présence d’individus à l’intérieur de la petite clinique, contrastaient fortement avec la luminosité de la salle d’examen. Erïka devait plisser les yeux lorsqu’elle regardait le médecin, se sentait agresser par les ampoules éclairant la pièce, juste derrière lui. Elle clignait souvent des yeux, bien qu’il lui demandait de ne pas le faire. Elle s’en fichait, ses paroles n’étant pas assimilées par son cerveau. Elle avait l’impression que sa tête allait exploser à tout moment. Au bout d’un moment, elle demanda de l’aspirine. Il refusa. Il devait avant s’assurer qu’elle n’avait rien de casser. Au final, sa blessure au front lui value quelques points de suture. Elle fut également enroulée dans une chaude couverture. Sous peu, elle aura droit à une tasse de thé afin de l’aider à se réchauffer. Peu à peu, elle commençait à reprendre des couleurs. Finalement, elle eut droit à quelques pilules afin de faire passer sa migraine. Sans même attendre que le médecin lui fasse couler une tasse d’eau chaude, elle les avala. Quelques secondes plus tard, elle était couchée sur la table d’examen, s’endormant doucement. Elle en avait bien besoin après tout ce qui venait de se produire. Son corps ne pouvait plus en supporter davantage. Elle était parfois parcourue de quelques secousses et tremblements, mais elle n’en avait plus conscience. Elle était plongée dans un profond sommeil réparateur.

Pendant ce temps, Alexïs était dans la salle d’attente en compagnie d’Haron. Les conversations n’avaient pas été leur fort, par le passé. Le jeune homme avait, il y a bien un an de cela, eut une phase où plus rien ne comptait sauf sa propre personne. Il avait eu besoin de faire ses propres choix et expérience. S’il avait croisé le chemin d’Haron, ce n’était pas pour papoter autour d’un thé. Ils avaient vite réalisé qu’ils aimaient certaines choses, comme le plaisir de la chaire auquel ils s’adonnaient occasionnellement. Alexïs savait où le trouver lorsqu’il avait besoin d’émotions fortes dans un lit. Avec le temps, les choses n’avaient pas tant changées, ils s’étaient simplement éloignés. Il s’agissait d’une relation sans attachement, c’était donc tout à fait normal. Aujourd’hui, leurs chemins se croisaient encore, mais dans de tristes circonstances, cette fois-ci.

Approchant Haron, le jeune homme engagea la conversation par des remerciements. Il avait compris en partie ce qui s’était produit et savait qu’Erïka n’était pas sortie seule du bâtiment en flammes. Il devait remercier Haron d’avoir pris soin de sa petite sœur et de l’avoir sauvée d’une mort probable. Même si les jumeaux Davidoff possédaient un mode de vie différent, même s’ils avaient eu leurs disputes et avaient fini par emprunter des routes distinctes, ils restaient toujours très proches, à veiller l’un sur l’autre. Ils ne passaient pas autant de temps ensemble qu’auparavant, mais en un seul coup de téléphone ils pouvaient faire en sorte de se retrouver comme si rien n’était. Personne ne pouvait briser le lien qui les unissait.

Coup à la tête ? Problème neurologique ? Non, pas du tout, Haron allait très bien. Il n’avait juste pas compris qu’Alexïs était le portrait craché d’Erïka. Il n’avait jamais vu qu’ils avaient des traits pratiquement identiques malgré la différence de sexe. Pourtant, il était évident de faire le rapprochement. Si Haron n’avait jamais réalisé l’évidence même de leur lien de parenté, peut-être était-ce parce qu’il n’avait jamais eu l’occasion d’observer les jumeaux alors qu’ils se trouvaient côte à côte.


-« Oui, c’est ma sœur… jumelle. Tu n’as jamais réalisé la ressemblance ? Enfin, peu importe, maintenant. On a plus important à traiter pour le moment. »

Alexïs s’affaira à retirer doucement le garrot qu’avait fait sa sœur ainée un peu plus tôt. Il jeta un coup d’œil à la plaie afin de s’assurer qu’il n’y avait pas de verre coincé à l’intérieur. Il semblerait que ce ne soit qu’une vilaine entaille qui était très simple à soigner. Ça n’allait prendre qu’une petite minute et plus rien ne paraitra. Tout cela ne sera plus qu’un mauvais souvenir.


-« Essaie de ne pas trop bouger. Ça va peut-être chauffer un peu, mais c’est normal. Ce sera déjà plus sympa que des points de suture, au final. »

Posant l’une de ses mains au-dessus de la plaie alors que l’autre tenait fermement le bras d’Haron afin qu’il ne bouge pas trop, Alexïs laissa son don s’activer. Une lueur bleutée se dégagea de sa paume, accompagnée d’une douce chaleur réconfortante. La blessure semblait se refermer peu à peu, jusqu’à complètement se cicatriser. Le processus prenait tout de même un peu de temps à se réaliser, tout dépendamment du niveau de concentration d’Alexïs. Ce dernier devait avouer que la discussion qu’il entretenait avec Haron ne l’aidait pas à accélérer le processus.

L’homme avait une petite faveur à demander au frère d’Erïka. Il souhaitait que ce dernier se taise au sujet de leur passé commun. Ce n’était pas par peur de choqué la jeune femme. En fait, c’était plutôt dans le but d’éviter qu’elle ne fasse des commentaires à ce sujet à tout moment. Alexïs devait avouer que sa sœur ne manquait jamais une occasion de lancer des remarques, plaisantes ou non, à ses proches. Si elle apprenait ce qui s’était produit entre Haron et Alexïs, elle n’allait pas les lâcher avec ça avant un long moment.


-« Je ne veux pas te faire peur, mais on sait tous les deux qu’elle est du genre à finir par découvrir la vérité tôt ou tard. Tu peux compter sur moi pour ne rien dire, j’aimerais qu’elle ne soit pas au courant non plus. Sinon, elle va nous le rappeler pendant des années, c’est certain. »

Alexïs observa l’ancienne plaie d’Haron. C’était comme si elle n’avait jamais existée. Il ne lui restera plus qu’à jeter un coup d’œil à son dos. Puisqu’il semblait en avoir le temps, il se glissa derrière Haron pour soulever sa chemise, ou plutôt ce qu’il en restait, pour constater l’énorme ecchymose qui couvrait une bonne partie de sa peau.

-« J’ai pu soigner complètement ton bras, mais je ne crois pas pouvoir faire quelque chose pour ton dos. Ça fait mal ? On pourrait peut-être mettre de la glace pour essayer de faire diminuer l’enflure. » Il laissa retomber ses vêtements afin de camoufler la blessure. « Tu comptes retourne à l’institut ce soir ? Ma sœur a un grand appartement à quelques minutes d’ici. Tu n’auras qu’à prendre la chambre d’amis, elle n’en sera pas dérangée, je crois. À moins que tu ne préfères que je te ramène ? »

Ça allait être difficile d’exécuter la seconde option sans automobile, mais ce n’était qu’un petit détail pour Alexïs. Enfin, pour le moment. Il comptait plutôt s’assurer de l’état de tout le monde avant de quitter la clinique. Il fallait jeter un œil sur sa sœur ainsi que son beau-frère afin d’être certain que le rétablissement se passait bien. Les connaissant, il n’y avait aucune crainte à avoir, Quant à Haron, même s’il était fort, peut-être qu’il préférait avoir un peu de compagnie pour la nuit. Ce n’était pas en tant qu’amant qu’Alexïs faisait référence, mais plutôt en tant qu’ami. S’il pouvait être là pour lui, il comptait le faire. Qui sait, ils auront peut-être l’occasion de faire véritablement connaissance, cette fois ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Mar 11 Aoû 2015 - 15:14


Si une chose était sûre, c'était qu'Haron était bien souvent long à la détente sur certaines choses pourtant évidente pour beaucoup, le lien de parenté entre Erika et Alexis en faisait partie. Il n'avait pas fait le rapprochement du tout, n'ayant jusque la jamais fait attention à leur traits si similaires, qui pour Haron ne relevaient que de la coïncidence.

Il fallut quelques seconde pour Haron pour avaler l'info, mais il finit par s'y faire assez rapidement, même si c'était gênant en ce qui concernait Erika, non pas que ça lui fasse du mal, mais qu'en effet, elle s'amuse à leur remettre ça en plein visage régulièrement. Alexis avait été un très bon coup pour lui, plutôt beau garçon et bien doté, en plus de plutôt doué.

- Bon bah au moins maintenant je le saurais à l'avenir.

La dessus il laissa Alexis s'occuper de son bras, celui-ci avait donc un pouvoir de guérison, voila un pouvoir pratique en bien des circonstances, ce n'était pas le plus pratique en combat, car il n'y avait aucun moyen de s'en servir de façon offensive, mais tous les pouvoirs ne pouvaient pas être offensifs non plus, un mutant n'était pas foncièrement fait pour combattre. Juste lui, qui était un cas spécial de violence naturel.

- Pratique ton pouvoir. Tu t'en sers aussi pour soigner ceux qui se font mal en forniquant? Tu sais, genre ceux qui se font une irritation ou se foule la hampe.

Bien sur, Haron restait fidèle à lui-même, il trouvait toujours un rapprochement au sexe en toutes circonstances, qu'est-ce qui clochait chez lui? Et bien... Si l'on faisait une radio de son cerveau, il serait très peut étonnant que les activité cérébrale du mutant donne sur le scanner une forme de membre masculin, après tout il fallait le dire, il pensait plus avec son entre-jambe qu’autre chose et c'était très bien comme ça pour lui, nymphomane un jour, nymphomane toujours.

Pour le reste, Alexis lui signala que de toute façon Erika finirait par le savoir tôt ou tard, donc ils seraient condamnés à se prendre les remarques de la jeune femme. Haron soupira en imaginant d'avance toutes les piques d'Erika sur le sujet. Elle pouvait être infernal quant elle s'y mettait, mais bon, c'est aussi ce qui faisait son charme.

- Je m’en doute... Mais mieux vaut éviter au maximum qu'elle sache que je t'ai lustré le poireau et vice versa. Au passage, la première fois, j'ai été surpris, vu ton gabarit j'aurais imaginé un truc... Plus petit.

Bien sur, il ne prenait pas de gant et manquait de tact, mais d'un côté, tout ceux qui connaissaient Haron sur le sujet du sexe, savent aujourd’hui qu'il a toujours été très cash dans ses paroles et puis vu les relations qu'il avait eu avec Alexis par le passé, celui-ci ne devrait surement pas être choqué par les paroles très cru du métalleux.

Pour le reste, il n’avait pas vraiment d'idée sur quoi faire. Il pouvait aussi bien demander à Alexis de le ramener chez lui, ou bien venir avec eux. Pour tout dire, un peu de compagnie ne lui ferait pas de mal pour cette fois-ci, après tout faire un peu plus ample connaissance avec le frère jumeau d'Erika pourrait être une bonne chose.

- Nan laisse comme c'est pour le dos, ça passera comme le reste. Sinon.... Ouais je pense que je vais rester avec tout le monde ce soir, faut bien qu'on veille un peu sur Erika, puis si c'est pas loin c'est arrangeant, pas la tête à faire trois plombes en bagnole cette nuit.
.


Dernière édition par Haron Karzen le Sam 29 Aoû 2015 - 5:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Mer 19 Aoû 2015 - 1:46

Bien qu’identiques, les jumeaux Davidoff présentaient des personnalités tout à fait opposées l’une à l’autre. Certaines personnes appréciaient l’un et avaient bien du mal à s’entendre avec l’autre. Cela arrivait plus souvent qu’on pouvait le croire. Après tout, Erïka n’avait pas un caractère très facile à vivre. Elle était méfiante et ne faisait confiance à personne, à moins d’avoir la preuve qu’elle pouvait finalement baisser ses défenses. Ainsi, elle rejetait souvent les gens autour d’elle. Alexïs, quant à lui, était bien plus social et près des gens. Il tentait de voir du bien là où certaines personnes y voyaient le mal. Il ne jugeait pas, tentant de toujours rester impartial et de laisser une chance à tous. Il n’était pas naïf pour autant, sachant se fermer à une personne aux mauvaises intentions lorsqu’il le fallait.

Contrairement à sa sœur, Alexïs était plutôt réceptif à l’humour, même le plus douteux qui soit. La majorité du temps il esquissait ce faux sourire pour faire comme s’il avait trouvé la blague ne serait-ce qu’un peu amusante, mais pas au point d’en rire. Lorsqu’on le connaissait bien, on pouvait remarquer ce petit détail échappant bien souvent aux yeux de tous. D’ailleurs, si Haron n’avait jamais fait le lien de fraternité entre les jumeaux, il n’allait sûrement pas remarquer cela.


- « Pratique ton pouvoir. Tu t'en sers aussi pour soigner ceux qui se font mal en forniquant? Tu sais, genre ceux qui se font une irritation ou se foule la hampe. »

-« Considérant la quantité d’énergie requise à l’utilisation de ma mutation, je préfère l’utiliser lorsqu’il s’agit de blessures disons plus… graves que des petits problèmes communs. »

Bien sûr, il s’en servait lorsque cela pouvait l’arranger, mais il préférait ne pas le préciser à Haron. Il ne voulait pas devenir le médecin de secours à chaque petit bobo, ce qu’il était déjà aux yeux de quelques personnes, d’ailleurs. Il préférait établir des limites avec les gens quant à son pouvoir de guérison. Et c’était donc avec ce sourire préfabriqué qu’il répondait d’un ton calme et léger à ce qu’il croyait être une plaisanterie. Alexïs ne souhaitait pas devenir l’esclave de son pouvoir et être contraint à aider tout le monde. Il souhaitait décider des raisons le poussant à agir et à aider une personne. Bien souvent, c’était parce qu’il n’y avait pas d’autres choix ou que la vie du blessé était en danger. Les irritations allaient donc passer en dernier dans sa liste de priorités.

Taisant bien souvent ce qu’il pensait réellement, Alexïs était rendu presque maitre dans l’art de dissimuler des choses à sa sœur. Si Haron n’ouvrait pas la bouche, jamais elle n’allait savoir ce qui s’était produit entre eux deux. Ce n’était pas parce que la jeune femme allait réagir d’une mauvaise façon ou se sentir vexée, mais plutôt parce qu’elle n’allait pas rater une occasion de les embêter à ce sujet. Alexïs tenait à la paix. Il gardait bien souvent les détails de sa vie privée assez secrets, sachant que de toute façon il s’agissait bien souvent d’information qu’elle n’avait pas du tout envie de connaitre à son sujet.


- « Je m’en doute... Mais mieux vaut éviter au maximum qu'elle sache que je t'ai lustré le poireau et vice versa. Au passage, la première fois, j'ai été surpris, vu ton gabarit j'aurais imaginé un truc... Plus petit. »

-« Ton côté poétique m’étonnera toujours. À bien y penser, il correspond parfaitement à son comportement sous les couvertures. Et c’est également pour des remarques de ce genre que ma sœur ne doit rien savoir du tout. »

Cette fois-ci, il souriait bien plus sincèrement. Il ne savait pas quoi penser de ce qui était probablement un compliment, alors autant qu’il le prenne de la bonne façon. Après tout, ça ne servait à rien de se casser la tête avec des petits détails comme ceux-ci. De toute façon, au cours de leur conversation, Haron allait probablement faire des tonnes de remarque de ce genre. C’était ce qui le définissait, selon les dires d’Erïka. Il était ainsi et parfois, entendre les conneries qu’il pouvait sortir était le meilleur moyen de se remonter le moral.

Puisqu’Haron comptait le suivre jusqu’à l’appartement d’Erïka, il ne manquait plus que la concernée. Personne n’avait la clé de l’endroit, sauf son fiancé, bien évidemment. Plus le temps avançait, plus elle devenait secrète, même avec sa propre famille. Soit elle souhaitait un peu trop recopier la personnalité glaciale de son modèle et mentor, soit elle avait véritablement des secrets à dissimuler, bien plus que ceux qu’elle avait déjà enterrés depuis très longtemps.


-« Je vais aller voir comment ça se passe dans la salle d’examen, après je suppose qu’on pourra y aller.»

Sur ces mots, Alexïs alla retrouver son père, discutant avec le médecin. Ce dernier avait donné la permission aux blessés de rentrer chez eux pour plus de repos. Par contre, avant tout, il devait ausculter son dernier patient. Puisque le frère d’Erïka semblait être en pleine forme et ne présenter que des égratignures, l’examen médical ne dura que quelques brèves minutes. Il n’y avait pas besoin de faire passer Haron dans la salle car il se portait très bien, selon Alexïs. Ce dernier se chargea alors de réveiller sa sœur avec douceur avant de l’inciter à le suivre.

Erïka était dans les vapes, ayant du mal à faire la connexion entre la réalité et ses rêves. Tirée d’un profond sommeil, elle avançait pas par pas, soutenue par son frère à qui elle enlaçait le bras afin de ne pas le perdre. Elle peinait à mettre un pied devant l’autre, ayant du mal à garder un bon équilibre avec des talons aiguilles dans les pieds. Elle ne songea même pas à les retirer, préoccupée par le fait de retrouver la voiture... ou plutôt de suivre sagement Alexïs. Elle ne dit rien en apercevant Haron, bien trop obnubilée par le fait de devoir mettre un pied devant l’autre.


-« Tu peux t’occuper d’elle ? Amène-la à la voiture, j’arrive dans une minute. »

Lorsque tout le monde eut rejoint le véhicule, ce dernier démarra et conduisit jusqu’à l’imposant immeuble où vivait Erïka. Sa construction remontait à des dizaines d’années, mais elle l’avait fait rénover de façon plus moderne. Pour l’instant, tous les condos étaient déserts, la propriétaire n’ayant pas pris la peine de faire une recherche pour de possibles locataires. Erïka avait toujours aimé le calme et la tranquillité, elle ne voyait pas le besoin de remplir ce rôle et de trouver des gens intéressés à l’idée de vivre dans son immeuble. Au moins, personne n’était là pour leur jeter des regards indiscrets alors qu’ils se rendaient à l’appartement du dernier étage. Alexïs déverrouilla la porte après avoir emprunté le trousseau de clés de son beau-frère. Une fois ce dernier étendu dans son lit, aux côtés de sa fiancée, Sergueï put quitter l’immeuble pour retrouver le sien, à un coin de rue de là. Alexïs, quant à lui, comptait rester et veiller avec Haron.

Le condo était énorme, faisant à lui seul l’étage au complet. Erïka ne s’était pas privée et s’était offert tout l’espace nécessaire pour faire ce qu’elle désirait. Le salon était sobrement décoré, mais de nombreuses photographies de familles se retrouvaient sur les murs ou posées sur un meuble ici ou là. C’était d’ailleurs dans cette pièce principale qu’Alexïs s’installa, s’écrasant dans un confortable fauteuil de cuir.


-« Si tu es fatigué tu peux aller dormir. Je vais rester veiller un peu, juste au cas. »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Sam 29 Aoû 2015 - 5:02


Autant dire qu'Haron n'avait jamais eu la langue dans sa poche non plus, il était même très crû dans ses mots, ce qui semblait plutôt faire sourire Alexis, enfin, l'impression était la. Mais tout de même, maintenant qu'il y pensait c'est vrai que la ressemblance était pourtant frappante, en dehors du caractère, puisque Alexis était bien plus ouvert que sa sœur question coucherie.

Mais bon, il ne fallait pas trop en demander à Haron, c'était déjà bien qu'il apprenne un peu à connaitre le blondin à présent, il ne pouvait plus le sauter de toute façon actuellement, même si parfois des envies charnelles infidèles pulsaient en lui, que voulez-vous? On ne transforme pas un chien en chat.

Quoi qu'il en soit il était assez content de pouvoir faire plus ample connaissance avec Alexis au final, il avait de la conversation en fait.

- Allez fait pas ton coincé, tu sais que je plaisante, je te demanderais pas de me soigner une petit bobo à la queue comme ça, à moins que ce soit un truc grave genre une infection assez importante. Puis demande à Riri quand elle ira mieux, elle est habituée à mes bullshit.

Finalement, quant il y réfléchissait au fond de lui, il avait toujours un peu de jalousie à l’égard de  Bobby, pourquoi lui avait eu le droit de sortir à Riri? Et maintenant il se mariait avec elle, pourquoi cette jalousie, s'il était amoureux d'Alex et aimait sa vie avec lui, malgré son absentéisme prolongé et récurrent ? Et bien il devait se l'admettre, on n'apprend pas à un vieux singe à faire la grimace, le queutard qu'il était est toujours présent et Haron ne s'est jamais caché à lui-même ses envies de pratiquer un peu de libertinage, le problème était, comment réagirait Alex?

Au pire des cas, il pourrait toujours faire en sorte qu'Alex n'en sache rien. Mais il n'arrivait pas à trop se décider sur le sujet, parfois ses envies étaient si forte que cela lui faisait presque mal.

Après une petite discussion, Erika fut ramenée à la voiture, Haron la soutint lui aussi, inquiet pour son amie, après tout... à part elle et Dany... il n'avait que très peu d'amis, son caractère agressif et bourrin ne l'aidant pas en cela. Finalement il se retrouva tranquillement avec Alexis à papoter encore un peu.

- T'en fais pas... Je devrais tenir le coup... Franchement mec... Si Erika n'était pas mon inquiétude du moment et que j'étais pas en couple à l'heure actuelle... Je t'aurais bien sauté dessus pour décompresser.

Lui lança-t-il avec un sourire complice, amical.... Sympathique, tout de même, malgré sa difficulté à se faire des amis...il arrivait à faire des effort.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Jeu 10 Sep 2015 - 4:58


Le noir total. Erïka avait l’impression d’être entourée d’un vide infini qui ne faisait que de l’attirer plus profondément dans ses entrailles à chaque fois qu’elle tentait le moindre mouvement. Elle se sentait drainée par ce néant, n’arrivant pas à se défaire de son emprise. Pourtant, elle avait une bouée, quelqu’un pour lui prendre la main et la ramener dans le monde réel. Le temps n’avait plus d’importance pour elle, impossible de savoir si elle était restée longtemps endormie. Elle se souvenait à peine d’avoir eu quelques moments de lucidité. Son corps ne pouvait plus obéir à ses commandes. Comme un ordinateur en surchauffe, il s’était lui-même éteint afin de se protéger de possibles dommages.

Lentement, elle ouvrit les yeux, se redressant péniblement. Elle se trouvait dans sa chambre. Comment était-elle arrivée là ? Il lui fallut un bon moment pour remettre ses esprits en place et comprendre qu’elle avait été transférée à son appartement, à Manhattan. À sa droite, elle perçu du mouvement. Elle tourna la tête et aperçu sous les lumières tamisées l’ombre de son père, s’affairant à fouiller dans la garde-robe. Lorsque ce dernier se retourna, il constata que sa fille le fixait sans rien dire.


-« Je cherchais des vêtements propres et plus confortables pour dormir. » Il s’approcha de sa fille et s’assit sur le bord du lit. « Comment tu te sens ? Je ne sais pas ce qui s’est produit là-bas, mais selon le médecin tu as fait une crise d’hypothermie. »
-« C’est… je veux pas en parler maintenant. Je… » Elle tendit la main pour attraper le sweatshirt et le pantalon de jogging que son père venait de lui ramener. « Merci… Merci… papa… »

Rien qu’en prononçant ses mots, sa gorge se serra et les larmes montèrent à ses yeux. Elle ne s’était pas remise de toutes ses émotions et le simple fait de repenser à ce qui s’était produit lui donnait toujours l’envie de pleurer. Un peu maladroitement, Sergueï serra Erïka dans ses bras, comme n’importe quel père l’aurait fait à cet instant précis.

***

Alexïs s’était installé dans le salon en compagnie d’Haron. Il n’osait pas fouiller les armoires ou le bar à la recherche d’alcool, sachant très bien que cela n’allait pas régler le problème. Il se devait de rester lucide. Avec l’accumulation de fatigue et les émotions qu’il venait de vivre, s’enivrer n’allait rien changer. Il valait mieux qu’il fasse face à ce qui venait de se produire et accepte qu’il n’aurait rien pu faire pour changer les choses.

L’ambiance était lourde, oppressante. Il était difficile de savoir si Erïka ou son fiancé allaient finir par se réveiller au milieu de la nuit où s’ils allaient rester plongés dans un profond sommeil jusqu’au lever du soleil. Sergueï veillait à ce qu’ils puissent avoir tout ce dont ils pourraient avoir besoin à leur réveil. Alexïs ne pouvait pas s’empêcher de s’inquiéter pour autant et pas seulement pour sa famille. Il se faisait du souci pour Haron, qui avait vécu le même calvaire qu’eux. Si ce dernier avait besoin de sommeil, il valait mieux qu’il aille au lit. Cependant, il refusa. Il pouvait tenir le coup, il était fait fort. D’ailleurs, il usa de son humour actuel pour tenter de faire rire Alexïs. En fait, il réussit plutôt bien, arracha un rire sincère, mais fatigué à Alexïs.


- « T'en fais pas... Je devrais tenir le coup... Franchement mec... Si Erika n'était pas mon inquiétude du moment et que j'étais pas en couple à l'heure actuelle... Je t'aurais bien sauté dessus pour décompresser. »

-« Honnêtement, dans n’importe quelle autre circonstance, j’aurais probablement été partant. »

Alexïs passa une main lasse sur son visage. Il aurait bien besoin de prendre une douche après tout ce qu’il venait de se passer. Il n’avait qu’à emprunter des vêtements à son beau-frère, par la suite. Pour l’instant, il préférait attendre un peu, question d’essayer de se détendre. Il ne voulait pas laisser Haron seul.

-« Alors, c’est comment la vie de couple ? Ça fait longtemps que vous êtes ensemble ? »

Alexïs avait fait un trait sur les relations sérieuses, pour le moment. Il préférait se concentrer sur lui-même, ses envies, ses objectifs, sa future carrière, ses amis. Il ne voulait pas s’embarrasser d’une relation amoureuse qui allait probablement mal se terminer, comme toutes les autres. Pour l’instant, il se sentait parfaitement à l’aise telle qu’il était. Malgré tout, en regardant ses sœurs vivre leur parfait bonheur en couple, il ne pouvait s’empêcher de se demander si lui aussi aura la chance de trouver la bonne personne, un jour.

***

Erïka venait tout juste de sortir de la salle de bain liée à sa chambre. Emmitouflée dans ses vêtements de nuit, elle trainait les pieds jusqu’à son lit. Cependant, avant d’y monter, elle ouvrit grand les bras pour serrer à nouveau Sergueï dans ses bras, qui l’accueillit avec une réconfortante étreinte paternelle.

-« Tu as besoin que je reste encore un peu ? » Lui demanda-t-il dans leur langue natale.
-« Non, ça va, on va juste dormir et… tu n’as qu’à passer demain matin… »
-« D’accord. Appelle-moi si tu as besoin de quelque chose. »

Elle hocha la tête. Sergueï libéra sa fille afin qu’elle puisse se rassoir dans son lit. L’homme quitta la pièce en refermant doucement la porte derrière lui. Avant de se coucher, Erïka pris la peine de déshabiller Bobby et de jeter ses vêtements abimé au sol. Elle l’emmitoufla autant que possible dans une épaisse couverture, bien qu’elle savait qu’il n’aura jamais froid, puis se coucha à son tour. Bien des pensées tourmentaient son esprit, mais elle arriva tout de même à trouver le sommeil bien rapidement.

Avant de quitter l’appartement, Sergueï s’approcha de son fils et lui posa quelques questions sans même se soucier du fait qu’il ne parlait pas anglais. Il s’assura simplement que son fils allait bien et lui promettait de prendre de ses nouvelles demain matin, comme il comptait le faire avec Erïka. Lorsqu’il quitta finalement l’appartement, Alexïs se leva afin de verrouiller la porte derrière lui.


-« On dirait bien qu’on va être que tous les deux à veiller ce soir. Il faut voir le bon côté des choses dans toute cette histoire… il y a toujours du bacon dans le frigo de ma sœur. Tu en veux ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Jeu 10 Sep 2015 - 15:39


Ce qui était bien avec Alexis, c’était qu'il était très ouvert et agréable quant on apprenait à le connaitre, Haron avait bien beau avoir quelques liens avec lui, il n'avait pas eu le temps de le connaitre, il faut dire qu'il connaissait surtout chaque recoin du corps d'Alexis, ou presque, vu qu'ils avaient eu pus des relations sexuelles en tant que Sexfriend, mais sexfriends assez fréquents.

Quoi qu'il en soit, il put se poser tranquillement, bien qu'il était un peu K.O sur les bords, Haron tenait encore le coup, même si il devait s'admettre qu'un peu de repos ne lui ferais pas de mal au bout d'un moment, mais pour l'instant, il allait encore plutôt bien et n'avait pas besoin de se coucher tout de suite, en plus c'était agréable de discuter.

Il sourit en écoutant la réponse d'Alexis, comme quoi, il n'était pas le seul à être un pervers ici, cela le ramena à certaines pensées, depuis combien de temps n'avait-il pas eu de relation sexuelle? Au moins depuis qu'Alex avait commencé à faire sa star de rock à travers le monde, Haron était vraiment heureux pour lui, mais tout de même, à présent il restait tout seul à la maison, déjà que même lorsque Alex était présent, Haron devait lutter contre ses instincts et son appétit sexuel, maintenant qu'Alex était particulièrement absent, il remettait en question le fait d'être fidèle à 100%.

En fait, Haron devait s'avouer que depuis le début de leur histoire, rester fidèle et sans faille pour leur couple était difficile, on ne pouvait pas transformer un taureau en rûte en petit veau, surtout un taureau comme celui-ci. Plus Haron y pensait, plus il se disait que au mieux, il pourrait se faire plaisir, occasionnellement, de temps en temps, discrètement pour éviter à Alex de découvrir la chose, jaloux et possessif comme il était. Mais le jeune mutant bovin n'en pouvait plus, il avait besoin de se faire du bien, il n'était certes plus le salopard qui manipulait les gens pour se les mettre dans la poche, mais il avait des besoins intenses difficiles à réprimer au bout d'un moment.

- Et bien... Depuis que mon mec.... Oui je suis en couple gay actuellement... Mais depuis que mon mec est devenu la nouvelle star rock du moment, il est ultra absent, c'était déjà assez dur de rester fidèle. Mais là... ça fait plus d'un an que j'ai jute des nouvelles et que je n'ai pas pu le voir... Alors je t'avoue que je me pose des question sur.... 'fin... Je pense que c'est pas trop grave si... Je me permet d'aller voir un peu ailleurs, du moment qu'il n'est pas au courant... L'est possessif l'animal, pas violent, juste un peu possessif.

Il ricana à la petite remarque d'Alexis, comme quoi il avait lui aussi de l'humour et savait avouer quant il pouvait avoir des petites envies.

- C'est sur que j'ai encore de très bons souvenirs de nos sauteries.

Quoi qu'il en soit il resta tranquillement sur le canapé, respirant tranquillement, alors que Sergueï finit par arriver. Haron n'avait jamais connu le père d'Erika avant ça, il ne savait pas quoi penser de lui, de ce qu'Haron avait pu décrypter, avant cela, il avait été un père totalement absent de la vie des jumeaux, il valait mieux un père absent qui tente de rattraper le temps perdu qu'un père odieux qui lui faisait du mal, comme cela était arrivé à Haron, puis au final il fut de nouveau seul avec Alexis qui lui proposa du bacon, Haron s'approcha tranquillement, pour venir voir.

- Erf... Désolé mec, j'mange plus de viande du tout, je la digère très mal, je fais l'effort avec le poisson parce que mon mec aime me faire des truc japonais... Je suis devenu végétarien par le forces des choses... Enfin... La seule viande que je peux manger sans problème, c'est celle que tu as dans ton pantalon.

Dit-il d'un grand sourire narquois en s'amusant à lui mettre la main au paquet, comme quoi les vieux réflexes ne se perdaient pas non plus, un Haron à la main baladeuse, Erika aussi savait ce que c'était, Haron n'était pas prêt de changer au final, par contre il devait faire en sorte que si jamais il venait à coucher avec quelqu'un d'autre, tenir Alex loin de l'information ou de la découverte.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Alexïs N. Davidoff

avatar

Messages : 250
Date d'inscription : 10/12/2011
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Étudiant en médecine
Age : 20 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Sam 12 Sep 2015 - 1:53

Alexïs n’a pas eu de relation amoureuse stable depuis bien longtemps. Il avait du mal à se remémorer de quand cela datait exactement, mais une chose était sûr, son célibat allait encore durer un moment. Il n’avait pas encore trouvé une fille qui valait la peine qu’il tente le coup d’essayer à nouveau de faire fonctionner une relation plus profonde et intime. Pour le moment, il aimait bien son rôle de gentlemen qui attirait les femmes comme des mouches.

Il arrivait parfois que d’anciennes relations d’Alexïs croisent à nouveau son chemin. Dans ces moments-là, les choses se passaient plutôt bien. Il tentait toujours de rester en bon terme lorsqu’il quittait une femme au petit matin. Il ne s’incrustait pas, il retenait à peine certains prénoms. D’autres de ses conquêtes se révélaient être de bonnes connaissances, parfois même des amis. La jolie Irina en était en parfait exemple. Elle était une véritable tigresse, à la fois sensuelle et passionnée. Avec Alexïs elle s’était parfois montrer plus douce lors de leurs ébats, révélant ainsi qu’elle n’était pas seulement la rebelle forte et caractérielle qu’elle affichait dans la vie de tous les jours. À quelques reprises leur relation a failli être poussée plus loin, mais à chaque fois l’un des deux avait renoncé, n’étant pas prêt à vivre quelque chose d’exclusif et de plus intime. Par contre, une chose était certaine : si un jour Alexïs en avait besoin il pouvait toujours trouver un peu de réconfort dans ses bras. Elle savait lui offrir bien plus que du sexe, elle lui démontrait à quel point elle pouvait se montrer affectueuse et douce une fois à l’abri des regards d’autrui.

Haron faisait partie de cette catégorie de personnes avec qui il avait partagé le plaisir de la chaire et qui, avec le temps, s’était mis en couple. Alexïs ne se sentait pas gêner de la situation, après tout ce qu’ils avaient fait était du passé. Au contraire, il se montrait toujours content de voir des gens s’épanouir dans une relation de couple. Par contre, comme dans toute relation, il y avait des hauts et des bas. Haron décida de se confier sur les bas qu’il vivait actuellement, devant subir l’absence de son amoureux. Ce n’était jamais facile de vivre loin d’une autre personne pendant très longtemps. Le pire dans tout cela était probablement la peur de l’oublier, de voir son souvenir s’effacer à chaque nouvelle journée qui passe.

-« Tu lui as déjà parlé de ça ? La communication est toujours la clé, même si ce n’est pas tout le monde qui comprend le concept. Peut-être que vous arriverez à un accord, peut-être qu’il t’enverra du porno par la poste, qui sait ? Je crois qu’il y a toujours un moyen de palier à la distance, surtout avec la technologie qui nous entoure. Y’a rien qu’à voir ma sœur qui se tapait six heures d’avion pour à peine avoir le temps de passer un week-end avec Bobby. Si vous n’êtes pas capable de trouver une entente ou une solution, peut-être que votre relation n’est pas due pour continuer plus loin. Le plus important reste de penser à vos sentiments envers l’autre aussi. Essaie de lui parler, tu verras bien ce que ça donne. »

Alexïs n’était pas le meilleur pour donner des conseils dans ce domaine, mais il avait vu tellement de couples se briser dans sa vie qu’il pouvait être en mesure de noter les points importants au bon fonctionnement d’une relation amoureuse.

Lorsque tous les efforts ont été faits et que rien ne fonctionne, il ne reste qu’une solution : noyer sa peine dans la nourriture. Cette solution était aussi bonne pour ceux qui ont une fringale nocturne. Alexïs décida de se faire cuire du bacon, quitte à le manger tout seul. Haron était végétarien alors il allait passer son tour. Dans la cuisine, le jeune homme s’affairait à faire chauffer sa poêle, sur le four, et à ouvrir le paquet de bacon. C’est à ce moment-là qu’Haron lui attrapa soudainement l’entre jambe afin de lui faire une blague de son cru.


-« […] Enfin... La seule viande que je peux manger sans problème, c'est celle que tu as dans ton pantalon. »

Maintenant, il comprenait ce qu’Erïka tentait de lui expliquer au sujet de son humour. Plutôt que de s’offusquer, Alexïs répondit lui aussi avec un brin d’humour. Il attrapa le poignet d’Haron pour lui faire lâcher sa prise.

-« Dans ce cas, contentes toi de ça » Dit-il en lui déposant une banane dans la main.

Ainsi, le jeune homme pu retourner tranquillement à sa cuisson. Puisqu’Haron ne mangeait pas de viande, il n’avait qu’à se contenter du peu de fruits et légumes dans le réfrigérateur. Comme elle ne passait pas beaucoup de temps à son appartement, Erïka achetait toujours le strict nécessaire en fonction du temps qu’elle comptait y rester.


-« Allez, si on oublie le sexe, il doit bien y avoir autre chose qui te plait dans la vie, non ? Ou bien, tu dois avoir des projets ? Tu comptes rester à l’institut encore longtemps ou tu vas t’installer en ville ? »  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Sam 12 Sep 2015 - 16:06


Alexis était pas mal posté sur la plaisanterie, même si en effet il savait comme sa sœur riposter oralement avec humour, en plus d'avoir un esprit critique plutôt évolué, même si son avis effrayait un peu Haron, certes Alex était peut présent et qu'il avait de son côté une nature qui rendait sa fidélité peut fiable malgré ses sentiment, mais l'idée de rompre avec Alex, jamais cela ne lui viendrait à l'esprit, il pensait surtout au fait qu'il ne pouvait, au final, pas non plus changer à 100% il avait une nature profonde et ne manquait pas d'avoir ses pulsions.

On pouvait sentir qu'Haron se sentait mal à l'aise à l'idée de voir sa relation avec Alex se terminer, il se l'avouait sans gène,i l tenait à son partenaire, mais il était vrais qu'il manquait souvent à l'appel et ne donnait que peu de signe de vie. Il savait que sa fidélité n'allait pas faire long feu, qu'il allait surement libertiner à droite à gauche de temps à autre,m ais il tenterait tout de même de se maîtriser.

Quoi qu'il en soit, il préféra ne pas continuer sur le sujet de la faiblesse actuelle de cette relation, Alex le supporterait encore moins et Haron, tenait trop à son compagnon pour s'imaginer rompre avec lui.

Au moins Alexis avait le mot pour rire et savait ramener la bonne humeur avec quelques mots de sympathique, alors que sa main se retrouva sur une banane, objet tellement phallique, Haron adorait les bananes et cela, de nombreuse personne le savait, considérant Haron comme un goinfre par moment tellement il pouvait s'en faire exploser l'estomac.

- Meh, une banane, pourquoi pas?.... Alex en a une encore plus grosse qu'une banane s'tu savais, genre un sacré morceau bien massif.

Comme toujours, Haron ne pouvait s’empêcher de tout rapporter au sexe, il trouvait toujours moyen de plaisanter sur le sujet, ou faire des simple allusion, affichant un grand sourire narquois tout à  fait satisfait de sa remarque.

- ça dépend, je ne sais pas si Alex compte changer d'habitation, je l'attend pour ça... Pour l'instant je gère un magasin d'instrument de musique, ça a son petit succès, je gère avec mon pote Dany et en attendant on gagne en notoriété question football, mais on prévoit d'ajouter un salon de tatouage, Dany qui gère la partie magasin et moi qui gère la partie tatoueur, j'ai une bonne technique avec l'aiguille.

Comme quoi, Haron se débrouillait plutôt bien et trouvait son bonheur à faire partenaire avec son bon ami Dany.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Alexïs N. Davidoff

avatar

Messages : 250
Date d'inscription : 10/12/2011
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Étudiant en médecine
Age : 20 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: The Price Of Fame   Mer 16 Sep 2015 - 13:37

Alexïs était un adepte d’humour facile. Sa stratégie était simple, il n’avait qu’à attendre que quelqu’un fasse un commentaire et il trouvait un moyen de changer le sens de celui-ci afin de sortir une plaisanterie à connotation sexuelle. Bien sûr, cela ne fonctionnait pas toujours et il évitait généralement de faire ce genre de plaisanterie à n’importe qui, question de ne pas offusquer quelqu’un inutilement ou de ruiner ses chances avec une femme. Il savait quand même se tenir, après tout !
Par contre, s’il n’excellait pas nécessairement dans le domaine de l’humour, ayant souvent besoin de rebondir sur les répliques des autres pour sortir quelque chose de drôle, il était doué pour faire des farces. Ses sœurs et lui passaient leur temps à s’embêter et se jouer des tours pas possibles. Parfois, ça en était presque décourageant.

Puisque Haron semblait porté sur un seul sujet en particulier – devinez lequel – Alexïs en profitait pour poursuivre la discussion, se disant qu’à un moment il allait trouver la réplique parfaite pour clore celle-ci sur une belle note. Les évènements de la soirée encore frais dans sa tête, il avait une liste mentale de choses qu’il aimerait exprimer, mais le contexte n’était pas approprié. Peut-être attendra-t-il de voir son père, ou bien les personnes avec qui il avait passé la majeure partie de la soirée afin de voir si les opinions étaient partagées.

Une banane n’allait certainement pas faire taire les commentaires à caractère sexuel. Au contraire, il s’agissait du fruit qui les alimentait. Par contre, Alexïs s’attendait à tout sauf à entendre l’homme lui parler de la taille du membre de son compagnon. Au moment où il allait lui répondre quelque chose sonnant comme « C’est pas parce que c’est gros qu’il sait s’en servir, mec ! », ce fut plutôt cela qui franchit ses lèvres :


-« Me force pas à te la mettre dans la bouche pour te faire taire. »

Oups. Ce n’était pas ce qu’il voulait dire. Toujours sur un ton de plaisanterie, Alexïs savait qu’il ne pouvait offusquer Haron si facilement. Par contre, il n’avait pas envie de lui donner des idées ou de lui faire croire qu’il intéressé par le fait qu’il se passe quelque chose entre eux deux. Ce qu’ils avaient vécu était maintenant passé et même si Haron avait formulé le désir de tromper celui qu’il aimait, jamais Alexïs ne pourrait accepter le fait d’être la personne avec qui cela se produirait. Il préférait espérer que la situation du couple finisse par se régler avec le temps. Par contre, les deux personnes devaient y mettre du leur, ce qui n’était pas toujours facile pour tous.

Pour détendre l’atmosphère alors qu’il faisait grésiller le bacon dans la poêle, Alexïs décida de changer de sujet, proposant à Haron de lui parler de ce qu’il faisait de sa vie, peut-être même de ses projets futurs. Ce genre de questions pouvait bien souvent mener à de belles discussions. La preuve, le jeune homme put ainsi apprendre qu’il gérait sa propre boutique, pour laquelle il avait davantage de projets, et qu’il pratiquait toujours le football.


-« C’est sympa d’avoir autant de projets. Ça doit te garder assez occupé. J’ai connu une fille, il y a longtemps, elle avait les jambes entièrement tatouées, ou presque. La moitié de ses tatouages, c’était ses œuvres personnelles. Je n’aurais jamais cru qu’il était possible de se tatouer soi-même aussi bien. »

Une fois ses premières tranches de bacon prêtes, Alexïs les déposa dans une assiette, puis recommença le processus en jetant de nouvelles lanières dans la poêle. Aussitôt, de la fumée se dégagea et le bacon crépita comme jamais, preuve qu’il commençait à cuir. Juste au cas où, Alexïs recula de quelques pas afin de ne pas se faire asperger de gras brûlant. Il en profita pour jeter un regard à la porte close renfermant la chambre de sa sœur à l’opposé de l’appartement.

-« Je crois qu’ils ne se réveilleront pas de la nuit. » Conclut-il davantage pour lui-même que pour Haron.

Après quelques instants de réflexion sur le bien, le mal, l’envie de boire et celle de garder ses esprits clairs, Alexïs prit finalement une décision qu’il ne souhaitait pas regretter. Il avait envie de quelque chose pour se détendre. Bien que le bacon remplissait bien son office pour le moment, il lui fallait davantage.


-« Tu peux jeter un œil dans le frigo pour voir s’il ne resterait pas de la bière ? Et de la vraie. Erïka a tendance à toujours boire des trucs artisanaux au goût bizarre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Price Of Fame   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Price Of Fame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Josh Price [TERMINE]
» Football Hall of fame
» Justin Gabriel Vs Mark Selling Vs Rob Van Dam Vs Alex Price Vs Curt Hawkins Vs Drew McIntyre
» BLAKE & FAME ▷ Do you wanna be my hero ?
» Layla Price - Never say no to panda

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York-