X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ecole Militaire [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adam Diskent
Admin
avatar

Messages : 1313
Date d'inscription : 22/04/2011
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: Agent Soldier
Age : 26 ans
Nationalité : Etats-Unien, Japonais

MessageSujet: Ecole Militaire [Libre]   Dim 14 Déc 2014 - 19:29

Depuis la grande séparation familiale, Adam avait contracté une haine viscérale de l'Hiver. La saison cristallisait les pires moments de sa vie, comme une pierre froide dont chaque reflet aurait été un souvenir désagréable. Son géniteur avait décidé de fuir au mois de février, alors que la décision de sa mère avait été réalisée en janvier, comme une cruelle résolution. Depuis, le froid qui s'abattait sur New-York dès la fin de l'automne et qui se poursuivait sur les premiers mois de l'année n'avait fais que lui rendre la vie plus difficile. Même son pouvoir devenait inefficace dans la neige. Et, inutile de parler des fêtes familiales et des célébrations de fin d'année, leur simple évocation suffisait à noircir son moral même en été. Alors, lorsqu'il reçut les directives de l'Intendant, pendant qu'il tentait tant bien que mal de conserver sa bonne humeur dans son appartement trop grand, il sut par avance qu'elles allaient lui être désagréables.

Leur simplicité même lui parut suspecte. Il lui était recommandé d'être prêt pour une date et une heure précise, avec une insistance sur le fait d'être en tenue présentable et une mention pour signaler qu'aucun conflit n'était à prévoir. Il ne savait pas ce que l'Intendant avait en tête, mais s'il pensait introduire facilement Adam auprès de ses supérieurs ou de collaborateurs, c'est que son jugement n'était pas aussi clair que tous deux l'avaient pensé jusque là.

C'est donc de mauvaise volonté qu'Adam s'était traîné dehors pour y affronter les températures négatives de l'hiver, en maudissant l'imprécision de son chef. Suivant tout de même les demandes qui lui avaient été formulées, il choisit de porter une veste, simple sur un jean noir, le tout masqué par l'un de ses plus beaux trench coat, tout col dehors pour affronter le froid. Néanmoins, le manteau était alourdi par les couteaux que le mutant y avait glissé. Même s'il en avait restreint le nombre, il refusait de se déplacer sans arme, sauf obligation.
Après un quart d'heure d'attente, une berline sombre se rangea non loin sur une place libre. L'action avait été tellement anodine qu'Adam ne s’intéressa vraiment au véhicule que lorsque que l'Intendant s'en extirpa, par la portière du conducteur. Il n'avait pas changé sa tenue vestimentaire, ayant simplement ajouté sur sa veste noire un manteau gris sombre. Il ne fit aucun geste, ayant bien remarqué qu'Adam l'avait identifié, et se contenta d'attendre que ce dernier ne le rejoigne et ne prenne la place du passager.

- Je pensais qu'on aurait un chauffeur. Je vous imaginais pas conduire à vrai dire. Lança Adam alors qu'il s’insérait dans la circulation.
- Pour ma part, j'avais imaginé que notre destination serait le sujet de ta première question. Comme quoi, nous nous sommes tout deux fourvoyés.  
- Puisque vous lancez le sujet, on va où ?
- Nous nous rendons à l'Institut Xavier pour jeunes surdoués. Nous y sommes attendus pour une heure, ce qui ne nous laisse que peu de temps.

Pendant plusieurs minutes Adam ne trouva pas quoi répondre, il tournait frénétiquement la tête pour déceler une réaction sur le visage de l'Intendant. Fidèle à lui même, le directeur du projet Soldier restait de marbre, parfaitement concentré sur sa conduite.

- Vous vous souvenez que je m'y suis introduit par effraction sous votre ordre ?
- Et que tu y es retourné de ton propre chef par la suite, oui. Cela ne posera aucun problème.

Encore une fois, la discussion semblait close, laissant Adam seul avec ses appréhensions. Au bout de presque une demi-heure de trajet à travers le flux dense de New-York, il reprit, autant pour meubler l'abominable silence que pour tenter d'en savoir plus.

- Pourquoi vous y allez, et avec moi ? Vous en avez pas eu besoin avant que je sache.
- Il serait trop long de t'expliquer tout les tenants et aboutissants, mais l'année à venir sera peut être l'une des plus importantes pour nous.
- Le projet ?
- Les mutants. Et je dois m'en entretenir avec Charles Xavier, comme avec d'autres.
- Alors c'est ça ? Vous êtes clairvoyant. C'est votre pouvoir ?

Le sourire qui fleurit un moment sur le visage du conducteur suffit à faire comprendre à Adam à quel point il faisait fausse route.

- Non, j'en suis certainement l'inverse à vrai dire, mais tu le comprendras en temps voulu. Quant à la raison de ta présence, je ne puis te la donner, tu pourrais la révéler. Non pas que je n'ai pas confiance en toi, mais tu n'es pas encore entraîné à résister aux télépathes.

Après cette déclaration, Adam n'osa plus s'entretenir des activités du projet Soldier, même s'il avait conscience que son chef venait de trouver une raison de lui en dire le moins possible. Il avait bien l'intention d'en savoir plus dès qu'ils auraient quitté l'enceinte du manoir X. C'est donc autour de banalités qu'ils firent le reste du trajet, rejoignant le comté de Westchester, et finalement l'école.

Malgré lui, Adam était nerveux, sur le qui-vive : pénétrer ainsi dans l'enceinte de l'établissement s'apparentait à entrer en territoire ennemi. Les grilles les laissèrent passer après que l'Intendant se soit présenté sous un véritable nom, Weiner, même si l'invisible était bien incapable de déterminer s'il s'agissait d'un mensonge ou du véritable nom de son dirigeant. Ils s'engagèrent dans l'allée et le fer qui se refermait derrière lui ressemblait tragiquement aux barreaux d'une prison. Les résidents qui flânaient dans l'immense jardin regardaient passer le véhicule inconnu avec un intérêt fluctuant selon les individus, mais cela n'aidait pas Adam à se détendre. Il se sentait dangereusement exposé et sans défense en pleine lumière. Il n'y avait jamais réfléchi avant, mais il s'avérait que ces années de maraude, ainsi que son don, l'avaient conduit à préférer l'obscurité et le réconfort de la nuit.

Il s'agissait de sa première entrée en journée, et malgré l'absence de feuille aux arbres, Adam était impressionné par la densité de la forêt qui entourait le manoir. Même en pleine journée, il aurait été aisé de s'y cacher. Le bâtiment lui-même se dévoilait de toute sa taille désormais. Lorsqu'il y avait pénétré, il n'avait pas pu en apercevoir les hauteurs, ni en mesurer la largeur, il se rendait compte à présent de ce qu'aurait représenté une fouille complète.

Le véhicule fit le tour du mémorial et finit sa course non loin des marches de l'école. Lorsque les deux agents Soldier s'extirpèrent de la berline, le maître des lieux descendait les rejoindre sur la pente douce centrale qui accompagnait les escaliers. Charles Xavier les accueillait avec une sympathie qui mit instantanément Adam mal à l'aise. Le professeur manipulait son fauteuil sans aide extérieure, alors qu'une grande dame noire et aux cheveux blancs le suivait de quelques pas. Bien qu'avenante, elle parut bien plus « normal » au jeune homme comparée à son directeur qui accueillit l'Intendant d'une poignée chaleureuse.

- Zachary, cela fait bien longtemps. J'avais espéré ta venue moins tardive. Qui est ce jeune homme qui t'accompagne ?
- Tu sais que je ne me déplace pas sans raison Charles, même si j’apprécie nos conversations. Il s'agit d'Adam Diskent, l'un de mes hommes qui s'est introduit chez vous sans en demander la permission, et dont je tenais à ce qu'il présente ses excuses. Mais tu auras pu savoir tout cela.
- Tu sais bien que je m'y refuse.

Adam baissa la tête et balbutia des excuses lorsqu'il croisa le regard du vieil homme. Le sourire que celui-ci lui rendit le mit une fois encore dans une étrange posture. Après d'autres amabilités sans grande substance, les deux dirigeants, voyant le nombre croissant d'élèves qui se rassemblaient aux alentours pour savoir de quoi il retournait, décidèrent d'aller poursuivre leur discussion en privé, alors que la femme, Ororo, accompagnait Adam vers leur cuisine/cafétéria où il pourrait être au calme.
Et là où il sera facile de le tenir à l’œil, garda-t-il pour lui.
.

_________________
Joshua Creed / Grifter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Ecole Militaire [Libre]   Mar 16 Déc 2014 - 3:37

Bobby Drake quitta l’une des nombreuses salles de classe de l’institut Xavier, sac sur l’épaule. L’hiver était bien présent, signifiant l’approche à grand pas des vacances de Noël. La période des fêtes lui laissent un arrière-goût amer, lui rappelant qu’il n’avait plus de famille qui l’attendait. Depuis que ses parents l’avaient rejeté à cause de ce qu’il était, il avait fait beaucoup d’efforts pour tourner la page. Il ne pouvait pas se permettre de ressasser encore et encore ce mauvais souvenir. À quelque part, il avait peur de revivre cet événement dans son esprit, sachant qu’il était l’élément déclencheur de ce qui avait mené à sa perte de pouvoir, il y a deux étés de cela. Il était hors de question qu’il vive à nouveau cette désagréable expérience ou qu’il la fasse subir aux peu de personnes qui lui étaient proches.

Pourquoi devait-il s’inquiéter ? Il n’avait pas besoin de ses parents. L’institut Xavier était, à présent, sa seule et unique maison. Ici, il n’était pas jugé pour ce qu’il était. En cas d’ennuis, il savait qu’il y avait des gens prêts à l’aider. Emma Frost l’avait fait en bridant ses capacités, puis en lui enseignant comment maitriser peu à peu toute la puissance de son pouvoir. Avec le temps, cela l’avait aidé à être plus confiant. Il maitrisait suffisamment ses capacités pour ne pas être une menace pour qui que ce soit.


-« Hey ! Tu as oublié de m'attendre ou quoi ? »

Erïka venait d’apparaitre à ses côtés, comme par magie. Perdu dans ses pensées, Bobby ne l’avait pas entendue arriver. Il se reconnecta à la réalité lorsqu’elle glissa sa main dans la sienne. Comme à son habitude, elle semblait faire complètement fit de son pouvoir. Parfois, il se demandait si elle ne faisait pas exprès de prétendre que le froid dégagé par son corps ne la gênait pas. Puis, à chaque fois qu’une telle pensée naissait ainsi dans son esprit, il la chassait aussitôt en se trouvant idiot de penser qu’Erïka pouvait lui mentir sur ce point. L’honnêteté dont elle faisait preuve était l’une des qualités qu’il adorait chez elle, bien qu’il souhaite parfois qu’elle apprenne à avoir plus de tact avec les gens.

-« Non, pas du tout… J’avais seulement la tête ailleurs. »
-« Est-ce que tu peux redescendre sur Terre, maintenant ? »
-« Oui… Comment s’est passé ce déjeuné ? »
-« Comme n’importe quel moment passé avec mon père : on parle de finance, d’études, d’actualité, puis il me demande de tes nouvelles. »
-« De mes nouvelles ? Pourquoi ? »
-« Parce qu’il t’adore, qu’est-ce que tu crois ? Tu lui as fait une belle impression quand tu l’as rencontré. Je vous signale que vous avez passé deux heures à parler de voitures. Tu sais, il n’a pas autant de points communs avec…»

Bien sûr, Erïka ne lui en voulait pas de s’entendre aussi bien avec son père. C’était ce qu’elle souhaitait. Enfin, elle avait une véritable famille, hors de question de devoir choisir entre ses membres pour une raison ou une autre. Pour elle, la décision aurait été bien simple, s’il elle se serait retrouvée dans l’obligation d’en prendre une : sans hésitation elle aurait choisi Bobby. Après avoir passé dix-huit années de sa vie sans la présence de son paternel, Erïka jugeait qu’elle pouvait bien s’en passer pour le reste de sa vie, s’il le fallait. Même si cela exigeait qu’elle dise adieu à la fortune dont elle allait hériter. Que représentaient quelques billets comparativement à l’amour de sa vie ?

Alors qu’ils marchaient dans l’un des nombreux et interminables couloirs du manoir, Erïka aperçu une personne qui lui était plutôt familière. Il lui fallut quelques secondes avant de réellement comprendre qui était l’individu en question. Comment pouvait-elle l’oublier ? Par contre, elle s’interrogeait sur la raison de sa présence au sein de l’institut. Étant donné la présence d’Ororo à ses côté, la jeune femme supposait qu’il venait de se faire attraper après être entré par effraction sur le terrain de l’institut et qu’il allait bientôt avoir droit à une engueulade bien méritée. Cependant, quelque chose clochait. S’obligeant à réfléchir plutôt qu’à sauter à la première conclusion lui convenant, Erïka se demanda s’il n’y avait pas quelque chose qui se tramait derrière cette étrange situation. Comment pouvait-on savoir qu’il avait pénétré par effraction dans un endroit bourré de jeunes mutants se baladant à leur guise pendant la journée ? Il pouvait facilement être confondu avec l’un des résidents. Quelque chose n’allait pas…

-« Rika ? Ça va ? »
-« Oui… heum… non, en fait, je ne sais pas trop. Je connais ce mec, j'en suis sûre. Par contre, je ne sais pas ce qu’il vient foutre ici… »

Doucement, elle lâcha la main de Bobby et ce dernier la regarda s’éloigner d’une démarche légèrement plus rapide. Rien qu’à la regarder avancer en direction d’Ororo, il savait très bien qu’Erïka avait une idée derrière la tête. Si ce n’était pas de ces escarpins aux talons de métal vertigineux dont le design pouvait porter à croire qu’elle était en mesure de s’en servir pour poignarder quelqu’un, il était certain qu’elle avancerait bien plus rapidement. En quelques pas, il la rattrapa et lui fit signe de ralentir la cadence en lui attrapant doucement le poignet. Ce n’était pas le moment de faire une mauvaise chute. Ororo et l’homme étaient à quelques mètres d’eux, ils pouvaient bien les rejoindre en marchant calmement. Erïka n’opposa aucune résistance et marcha docilement à ses côtés, réalisant qu’elle devait rester calme si elle ne voulait pas frapper impulsivement l’homme prénommé Adam lorsqu’elle sera finalement en face de lui.

Tentant de paraitre gentille, douce et sympathique, Erïka laissa un joli et innocent sourire planer sur ses lèvres. Elle s’approcha d’Ororo, Bobby à ses côtés, puis s’adressa à elle afin de lui faire stopper sa marche. Ne sachant quoi dire exactement, la jeune femme préféra faire comme si elle n’avait jamais rencontrer Adam de sa vie. Elle ne comptait pas mentir, mais seulement dissimuler certains éléments de la vérité.

-« Ororo ? Est-ce qu’on aurait un nouveau résident, par hasard ? »

Ororo ralentit le pas, puis s’arrêta afin de répondre à Erïka. Cette dernière s’était adoucie au fil des années, bien qu’elle possède toujours cette forte personnalité qui lui causait encore des problèmes. Il n’y avait jamais eu de conflits majeurs entre elles, simplement quelques problèmes au niveau de l’autorité. Les choses avaient fini par se régler avec le temps et Erïka se montrait bien plus douce avec elle, autant par ses paroles que par ses gestes. Si on devait décrire leur relation, on pouvait dire qu’elle était au neutre, sans affection particulière ni animosité.

-« Non. Il est un invité du professeur Xavier. »
-« Si tu as besoin de l’escorter quelque part on peut s’en occuper. N’est-ce pas ? »

Erïka leva la tête vers Bobby. Pour sa part, il n’avait aucun doute sur ce qu’elle lui demandait de faire : accepter. Il ne comprenait pas qu’elles étaient réellement ses intentions puisqu’elle agissait comme si l’invité en question était complètement invisible. Malgré tout, il décida de l’aider. Il la questionnera plus tard. Et puis, si jamais les choses devaient prendre une tournure désagréable, voir dangereuse, il sera là pour désamorcer le tout.

-« Oui, bien sûr. Si ça peut te rendre service on peut bien s’en occuper. »

Ororo sembla réfléchir pendant quelques secondes. Si l’air angélique d’Erïka pouvait paraitre louche, elle ne le nota pas. Elle se fia plutôt à la sincérité de Bobby. Si elle laissait Adam avec lui, il n’y avait aucun risque que quoi que ce soit de mauvais ne se produise, non ? Il n’était pas du genre à créer des ennuis au sein du manoir, même avec la présence de l’adolescente à ses côtés. Au contraire, il semblait adoucir sa personnalité sauvage et indomptable.

-« C’est gentil de votre part. Pouvez-vous l’amener à la cuisine et rester avec lui le temps que le Professeur vienne le retrouver ? »
-« Oui, pas de problème. Ne t’en fais pas, on va rester dans les parages. »

Lorsqu’Ororo s’éloigna, Erïka gratifia son petit ami d’un clin d’œil. Maintenant qu’ils étaient seuls avec Adam, il était temps de découvrir ce qu’il faisait réellement ici. Par contre, il valait mieux éviter de discuter dans les couloirs, là où des oreilles indiscrètes trainaient. Erïka se mis en marche en direction de la cuisine. Pendant quelques secondes, elle regretta d’avoir mis une robe pour sortir, ce matin. En plus de cette légère paire de collants noirs qui laissaient paraitre sa peau – et qui allaient probablement se déchirer à la première occasion – elle se retrouvait sans arme, ce qui la faisait soudainement sentir inconfortable. Au sein de l’institut, elle jugeait ne plus en avoir besoin, bien qu’elle se baladait parfois armée par simple réflexe. Alors qu’elle replaçait la légère veste noire qui lui donnait un air un peu trop propre – mais jamais assez selon son père – Erïka réfléchissait à la suite des choses. Bobby, quant à lui, tenta de se montrer sympathique, ne sachant pas exactement à quel genre d’individu il faisait face.

-« Salut. Moi c’est Bobby. » Il marqua une pause, cherchant une façon d’engager la conversation.

Heureusement, leur arrivée dans la cuisine lui permit d’éviter à sortir une question banale et ennuyeuse que l’on pouvait bien souvent à une personne que l’on venait tout juste de rencontrer. Erïka, elle, se montra étrangement gentille envers Adam. Cela ne faisait que dissimuler ses véritables intentions. Elle ne voulait pas mettre la pagaille et manquer l’occasion d’obtenir toutes les réponses qu’elle désirait… maintenant qu’elle avait la possibilité de les acquérir par la force.


-« Tu veux quelque chose à boire, à manger ? Ne te gêne pas on a tout ce qu’il faut si tu veux te servir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Diskent
Admin
avatar

Messages : 1313
Date d'inscription : 22/04/2011
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: Agent Soldier
Age : 26 ans
Nationalité : Etats-Unien, Japonais

MessageSujet: Re: Ecole Militaire [Libre]   Sam 20 Déc 2014 - 20:48

Alors qu'Adam était en chemin vers la cuisine de l'école, guidé par sa chaperonne du moment, il remarqua sans mal les regards interloqués qui le suivaient dans le couloir et les quelques élèves curieux qui les suivaient de loin. Ils avaient bien compris qu'ils n'obtiendraient rien du coté du Professeur Xavier, parti se retrancher avec son élégant ami dans son bureau personnel. Alors, autant pour satisfaire leur intérêt que pour passer le temps, qui, malgré la réalité particulière de l'école, ne passait pas d'une manière plus palpitante que dans des milliers d'autres internats du pays, ils avaient habilement décidé de chercher des réponses auprès du nouveau venu encore à portée. Du moins, c'était sans compter sur la présence de la femme qui l'accompagnait.

Adam devait bien reconnaître qu'Ororo possédait ce petit quelque chose qui force le respect. Elle faisait partie des rares personnes dont on appréhende l'apparente sérénité, et dont on imaginait aisément regretter l'instant où l'on briserait ce calme. Il retrouvait aussi un peu de l'Intendant, comme de sa propre mère, dans sa posture. Elle conservait sa droiture et ne réalisait pas de geste superflu. S'il avait aisément appris à faire ce second point, le jeune homme avait lui maintenu cette démarche légèrement fléchi, et les bras étrangement statiques, prêt à chiper un porte-feuille trop voyant, ou à prendre la poudre d'escampette en cas de problème. C'était aussi un pas de criminel, prêt à faire jaillir un couteau en cas de pépin, ce dont il avait gardé l'habitude.

Alors que le duo traversait les interminables couloirs du manoir vers le lieu de restauration, ils furent directement interpellés par des élèves, alors que, jusque là, la plupart était resté en retrait. Ils firent halte et se tournèrent vers l'interlocutrice, qui n'était autre que sa trop attachante ennemie. A croire qu'il lui était impossible de l'éviter sur ce terrain, peu importe l'immensité de celui-ci. Erika, comme il s'en rappelait, était accompagnée d'un autre élève. Il avait tout d'un boy-scout doublé d'un mannequin trop humble. Il renvoyait rapidement une impression de sympathie, qui, pour Adam, était avant tout la preuve qu'il ne serait jamais du même monde. Celle qu'il suivait par contre, malgré le tempérament explosif que l'ancien voleur lui connaissait, semblait jouer sur un autre tableau cette fois.

Adam suivait l'échange sans y participer, puisque visiblement son avis n'était pas sollicité. On tentait pourtant de faire changer sa garde de main. Erika tentait par une étonnante manœuvre de bonne volonté, de se faire son accompagnatrice, tout en omettant de préciser à sa professeur et son comparse qu'elle détestait le nouveau venu au plus haut point. Lui n'en avait pas grand chose à faire, et il se demandait encore pourquoi il était présent, puisque l'Intendant aurait tout aussi bien pu l'évoquer au directeur que de l'emmener. Finalement, après un court instant de réflexion de la part d'Ororo, son sort fut scellé. On le laissait à la charge des gens de son âge. Erika prit la tête du cortège, et Adam suivit sans un mot, leur dernière confrontation n'avait été qu'à moitié amusante, et il se lassait un peu de cette inimitié. Quitte à n'avoir qu'un seul lien social, autant mieux le choisir que ça.

- Salut, moi c'est Bobby, se présenta l'élève, qui avait fais baisser la température alentour par sa seule présence.
- Adam, se contenta de répondre l’intéressé, et la discussion s'arrêta là, avec une petite note d'embarras chassée par leur arrivée aux cuisines.  

Avec une amabilité qui, instantanément, parut suspecte, Erika proposa à Adam de se servir. Elle agissait comme si elle avait perdu la mémoire, ce qui était fort peu probable. Puisqu'elle décidait de le considérer comme un étranger à peine présent, et qu'il ne désirait pas en venir directement à un nouveau conflit avec elle, il allait adopter le même comportement. Il s'adressa donc à l'intermédiaire de bonne volonté, Bobby.

- Elle est récemment sortie du coma, ou elle a subi un énorme choc télépathique ?

Le regard que lui lança le jeune homme lui apprit aussi clairement que ce n'était pas le cas. Même si cela était évident à percevoir. Peut-être que la maison agissait comme une immense zone de positivité concentrée. Adam continua à imaginer des bêtises quand il se rendit compte qu'on lui adressait la parole.

- …nais le professeur ? Lui demanda un élève qui prenait, visiblement, un tardif petit déjeuner. J'ai entendu Ororo le dire dans le couloir.
- Comment tu as pu entendre dans le couloir en étant ici ?
- Je peux contrôler les ondes radios, enfin, un peu. Je laisse des talkies un peu partout du coup. Pour m’entraîner.
- Évidemment, commenta Adam en levant les yeux au ciel.

Les rares personnes présentes, en plus de ce garçon d'une quinzaine d'année, semblaient toutes attendre la réponse. Leur monsieur radio venait de leur épargner à tous le soin de poser eux-même la première question et il attendait désormais que l'on comble leur curiosité. Dans un souci de les satisfaire, et de les frustrer, la réponse d'Adam fut simple et concise.

- Pas vraiment.

La déception qui gagna les visages était aussi réjouissante que la variété de produits du garde manger, dans lequel il piocha quelques fruits. S'il voulait lui tirer les vers du nez, ils allaient devoir fournir un peu plus d'efforts. D'autant que contrairement aux habituels interrogatoire qu'il avait subi, il avait l'occasion de renverser la vapeur et de gagner du temps.  

- C'est quoi vos capacités à tous ici ? Que je sois pas le seul à parler.

Pour la plupart, Adam ne retint même pas la moitié des explications sur leur pouvoir, c'est seulement lorsque l'on arriva enfin à Bobby et Erika qu'il retrouva sa concentration.
.

_________________
Joshua Creed / Grifter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Ecole Militaire [Libre]   Lun 22 Déc 2014 - 5:25

"Attention please ! Fillies and Gentlecolts ! Today will begin the great GREAT race of the skies of the century ! I'm calling Toothless ! Versuuuus... Rainbow Dash ! Yay guitar solo !"

Brandissant sa peluche de dragon noir et sa figurine de pégase arc-en-ciel, Melissa se renversa en arrière en mimant un solo de guitare aussi génial qu'elle pouvait l'imaginer. Dans son dortoir, elle avait disposé les meubles et la plupart des objets de façon à former une course d'obstacles pour ses jouets favoris. Réunies dans une boîte à chaussures, d'autres figurines et poupées représentaient les spectateurs qu'elle secoua en criant leur euphorie.

"Wooooouh la foule est en délire et c'est le départ !"

Entre ses mains, la peluche et la figurine décollèrent du sol, filant en zigzagant et en s'entrecroisant dans les airs. Les obstacles se renversaient comme des quilles dans le sillage de la fillette qui rythmait l'action de "fwoosh" et de "boum-boum !" en tout genre.

"Les deux concurrents se talonnent ! Non attendez ils ont pas de talons... Mais ils sont au coude à coude ! Ha mais ils ont pas de bras non plus ! La course est très serrée en tout cas ! Mais c'est Rainbow qui prend la tête parce que c'est la plus rapide ! Oh mais attention, Krokmou utilise le feu de la furie nocturne ! Bam ! Rainbow Dash est touchée et Krokmou s'envole vers la victoire !"

L'équidé de plastique chuta vers le sol et la petite jeta la peluche dans les airs. Puis aussitôt elle jeta la figurine contre le dragon, levant les bras lorsque les deux se percutèrent et tombèrent au sol. Se jetant sur le baladeur de musique pour enfants mis à disposition des plus jeunes résidents, elle lança la chanson qu'elle avait faite enregistrer pour ses séances de jeux.

"Et c'est le Sonic Rainbooooouuuum ! Rainbow revient dans la course !"

Alors qu'elle se relevait pour ramasser ses jouets, dodelinant de la tête au rythme de la musique, Melissa fut soudainement interrompue par un grondement dans son ventre.
Elle avait faim.
Laissant alors en plan tout son terrain de jeu, ainsi que la musique qui tournait, la petite s'empara de ses deux jouets et quitta son dortoir. Dans les couloirs, la course reprit entre les deux effigies ailées, rythmée par le petit pas trottinant de Melissa qui se dirigeait vers la cuisine.

"I'm awesome, take caution.
Watch out for me, I'm awesome as I wanna be !"


Arrivée à destination, la petite avait encore ces paroles entre les lèvres lorsqu'elle tomba sur le regroupement d'élèves déjà présents.

"C'est quoi vos capacités à tous ici ? Que je sois pas le seul à parler."

Celui qui avait dit ça, la petite ne croyait pas l'avoir déjà vu à l'Institut, elle était en tout cas certaine de ne pas le connaître, mais ça ne voulait pas forcément dire pour elle qu'il n'était pas un résident. Peut-être qu'il venait d'un couloir caché qu'elle n'avait pas encore visité ! Par contre, Melissa reconnut rapidement Erika et Bobby qu'elle s'empressa de saluer alors qu'elle déboulait dans la pièce.

"Coucou Riri ! Coucou Byby !"

Freinant sa course, la petite déposa ses jouets sur une table qu'elle pouvait atteindre et se tourna vers l'homme qui avait posé sa question :

"Moi je suis la Gorgone. Mais seulement quand je pleure. Et toi ? C'est quoi ta magie ?"

A peine eut-elle posé sa question cependant que sa petite faim la rappela à l'ordre et la fillette se dirigea vers la jeune femme blonde.

"Porte moi aux biscuits vite ! Sinon je vais peut-être mourir de faim et ce serait bête à cause de toute la nourriture qu'il y a ici !" s'écria-t-elle en tendant les mains vers Erika.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Ecole Militaire [Libre]   Sam 27 Déc 2014 - 6:58

Le comportement humain faisait partie de ces grands mystères de la vie, bien difficile à expliquer. Ce n’était pas pour rien que des spécialistes étaient formés pour se pencher sur des cas spéciaux ou pour tenter de comprendre le raisonnement de certains. Pourquoi une personne agissait-elle d’une certaine façon et non d’une autre ? Pourquoi certaines d’entre elles se détestaient et d’autres s’aimaient ? Il y avait tant de questions et tout autant de pistes à suivre pour finalement y répondre.

Erïka pouvait facilement énumérer tout ce qu’elle aimait chez Bobby, comment il la faisait sentir en sécurité, qu’est-ce qui l’avait charmée chez lui et pourquoi elle se voyait parfaitement bâtir un futur à ses côtés. Elle pouvait tout autant formuler les différentes raisons qui la poussaient à détester Adam et à lui nuire, si cela était possible. Ce dernier était probablement la seule personne à avoir remarqué son changement de comportement, si soudain et inexplicable. Pour elle, il était logique qu’elle fasse preuve de contrôle et qu’elle se montre sympathique, comme si elle venait tout juste de le rencontrer. Elle devait sauver les apparences et faire en sorte de ne pas se faire remarquer des professeurs et surveillants de l’institut. Lorsque ce sera le bon moment, elle pourra tirer les vers du nez d’Adam en toute tranquillité. Bien sûr, elle comptait faire les choses à sa façon.

La raison de sa venue au sein de l’école intriguait bien des résidents, et pas seulement Erïka. Ils tentaient d’obtenir des réponses, mais la tâche semblait ardue. Plusieurs élèves abandonnèrent bien rapidement ce combat, n’ayant pas envie de devenir agaçants. Pendant ce temps-là, la jeune femme s’était installée devant le petit îlot qui servait de comptoir supplémentaire à la cuisine. Puisque tout le monde s’était regroupé à proximité pour tenter de discuter avec Adam, elle pouvait aisément suivre la conversation tout en préparant un sandwich qu’elle comptait partager avec Bobby.

Surveillant Adam du coin de l’œil et suivant la conversation d’une oreille distraite, Erïka réfléchissait à un moyen de chasser ces résidents afin de pouvoir avoir une conversation plus privée avec cet homme qui semblait tant les fascinés. C’était sans compter l’arrivée de la petite Mélissa, toujours aussi joyeuse et énergique, qui souhaita se mêler à une conversation de « grands ». Avant tout, elle salua Erïka et Bobby avec de petits surnoms mignons comme tout. Enfin, celui de Bobby sonnait bien ridicule aux oreilles de la jeune femme qui tenta de ne pas pouffer de rire. Par contre, un large sourire s’affichait maintenant sur ses lèvres. Elle salua Mélissa avant que cette dernière ne décide de s’adresser à Adam, révélant ainsi son pouvoir. En retour, elle lui demandait de faire de même. Erïka ne se gêna pas pour pousser Adam à répondre à la petite fille.


-« C’est vrai que tu ne nous a pas parlé de ton pouvoir. Je crois que tout le monde ici à envie de savoir ce que c’est, non ? » Fit-elle en lançant un bref regard aux autres résidents afin d’avoir leur approbation.

Alors qu’elle coupait son sandwich en deux morceaux, Erïka écoutait Mélissa lui réclamer à manger. Elle pensait vraiment obtenir ce qu’elle voulait comme ça ? Ce n’était qu’une enfant et elle n’avait pas l’habitude de se faire à manger toute seule, surtout à son âge. Par contre, hors de question qu’elle mange des biscuits.

-« J’ai l’air de ta boniche, peut-être ? » Lui demanda-t-elle d’une voix douce. « Tu devrais manger un vrai repas avant. Ça t’évitera de mourir de faim, comme tu dis. »

Depuis qu’elle connaissait Mélissa, Erïka n’avait jamais réalisé qu’elle se comportant parfois comme une mère ou une grande sœur avec elle. Puisque la petite n’était âgée que de cinq ans, il fallait que quelqu’un aide à son éducation. Bien que les professeurs l’encadrent très bien, ils ne pouvaient pas être avec elle toute la journée. Lorsqu’Erïka était au manoir, elle n’était jamais embêtée par l’idée de lui cuisiner un repas, le soir, ou bien de vérifier qu’elle portait son manteau avant de sortir jouer dans la neige.

Erïka poussa l’assiette sur le comptoir, devant Bobby. Ce dernier avait posé son sac à dos au sol pour attraper Mélissa dans ses bras et la soulever de terre sans trop de mal. Elle était légère comme une petite plume. Par contre, il savait que la température qu’il dégageait pouvait rapidement l’accommoder. Puisqu’il ne voulait pas qu’elle se mette à grelotter ou à gigoter afin de regagner le sol, il prit lui-même l’initiative de l’assoir sur le comptoir, afin qu’elle soit à la même hauteur que les plus grands.


-« Elle a raison, princesse. Tiens, mange mon sandwich. Erïka en fera un autre. » Fit-il en tendant son assiette à Mélissa.

Erïka leva un sourcil tout en fixant son petit ami. Elle ne lui en voulait pas de la faire cuisiner davantage, surtout si c’était pour nourrir Mélissa, mais elle ne s’attendait pas à ce qu’il insinue qu’elle allait lui faire un autre sandwich sans broncher. Elle secoua doucement la tête tout en souriant avant d’aller chercher deux tranches de pain dans le garde-manger. L’un des élèves, celui qui contrôle les ondes radios, tenta sa chance d’obtenir un repas, à son tour.


-« Hey ! J’en veux un aussi ! »
-« T’as deux mains alors bouge ton cul et fais-le toi-même. » Répondit-elle d’un ton bien plus sec.

Le mutant afficha une mine boudeuse pendant quelques instants.

-« C’est pas juste ! Moi aussi je vais mourir de faim ! »

Erïka revient en soupirant, puis se remit à la tâche. Ignorant le jeune mutant qui piochait dans le bol de fruit posé à proximité d’Adam, elle porta son attention sur ce dernier. Elle était probablement limitée dans le temps et elle devait faire vite si elle souhaitait lui tirer les vers du nez.

-« Il parait que tu n’es pas venu seul. Qui est le mec qui t’accompagnait ? »

Une minute plus tard, elle terminait de préparer le second sandwich et tendit l’assiette à Bobby. Maintenant, elle n’allait plus se laisser distraire par la cuisine. Elle croisa les bras sans quitter Adam des yeux. Elle était tentée d’user de sa mutation sur lui, mais elle savait que ce serait révéler trop rapidement, et inutilement, son jeu. Elle devait se montrer patiente… mais pouvait-elle y arriver ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Diskent
Admin
avatar

Messages : 1313
Date d'inscription : 22/04/2011
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: Agent Soldier
Age : 26 ans
Nationalité : Etats-Unien, Japonais

MessageSujet: Re: Ecole Militaire [Libre]   Lun 19 Jan 2015 - 4:47

Adam attendait d'enfin apprendre les capacités de ses chaperons lorsqu'une petite fille déboula dans la pièce à toute allure, ayant avant cela signaler sa présence dans les couloirs à grands renforts d'appels à l'attention marqué par l'argumentation qu'elle était géniale. Sans gêne et impérieuse comme seuls peuvent l'être les enfants, elle prit la parole pour lui répondre sans chercher à savoir si quelqu'un attendait son tour. Il pourrait bien passer après-elle. Elle salua tout d'abord les chaperons, qui devaient avoir la fâcheuse manie de s'occuper de tout et tout le monde pour qu'il soit les seuls à bénéficier de ce privilège. Puis, seulement, c'est vers Adam qu'elle se tourna, se présentant comme la Gorgone, puisque tout le monde avait oublié qu'elles étaient trois, mais « seulement quand je pleure » ajouta-t-elle. Elle enchaîna en lui retournant la question, et avant qu'il ne puisse ouvrir la bouche se concentra sur autre chose, en l'occurrence, obtenir sa pitance de la part de sa mère de substitution.

Le mutant sourit devant cette démonstration d’énergie. Il avait toujours apprécié les enfants, ces vils petits humains qui n'hésitaient pas à mentir pour un rien où à dire les vérités les plus durs. Certains disaient qu'ils ne portaient pas de jugement, pour Adam, c'était tout l'inverse, ils se faisaient rapidement un avis sur les gens et n'avaient pas peur de faire comprendre lorsque ce dernier était négatif. Les enfants étaient les seuls avec qui la duplicité et les faux semblant étaient inutiles. Ces moments avaient constitué de véritable accalmies durant les années mouvementés du jeune homme. De plus, la petite fille lui rappelait sa propre sœur, Ayou, au même âge, la maladresse en moins. Évidemment, elles étaient très différentes, mais c'était peut être ces quelques souvenirs d'une vie de famille entre enfants qui avaient poussé Adam à les apprécier alors qu'il n'en était plus un.  

Cependant, il était étonné de voir une enfant si jeune à l'Institut. Il n'en avait aperçu aucun lors de ses précédents passages, même s'il n'avait pas été à l'intérieur des bâtiments. Il savait, depuis que l'Intendant et les scientifiques du projet Soldier s'était mis en tête de l'instruire, que les mutations se révélaient rarement chez les enfants, étant souvent lier aux périodes de changements hormonales. La puberté était le moment propice au réveil du gêne, même si cela pouvait aussi bien suivre une grossesse ou un traumatisme particulier. Enfin, cela expliquait peut-être pourquoi c'était à Erïka et son compagnon qu'elle s'était attachée, il ne devait pas y avoir beaucoup d'enfants de son âge avec lesquels sympathiser. Sans parler que les mutants de cet âge avaient généralement déjà été abandonné ou tué. Et pour les chanceux qui avaient encore une famille, il était rare de voir des parents accepter de se séparer d'un enfant aussi jeune, mutant ou pas.

Erïka qui avait sollicité montra en quelques secondes sa double personnalité, révélant ainsi des sérieux problèmes qu'elle avait vis à vis d'Adam. Évidemment, elle ne put s'empêcher de surenchérir sur la demande de la petite, évitant par la même occasion d'avoir à se révéler elle-même, cas cela ne tienne, cela ne lui posait pas de problème, de toutes les façons il devait y avoir assez de gens connaissant ses capacités pour finalement obtenir une réponse à sa question. Néanmoins, il se demandait à quoi elle jouait avec tout ces tours, on aurait dit qu'elle disputait un duel avec lui. Ça ne ressemblait pas à la violente jeune fille à laquelle il avait été confronté.
Tout de suite après avoir déplacer son pion, elle alla s'occuper de l'enfant. Ses manières changèrent du tout au tout, devenant douce comme un agneau et attentionnée, elle formait, avec la petite fille et Bobby, un trio exclusif, presque une petite famille. L'une faisant des sandwichs pour les deux autres, alors que l'enfant mange sur les genoux du dernier. La scène était aussi belle que cruelle pour Adam qui y voyait là l'écho d'un passé révolu et la révélation d'un futur impossible. Il n'était pas capable d'observer cette scène de vie sans éprouver l'envie profonde de la fuir, comme il l'avait fait toute son adolescence. A la place, il resta figer, mais ce n'était pas le cas de tous, et le jeune mutant qui l'avait abordé tenta de faire partie de tableau, avant d'être durement repousser par Erïka. Finalement, c'est elle qui relança la conversation en s'adressant directement à lui, tentant d'obtenir des informations sur l'Intendant.

L'intervention de radiohead, comme l'avait déjà baptisé Adam, faute de mieux, et la question finirent de le rappeler à l'instant présent. Il sourit à Erïka de la façon la plus désinvolte possible avant de se diriger vers l'enfant, en fouillant dans ses poches dans cliquetis reconnaissable bien avant qu'il ne dévoile une pièce de 50 centimes.

- Chaque chose en son temps, et une question après l'autre. D'abord, il me semble que cette jeune demoiselle à demander un tour de magie.

Il faisait désormais face à l'enfant, qui n'avait pas encore terminé d'engloutir son repas improvisé, et lui présenta la pièce.

- Tu as déjà du voir ce genre de tour, mais j'espère que tu apprécieras ma surprise quand même.

Les curieux qui n'avaient pas encore abandonné l'idée d'apprendre quelque chose d'Adam se réunirent derrière Bobby afin de pouvoir observer eux aussi, même si ce tour de passe passe ne les faisait pas rêver.

Il lança la pièce qui virevolta dans les airs le temps d'une seconde avant de venir s'écraser sur sa main, qu'il referma pour la rattraper, la faisant disparaître dans le même temps, avant de l'ouvrir sa paume vide. Il ménagea son effet durant quelques secondes, présentant la pièce invisible à ses spectateurs, alors que de son autre main, dans laquelle il avait déjà préparé une seconde pièce, il ne la fit tournoyer sur le comptoir. Tout les regards passèrent de sa main, supposément vide, à la pièce qui faisait ses tours devant l'assiette. Il y eu une seconde de flottement qu'Adam brisa elle aussi en faisant sauter la première pièce dans la main qui était sensé être vide. Satisfait de son petit tour, il laissa les avis et les hypothèses s'exprimer avant de finalement répondre.

- Je ne fais pas d'illusion, contrairement à ce que vous avez conclu. Je peux rendre les choses invisibles. Le reste, ce n'est qu'un peu d’habilité et d'expérience, termina-t-il en s'installant en face des mangeurs, le saladier de fruit apparaissant sur ses jambes.

Il s'était assez fait passer pour un crac, il était temps de faire dégonfler tout ça, avant qu'on se mette à dire de lui qu'il était vraiment cool. Il présenta d'abord les deux pièces à l'enfant.

- Cadeau. Un dollar c'est pas cher payé pour avoir eu ma propre représentation. Quand à mon accompagnateur, on peut dire qu'il est mon contrôleur judiciaire, peut-être qu'il va donner sa charge à l'institut.

Si la première partie avait un fond de vérité, étant donner les circonstances qui avaient contraints Adam à s'engager, il savait pertinemment que l'Intendant n'avait aucune intention de le laisser ici. Cela dit, tout cela n'avait pour seul but que d'ennuyer son ennemie, qui savait bien qu'elle était responsable de son arrestation voilà plusieurs années.

_________________
Joshua Creed / Grifter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Ecole Militaire [Libre]   Jeu 19 Mar 2015 - 2:49

Depuis qu'elle était à l'Institut, sans plus de parent pour s'occuper d'elle, Melissa devait apprendre à se débrouiller seule. Comprendre par là qu'elle devait se débrouiller pour trouver d'autres grandes personnes qui s'occuperaient d'elle. Erika et Bobby, du fait de leur amitié avec le grand frère de la petite, s'étaient assez naturellement glissés dans le rôle même si le caractère de la jeune femme n'en faisait pas vraiment une douce maman.

Pourtant, même si la demande de Melissa pouvait paraître capricieuse, même si celle que Bobby fit par dessus lui aurait valu d'être crucifié à la porte d'entrée d'une organisation féministe moyenne, Erika accéda à leurs requêtes et la fillette fut portée sur le comptoir où elle put manger avec enthousiasme son sandwich.

"Merci ! fit-elle simplement à Erika, tirant la langue ensuite au mutant qui n'avait pas été servi. T'as qu'à demander plus poliment !"

Maintenant qu'elle avait eu ce qu'elle voulait, Melissa commença à se désintéresser de la discussion des plus grands, jusqu'à ce qu'Adam ne ravive son intérêt par un petit tour de magie.

"_Tu as déjà du voir ce genre de tour, mais j'espère que tu apprécieras ma surprise quand même.
_Si c'est celui de la pièce qui disparaît dans la manche, je le connais." dit la petite, sans aucun respect pour le métier d'artiste prestidigitateur.

Cela ne l'empêcha pas d'être impressionnée devant la démonstration, ses yeux s'agrandissant et passant des pièces à Adam, puis d'Adam aux pièces, comme si elle pouvait lire "le truc" sur son visage. Autour d'elle les autres résidents avaient affiché un spectre assez nuancé d'intérêt allant du hochement de tête pensif au "Woooh" impressionné.

"_Je ne fais pas d'illusion, contrairement à ce que vous avez conclu. Je peux rendre les choses invisibles. Le reste, ce n'est qu'un peu d’habilité et d'expérience.
_Ha ! Moi je croyais que tu pouvais créer de l'argent... Mais l'invisibilité, c'est cool aussi."

Moins que la perspective d'être infiniment riche. Encore que pour la petite fille cela se valait, les super pouvoirs étaient géniaux, mais l'argent permettait d'acheter tous les gadgets aussi géniaux que les super pouvoirs. Au final, avoir l'argent revenait à potentiellement avoir tous les pouvoirs.

"_Cadeau. Un dollar c'est pas cher payé pour avoir eu ma propre représentation. Quand à mon accompagnateur, on peut dire qu'il est mon contrôleur judiciaire, peut-être qu'il va donner sa charge à l'institut.
_Génial, merci !" s'écria la petite en jetant sa petite main à la rencontre des pièces.

Une fois la monnaie en sa possession, la petite fit rouler les pièces l'une contre l'autre pour en admirer les motifs. C'était avec ça que les grands pouvaient tout faire et Melissa se sentait donc maintenant investie du même pouvoir. Les possibilités lui montèrent rapidement à la tête et finalement, elle se tourna vers Erika en brandissant son butin, affichant l'air de celle qui sait maintenant qu'on ne peut plus rien lui refuser.

"Eyh Riri ! Tu me donnes un paquet de biscuit ? Et je te paye."

Elle reprit ensuite pour Adam, fronçant les sourcils afin de lui faire comprendre que son histoire de "judiciaire" ne lui avait pas échappé. Elle connaissait ce mot, il accompagnait les apparitions de la police et des tribunaux à la télé : redressement judiciaire, autorité judiciaire. Elle avait rapidement compris que l'iciaire n'était pas un fruit, ce qui était signe d'une relative intelligence chez la fillette : Scum était bien plus vieux lorsqu'il en était venu à la même déduction.

"T'es un criminel alors ? Je croyais qu'on prenait que les surdoués dans cette école ?"

Car oui, pour la petite, les criminels étaient tous bêtes comme leurs pieds. Bêtes d'enfreindre la loi, ou bêtes de s'être fait attraper, Melissa ne s'était pas encore penchée sur cet aspect de la question. Mais un temps viendrait sans doute lorsqu'elle regarderait un nouvel épisode de Scooby-doo où la philosophe en herbe trouverait sa réponse.

"En tout cas, essaye pas de nous embobiner hein ! Riri le saura si tu mens. Et quand Bobby dis 'freeze' c'est pour de vrai !"

Cet avertissement fut suivi d'un regard vers les deux intéressés, auprès desquels Melissa cherchait le soutien dans un "Pas vrai les copains ?" si muet qu'il en était retentissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Ecole Militaire [Libre]   Jeu 9 Avr 2015 - 1:27


Les enfants possédaient cette innocence si attendrissante qu’il serait criminel de leur retirer. Ils avaient leur propre monde qui ne tournait qu’autour d’eux et croyaient être constamment le centre de l’attention. Ils disaient vérités comme mensonges selon leur envie. Bien souvent, lorsqu’ils ouvraient la bouche c’était pour être tout à fait honnête avec son entourage, quitte à le blesser. Erïka appréciait cette qualité. Pour ce qui était des mensonges… il était bien facile de deviner lorsqu’ils tentaient de ne pas dénoncer leurs bêtises et celles de leurs camarades. Bien qu’Erïka ne soit pas le parfait exemple d’une mère douce et gentille, elle n’en restait pas moins dotée d’un certain instinct qui la poussait à prendre soin de ces êtres encore fragiles qu’étaient les enfants.

Déjà qu’Erïka se méfiait d’Adam, l’arrivée de Mélissa n’arrangeait en rien les choses. Au contraire, la jeune femme gardait constamment un œil sur la gamine. Pourtant, rien ne pouvait lui arriver au sein de l’institut. Et puis, bien qu’Adam soit bourré de défauts, la jeune femme ne le voyait pas s’abaisser à faire du mal à de jeunes enfants. De toute façon, elle n’était pas sa mère, elle pouvait bien la laisser parler à qui elle voulait. D’ailleurs, elle en profita pour demander à Adam qui était cette personne qui l’avait accompagné à l’institut. Ça faisait le plus grand bien d’enfin lui poser cette question qui lui brûlait les lèvres. Par contre, cela ne garantissait pas qu’il ait envie de lui dire la vérité… ou qu’il lui dise quoi que ce soit.

Erïka pinça les lèvres, embêtée qu’il ne réponde pas à sa question. Afin de laisser Mélissa assister au tour de magie, la jeune femme décida de se taire et continuer de beurrer ses tranches de pain de mayonnaise. Elle gardait, malgré tout, un œil sur Adam afin de voir ce qu’il comptait faire. Finalement, la gamine se révélait être pleine de surprise. Elle dénonça le tour de la pièce dans la manche sans gêne, comme si elle l’avait vu bien trop souvent à travers sa courte existence. Erïka adorait cette gamine et cela était l’une des raisons qui ne faisait que lui démontrer davantage. Elle continua la conception de son sandwich avec un léger sourire satisfait. Par contre, Adam avait plus d’un tour dans sa manche. Il utilisa son don afin de faire disparaitre la pièce, mais également sa main. Quand on ne connait pas son pouvoir, ce genre de chose peut être impressionnant. Erïka, elle, décida de rester de glace. Bobby, quant à lui, avait regardé ce petit tour de magie d’un œil intéressé.

Suite à cela, Adam révéla que l’homme qui l’accompagnait était son contrôleur judiciaire. Erïka devait avouer ne pas aimer cette réponse, pas plus que ce qui la suivit. Hors de question que cet homme vive sous ce toit. Des plans pour qu’il finisse par se retrouver dans les sous-sols et faire le bordel ou pire. Il n’était pas digne de confiance, selon elle. Avec la capacité de se rendre invisible il pouvait faire bien des choses ici, que ce soit nuire à l’institut ou non.

Lorsque Mélissa dévoila qu’elle croyait qu’Adam pouvait créer de l’argent, on entendit Erïka pouffer d’un petit rire qu’elle étouffa aussitôt. Elle savait très bien où Adam s’était procuré de l’argent par le passé. Peut-être même continuait-il son petit travail de cambrioleur. Elle jeta un bref coup d’œil à son sac à main, posé sur le comptoir. Il ne s’abaisserait pas à la voler aussi grossièrement devant tant de gens… considérant qu’elle avait un couteau tranchant entre les mains en ce moment même. Après son arrestation il avait du devenir bien plus prudent. La preuve, il s’était introduit à de multiples occasions sur le terrain de l’institut sans le moindre problème.

La petite brandissait maintenant ses pièces, fière de pouvoir payer un paquet de biscuit. Malheureusement pour elle, ce genre de chose coutait bien plus cher en magasin. À l’institut, elle n’avait pas à débourser le moindre sous. Erïka préférait l’encourager à faire des économies, bien qu’elle ne puisse l’y obliger. De toute façon, elle n’était pas un bon modèle en la matière, dépensant et faisant des dons de charité avec son argent ici et là.


-« I don’t need your money, pumpkin. Keep it for yourself. » Elle coupa le sandwich de Bobby en deux avant de lui tendre l’assiette. Puis, elle alla chercher un paquet de biscuits pour Mélissa dans le garde-manger.
-« Économise ton argent, comme ça on pourra t’amener t’acheter de nouveaux jouets lorsqu’on reviendra de voyage. » Ajouta Bobby. « Ou même des biscuits si tu préfères. Si on est capable on pourrait faire en sorte que tu vois Scum aussi. »
-« Tant qu’on ne traine pas avec lui de jour, des plans pour que des passants le prennent pour Godzilla. »

Erïka remit une boite de biscuits à la petite fille qui revint rapidement sur le fait qu’Adam était un criminel. Quelle mémoire ! Elle semblait bien motivée à obtenir des réponses à son sujet. D’ailleurs, sans même le réaliser elle insultait, en quelque sorte, le jeune homme. Erïka ne manquait pas une miette de la scène, affichant un petit sourire moqueur. Elle allait laissait Mélissa lui faire un petit interrogatoire si elle en avait envie. Et puis, pourquoi pas ne pas lui venir en aide ?

Alors qu’elle comptait faire un commentaire méchant à l’encontre d’Adam, Mélissa ajouta qu’Erïka pouvait deviner tout de suite lorsqu’il mentait. Elle ne manqua pas de mentionner la nature du pouvoir de Bobby par la même occasion. Au moins, Adam savait à quoi s’en tenir, maintenant et ça, ça ne plaisait pas du tout à Erïka. Rien que son regard qui passa d’Adam, à Mélissa, puis à Bobby, en disait long sur ce qu’elle pensait.


-« Oui, c’est vrai… en quelque sorte… » Commença Bobby qui ne savait pas trop quoi dire. Il n’avait aucun problème à révéler son pouvoir à un autre mutant, bien qu’il ne le connaissait que depuis peu, mais on dirait que cela dérangeait Erïka pour une raison qu’il ignorait. « Tiens, ce n’est pas My Little Pony qui débute à la télévision ? »

Pendant ce temps, Erïka s’éloigna du comptoir pour déposer la vaisselle sale dans l’évier, y compris le couteau. C’était une bonne chose. Lorsqu’elle se tourna vers Adam, les deux mains appuyées de chaque côté de son corps sur le bord de l’évier de métal. Elle le toisa d’un regard sérieux, qui faisait presque froid dans le dos. Quelques étudiants quittèrent la cuisine, mais ceux qui étaient toujours aussi décidés à percé le mystère d’Adam étaient bien décidés à rester. Ils étaient au nombre de deux.

-« T’as entendu la petite ? N’essaie pas de nous en passer une. Qu’est-ce qu’il vient foutre ici ton présumé contrôleur judiciaire ? Au vu de tes précédentes visites t'es certainement pas là pour jouer les élèves studieux. »  

Finalement, son petit jeu n’avait pas tenu aussi longtemps que prévu. Ce n’était pas plus grave. Elle tentait de rester le plus calme possible et d’obtenir les réponses qu’elle désirait. De toute façon, si les choses s’envenimaient elle savait très bien que Bobby allait l’empêcher de faire quoi que ce soit contre Adam, à moins que ce ne soit lui qui décide de s’en prendre à elle. Dans un tel cas, il valait mieux discuter et tenter de savoir quelles étaient ses véritables intentions. En espérant qu’il soit assez coopératif pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ecole Militaire [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ecole Militaire [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ecole Buissonière ! [Libre]
» Kensi Blye - Militaire/Sergent-Chef dans les Navy Seals - Daniela Ruah [ LIBRE ]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Pièces à vivre-