X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'hiver à notre porte [Melissa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: L'hiver à notre porte [Melissa]   Ven 12 Déc 2014 - 4:55

La ville de New-York n’avait pas été épargnée par les chutes de neige, transformant totalement son décor en celui d’un magnifique paysage féérique. Tout était recouvert d’un délicat manteau blanc, se glaçant par endroit. Il fallait bien faire attention où on mettait les pieds, surtout lorsque l’on s’aventurait sur des sentiers peu empruntés. En garant sa voiture dans la cours intérieur de l’institut Xavier, Eleonnora pria pour que les prochains flocons ne tombent pas avant son départ. L’immeuble dans lequel elle habitait lui donnait droit à un espace sous-terrain pour garer sa voiture et ainsi la sauver d’une longue séance de déneigement à chaque fois qu’elle souhaitait prendre son véhicule.  Étant donné qu’elle venait tout juste de s’acheter un nouveau manteau, elle n’avait pas envie de ruiner sa fière allure en le couvrant de poudreuse.

Délicatement, la jeune femme ouvrit la portière de sa voiture et posa les pieds sur une fine couche de neige. Visiblement, quelqu’un avait fait déneiger tout le stationnement dans la dernière heure. Ce n’était pas plus mal ainsi. À pas prudents, mais avançant toujours de sa démarche féline, Eleonnora se dirigea vers l’entrée du manoir située la plus près. Les températures hivernales étaient douces, pour le moment, mais les vents étaient désagréables, glacials.

En cet après-midi de semaine, bien des jeunes étaient enfermés dans leur salle de classe. Les couloirs étaient bien plus calmes qu’à l’accoutumée et cela changeait toute l’ambiance du manoir. Où était passée l’action, la fébrilité à l’approche des vacances de Noël ?  Bien des résidents trépignaient d’impatience à l’idée de retrouver leur famille, bien que pour certains cela exigeait de dissimuler leur véritable nature. Eleonnora n’était peut-être pas dans les meilleurs termes qui soient avec son père, mais elle avait de la chance de faire partie de cette famille de mutants qui acceptaient leur condition et en étaient fiers. Ils avaient tout pour eux : la beauté, la puissance et la richesse. Le jour où la vérité éclatera, elle fera partie des rares personnes à pouvoir s’en sortir grâce à son statut social et à son argent. Quelque part, cette pensée la réconfortait quant au futur inconnu qui se profilait à l’horizon.

Retirant délicatement ses gants avant de les glisser dans l’une des poches de son élégant manteau noir, Eleonnora toisa les résidents qui allaient et venait dans le couloir qu’elle traversait. Est-ce que sa petite sœur avait réussi à atteindre l’aéroport John F. Kennedy saine et sauve ? Ce matin, elle était restée coincée à Londres à cause des mauvaises conditions météorologiques. Elle n’avait donc pas eu d’autre choix que d’attendre que le temps s’améliore avant de s’envoler vers l’Amérique.

À cet instant précis, la jeune femme n’était pas à l’institut pour voir Erïka, bien qu’elle n’ait pu passer du temps avec elle depuis des lustres. En fait, sa présence ici était toute autre. Sans s’annoncer ni même prendre rendez-vous, Eleonnora avait pris la décision de rencontrer le professeur Xavier. Elle espérait simplement qu’il ne soit pas trop occupé et accepte de la recevoir pour quelques minutes.

Bien qu’elle possède une excellente mémoire, la jeune femme avait parfois du mal à retrouver son chemin à travers les différents couloirs. Où était situé le bureau du professeur Charles Xavier ? Si seulement elle arrivait à s’en souvenir… Plutôt que de perdre son précieux temps à trouver l’emplacement du bureau, Eleonnora comptait demander à l’un des résidents. Plusieurs d’entre eux – dont des hommes bien sympathiques – seraient ravis de lui indiquer le chemin et même de la guider jusqu’à sa destination.

Ayant chaud, la mutante débouta son manteau sans même y toucher. La télékinésie avait de très nombreux avantages dont elle ne se gênait pas pour se servir dans sa vie quotidienne. Avançant d’un pas à la fois décidé et fonceur, Eleonnora s’approcha d’une jeune femme, assise toute seule dans son coin. Parfois, il valait mieux s’adresser à une âme solitaire plutôt que d’interrompre une conversation entre amis.


-« Excuse-moi ? Je cherche le bureau du directeur. Est-ce qu’il est présent, aujourd’hui ? »

Le hall était grand, somptueux, décoré avec bon goût, et si Eleonnora appréciait généralement l’endroit, aujourd’hui ce n’était pas le cas. À chaque fois qu’un étudiant ouvrait la porte menant à l’extérieur, une vague de froid pénétrait à l’intérieur du bâtiment, poussé par un vent glacial qui faisait voltiger quelques boucles blondes de la femme. Cette dernière les replaça d’un simple coup de main experte, son sourire ne quittant jamais ses lèvres maquillées d’une couche délicate de rouge.

-« Il fait plutôt frais ici, n’est-ce pas ? »
.


Dernière édition par Eleonnora S. Davidoff le Mar 27 Jan 2015 - 21:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: L'hiver à notre porte [Melissa]   Lun 22 Déc 2014 - 6:04

Aujourd'hui Melissa était en chasse. Avec d'autres très jeunes résidents, elle avait réussi à obtenir d'une de leur comparse plus âgée qu'elle les occupe le temps d'une partie de cache-cache. Ou plutôt une variante de cache-cache puisque les enfants avaient établi un consensus de règles de leur cru, qui pouvait paraître bancal pour n'importe qui mais tenait plus ou moins la route pour eux.

Tout d'abord, la grande personne était la seule à se cacher et les enfants étaient en compétition pour la retrouver. Ensuite, il ne suffisait pas de trouver la grande personne, il fallait lancer sur elle un projectile de son choix, mais avec quelques restrictions : le projectile ne devait pas coller, pas brûler, pas exploser ni foudroyer, pas tâcher, pas être pointu, pas être le jouet de quelqu'un d'autre ou être quelqu'un d'autre en train de tenir son jouet, etc. Les pouvoirs mutants des enfants avaient forcé ces derniers à être très précis dans leurs règles...

La partie avait été lancée il y a presque un quart d'heure et Melissa avait retrouvé la piste de leur fugitive dans le hall d'entrée. Leur animatrice improvisée était tout simplement assise dans un coin, sans chercher à se dissimuler. Melissa avait d'abord pensé que la résidente qui jouait avec eux été trop bête pour trouver une cachette décente, mais il lui était ensuite venu à l'idée qu'il s'agissait d'une feinte de sa part. Les enfants étaient en effet partis pour chercher une personne qui se cachait, alors si elle ne se cachait pas, c'est qu'elle croyait sans doute qu'ils passeraient devant elle sans la voir !
Mais c'était sans compter que Melissa avait pris sa figurine de Princesse Twilight Sparkle avec elle pour ce jeu, car Twilight était intelligente, et que la fillette aurait besoin de cette intelligence pour gagner le jeu. Elle avait d'ailleurs du dissimuler la figurine dans sa poche car le jouet n'entrait pas dans la réglementation des projectiles autorisés à cause de sa corne. Son projectile officiel, sa poupée Frankie Stein, devait lui servir de matraque en cas de résistance de la cible.

Toujours est-il qu'alors que la petite approchait furtivement sa proie, cette dernière se vit aborder par une autre grande femme. C'était parfait, car ainsi distraite elle ne la verrait pas venir ! Ni une, ni deux, Melissa s'élança à l'assaut en brandissant sa figurine de licorne ailée.

"_Il fait plutôt frais ici, n’est-ce pas ?
_Haaaaaaaa ! Trouvée ! Bouge pas j'ai gagné !" cria la fillette en jetant son jouet contre la résidente tranquillement assise.

Malheureusement, même lorsque le projectile la percuta, la jeune femme resta tranquillement assise. En fait, la figurine de plastique se contenta de traverser sa silhouette en la faisant miroiter l'espace d'un instant, puis disparaître...

"_Oh non ! C'était un hologramme magique de diversion !" se lamenta Melissa, forcée d'admettre qu'elle n'avait pas été aussi maligne qu'elle l'avait pensé.

Dépitée, la petite rampa au sol pour ramasser sa figurine et se releva pour en peigner la crinière maintenant en désordre. Remarquant alors que la grande femme blonde était toujours là malgré la disparition subite de son interlocutrice, elle décida de prendre la parole.

"Qu'est-ce que tu veux ? Y a personne qui existe ici en fait, c'était un piège."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: L'hiver à notre porte [Melissa]   Mar 30 Déc 2014 - 3:42

Une douce odeur de biscuit flottait dans le hall de l’institut. Est-ce que quelqu’un avait récemment passé par ici avec une boite de confiseries fraichement sorties du four ? Cela donnait l’impression de se trouver à la maison, de revivre certains moments d’enfance. Eleonnora n’avait plus l’impression d’être dans un institut, mais bien chez elle, dans le manoir où elle avait grandi. Parfois, Natasha, sa mère, s’éclipsait dans la cuisine pour quelques heures, mettant à la porte les cuisiniers afin de se retrouver seule aux fourneaux. Lorsqu’elle en sortait, ce n’était jamais sans une assiette de biscuits aux brisures de chocolat, ceux qui fondaient sur la langue et tâchait ses vêtements lorsqu’elle en échappait un morceau. Elle se souvenait que sa mère venait toujours s’installer derrière elle, pendant qu’elle dégustait sa collation, afin de lui brosser son épaisse crinière blonde toujours en bataille.

C’était le bon vieux temps…

Comme dans tout manoir, il fallait savoir quel était l’endroit que l’on souhaitait rejoindre ou, du moins, connaitre la configuration des lieux. Malheureusement, Eleonnora ne connaissait l’emplacement du bureau du directeur. Plutôt que de chercher et risquer de se perdre entre les murs de cette immense résidence, la jeune femme décida de demander l’information à une résidente assise dans le hall.

Polie, délicate, toujours à son meilleur, Eleonnora comptait obtenir l’information qu’elle désirait, puis poursuivre son chemin. Cependant, alors qu’elle attendait une réponse, son interlocutrice s’évapora, comme une illusion, après qu’un projectile l’ait traversée. Bientôt, une petite fille vint ramasser ce qui était visiblement son jouet. Quelle façon de traiter les gens… Silencieusement, Eleonnora souhaitait que ce geste qui pouvait paraitre violent pour un observateur extérieur ne soit pas posé en son encontre. Comme la petite fille lui demandait ce qu’elle faisait ici, elle lui répondit.


-« Je cherche le bureau du directeur, mais ça peut attendre. Si tu veux, je peux t’aider à trouver celle que tu cherches. Où est-ce qu’elle se cache, selon toi ? »

Ça avait été plus fort qu’elle. Il était rare qu’elle ait l’occasion de rencontrer des enfants au sein du manoir. Cette petite mutante, malgré ses vêtements provenant visiblement d’un magasin de grande surface, était tellement mignonne. Il ne fallait pas être un génie pour comprendre qu’elle connaissait la femme qu’elle avait attaquée avec son jouet. Peut-être qu’Eleonnora pouvait l’aider à la retrouver et tenter de comprendre à quel jeu elles jouaient. Ce serait comme renouer avec son cœur d’enfant. Bien qu’elle avait profité au maximum de sa jeunesse et avait gardé de merveilleux souvenirs de cette époque, elle devait avouer qu’elle regrettait de ne pas avoir connu son frère et sa sœur à un âge où ils auraient pu s’amuser dans la neige ensemble ou se réunir autour de jeux de sociétés comme le faisait d’autres familles.

L’attention d’Eleonnora se porta sur la poupée que tenait la petite fille. Elle se souvient d’en avoir vu des semblables dans un magasin de jouet. Il parait que c’était une nouvelle mode chez les petites filles. Même Erïka connaissait ça et semblait apprécier ces poupées qui malgré leur maquillage et leur tenues à la mode, ressemblaient à des monstres bien connus de fiction.


-« Elle est très jolie ta poupée. Elle a un nom ? » Elle s’accroupit afin d’être à la hauteur de la petite fille. Par contre, bottes à talons aiguilles lui faisaient gagner quelques centimètres qui faisaient en sorte qu’elle soit plus grande que la petite fille, malgré tout. « Et toi aussi tu dois avoir un petit nom. Moi c’est Eleonnora. »


Dernière édition par Eleonnora S. Davidoff le Mar 27 Jan 2015 - 21:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: L'hiver à notre porte [Melissa]   Jeu 22 Jan 2015 - 6:32

C'était connu, les enfants se laissaient facilement distraire. Sauf... Et bien sauf lorsqu'ils avaient un objectif en tête qui les mettait en compétition avec d'autres enfants. Ainsi, Melissa voulut bien faire une pause pour indiquer à la visiteuse que "Duh, elle ne parlait en fait à personne", mais elle avait une partie de cache-cache à terminer alors autant se dépêcher.

"_Je cherche le bureau du directeur, mais ça peut attendre. Si tu veux, je peux t’aider à trouver celle que tu cherches. Où est-ce qu’elle se cache, selon toi ?
_Je sais pas trop, mon premier plan c'était de la trouver toute seule mais ça a pas marché. Donc je prends le plan B maintenant et je suis les autres et je lance mon jouet pour la toucher avant eux ! Pour le professeur, c'est facile ! Comme c'est le chef, il est tout en haut ! Juste devant l'ascenseur à cause de sa chaise qui roule."

Melissa hocha la tête, beaucoup de gens passaient leur temps à demander où ils pouvaient trouver telle ou telle personne alors qu'en y réfléchissant un peu, ça tombait sous le sens : Scott le cyclope passait son temps dans le garage car c'était la pièce qui comportait le moins de fenêtres et il n'aimait pas le soleil, le docteur Fauve était dans un laboratoire tout blanc car c'était plus facile d'y nettoyer ses poils lorsque ceux ci tombaient et Tornade restait de longues heures dans les serres car elle avait parait-il passé sa vie dans le désert.

"Elle est très jolie ta poupée. Elle a un nom ? Et toi aussi tu dois avoir un petit nom. Moi c’est Eleonnora."

Eleonnora ne le savait sans doute pas, mais en s’intéressant de la sorte à Melissa et en se mettant à son niveau pour lui parler, elle venait d'entrer dans cette bulle d’égocentrisme infantile dont s'entouraient souvent les plus jeunes. Ainsi, elle n'était plus une apparition sporadique destinée à s'estomper dans l'existence de la petite, mais était devenue un nom attaché à un visage amical. Melissa détailla d'ailleurs ce visage. Il était doux, bien maquillé et encadré de longues boucles blondes qui faisaient passer l'interlocutrice de l'enfant pour une poupée. Ses longues jambes et, de manière générale, son corps donnaient encore cette impression ce qui permit à Melissa de juger sa nouvelle amie comme "jolie".

"Moi c'est Melissa ! Elle c'est Frankie Stein et celle-là c'est Twilight Sparkle ! dit la petite en brandissant tour à tour ses deux jouets, le sourire aux lèvres. Si tu veux m'aider alors suis moi, on va chercher les autres ! Prends ça, tu auras besoin de la lancer sur celle qu'on cherche quand on l'aura trouvée." ajouta-t-elle en tendant sa poupée à Eleonnora.

Et sur ce, la fillette se retourna, s'élançant en trottinant dans les couloirs. Ceux-ci pouvaient sembler bien ordinaires pour un visiteur adulte -quoique larges et richement décorés- mais pour une enfant en chasse ils devenaient une jungle. Véritable commando en culotte courte, Melissa avançait d'un obstacle à un autre, passant sous les tables, se dissimulant derrière les meubles et écartant les plantes d'intérieur pour observer. Le tout se ponctuait évidemment de petits "aïe" et de râleries lorsqu'elle butait contre le mobilier.

"On fait équipe, disait-elle à sa camarade lorsque celle-ci arrivait au niveau de ses cachettes successives. Alors il faudra le déclarer AVANT de lancer les jouets d'accord ? C'est important sinon t'aura pas mon point si je gagne et j'aurais pas ton point si tu gagnes. Maintenant il faut que je sache c'est quoi ton pouvoir magique et s'il peut nous aider. Moi je peux pas m'en servir parce que je suis la Gorgone et tout ça... Mais si le tien est bien alors on peut s'en servir pour gagner, tu comprends ?"

Soudain, des clameurs se firent entendre au bout du couloir, qui virait en coude sur la droite. Dans le champ de vision des deux camarades apparut alors une jeune femme ressemblant trait pour trait au leurre illusoire vu plus tôt. Prise de fous rires, elle tentait visiblement d'échapper à une vague de projectiles qui fusaient vers elle : des balles de toutes les couleurs, des peluches et d'autres projectiles plus originaux comme des bulles savonneuses et quelque chose qui ressemblait à une substance gluante dorée emplirent l'espace du couloir pour s'écraser contre les meubles et les murs alors qu'une petite troupe d'enfants braillards poursuivait la résidente.

"Là ! On peut l'encercler en tenailles ! Yaaaaaaaaah ! cria Melissa en courant à la rencontre de la fugitive, brandissant sa figurine. La grande est dans mon équipe ! La grande est dans mon équipe !" s'égosilla-t-elle encore avant de lancer son jouet.

Malheureusement, la coordination psychomotrice de la fillette s'avérant encore imparfaite à son âge, la figurine de licorne ailée fila en parabole vers le mur contre lequel elle rebondit. Qu'à cela ne tienne cependant, plongée dans l'hystérie générale, Melissa continuait de courir vers sa cible qui s'apprêtait pour sa part à faire un écart afin de ne pas la bousculer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: L'hiver à notre porte [Melissa]   Mar 27 Jan 2015 - 21:51

Eleonnora était tombée face à une petite fille en cherchant le bureau du professeur Xavier. Cette dernière lui avait vaguement indiqué de prendre l’ascenseur pour monter à son bureau, mais la jeune femme en comptait pas s’y rendre sur le champ. Elle décida de discuter un peu avec cette mignonne petite gamine. Il était rare de voir des enfants de son âge au sein de l’institut Xavier. Avait-elle développé ses pouvoirs bien plus tôt que la normale ? Ses parents vivaient-il à l’institut ? Il y avait tant de questions à poser, mais Eleonnora ne voulait pas tracasser la petite fille avec sa curiosité.

-« J’irais le voir plus tard, dans ce cas. »

Cherchant une mutante bien particulière, Mélissa avait pour but de lui lancer son jouet dessus afin de gagner la partie. C’était un jeu bien étrange, mais tant que cela se produisait sans risques c’était l’important. Vu l’âge de la femme de l’illusion qu’elle avait aperçu un peu plus tôt, elle devait être d’accord avec les règles et ne pas craindre de prendre un jouet dans la tête.

-« Je dois juste la lancer ? Ça me semble facile. » Fit la jeune femme en prenant la poupée dans ses mains.

Mélissa s’élança dans le couloir, passant en-dessous des meubles, se cachant derrière les grandes plantes vertes. Pendant ce temps, Eleonnora marchait tranquillement au centre du couloir. Ses talons claquaient contre le sol, mais elle ne cherchait pas vraiment la discrétion. Si elle pouvait attirer l’attention des autres pendant que Mélissa se faufilait et tentait d’atteindre sa cible ça pouvait lui permettre d’obtenir la victoire.

Pendant qu’elle jouait son rôle de commando, Mélissa expliquait à l’adulte qu’elle ne pouvait pas utiliser son pouvoir pour gagner car elle était la « Gorgone ». Cela signifiait donc qu’elle transformait les gens en pierre ? Eleonnora n’osa pas demander. Ça devait être dur pour une petite fille d’avoir un pouvoir qui, à l’utilisation, pouvait se révéler lourd de conséquences.


-« Je comprends. Est-ce que les autres joueurs ont le droit d’utiliser leur pouvoir ? »

Alors qu’elles s’avançaient au détour d’un couloir, Mélissa repéra la mutante qu’elle devait attaquer. S’écriant qu’elle avait une grande personne dans son équipe afin de maximiser ses chances de gagner, la petite fille se prépara à attaquer à son tour.
Eleonnora regarda la petite lancer son jouet avec force et énergie, autant que son petit corps lui permettait de faire. Par contre, elle rata sa cible. Avant que le jouet ne touche le sol, la jeune femme utilisa son pouvoir pour le faire flotter. La poupée s’envola sur ses mains et s’envola à son tour pour rejoindre la figurine. Tous deux se posèrent sur la tête de la mutante pourchassée avant qu’un autre jouet ne la touche. Cela annonçait donc leur victoire. Le sourire aux lèvres, la jeune femme tourna la tête vers Mélissa.


-« Félicitation, tu as gagné. »

Par contre, le petit jeu devait rapidement se terminer et sans possibilité de revanche pour qui que ce soit. On pouvait entendre clairement la voix d’un intervenant parvenir jusqu’à eux. Visiblement, il n’appréciait pas le boucan que faisaient les jeunes. Usant de son don pour ramener les jouets de Mélissa jusqu’à elle, Eleonnora attrapa la petite par la main et l’incita à la suivre. Elles se dissimulèrent dans un couloir adjacent puis continuèrent de marcher d’un pas rapide, la jeune femme tentant de faire le moins de bruit possible malgré ses bottes à talons aiguilles.

-« Suis-moi, on va se sauver avant d’avoir des ennuis. »

La femme entraina Mélissa jusqu’à l’un des escaliers menant à l’étage supérieur. De toute façon, elle devait se rendre au bureau du directeur tôt ou tard. Au moins, la petite fille était suffisamment loin du lieu du jeu pour ne pas se faire réprimander comme les autres enfants. D’ailleurs, la femme lâcha sa main.

-« Pas trop essoufflée ? On l’a échappé belle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: L'hiver à notre porte [Melissa]   Mar 24 Fév 2015 - 0:06

Les enfants n'étaient pas très tôt familiers du concept de règles, ainsi les jeux étaient une bonne façon de les introduire à ce qui, tôt ou tard, régirait leurs vies. Mais évidemment, lorsqu'on les laissait décider eux-mêmes des règles, par consensus mutuel, on pouvait s'attendre à des résultats farfelus. Eleonnora était donc bien avisée de demander des précisions.

"_Je comprends. Est-ce que les autres joueurs ont le droit d’utiliser leur pouvoir ?
_Oui bien sûr, quand ils sont pas dangereux, expliqua la petite. Par exemple Bubble peut lancer des bulles et Bumblebee peut cracher du miel s'il nettoie après. C'est si ça brûle, coupe ou casse qu'on a pas le droit."

Une fois ce point éclairci, la chasse put continuer. L'assaut final ne tarda d'ailleurs pas à être lancé, lorsque la cible déboula au détour d'un couloir, poursuivie par les autres joueurs qui lui lançaient leurs projectiles. Confiante dans ses chances de l'emporter, puisque la mutante à trouver se dirigeait droit sur elle, Melissa s'élança à son tour et envoya son jouet.
Elle manqua malheureusement sa cible, mais son jouet et celui qu'elle avait confié à sa coéquipière s'envolèrent doucement pour se poser sur la tête de la cible qui se recroquevilla légèrement, par réflexe, marquant ainsi la victoire.

"_Félicitation, tu as gagné.
_On a gagné ! Wouhou ! Vainqueuses par unanimité !"

En vérité, la victoire des deux équipières ne fit pas vraiment unanimité et certains parmi leurs camarades de jeux protestaient contre le fait de recevoir l'aide d'une grande personne, protestations rapidement tempérées par la pourchassée qui tendit les jouets sur sa tête aux gagnantes. A son sourire, il semblait qu'elle s'était bien amusée avec les enfants.

"She's totally legit. You just mad." se défendit Melissa, les bras croisés.

Mais ce qui mit fin au procès de la petite ne fut pas sa défense imparable. Des réprimandes s'élevaient dans les couloirs, signe que dans la minute à venir, cela risquait de chauffer pour ceux qui se feraient prendre. Rapidement la panique s'empara des enfants qui s'égaillèrent en piaffant. Et si c'était Logan ? Ou Scott ? Ceux là n'étaient pas drôles, l'un vous grognait dessus très fort et l'autre pouvait vous garder une heure assis pour vous faire la morale. Le Professeur et le Docteur étaient souvent plus calmes et compréhensifs, mais aucun des bambins ne voulait prendre le risque de savoir qui se profilerait au bout du couloir.

Melissa qui avait manqué de se perdre à son tour dans la pagaille générale, fut rapidement remise sur les rails lorsque sa coéquipière la prit par la main pour l'emmener. Trottinant aussi vite que ses jambes le pouvaient, la petite suivit la grande dans les couloirs.

"_Suis-moi, on va se sauver avant d’avoir des ennuis.
_J'essaye mais j'ai des petites jambes moi !"

L'excitation du jeu et la petite panique passée, l'esprit de Melissa se fit plus posé. Son corps par contre continuait de s'échauffer dans la course, en particulier son petit cœur qui battait la chamade. La fillette s'en rendait bien compte et s'en inquiéta car c'était plus ou moins l'état déclencheur de son pouvoir contre lequel on l'avait mise en garde. Les professeurs appelaient ça du stress et elle devait l'éviter.

Après le couloir, les filles s'engagèrent dans un escalier au bout duquel elles se stoppèrent finalement.

"Pas trop essoufflée ? On l’a échappé belle.

Melissa s'était effectivement bien essoufflée et n'y voyait plus tout à fait clair. Croyant alors que c'était son pouvoir qui se déclenchait, puisque celui-ci la rendait aveugle, elle porta ses mains à ses yeux sitôt qu'Eleonnora lâcha celle qu'elle tenait. Soufflant pour calmer sa respiration, elle dit d'une voix plaintive à sa camarade :

"Attends... Mon pouvoir... Me regarde pas"

La petite resta ainsi presque une minute, tournant le dos à la jeune femme qui l'accompagnait, avant d'avancer et reculer ses mains devant ses yeux pour faire la mise au point.

"D'accord. C'est bon." dit-elle finalement.


Dernière édition par Scum le Mar 31 Mar 2015 - 13:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: L'hiver à notre porte [Melissa]   Jeu 26 Fév 2015 - 6:58

L’enfance est un moment pur et tendre dans la vie de tout être humain. Le gâcher est un affront envers ces petites vies fragiles et innocentes qui tentent de comprendre le monde à la place qu’ils doivent y occuper. Malheureusement, ce n’est pas tout le monde qui a une enfance heureuse. Eleonnora ne regrette pas la sienne. Elle a eu tout de ce dont elle pouvait rêver, bien que le manque d’attention de son père lui pesait parfois. Elle ne pouvait pas se plaindre, entourée de luxe et de richesses.

La petite Mélissa devait vivre avec son don et les responsabilités que cela impliquait malgré son jeune âge. Cela n’était pas une raison pour qu’elle ne puisse pas s’amuser comme les autres enfants de son âge. Elle le montrait très bien en jouant à ce jeu de cachette avec une personne plus âgée. Elle agissait comme n’importe quelle fillette de son âge, mais était parfaitement au courant de ce que cela impliquait si elle utilisait son pouvoir. C’est pourquoi elle ne pouvait le faire contrairement à d’autres jeunes don leurs mutations étaient plutôt inoffensives.

C’était mignon de la voir donner autant d’énergie pour un simple jeu. Elle essayait très fort de gagner, même si cela ne fonctionnait pas. Grâce à son don, Eleonnora avait permis à Mélissa d’obtenir la victoire qu’elle désirait, même si cela n’était pas au goût des autres enfants. Peu importe, la petite avait du caractère et de la repartie, ce qui amusait la femme. Sa petite sœur avait-elle était une enfant aussi caractérielle dans sa jeunesse ? Si elles avaient été élevées ensemble elle aurait connu la réponse. Vu les manières d’Erïka il n’était pas difficile d’imaginer quel genre d’enfant elle avait été.

Alors que la partie venait de se terminer, des bruits parvinrent d’un couloir adjacent. Bien sûr, il pouvait s’agir de n’importe quel résident, mais la voix qui s’élevait semblait tout indiquer que les enfants allaient se faire punir pour avoir chahutés dans les couloirs. Eleonnora attrapa la main de Mélissa et l’entraina avec elle d’un pas rapide. Elle n’avait pas besoin de courir, mais ne réalisa qu’un peu trop tard que la petite fille avait bien du mal à suivre son rythme avec ses courtes jambes et son petit cœur qui battait à tout rompre.

Soudainement, elle articula quelque chose au sujet de son pouvoir et se détourna d’Eleonnora, cachant ses yeux derrière ses mains. La jeune femme s’accroupit à ses côtés et lui caressa tendrement la tête afin de l’aider à se calmer. Parfois ce genre de geste pouvait avoir quelque chose à la fois rassurant et réconfortant, surtout pour les enfants.


-« Ça va aller, ne t’en fait pas. Prend tout le temps dont tu as besoin. »

Une minute s’écoula avant que la fillette confirme que tout allait bien. Elle semblait avoir retrouvé tout son entrain, ce qui était bon à voir. Eleonnora lui sourit. Elle avait oublié la visite qu’elle devait rendre au professeur Xavier. Cela pouvait attendre encore un peu.

-« Tu es certaine que ça va mieux ? Dans ce cas on devrait se trouver une activité un peu plus calme, qu'en penses-tu ? Et si on allait ranger tes jouets dans ta chambre ? Ensuite je pourrais te faire un chocolat chaud si tu en as envie. Avec plein de guimauves, bien entendu. »

Il n’y avait rien de mieux qu’une boisson chaude et sucrée par une telle température glaciale. Eleonnora tendit à nouveau sa main à Mélissa, mais elle fit bien attention à marcher plus lentement qu’à l’accoutumée afin de suivre le rythme de la fillette. Elle ne voulait pas la presser. Et puis, elle était la seule à connaitre la direction de son dortoir.

-« Tu es à l’institut depuis longtemps ? Je suis venue quelque fois auparavant, mais c’est la première fois que je te vois. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: L'hiver à notre porte [Melissa]   Dim 5 Avr 2015 - 4:25

Finalement, assez peu de temps passa avant que la fillette parvienne à se calmer, aidée en cela par la douceur de sa comparse. Elle souffla longuement avant de sourire à nouveau.

"_Tu es certaine que ça va mieux ?
_Je vais bien oui, c'est passé. J'ai pas les yeux tout blancs hein, dis ?
_Dans ce cas on devrait se trouver une activité un peu plus calme, qu'en penses-tu ? Et si on allait ranger tes jouets dans ta chambre ? Ensuite je pourrais te faire un chocolat chaud si tu en as envie. Avec plein de guimauves, bien entendu.
_Ça marche partenaire !" dit simplement la fillette en trottinant joyeusement sur le chemin qui menait au dortoir des plus petits.

Il s'agissait d'une grande pièce, capable d'accueillir plusieurs petits lits superposés. Elle était relativement bien rangée de par le fait que les enfants écoutaient bien plus sagement que leurs aînés lorsqu'on leur demandait de mettre de l'ordre dans leurs affaires.
Melissa posa avec un soin attentif ses jouets parmi leurs semblables de plastique -Frankie parmi sa collection de poupées et Twilight parmi les diverses figurines et peluches de poneys multicolores- et rejoignit en vitesse Eleonnora afin de la suivre jusqu'en cuisine.

"_Tu es à l’institut depuis longtemps ? Je suis venue quelque fois auparavant, mais c’est la première fois que je te vois.
_Depuis cet été en fait. Et toi ? Tu viens souvent ici ?! Sans y habiter ? Les seuls qui font ça, c'est les visiteurs normalement."
Son grand frère par exemple passait quelques fois, même si c'était assez rare. Sans doute à cause de sa situation difficile. Il n'avait même pas toujours de vêtement, il ne risquait donc pas d'avoir un véhicule.
Une fois arrivée à la cuisine, Melissa se sentit bien obligée de donner quelques indications à Eleonnora avant d'aller se hisser à table.

"_Les guimauves sont dans ce placard et le chocolat dans celui-là. Le lait est au frigo, juste là. Juste fais le pas trop chaud, j'aime pas devoir attendre que ça soit tiède pour pouvoir boire"

Le problème quand comme Melissa on avait autant de personnes différentes pour s'occuper de soi, c'est qu'il fallait chaque fois se répéter sur la façon dont on voulait être traité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'hiver à notre porte [Melissa]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'hiver à notre porte [Melissa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La guerre frappe à notre porte - Ansgar
» Pluie d'hiver [PV Elim]
» Notre Dame de Paris
» Quand le passé vient frapper à ta porte! - feat: greg
» Porte étendard orque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Hall d'entrée-