X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Et si nous parlions de romans ? [PV Paige]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chris Marlowe

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 23/09/2014

Fiche Tecnhique
Metier: Acteur - Invocateur de créatures
Age : 25 ans
Nationalité : Americano-français

MessageSujet: Et si nous parlions de romans ? [PV Paige]   Lun 29 Sep 2014 - 1:17

Chris soupira, à moitié avachi sur sa table. Seigneur, qu'est-ce qu'il s'ennuyait ! Il était en cours de littérature. D'habitude, ce genre de matière le passionnait, et il adorait ça. Mais là, du Shakespeare ! Du vu, vu, vu et revu ! Il ne critiquait pas l'auteur de belles histoires comme Roméo et Juliette ou Macbeth mais bon, il s'attendait à des cours plus... plus... Différents. Parce que là, on ne lui apprenait rien, et il n'avait qu'un vulgaire redit de ce qu'on lui avait déjà enseigné par le passé, lorsqu'il avait eu le privilège de jouer Roméo au lycée. Pourtant du coup, il s'ennuyait, et cette fois, c'en était trop.

Il était arrivé à l'Institut depuis deux semaines environ et s'était inscrit directement aux cours de littérature et de théâtre, afin de ne pas perdre la main. Il avait commencé à suivre ses cours avec passion, et si les cours de théâtre était bien, malgré un nombre d'élèves assez réduits, ceux de littérature étaient ennuyeux à mourir. Comme il avait suivi tout un parcours de littérature durant ces études, et que les cours de l'institut semblait reprendre ses années lycée, il s'ennuyait comme un rat mort.

Décidé à faire passer le temps, il posa son sac sur la table -comme la moitié des autres élèves- et, caché à l'intérieur, en ouvrit un livre. Il devait relire le texte d'une pièce de théâtre, Le Mal Court, une pièce assez intéressante, il devait l'avouer. Un peu ironique, entre le début et le dénouement. La femme, mainte fois méprisée, qui finit par avoir tout le monde, cela lui plaisait. Un retournement subtil, que l'on ne voyait pas venir et contre lequel on ne pouvait lutter une fois qu'on le voyait. Une technique implacable. Mais il était incapable de travailler ainsi en cours, et il favorisa donc un autre livre, le Prince Heureux. Ca par contre, c'était un conte pour enfant. Il l'avait prêté il y a peu à Victoria, sa cousine, qui l'avait beaucoup aimé, et comme il venait de le récupérer, il voulait en profiter. Il adorait cette histoire, il la trouvait vraiment belle et avec une sublime morale que peu de gens voyaient. Dès qu'il se séparait du livre, même pour quelques jours, il ne pouvait s'empêcher de le relire une fois qu''il le récupérait. Alors qu'il en était à la rencontre entre l'hirondelle et la statue du prince, il sentit une présence près de lui.


« Marlowe, votre livre a l'air de beaucoup plus vous passionner que ce que je suis en train de raconter. Pourrions-nous tous savoir de quoi il s'agit ? »
« Du Prince Heureux, un conte. »
« Un livre pour enfant ? »
Il y eut quelques rires dans la salle, certains gênés, d'autres moqueurs « Et c'est tout ce qui vous intéresse dans la littérature ? Alors que nous parlons de Shakespeare et de... »
« De Roméo et Juliette que tout le monde connaît. La classique histoire d'amour interdite, qui a servi d'inspiration à beaucoup d'autres œuvres. Quitte à commencer sur Shakespeare et sa tragédie, je pense que j'aurais favorisé une introduction par Titus Andronicus. Après tout, il s'agit là de sa première pièce, la plus sanglante avec énormément de morts, et qui a été longtemps déprécié, à cause de son horreur. Au final, peut-être que c'est cet échec qui l'a poussé à être moins violent dans ses futures pièces. Roméo et Juliette ne compte selon moi que trois morts importants si je puis dire, contrairement à Titus Andronicus, où il ne doit y avoir que trois survivants. Enfin, façon de parler. Je trouve d'ailleurs intéressant l'écho mythologique entre le sort de Lavinia et celui de Lucrèce. Et puis, c'est vrai que c'est assez violent, ce qui a choqué les spectateurs. Ils ont eu peur de l'horreur, et l'oeuvre n'est pas si connue que ça au final, pourtant elle est assez intéressante, surtout sur le point de vue de la vengeance, et on sent une certaine inspiration de l'antiquité. »


Le professeur ne répondit pas de suite. Chris était parti dans ses délires. Dès qu'on commençait à lui parler de livres, il se lançait, et il venait de faire un étalage de connaissances qui pouvait certes le faire passer pour un prétentieux, mais qui confirmait au moins qu'il n'était pas là pour rien, et qu'il avait l'air un minimum calé dans tout ce qui était livre. De plus, il avait démontré qu'il avait réellement étudié ce domaine et qu'il n'était pas amateur. Il avait clairement le niveau pour avoir un enseignement plus approfondi et sa soif de livres ne seraient pas étanchées avec la liste d'ouvrages au programme. Après tout, il en avait déjà lu la moitié.

La fin du cours retentit, sonnant la fin de l'esclandre qu'avait failli provoquer Chris. Ce dernier se leva, rattacha son loup, rabattit son capuchon sur sa tête et sortit, sortant enfin sa pièce de théâtre de son sac avant de quitter la salle. Il allait pouvoir répéter un peu. Du moins, c'est ce qu'il croyait. L'enseignante ne comptait pas en rester là, et elle l'apostropha lorsque les étudiants se furent dispersés.


« Vous serez prié de ne plus me manquer de respect à l'avenir. »
« Veuillez m'excuser mais... J'ai suivi une formation littéraire depuis que je suis tout petit. Je comprends que vous fassiez vos cours, et ils sont très bien, je ne vous critique pas. Juste que ce sont des choses que j'ai déjà étudié et... »
« Mais si vous n'êtes pas content, monsieur Marlowe, vous n'avez qu'à aller vous plaindre auprès du professeur Xavier ou de cette Hart, que je remplace. »


Et avant que le mutant ait pu demander des précisions, la femme claqua la porte de sa salle de classe, s'enfermant dedans. Le jeune homme soupira. Il avait dû aller un peu trop loin, il devait le reconnaître, mais il ignorait qu'il y avait eu une autre enseignante auparavant. Peut-être qu'elle saurait lui apprendre d'autres choses. Il s'éloigna, un peu pensif.

En abordant un groupe d'étudiants, il les interrogea sur l'existence d'une ancienne professeur de littérature, apparemment appelée Hart. Ils ne semblaient pas réellement enclin à l'accompagner là-bas, et se contentèrent de lui indiquer ce qui ressemblait à son ancien bureau. En les remerciant, il poursuivit sa route en trottinant d'un pas léger, presque guilleret, simplement content à la perspective de trouver quelqu'un qui saurait peut-être répondre à sa soif de connaissances.

Lorsqu'il pensa être au bon endroit, il toqua doucement à la porte pour signaler son arrivée avant de la pousser. Il rabaissa sa capuche, mais oublia totalement la présence de son masque, qui était devenu une habitude pour lui et il sourit à la femme qu'il trouva dans la pièce, femme qu'il trouva au demeurant fort belle malgré un style... presque atypique. Cependant, il était plus que mal placé pour faire un commentaire à ce sujet vu les vêtements qu'il avait sur le dos.


« Bonjour à vous, demoiselle. Seriez-vous par hasard Mademoiselle Hart ? Je suis Chris Marlowe, et j'aimerais bien la rencontrer, il paraît qu'elle était professeur de littérature et je dois avouer que cela m'intéresse de lui parler. Pouvez-vous me dire si je m'adresse à la bonne personne et si ça n'est pas le cas, me dire où je pourrai la trouver ? » demanda-t-il avec un doux sourire, à la fois charmeur et naïf. [/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Hart

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 15/11/2013

Fiche Tecnhique
Metier: Professeur
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Et si nous parlions de romans ? [PV Paige]   Lun 29 Sep 2014 - 19:42

Quelqu’un toquait à sa porte. La mutante des ombres le savait, enfermée dans son bureau depuis plusieurs heures maintenant. Pourquoi ne pouvaient-ils pas lui foutre la paix ces étudiants de merde ! Ils ne voulaient plus venir à ses cours à cause des incidents de la Duchesse, d’accord, mais qu’ils ne viennent pas l’emmerder !

Ses lunettes de soleil toujours en place, elle portait des vêtements qu’on aurait pu qualifier de « baggy » : Une paire de joggings ample et gris, un chandail court qu’elle portait souvent lors de ses entraînements, complètement noir, et ses lunettes. Depuis qu’Alexis avait lu en elle comme si elle était un livre ouvert, elle ne quittait plus ses précieuses « protections ». Ça ne servait à rien, mais c’était rassurant pour elle… alors qu’on ne vienne pas la faire chier avec ça.

Se levant, elle se dirigea vers la porte, maugréant à voix basse. Lorsqu’elle l’ouvrir, elle fut surpris d’y découvrir.. un mec masqué ?


« Bonjour à vous, demoiselle. Seriez-vous par hasard Mademoiselle Hart ? Je suis Chris Marlowe, et j'aimerais bien la rencontrer, il paraît qu'elle était professeur de littérature et je dois avouer que cela m'intéresse de lui parler. Pouvez-vous me dire si je m'adresse à la bonne personne et si ça n'est pas le cas, me dire où je pourrai la trouver ? »

-Ah non ! Le coup du coincé du cul, une fois ça va, mais à deux reprises je frappe !

Elle n’allait pas avoir a éduquer quelqu’un d’autre et lui apprendre à parler un anglais correct et utilisable en société lui aussi ! Déjà que l’enseignement avait été long et fastidieux avec le précédent blondinet… Regardant son masque, le jeune homme en face pouvait même voir le sourcil de Paige s’arquer dans un air interrogateur. Qui était-il et surtout, qu’est-ce qu’il foutait là ? Ah oui, c’était vrai, il l’avait dit en frappant à la porte.

-Tu t’adresses à la bonne personne. T’es qui ? Et qu’est-ce que tu fous avec un masque sur la tronche ?

Le doigté et Paige… deux mondes complètement différent. Elle se savait froide, se servait de cette coquille pour se protéger des autres individus, surtout les mecs. Ah, malgré le masque, il était facile de deviner qu’elle avait affaire à un piètre représentant de cette horrible espère. Poussant un soupir, Paige s’appuya sur le côté du mur, les bras croisés, dans une attitude clairement « pas à l’écoute ». Au moins, avec ses étudiants fuyants ses cours, elle avait cru avoir la paix… complète, pas devoir entraîner un autre nouvel étudiant à parler à l’anglaise. Mais bon… il semblait intéressé par la littérature. Peut-être avait-il un potentiel quelconque, de quoi distraire la professeure pendant quelques… secondes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Marlowe

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 23/09/2014

Fiche Tecnhique
Metier: Acteur - Invocateur de créatures
Age : 25 ans
Nationalité : Americano-français

MessageSujet: Re: Et si nous parlions de romans ? [PV Paige]   Mar 30 Sep 2014 - 18:16

Ah, le moins que l'on puisse dire, c'est que son vocabulaire ne lui plaisait pas. Il avait voulu faire attention à ne pas froisser la personne en face et à apparaître civilisé, mais c'était un échec. Bah tant pis, ça se corrigeait vite ! Et puis, il pouvait pas savoir. Il se contenta de sourire à la perspective qu'elle le frappe, arborant un air toujours aussi calme et tranquille, nullement effrayé. En fait, si elle le frappait, il continuerait probablement de sourire comme un bienheureux.

« Mon masque ? »

Il afficha une mine surprise lorsqu'elle parla de son masque. Non, il l'avait oublié ? Tâtant son visage, il sentit les bords du loup contre ses doigts et le détacha, avant de le ranger avec grand soin dans son sac.

« Pardon, j'oublie souvent que je le porte, c'est une habitude. Et puis, tu as bien des lunettes de soleil dans un bâtiment. Quoique, c'est pas gênant en fait. Enfin, tu fais ce que tu veux. »

Il sourit, alors qu'il venait de la tutoyer. Après tout, elle ne s'était pas gênée pour le faire, il n'allait donc pas se gêner non plus. D'autant qu'il semblait avoir mis la main sur la personne qu'il lui fallait, et cela l'arrangeait grandement. Pas besoin de mener de vraies investigations dans l'institut et de se lancer dans un véritable jeu de piste. Ca l'aurait amusé, mais après la déception de son cours, il cherchait à savoir si cette femme pourrait apporter une réponse à ses problèmes, ou bien s'il devait trouver autre chose. Plus vite il aurait sa réponse, mieux ça serait pour lui.

« Comme je te l'ai dit, je m'appelle Chris Marlowe, et je suis désolé si ma façon de parler t'as gêné. Je suis arrivé à l'Institut il y a quoi ? Deux semaines ? Et je me suis inscrit à des cours de littérature. Sauf que j'ai rencontré un petit problème. »

C'était un peu gênant de dire du mal d'un des collègues de la jeune femme devant elle, mais en même temps il n'allait pas supporter un autre cours de ce genre. Il se passa une main dans les cheveux, décoiffant les quelques mèches rebelles qui n'étaient pas attachées et lui sourit.

« Autant ne pas te mentir et être franc : les cours de littérature sont nuls. Enfin, la remplaçante est mauvaise. Elle est pas si mauvaise que ça, juste que j'ai déjà le niveau pour ses cours. J'ai passé toute ma scolarité dans le domaine des lettres, des livres et du théâtre, alors bon, Shakespeare, je connais. »

Il marqua une petite pause. Il venait d'exposer le problème, en essayant de prendre au maximum les torts -si on pouvait appeler ça ainsi- sur lui, pour éviter de la mettre en colère, même si ce qu'il disait était vrai : il s'ennuyait en cours et ne souhaitait pas être dégoûtée de la littérature à cause de ça. Il ne pensait pas pouvoir en perdre le goût du jour au lendemain mais il ne voulait pas prendre du retard.

« La prof m'a dit que si je voulais me plaindre je devais soit aller voir le professeur Xavier, soit une dénommée Hart qui était apparemment l'ancienne enseignante. » Il la fixa un long moment avant de croiser les bras. « Attention, je tiens à préciser, je ne suis pas là pour me plaindre, je voudrais en fait faire une demande un peu spéciale. »

Il craignait de se prendre un gros refus dans les dents, ou bien une mise à l'épreuve. Si elle voulait lui poser les questions, qu'elle y aille, il était prêt à répondre à n'importe quelle demande. Il refusait en bloc l'idée de ne pas pouvoir étudier ce qui le passionnait.

« Je n'ai aucune idée de pourquoi tu ne donnes plus des cours, mais j'ai envie d'avoir un bon enseignement, par quelqu'un qui aime ce qu'il fait et qui s'y connaît. Y aurait-il un moyen pour que tu enseignes à nouveau ou pour avoir des cours particuliers ? Je suis conscient que ma demande est abrupte, mais je ne tiendrai pas une journée de plus sans rien apprendre. Tu peux fouiller dans mon sac ou mon dossier si ça te chante, j'ai deux livres sur moi pour te donner une idée de mes lectures du moment, mais... Je me dis que si tu as été prof ici, peut-être que ça te manque, et surtout que tu avais clairement le niveau pour enseigner. Alors voilà. »

Il sourit, avant d'écarter brièvement les bras, comme pour signaler qu'il était inoffensif, sans se départir de son doux sourire. Toute son attitude laissait transparaître son calme et sa douceur. Il voulait faire accepter sa requête un peu particulière, et pour cela, il avait tout intérêt à se montrer conciliant et presque docile. Il lutterait pour obtenir un enseignement digne de ce nom, mais il le ferait en douceur, sans violence et sans cris.

« En somme, je te demande de devenir mon professeur particulier, si tu ne souhaites pas reprendre les cours. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Hart

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 15/11/2013

Fiche Tecnhique
Metier: Professeur
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Et si nous parlions de romans ? [PV Paige]   Mer 1 Oct 2014 - 5:25

« Mon masque ? »

-Oui ton masque, pas le mien !

Non, elle n’avait pas affaire à un demeuré en plus ! Encore une fois, sa carapace était bien en place, elle cherchait à l’éloigner sans même le connaître. Sa sécurité, sa protection, ce n’était pas un blanc-bec armé d’un masque ridicule qui allait passer au travers. Paige n’aimait pas la compagnie des autres, mais encore moins celle des hommes.

« Pardon, j'oublie souvent que je le porte, c'est une habitude. Et puis, tu as bien des lunettes de soleil dans un bâtiment. Quoique, c'est pas gênant en fait. Enfin, tu fais ce que tu veux. »

Mais où est-ce qu’il s’en allait avec tout ça ? Est-ce qu’il était vraiment venu cogner à sa porte pour faire la conversation comme s’ils étaient de vieilles connaissances ? Si c’était le cas, un bon coup de pied au cul et il ne la dérangerait plus. Pourtant, il semblait vouloir rester et discuter encore. Pourvu que ce soit important ! Appuyés sur le cadre de sa porte, celle-ci à moitié ouverte, Paige haussa les sourcils sous ses lunettes, soupirant un bon coup. Tout son attitude démontrait bien que le jeune homme la dérangeait, mais bon, elle n’allait pas le renvoyer tout de suite. Charles le lui reprocherait assurément.

« Comme je te l'ai dit, je m'appelle Chris Marlowe, et je suis désolé si ma façon de parler t'as gêné. Je suis arrivé à l'Institut il y a quoi ? Deux semaines ? Et je me suis inscrit à des cours de littérature. Sauf que j'ai rencontré un petit problème. »

-Un petit problème ?

Avec Paige, le jeune homme aurait eu… des dizaines de problèmes.

« Autant ne pas te mentir et être franc : les cours de littérature sont nuls. Enfin, la remplaçante est mauvaise. Elle est pas si mauvaise que ça, juste que j'ai déjà le niveau pour ses cours. J'ai passé toute ma scolarité dans le domaine des lettres, des livres et du théâtre, alors bon, Shakespeare, je connais. »

-Shakespeare ? Oh non, ne me dis pas que cette idiote enseigne encore ces classiques !

Paige soupira à nouveau. Ses élèves ne voulaient plus la voir, ça c’était une chose, mais qu’ils acceptent de se farcir une instruction qu’on pouvait avoir n’importe où à n’importe quel prix, ça c’était plus insultant. Sans être une instructrice hors-pair, Dusk faisait tout de même des efforts pour trouver des ouvrages moins connus que ces classiques et les montrer à ses élèves. Que ce soit de la science-fiction, des faits vécus, du fantastique ou peu importe, elle se faisait un plaisir d’en trouver des moins connus. Au moins, que ces élèves découvrent quelque chose de nouveau au bout de la ligne !

« La prof m'a dit que si je voulais me plaindre je devais soit aller voir le professeur Xavier, soit une dénommée Hart qui était apparemment l'ancienne enseignante. Attention, je tiens à préciser, je ne suis pas là pour me plaindre, je voudrais en fait faire une demande un peu spéciale. »

-Ça ressemble à ça pour l’instant, mais bon continue.

« Je n'ai aucune idée de pourquoi tu ne donnes plus des cours, mais j'ai envie d'avoir un bon enseignement, par quelqu'un qui aime ce qu'il fait et qui s'y connaît. Y aurait-il un moyen pour que tu enseignes à nouveau ou pour avoir des cours particuliers ? Je suis conscient que ma demande est abrupte, mais je ne tiendrai pas une journée de plus sans rien apprendre. Tu peux fouiller dans mon sac ou mon dossier si ça te chante, j'ai deux livres sur moi pour te donner une idée de mes lectures du moment, mais... Je me dis que si tu as été prof ici, peut-être que ça te manque, et surtout que tu avais clairement le niveau pour enseigner. Alors voilà. »

Il ne savait pas pour les cours ? Manque d’étudiants, c’était évident. Depuis les histoires de la Duchesse, presque plus personne n’osait parler à Dusk, ce qui était une bénédiction autant qu’une malédiction pour elle. Donner un cours à une classe vide n’avait absolument aucun intérêt, et depuis que la « remplaçante » donnait les cours de littératures, beaucoup d’étudiants étaient revenus. Paige n’était pas sotte au point de croire que les deux évènements n’avaient aucun lien.

« En somme, je te demande de devenir mon professeur particulier, si tu ne souhaites pas reprendre les cours. »

-Professeur… particulier ?

Un sourire se dessina lentement sur les lèvres de Paige… qui grandit doucement… et encore plus… jusqu’à ce qu’elle ne se mette à rire. Un rire franc, honnête, un rire comme si on venait de lui apprendre que son voisin venait de perdre un testicule, une surprise comparable à si elle apprenait soudain que Logan voulait devenir clown professionnel.

-Tu me fais marcher là ? Non parce que… non attends deux semaines t’as dit ? J’crois que t’as aucune idée à qui tu as affaire je me trompe ? Personne ne t’as dit qui j’étais, ce que je foutais ici ou même pourquoi je n’enseigne plus ?

Le regard de Paige se durcit derrière ses lunettes de soleil.

-You know why everyone in this school refuses to see me as a teacher and fear me now ? Right ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Marlowe

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 23/09/2014

Fiche Tecnhique
Metier: Acteur - Invocateur de créatures
Age : 25 ans
Nationalité : Americano-français

MessageSujet: Re: Et si nous parlions de romans ? [PV Paige]   Mer 1 Oct 2014 - 12:44

Tout en parlant, Chris observait le comportement corporel de la jeune femme. Manifestement, il l'ennuyait. Elle semblait montrer son désintérêt voire son exaspération et son envie plus que grandissante de le voir partir. Etant un acteur, il devait apprendre à imiter et à perfectionner ce genre d'attitude lorsqu'il incarnait un rôle. Alors peu à peu, il avait appris à décoder les gestes des autres, et ce qu'ils pouvaient signifier, tout en sachant pertinemment que beaucoup avaient un certain passif derrière leurs gestes, et donc qu'ils ne voulaient pas forcément dire pour un humain lambda ce qu'ils cherchaient à exprimer en tant qu'individu. Il avait par exemple constaté que Victoria ne regardait que rarement les gens quand elle leur parlait, et cherchait toujours à s'occuper les mains, afin d'éviter de leur montrer de l'intérêt pour qu'on ne s'intéresse pas à elle. Cependant, elle commençait à être capable de fixer Chris désormais lorsqu'ils avaient l'occasion de parler. Etant des membres de la même famille, dans la même université, ils essayaient de se rapprocher un peu. Quoiqu'il en soit, il avait clairement l'impression que la femme face à lui voulait le foutre dehors, mais ne le faisait pas. Soit parce qu'elle n'en avait pas le droit, soit parce qu'il avait réussi à capter un tant soit peu son attention.

Il eut un sourire un peu désolé lorsqu'elle s'offusqua de l'enseignement de Shakespeare. Il ne voulait pas être porteur de mauvaises nouvelles, mais il n'avait pas vraiment le choix.


« Si, Shakespeare, Roméo et Juliette, le classique du classique. On aurait pu éventuellement étudier Titus Andronicus, qui est bien moins connu et qui est un autre genre de tragédie, fondé sur la vengeance mais... mais non. C'est pour ça que je me suis tournée vers toi. »

Il savait que tout ce qu'il disait prenait la forme d'une plainte, mais ça n'était pas le cas. C'était bien connu que la plupart des profs se tournaient vers les classiques car les élèves face à eux allaient surtout lire des romans contemporains sans s'intéresser aux anciens auteurs comme Hugo ou Zola. Qui plus est, cela permettait d'étudier un peu le contexte historique dans le même temps et de lire des auteurs que beaucoup voyaient comme « ennuyeux », mais là il avait juste eu le sentiment d'avoir affaire à une personne s'accrochant à ses classiques pour ne pas être trop perdue.

Il resta un moment surpris en voyant le sourire de la jeune femme apparaître et grandir de plus en plus jusqu'à ce qu'elle rit. Il ne savait pas réellement ce qui avait déclenché cet éclat de rire, mais peu lui importait. Voir les gens rire lui plaisait, surtout ceux qui avaient l'air triste ou fermé, comme elle pouvait l'être, et il sentit une légère pointe de fierté le titiller. Il la renvoya bien vite cependant. Il était habitué à faire le pitre pour remonter le moral aux gens, et cela lui réchauffait juste le cœur de voir les gens sourire. Surtout que dans le cas de l'ancienne professeur de littérature, ça ne faisait que l'embellir. Il ne fit pourtant aucun commentaire. Ca aurait été profondément déplacé, et il ne voulait pas se la mettre à dos.

Il arqua un sourcil lorsqu'elle lui demanda si elle savait ce qui avait eu lieu et pourquoi tous les élèves la fuyaient. Il pensait naïvement que c'était à cause de son caractère de prime abord peu avenant et que les plus sensibles étaient donc intimidés. Mais le « fear » l'intrigua. Il y avait eu apparemment quelque chose, quelque chose qu'il ignorait, mais peut-être que l'apprendre lèverait le voile sur pourquoi personne n'avait voulu l'accompagner au moins jusqu'à sa porte, et pourquoi on l'avait envoyé se plaindre à cette Paige que quelqu'un était obligé de remplacer.


« Je suis parfaitement sérieux dans ma demande, et je ne vois pas l'intérêt de me faire perdre mon temps et le tien en venant te demander quelque chose juste pour plaisanter. J'ai juste entendu que tu t'appelais Paige Hart, aussi surnommée Dusk, membre des X-men et ancienne professeur de littérature. C'est à peu près tout ce que je sais. Et personne ne m'a rien dit, non. La seule autre personne que je connais est ici depuis un mois tout au plus, et comme elle n'est plus une élève à proprement parlé, elle ne suit pas tout ce qui est cours de littérature, math, physique ou que sais-je, donc elle ne doit pas non plus te connaître. »

Il la sentit se durcir, mais ne prit pas peur, et ne prit pas la fuite non plus. Au lieu de ça, il rétorqua avec douceur :

« Why ? Why they react like this ? Can you explain me ? I don't know, I don't really talk with the others. But... I guess I will not be afraid, or anything like this by your story. »

Qu'elle lui explique donc ce qui s'était passé. Il n'avait pas peur et ne reculerait pas. Il désirait avoir un nouveau professeur, quelqu'un avec qui partager sa passion, et la réaction qu'elle avait eu lorsqu'il avait évoqué les cours sur Shakespeare lui avait beaucoup plus. Elle avait l'air de s'investir, et cela lui plaisait. Et puis, son caractère bien trempé aussi lui plaisait, même s'il sentait, intuitivement, qu'elle n'était pas comme ça pour rien. Pourtant, il lui manquait énormément d'informations, et il ne pouvait pas tenter de deviner quoique ce soit sur elle pour le moment. Peut-être que son comportement hostile avait un rapport avec ce qui s'était passé il y a peu, ou bien peut-être que ça datait d'encore plus loin.

« Alors, tu veux bien m'expliquer, s'il te plaît ? »

[HRP : Des lustres que je n'ai pas écrit en anglais, j'espère ne pas m'être plantée xD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Hart

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 15/11/2013

Fiche Tecnhique
Metier: Professeur
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Et si nous parlions de romans ? [PV Paige]   Jeu 2 Oct 2014 - 18:52

« Si, Shakespeare, Roméo et Juliette, le classique du classique. On aurait pu éventuellement étudier Titus Andronicus, qui est bien moins connu et qui est un autre genre de tragédie, fondé sur la vengeance mais... mais non. C'est pour ça que je me suis tournée vers toi. »

-Si tu penses en savoir plus que la remplaçante t’as qu’à continuer tes recherches tout seul non ? T’as pas besoin de moi pour ça.

Sa demande était complètement ridicule, surtout aux yeux de Paige qui ne voyait présentement qu’un petit garçon excité à l’idée d’avoir une enseignante privée. Comme tous les hommes, il devait sans doute déjà se l’imaginer toute nue en train de lui faire on ne sait quoi dans son bureau. Bande de porcs… Ce n’était pas sans raison qu’elle les repoussait ces idiots. Et ce n’était pas pour rien qu’elle éclatait de rire devant ce spécimen si débile qui se trouvait devant elle. Non mais, des cours privés, seulement ça !

« Je suis parfaitement sérieux dans ma demande, et je ne vois pas l'intérêt de me faire perdre mon temps et le tien en venant te demander quelque chose juste pour plaisanter. J'ai juste entendu que tu t'appelais Paige Hart, aussi surnommée Dusk, membre des X-men et ancienne professeur de littérature. C'est à peu près tout ce que je sais. Et personne ne m'a rien dit, non. La seule autre personne que je connais est ici depuis un mois tout au plus, et comme elle n'est plus une élève à proprement parlé, elle ne suit pas tout ce qui est cours de littérature, math, physique ou que sais-je, donc elle ne doit pas non plus te connaître. »

Au moins ça… il n’avait aucune idée donc des évènements récents. C’était sans doute pour ça qu’il n’avait pas peur d’elle… pour le moment. Lorsqu’il la connaitrait, lui aussi allait trembler de peur, caché dans un coin, en attendant que la tempête Paige passe. C’était du moins sa première idée… mais elle ne pouvait nier qu’avoir quelqu’un avec qui parler de ce genre de sujet pouvait avoir une certaine valeur. Sans s’ennuyer de ses cours, il était vrai que l’enseignante aimait lire et s’en privait depuis quelque temps, à cause de bien des choses. Déprime, manque de volonté, aucune nouveauté, les raisons s’accumulaient. Est-ce que ça valait la peine de prendre un élève sous son aile ? Un élève qui semblait déjà en connaître beaucoup et qui ne semblait pas vouloir la lâcher de toute façon ?

« Why ? Why they react like this ? Can you explain me ? I don't know, I don't really talk with the others. But... I guess I will not be afraid, or anything like this by your story. »

-Ça je regrette, mais tu n’y arriveras pas.

« Alors, tu veux bien m'expliquer, s'il te plaît ? »

-Tu vas avoir peur, ça va te glacer le sang. Vois-tu, chaque élève ici est convaincu que j’ai essayé de les tuer, et ils n’ont pas tout à fait tort.

Aussi bien savoir immédiatement à qui elle avait affaire. Il y avait une chance sur deux que le gamin ne parte en courant pour retrouver les jupes de sa mère, et une chance sur deux qu’il se mouille le fond de culotte. Paige, pour sa part, espérait la première option, puisqu’elle n’avait aucune envie de nettoyer par la suite.

-J’espère que ça te suffit comme explication ? Aller pars maintenant.

Voilà qui devrait mettre fin à leur « entretien »… si l’élève avait un minimum de cervelle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Marlowe

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 23/09/2014

Fiche Tecnhique
Metier: Acteur - Invocateur de créatures
Age : 25 ans
Nationalité : Americano-français

MessageSujet: Re: Et si nous parlions de romans ? [PV Paige]   Ven 3 Oct 2014 - 10:27

Ce fut au tour de Chris d'afficher un grand sourire lorsque la jeune femme lui suggéra de se débrouiller tout seul puisqu'il avait l'air de s'y connaître. Elle n'avait pas l'air de saisir toute l'importance des choses, et quelque part eh bien... Ca le faisait sourire. Cependant, il se retint de regarder Paige comme s'il avait face à lui une enfant à qui il fallait tout expliquer. Il sentait qu'elle lui aurait arraché trois dents s'il osait la voir ainsi, et il tenait à sa dentition mine de rien. Au lieu de ça, il se contenta de la regarder en souriant toujours, un peu amusé.

« Si tu penses ça, c'est que tu n'as rien compris à ma demande. Trouver des livres, c'est simple, il me suffit d'aller dans n'importe quelle bibliothèque ou librairie. Je ne recherche pas ce genre de choses. Ce que j'essaye de trouver, c'est quelqu'un avec qui parler de ces livres. Quelqu'un qui peut me conseiller un roman plutôt qu'un autre. Quelqu'un avec qui discuter une fois que je l'aurai lu. Plus que lire le livre, je voudrais le comprendre, et voir également comment les autres l'ont perçus. Il y a des détails que je n'aurai pas vu et que tu seras apte à me montrer, et inversement juste parce que nos expériences de vie et nos perceptions sont différentes. Je cherche quelqu'un qui saura m'apporter un autre point de vue et angle de vue sur les livres que j'ai pu lire. Lire simplement, beaucoup peuvent le faire. Ce que je cherche et que je pense trouver chez toi, c'est plus que ça. C'est un dialogue, un débat. »

Et cette recherche, il ne pouvait pas l'avoir avec n'importe qui. Il désirait quelqu'un qui avait un minimum d'expérience derrière lui pour choisir ses livres et en parler après. Décortiquer les personnages, les scènes, voir ce qui, selon eux, allait ou n'allait pas. Apporter une autre raison à l'acte d'un protagoniste que l'on ne comprenait pas. Il ne pouvait pas avoir ce genre de débat avec le premier venu. Et pourtant, ça lui tenait réellement à cœur. De plus, ce genre de choses pouvait améliorer considérablement son jeu d'acteur. Plusieurs fois, on l'avait corrigé sur un rôle en lui apportant un autre éclairage sur le personnage qu'il incarnait et sur ses motivations à agir d'une façon X ou Y. L'inverse aussi s'était produit, mais beaucoup plus rarement. Il cherchait vraiment à comprendre les choses en détails, tout en saisissant leur sens global. Alors même si Paige était aussi accueillante et chaleureuse qu'une porte de prison, il ne comptait pas abandonner. Non seulement pour lui, mais également pour elle. Si elle était une véritable littéraire, une véritable férue des livres, elle finirait par avoir besoin de ce genre de conversation avec quelqu'un.

Elle remit néanmoins en cause sa capacité à ne pas s'effrayer. Bon, fallait avouer qu'il ignorait ce qu'il s'était passé, mais les horreurs du monde, il commençait à connaître au fil de ses lectures. Il avait dévoré en quelques jours plusieurs livres, parfois autobiographiques, de jeunes femmes ayant été abusées dans leur enfance. Si ce choix pouvait paraître morbide, voire scandaleux, il n'en était rien pour Chris qui les trouvait redoutable sur le plan psychologique. Bien que n'ayant rien vécu de tel, il s'était à sa manière renseigné sur la chose, sur le processus non pas du viol, mais de la loi du silence qui s'instaure, de la complicité de l'entourage qui peut se créer. Et sur le traumatisme que subit la victime. Il n'avait pu qu'effleurer du doigt toutes ses souffrances, sa compassion se chargeant de lui en faire porter gros sur la conscience, et il avait pris la résolution de continuer ce genre de lectures, pour la simple et bonne raison que s'il voyait un enfant aller mal, il voulait être apte à l'aider et surtout à le croire. L'incapacité des gens à simplement croire en la parole d'un gamin terrorisé, ça l'avait toujours sidéré. Et il ne pouvait qu'admirer d'autant plus ses personnes qui avaient été capables de vaincre et de se reconstruire suite à ça. En réalité, la première fois qu'il avait lu ce genre de livres, c'était pour un bref rôle qu'on lui avait demandé, et il voulait savoir comment l'enfant devait le percevoir. Une fois qu'il avait commencé, il n'avait plus su s'arrêter. Et il avait été incapable de jouer ce rôle.

Il fixa la jeune femme lorsqu'elle expliqua très brièvement ce qui s'était passé, et l'encouragea à s'en aller.


« Non, ça ne me suffit pas. »

Étrangement, il se mit à réfléchir sérieusement, perdant son impulsivité de gamin. Elle avait dit que chaque élève pensait, avec raison, qu'elle avait voulu les tuer. Seulement, pourquoi ? Si elle s'était avérée être une espionne à la solde d'il ne savait qui, dans le but de détourner ou de tuer un maximum d'élèves, elle ne serait pas ici dans son bureau. Au mieux, l'institut l'aurait interrogé ou jeté dehors, au pire ils l'auraient tué durant l'affrontement. Si elle avait sciemment et en toute conscience prit la décision de massacrer autant de gens, il était persuadé que le professeur Xavier ne l'aurait pas laissé vivre ici. Il lui manquait un trop gros bout de l'histoire pour pouvoir comprendre ce qui s'était passé. Il décida donc qu'il n'était pas en danger -et pour le coup, ça c'était peut-être une connerie- et que l'excuse qu'elle lui avait fourni n'était pas suffisante. Que chaque élève le pense, c'était une chose, mais comme pour les livres, il lui fallait un autre point de vue. Après tout, qu'est-ce qu'elle pouvait penser, elle ?


« Je ne peux pas te croire. Enfin, je ne remets pas en cause ta parole. Juste qu'elle ne me convient pas. Je veux dire... Pour quelle raison, pour quel motif tu aurais fait ça ? Et si jamais tu l'avais fait, pourquoi le professeur t'aurais gardé ? A mon avis, s'il a décidé que tu avais toujours ta place ici, c'est que l'on peut te faire confiance. De plus, pourquoi m'offrir le point de vue d'une centaine d'élèves et pas le tien ? Je veux dire, si l'on devait toujours se rallier à la pensée de la majorité, le monde serait sérieusement triste, et on aurait laissé les gouvernements nous exterminer non ? Pourquoi m'avoir présenté ça sous la vision des élèves et pas la tienne ? Qu'est-ce qui s'est passé ? »

Il avait le vague sentiment qu'il allait sérieusement l'énerver avec ses questions, mais il ne voulait pas partir. Il refusait de renoncer à la richesse qu'elle pouvait lui apporter, et qui était indispensable pour lui. Il ne pouvait se passer de ce genre de débats. Il le savait, il était en train d'essayer, et ça le déprimait plus qu'autre chose. De plus, il avait une ultime raison à ses demandes, beaucoup plus égoïste. S'il souhaite atteindre le niveau ultime de son pouvoir, il doit devenir un lecteur hors-pair. Et pour ça, il a aussi besoin d'un professeur. Il resta donc planté face à Paige, s'attendant à un peu toutes les réactions, du simple soupire au poing dans la figure, refusant néanmoins de partir et de l'abandonner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Hart

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 15/11/2013

Fiche Tecnhique
Metier: Professeur
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Et si nous parlions de romans ? [PV Paige]   Ven 3 Oct 2014 - 20:09

« Si tu penses ça, c'est que tu n'as rien compris à ma demande. Trouver des livres, c'est simple, il me suffit d'aller dans n'importe quelle bibliothèque ou librairie. Je ne recherche pas ce genre de choses. Ce que j'essaye de trouver, c'est quelqu'un avec qui parler de ces livres. Quelqu'un qui peut me conseiller un roman plutôt qu'un autre. Quelqu'un avec qui discuter une fois que je l'aurai lu. Plus que lire le livre, je voudrais le comprendre, et voir également comment les autres l'ont perçus. Il y a des détails que je n'aurai pas vu et que tu seras apte à me montrer, et inversement juste parce que nos expériences de vie et nos perceptions sont différentes. Je cherche quelqu'un qui saura m'apporter un autre point de vue et angle de vue sur les livres que j'ai pu lire. Lire simplement, beaucoup peuvent le faire. Ce que je cherche et que je pense trouver chez toi, c'est plus que ça. C'est un dialogue, un débat. »

-Un dialogue ?

La jeune femme restait cachée derrière ses lunettes de soleil pour le moment, mais c’était une expression de stupeur qu’elle affichait derrière celles-ci. Un dialogue ? Non mais quoi encore ! Elle avait vraiment une tête à partir un débat autour d’un verre de vin sur le dernier livre de tel ou tel auteur ? Paige encourageait ses élèves à parler entre eux, effectivement, pour chercher un sens caché à une action, un geste, une parole, même dans la couleur d’un mur si ça pouvait être nécessaire… mais rarement avec elle ! Non en fait, ce n’était pas exact… rarement avec des hommes ! Paige discutait, un peu froidement, avec les femmes qui participaient à ses cours, mais elle fuyait comme la peste les hommes qui y entraient. Ce n’était pas pour rien qu’il n’y en avait… pratiquement pas. C’était connu dans le manoir maintenant : elle était directe et bête avec ses étudiants masculins, masquant à peine les insultes sous quelques paroles neutres. Alors pourquoi ce mec était-il toujours à sa porte !

Imaginant qu’une menace de morte quasi-mise à exécution serait suffisante, elle s’attendait à retourner dans son sombre bureau pour s’y enfermer. Hélas, Chris ne bougea pas.

« Non, ça ne me suffit pas. »


Oh putain, elle allait vraiment devoir lui casser la gueule pour qu’il disparaisse. La lumière du couloir sembla diminuer quelque peu jusqu’à ce que son interlocuteur ne reprenne la parole.


« Je ne peux pas te croire. Enfin, je ne remets pas en cause ta parole. Juste qu'elle ne me convient pas. Je veux dire... Pour quelle raison, pour quel motif tu aurais fait ça ? Et si jamais tu l'avais fait, pourquoi le professeur t'aurais gardé ? A mon avis, s'il a décidé que tu avais toujours ta place ici, c'est que l'on peut te faire confiance. De plus, pourquoi m'offrir le point de vue d'une centaine d'élèves et pas le tien ? Je veux dire, si l'on devait toujours se rallier à la pensée de la majorité, le monde serait sérieusement triste, et on aurait laissé les gouvernements nous exterminer non ? Pourquoi m'avoir présenté ça sous la vision des élèves et pas la tienne ? Qu'est-ce qui s'est passé ? »

-Parce que ce que les élèves savent exactement ce qui s’est produit, ils y étaient, mais refusent de voir plus loin que ça. Je n’ai aucune preuve que tu vas faire ça différemment, alors à quoi bon me « justifier » ? De toute façon, je n’ai pas grand-chose à t’expliquer, mais comme on dirait que tu ne vas pas t’en aller aussi facilement…

Paige soupira, s’appuyant à nouveau dans le cadre de porte, les mains dans les poches. Avec ses vêtements actuels, on lui aurait plutôt donné le rôle de stagiaire ou même d’étudiante plutôt que professeur dans l’école. Elle était plus âgée que la plupart des élèves, mais ça ne paraissait pas beaucoup, surtout avec une partie de son visage dissimulée derrière ses lunettes. Soupirant une seconde fois, elle se résolut à lui raconter rapidement les derniers évènements, en omettant les passages inutiles. Enseigner, elle le faisait pratiquement naturellement, mais une conversation de ce genre, qui la forçait à repenser à des évènements qu’elle préférait oublier… ça, c’était bien plus rare.

-Une entité a pris possession de mon corps. À cause de ça, pratiquement tout le monde ici a failli mourir, tuée par les ombres et les démons. Ça te va comme explication ?

C’était le mieux qu’elle pouvait faire.

-Pourquoi tu veux pas foutre le camp ? Si c’était juste pour avoir une discussion sur des livres, tu pourrais aller voir… je sais pas le club de lecture qu’il doit y avoir ici. Sinon t’as toujours internet. Tu me caches un truc ou tu as juste pas les couilles de parler à quelqu’un d’autre que moi ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Marlowe

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 23/09/2014

Fiche Tecnhique
Metier: Acteur - Invocateur de créatures
Age : 25 ans
Nationalité : Americano-français

MessageSujet: Re: Et si nous parlions de romans ? [PV Paige]   Sam 4 Oct 2014 - 0:44

L'idée du dialogue semblait intriguer Paige, sans que le brun ne comprenne pourquoi. Pour lui, c'était assez simple. Il la voyait comme ayant un regard acéré sur les choses, et il était curieux de connaître son point de vue sur certains sujets. Il avait eu vent de sa mauvaise réputation auprès de la gent masculine mais ça n'était pas le genre de Chris de se fier aux rumeurs. Il préférait vérifier par lui-même ce qui pouvait se passer. De plus, il était du genre à juger une situation une fois qu'il avait droit aux différentes versions, ou bien s'il y avait assisté. Il préférait donc se confronter directement à la demoiselle et tirer ses propres conclusions sur elle plutôt qu'écouter les ragots.

« Oui, un dialogue. C'est si surprenant que ça que de vouloir discuter de livres avec toi ? »

Il lui sourit, se voulant rassurant. Il ne voulait pas l'effrayer ou la faire fuir. Il n'avait pas pu s'empêcher d'entendre, à droite ou à gauche, qu'elle avait des difficultés avec les hommes et qu'elle les fuyait ou les faisait fuir. En soit, il s'attendait presque à pire en réalité et ne la trouvait pas si terrible que ça, mais tout pouvait encore arriver. En attendant, il trouvait cette discussion intéressante et d'un tout autre niveau par rapport à tout ce qu'il avait pu trouver ici.

Il perçut sa frustration lorsqu'il annonça qu'il ne partirait pas, et constata avec stupeur que... La luminosité diminuait ? Non, ça devait être une erreur, ça ne pouvait pas être ça. A moins qu'elle ne contrôle la lumière ? Les ombres ? Il ignorait quel était son pouvoir, il devait le reconnaître. Et c'était pas le genre de questions qu'il posait comme ça en pleine conversation. Pourtant, la lumière revint quand il reprit la parole et il se contenta de sourire, et d'ignorer ce qui se passait.

Ainsi, les élèves avaient vu ce qui se passaient mais refusaient de voir plus loin, pour reprendre ses propos. Il eut un fin sourire, presque victorieux, et fut sûr qu'elle n'y était pour rien. Bien entendu, il n'avait pas toutes les réponses mais dans sa façon de s'exprimer, il sentait qu'elle n'était pas réellement coupable. Il l'écouta donc avec attention. Il ignorait encore beaucoup de choses, notamment sur tout ce qui était possession, et il n'aurait pas pensé envisageable qu'une telle entité ait pu s'introduire ici et s'emparer comme ça du corps de quelqu'un. Il croisa doucement les bras et se montra attentif à ce qu'elle lui disait, décortiquant les phrases comme il en avait l'habitude.


« Donc si j'ai bien compris... Ca n'est pas de ta faute, c'est ça ? »

Il lui fit un doux sourire sincère. Il ne se moquait pas d'elle, pas du tout, et la croyait réellement innocente. Il l'observa tout en continuant :

« Tu as dit avoir été possédée. Dans ce cas, tu n'étais pas responsable, ça arrive. Je ne suis pas sûr qu'on puisse t'en vouloir pour ça. Si toi tu as été victime de ça, je pense qu'aucun élève de cet Institut aurait pu encaisser un tel acte. Tu n'as pas à te sentir responsable de ce que quelqu'un t'as forcé à faire. »

Il continua de l'observer. Il comprenait un peu mieux cependant ce qui pouvait se passer du coup. Si les élèves avaient été en danger de mort, il pouvait comprendre leur peur. La comprendre, mais pas la cautionner pour autant. Paige avait apparemment agi indépendamment de sa volonté, et pour ça, Chris estimait largement qu'on pouvait lui pardonner. Il trouvait passablement crétin ceux qui avaient assisté à la scène mais étaient incapables de réaliser ce qui avait véritablement eu lieu, alors qu'il pensait en saisir les enjeux des semaines après les événements. Décidément, il n'était pas mécontent de se chercher des cours ailleurs.

« Les autres sont idiots de ne pas comprendre je trouve. Peut-être que je me trompe mais... Vraiment, pour moi, tu n'as pas à te sentir coupable. »

Pourtant, elle voulait toujours qu'il parte. Il poussa un profond soupir en fermant les yeux. Il n'avait plus le choix, il allait devoir abattre sa dernière carte, son dernier argument. Probablement le plus fort, mais également celui de la dernière chance. Si jamais ce dernier argument ne fonctionnait pas eh bien... Ca signifierait qu'il devrait repartir les mains vides. Du moins, pour aujourd'hui, il ne renonçait pas si vite que cela.

« J'ai besoin de toi pas uniquement parce que je suis passionné de littérature. J'en ai aussi besoin pour mon pouvoir. »

Il tendit sa paume vers elle, lui tendant la main sans la toucher pour autant. Ce faisant, il observait l'intérieur de sa main, mise à nue. Sa main qui s'illuminait lorsqu'il invoquait une créature. Il n'avait jamais compris pourquoi elles faisaient lampe torche quand il commençait à faire apparaître ces créatures.

« Je suis un invocateur. Je fais apparaître des êtres d'univers fictifs. Je voudrais être capable d'invoquer des créatures venant de livres. Ca demanderait énormément d'expérience, une expérience que je n'ai pas encore, mais que je recherche. Comprendre les livres, savoir les décortiquer, j'en ai besoin aussi pour mon pouvoir. Ca reviendrait à une maîtrise complète et totale de mon talent, et je sais que j'en suis loin, mais je souhaite m'entraîner. »

Il ramena sa main tendue contre lui et la regarda. Ses yeux brillaient d'une lueur à la fois déterminée, mais aussi un peu triste. Il avait abattu sa dernière carte, il ne pensait pas avoir à la jouer. Il décida de s'en remettre à sa décision, de tout confier entre les mains d'une femme qu'il connaissait à peine et qui n'était pas des plus amicales. Il la fixa, se sentant complètement vulnérable et dépourvu d'autres arguments, mais pourtant décidé à miser sur elle et sur son accord pourtant incertain.

« S'il te plaît, aide-moi. » demanda-t-il enfin de but en blanc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Hart

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 15/11/2013

Fiche Tecnhique
Metier: Professeur
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Et si nous parlions de romans ? [PV Paige]   Lun 6 Oct 2014 - 4:09

« Oui, un dialogue. C'est si surprenant que ça que de vouloir discuter de livres avec toi ? »

-Discuter de livre, non. Discuter avec moi, oui.

C’était à elle maintenant de sourire un peu. Non mais, il allait peut-être finir par comprendre qu’elle n’avait absolument rien d’une personne agréable. C’était bien plus qu’une protection en fait : Paige n’était tout simplement pas sociable. Il y avait certains sujets qui pouvaient la pousser à mieux se comporter, exemple la littérature ou les opérations de sauvetage, mais excepté ça, Dusk était une femme renfermée qui était bien lorsqu’elle était seule. Vint l’ennuyeuse explication sur les derniers évènements, que Paige résuma en quelques secondes.

« Donc si j'ai bien compris... Ca n'est pas de ta faute, c'est ça ? Tu as dit avoir été possédée. Dans ce cas, tu n'étais pas responsable, ça arrive. Je ne suis pas sûr qu'on puisse t'en vouloir pour ça. Si toi tu as été victime de ça, je pense qu'aucun élève de cet Institut aurait pu encaisser un tel acte. Tu n'as pas à te sentir responsable de ce que quelqu'un t'as forcé à faire. »

-Ça n’aurait pas dû arriver. J’aurais dû être plus forte, c’est tout. Alors oui, je suis complètement responsable, et comme tu n’es ni mon psychologue, ni même concerné par les évènements, je crois bien que mon propre jugement a préséance sur le tien.

Blanc bec. S’il pensait tout résoudre en disant quelques paroles mielleuses tirés du dernier recueil de Freud (très ancien donc), il n’avait absolument rien compris. Paige savait très bien que, au mieux de ses capacités, elle n’avait pas pu lutter contre cette entité qu’était la Duchesse. Au mieux, elle était parvenu à contenir l’assaut, et encore une fois pas tout à fait. L’esprit avait quand même fait des dégâts, il n’y avait qu’à regarder la salle des dangers pour s’en rappeler, lieu ou désormais, Paige évitait d’errer. Ceux qui devaient tout réparer lui en voulaient profondément, et Dusk n’avait pas le cœur à endurer des regards méprisants de la part de ceux qu’elle considérait comme ses collègues. Certes, elle n’avait pas grand-chose à foutre du destin de certains X-men qui avaient le malheur d’avoir une paire de couille, mais elle s’entendait… neutre disons avec les femmes. Même Emma Frost lui lançait des regards de glace.

« Les autres sont idiots de ne pas comprendre je trouve. Peut-être que je me trompe mais... Vraiment, pour moi, tu n'as pas à te sentir coupable. »

-Comme tu l’as dit, et comme disent toujours les mecs : « Pour moi. »

Chris n’était pas le premier à venir cogner à sa porte avec une demande particulière, mais elle se devait de le remettre à sa place. C’était un homme, donc un inférieur aux yeux de Paige. Seuls quelques élus étaient parvenus à gagner en estime pour la mutante des ombres : Wolverine, qui pouvait être le meilleur partenaire de boisson puisqu’ils pouvaient être tous les deux dans la même pièce des heures sans s’adresser la parole. Le professeur Xavier qui avait démontré, dans une logique implacable, ce qu’elle avait à rester ici. Et finalement Cyclope, qui, même si ils s’engueulaient souvent avec lui, était un stratège hors pair. Avec lui aux commandes et Paige en infiltrations, ils pouvaient tout faire. Paige demanda donc quelles étaient les raisons les plus secrètes pour que Chris ne veuille tant recevoir ces enseignements.

« J'ai besoin de toi pas uniquement parce que je suis passionné de littérature. J'en ai aussi besoin pour mon pouvoir. Je suis un invocateur. Je fais apparaître des êtres d'univers fictifs. Je voudrais être capable d'invoquer des créatures venant de livres. Ca demanderait énormément d'expérience, une expérience que je n'ai pas encore, mais que je recherche. Comprendre les livres, savoir les décortiquer, j'en ai besoin aussi pour mon pouvoir. Ca reviendrait à une maîtrise complète et totale de mon talent, et je sais que j'en suis loin, mais je souhaite m'entraîner. »

-T’entraîner ?

Voilà qui était plutôt intéressant. De tous les mutants, Paige faisait partie de ceux qui s’entraînaient le plus, mariant autant de la stratégie, du combat, que de l’intellect. Elle pouvait réagir facilement à plusieurs menaces simultanées depuis plusieurs années déjà, et son corps physique était au mieux de sa forme. Son don, elle le maîtrisait bien depuis longtemps aussi, même si depuis quelques temps, elle hésitait à s’en servir.

Chris voulait devenir plus doué à l’utilisation de son pouvoir, et cette connaissance semblait passer par Paige ? Pourquoi ne pas le référer au propriétaire des lieux ? Le professeur pourrait sans doute lui faire un entraînement particulier.

« S'il te plaît, aide-moi. »

-Tu vas pas m’implorer à genoux si ?

Un nouveau soupir. Paige ne savait plus vraiment quoi dire pour le faire partir. Elle pensait qu’une menace de mort était suffisante, mais il ne semblait pas y porter suffisamment d’attention. Ou il ne le voulait pas. Soupir supplémentaire alors qu’elle levait les yeux au ciel, avant de se tenir droite, les poings sur les hanches.

-Ça va me prendre plus que ça pour accepter de te prendre sous mon aile, gamin. Commence déjà par me montrer ce que tu sais faire, et on verra bien. Pas ici si c’est pour tout détruire évidemment… on peut aller à l’extérieur ou à la salle des dangers. Elle est faite pour ça.

Paige n’avait pas le droit d’y amener un élève, mais depuis quand s’intéressait-elle aux règles ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Marlowe

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 23/09/2014

Fiche Tecnhique
Metier: Acteur - Invocateur de créatures
Age : 25 ans
Nationalité : Americano-français

MessageSujet: Re: Et si nous parlions de romans ? [PV Paige]   Ven 10 Oct 2014 - 2:58

Chris resta interloqué. Décidément, il ne comprenait vraiment pas pourquoi avoir une conversation avec la jeune femme semblait si étrange. Certes, elle n'était pas des plus agréables et des plus accueillantes, mais il fallait de tout pour faire un monde, et si elle avait un caractère bien trempé, elle n'en restait pas moins quelqu'un d'assez intègre jusque là, qui ne l'avait pas vraiment insulté ou s'était révélé fondamentalement mauvais. La jeune femme aurait été singulièrement mauvaise, il serait parti, mais ça n'était pas le cas, alors il restait.

Il l'écouta expliquer qu'elle aurait dû être forte, et ne put retenir un soupire et une mine presque attristée, affligée. Dans le fond, il pouvait comprendre que les gens veuillent être fortes, mais s'infliger une telle pression, un tel poids, ça le dépassait. Ca n'aurait pas dû arriver parce qu'elle aurait dû être forte ? Ce genre de pensée lui donnait envie de l'enlacer, et de lui dire que si, comme tout le monde, elle avait droit à des moments de faiblesse, elle avait droit d'avoir des failles. Néanmoins, craignant pour la santé de ses parties intimes, il préféra s'abstenir d'un contact. Cependant, il tenait quand même à s'exprimer, même si c'était inutile.


« Tu te blâmes beaucoup trop et tu t'infliges une pression trop intense. On a tous le droit de faire des erreurs, ou d'avoir des faiblesses. C'est ce qui nous rend humain, c'est ce qui nous construit et nous aide à avancer. Bien entendu, tu as le droit d'avoir ta propre opinion, mais je te trouve un peu trop dure avec toi-même. Et la situation aurait pu être pire, si jamais cette... entité avait décidé de s'attaquer à quelqu'un de plus faible que toi. Je ne vois pas comment on peut te reprocher quelque chose de ce genre, et comment toi tu peux te le reprocher à ce point. Tu dois énormément t'en vouloir. »

Même s'il était aussi doué qu'un placard, Chris tentait néanmoins de lui faire comprendre qu'elle ne pouvait pas lutter contre ce qui avait eu lieu. C'était le passé, et on ne pouvait pas revenir dessus. Il fallait au contraire essayer d'avancer, de grandir, de devenir plus fort et de dépasser les démons qui nous rongeaient l'âme. Peut-être qu'il parviendrait à faire passer son message ainsi, peut-être pas. Quoiqu'il en soit, le jeune homme au style vestimentaire plus que douteux ne lui en voulait pas le moins du monde, et ne portait aucun jugement. Il n'était pas là, et pour lui, Paige était une personne normale. Aussi normale qu'un mutant pouvait l'être, en tout cas.

La suite le surprit pour autant. Il parlait de son avis propre, de son opinion et elle semblait se vexer et parler de tous les hommes, comme si elle leur en voulait. Décidément, elle avait une dent contre la gent masculine qui avait intérêt à se tenir à carreaux avec elle. Le brun était assez crétin pour ne pas comprendre que de ce fait, il aurait mieux fait de se tirer vite fait et de ficher la paix à l'ancienne professeur. Il ne se sentait pas concerné en réalité, puisque dans sa tête, il ne faisait rien de mal. Il n'avait pas envie de partir de toute façon. Néanmoins, il n'avait pas compris cette remarque, qu'il trouvait totalement hors contexte par rapport à ce qu'il avait dit. Il en comprenait le sens, il ne savait juste pas pourquoi d'un coup, comme ça... Surtout qu'il se sentait traité comme un enfant qui fait un caprice, et qui veut « pour lui » tout ce qu'il désire.


« Eh, je ne t'agresse pas tu sais ? Je ne vois pas pourquoi tu parles de ce « pour moi », je ne faisais qu'exprimer ma propre opinion. Je n'ai aucun désir de possession quelconque, encore moins vis-à-vis d'un autre être humain. » Dit-il doucement, dans l'espoir de l'apaiser et de la rassurer « Ceci dit, je ne savais pas que tous les mecs disaient ça... » enchaîna-t-il, plus songeur.

Il allait se faire taper s'il continuait comme ça. Mais il ne s'en rendait pas compte, et à dire vrai... Il ne ferait probablement que continuer à sourire béatement, du moins dans un premier temps. Cependant, il capta son attention en parlant d'entraînement, et il poursuivit ses explications comme il put, manifestant avec détermination son envie de progresser. Il avait envie de devenir plus fort, d'approfondir le lien qui l'unissait à ses invocations. Il esquissa un sourire lorsqu'elle parla de l'implorer à genoux.


« J'ai réellement envie d'apprendre. Reste à savoir quels seront les efforts et actes que j'aurai à faire pour y parvenir. » répondit-il simplement.

Il la laissa réfléchir un instant. Lorsqu'elle annonça qu'elle voulait bien avoir une démonstration pour voir ce qu'elle comptait faire avec lui, un sourire heureux commença à se dessiner sur son visage. Il secoua la tête et se reprit bien vite. Même s'il avait l'impression d'avoir fait un énorme pas en avant, il devait encore faire ses preuves. Il allait devoir assurer, au moins sur ce point. Heureusement qu'il se sentait en pleine forme. L'air encore plus déterminé, il regarda la femme face à lui.


« Merci, sincèrement. » Il réfléchit quelques secondes, avant de reprendre : « Allons dehors, il préfère les grands espaces et la liberté. »

Il fit signe à la jeune femme de le suivre, si elle le voulait. Il avait choisi l'invocation qu'il allait appeler, parmi les deux qu'il possédait. Un choix assez rationnel quelque part. L'une de ses invocations n'était pas vraiment faite pour le combat, du moins il ne la voyait pas comme tel. Il préférait plutôt veiller sur elle avec amour et passer du temps avec elle, juste parce qu'il l'aimait, simplement. Car quelque part, elle était un cadeau d'Alice, auquel il tenait. Il ne la voyait pas comme une arme, loin de là, et n'était pas une combattante par nature. S'il voulait montrer ses pouvoirs et tout ce qu'il était capable de faire, au moins au niveau du combat, il allait devoir faire appel à l'autre. Plus féroce, plus indépendant, le combat était en partie dans sa nature, comme un système de défense. Par contre, Chris avait moins de contrôle sur lui, en quelque sorte. Le jeune homme voyait ses invocations comme étant des êtres vivants à part entière, avec leurs caractères bien déterminés, et il s'avérait que celui qu'il comptait faire apparaître était quelqu'un qui réfléchissait par lui-même, qui prenait ses propres décisions. Bien entendu, il écoutait souvent Chris, mais s'il estimait que son cavalier était en danger, il intervenait. De même, il était protecteur, et ne supportait pas qu'on dise du mal de ses proches ou de sa propre personne. Une insulte, et il montrait les crocs, devenait menaçant.

Une fois à l'extérieur, Chris se dirigea un peu à l'écart, préférant se placer à l'ombre de quelques arbres. Là, il regarda Paige et se passa une main dans les cheveux, un peu gêné.


« Un conseil, vis-à-vis de ce que je vais faire : il faudra le considérer comme un individu à part entière, et non comme une sorte de marionnette. Il a son caractère, et il est bien trempé. Il ne faut pas s'aviser de l'insulter, ou de se montrer injuste, c'est important. »

Il tendit les mains devant lui, bras légèrement écartés, et il ferma les yeux. Son visage se plissa alors qu'il était en train de se concentrer, mobilisant toute sa mémoire pour ne pas estropier le dragon, pour ne pas oublier la moindre partie de son harnachement particulier, et pour ne pas omettre la moindre écaille de son corps d'ébène. L'ombre de la créature se matérialisa, puis évolua petit à petit. Le corps se solidifia, et au bout de quelques minutes, le dragon noir était apparu.

Chris rouvrit les yeux tandis que le Night Fury s'approchait de lui, venant frotter sa massive tête contre son torse et le visage du jeune homme.


« Hey bud, toi aussi tu m'as manqué. »

Il sourit, venant grattouiller le menton du reptile qui ferma à moitié les yeux de plaisir. Il se dégageait du jeune homme une affection non feinte pour son partenaire, se montrant d'une grande douceur. Il se tourna ensuite vers la jeune femme avec un doux sourire sur le visage.

« Paige, voici Toothless, l'une de mes invocations. Toothless, je te présente Paige. C'est une amie. » fit-il au dragon, pour le convaincre de ne pas s'en prendre à elle.

Le Furie Nocturne se redressa légèrement et toisa la jeune femme face à lui, essayant de se faire un avis sur sa personne. Tant qu'elle ne bougeait ou ne parlait pas, il serait difficile lui de se forger une opinion viable. Pour autant, Chris espérait de tout son être qu'elle n'attirerait pas la colère du dragon sur elle. Il pourrait probablement l'arrêter lui, mais ignorait les pouvoirs de l'ancienne professeur. De plus, il ne tenait absolument pas à ce qu'ils s'affrontent, ils n'étaient pas là pour ça.


« Aurais-tu besoin d'une quelconque démonstration, de quelque chose de précis ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Hart

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 15/11/2013

Fiche Tecnhique
Metier: Professeur
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Et si nous parlions de romans ? [PV Paige]   Ven 10 Oct 2014 - 21:18

« Eh, je ne t'agresse pas tu sais ? Je ne vois pas pourquoi tu parles de ce « pour moi », je ne faisais qu'exprimer ma propre opinion. Je n'ai aucun désir de possession quelconque, encore moins vis-à-vis d'un autre être humain. Ceci dit, je ne savais pas que tous les mecs disaient ça... »

-Rho putain… fais comme si j’avais rien dit d’accord ?

Sans aucun doute, il était niais. N’importe qui aurait pu faire le lien et comprendre aisément ce que Paige disait. Mais pas lui. Ça fonctionnait peut-être comme une protection pour lui, mais pour la mutante des ombres, ça ne faisait que l’exaspérer. Elle faisait des efforts, se trouvant avec un étudiant de l’institut, dans les murs de l’institut, pour être patiente, mais il semblait vraiment chercher une baffe. En fait, il aurait été n’importe qui d’autre, aucunement lié à l’école des mutants, il se serait fait projeter contre un mur et la porte de Paige aurait aussitôt été claquée. parla de l'implorer à genoux.

« J'ai réellement envie d'apprendre. Reste à savoir quels seront les efforts et actes que j'aurai à faire pour y parvenir. »  

-Tout ce que j’aurai besoin que tu fasses. Et je ne suis pas douce, j’espère que tu l’as au moins compris ?

Mais elle accepta… une démonstration. C’était tout. Le reste attendrait après. Peu importe ce qu’il allait pouvoir tirer de son chapeau, Paige était en mesure de se défendre contre n’importe quelle menace. Ce n’était pas un personnage d’un cartoon ou d’un livre qui allait lui faire peur.

« Merci, sincèrement. Allons dehors, il préfère les grands espaces et la liberté. »

Il ? Quel genre de jouet allait-il faire apparaître. Laissant le jeune homme prendre les devants, Paige le suivit, les bras croisés, réfléchissant. Comment le convaincre de lui foutre la paix ? Est-ce que casser son jouet serait suffisant ? Peut-être… mais le fait de se diriger vers l’extérieur, où la lumière régnait pour le moment, allait sérieusement réduire ses capacités. C’était la grande faiblesse de son don : elle pouvait faire beaucoup de chose, mais si on la laissait être à la lumière complète, elle ne pouvait même plus se connecter à sa mutation. Peut-être un jour… mais certainement pas maintenant. Tenter de maîtriser son don d’une façon plus impressionnante avait poussé la duchesse à prendre possession de son corps. Hors de question de recommencer.

Arrêtés à l’extérieur, Paige sourit intérieurement en regardant l’endroit où Chris souhaitait faire apparaître son invocation. Un petit coin plus sombre et couvert d’ombre en partie. De quoi aider la jeune mutante à montrer à Chris à quel point il n’était pas prêt à l’affronter ni même à suivre son entraînement.

« Un conseil, vis-à-vis de ce que je vais faire : il faudra le considérer comme un individu à part entière, et non comme une sorte de marionnette. Il a son caractère, et il est bien trempé. Il ne faut pas s'aviser de l'insulter, ou de se montrer injuste, c'est important. »

-Garde tes conseils pour toi et fais apparaître… peu importe qui. Après on décidera qui donne des conseils à qui.

Putain ce que c’était long ! Le jeune homme restait là, les yeux fermés, à ne rien faire hormis tendre les mains devant lui. Allait-il rester ainsi pendant la journée ? La patience de Paige n’était pas sa capacité la plus développés, et elle n’avait pas l’esprit à se montrer patiente du tout. Heureusement, ça ne dura pas plus que quelques minutes, et ça avait tout de même de la gueule. Ça… était un dragon. Un dragon que la jeune femme n’avait jamais vu, mais elle n’était pas vraiment au fait avec les sorties des films.

« Hey bud, toi aussi tu m'as manqué. Paige, voici Toothless, l'une de mes invocations. Toothless, je te présente Paige. C'est une amie. »

Paige restait de glace, ne démontrant pas d’agression mais pas plus de tendresse. En fait, elle toisait quelque peu le dragon, impressionnée, mais aucunement effrayée.

« Aurais-tu besoin d'une quelconque démonstration, de quelque chose de précis ? »

-Je veux qu’il se batte. Je veux que tu me montres de quel bois tu te chauffes petit. Hors de question que je perde mon temps avec un merdeux supplémentaire de l’institut s’il ne peut rien faire.

Tournant la tête vers le dragon, Paige s’accroupit quelque peu et toucha le sol, sa main s’engouffrant dans le sol jusqu’à son coude. Lorsqu’elle la ressortit, sa peau était devenue noire, comme couverte d’une couche sombre, presque aussi sombre que les écailles ébènes du dragon. La « protection » vint rapidement recouvrir le corps de la mutante en entier, ne laissant même plus place à ses yeux. Paige pouvait distinguer parfaitement ce qui se déroulait, mais on ne pouvait la lire. C’était une protection supplémentaire. Se débarrassant de ses lunettes de soleil en les envoyant au loin, elle sourit. Malgré son armure noire, ses traits étaient tout à fait définissables.

-Alors… bud… Tu me montres ce que tu as dans le ventre ? Lâche toi, n’aie pas peur de me toucher… si tu y arrives…

Paige n’avait aucune envie de tuer cette créature, mais montrer à Chris qu’elle était loin d’être de la même ligue que cette invocation. Si Chris souhaitait vraiment avoir cet entraînement et donc ces cours privés, Toothless allait devoir être suffisamment agile, rapide et puissant pour lui arracher un bras… tout en protégeant son maître. Le corps de Paige s’enfonça une fois de plus dans l’ombre… pour la faire réapparaître sur le dragon, juste sous son aile.

-Impressionne-moi !

Son poing, renforcit par l’ombre, frappa les côtés du dragon, cherchant à l’énerver. Elle n’allait pas frapper avec des armes létales pour le moment… mais si c’était nécessaire, elle le ferait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Marlowe

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 23/09/2014

Fiche Tecnhique
Metier: Acteur - Invocateur de créatures
Age : 25 ans
Nationalité : Americano-français

MessageSujet: Re: Et si nous parlions de romans ? [PV Paige]   Sam 15 Nov 2014 - 1:23

La demoiselle avait apparemment besoin qu'il fasse tout ce dont elle avait besoin. S'il n'y avait que ça à faire pour lui prouver sa détermination, Chris pouvait s'exécuter avec plaisir. D'ailleurs, il décida de poser une main sur son cœur avant de faire une courbette, affichant un large sourire ravi.

« J'exécuterai tous tes ordres avec plaisir. »

Il se redressa, commençant à se dire que son attitude devait l'exaspérer. Mais il était d'une détermination sans faille et il voulait vraiment qu'elle partage son savoir avec lui. Alors si pour ça, il devait s'asseoir sur sa dignité, et se conduire comme un bon petit chien, il le ferait. Enfin, jusqu'à certaines limites, il n'allait pas non plus tout accepter comme indication. Les ordres contradictoires comme lui demander de s'éloigner ne marcheraient pas, tout comme ceux sans motif valables. Cependant pour l'instant, tout ce qu'elle voulait c'était voir ce dont il était capable de faire et il comptait bien lui faire une démonstration qui, il l'espérait, serait convaincante.

Il se dirigea vers l'extérieur, et une fois qu'il eut trouvé un coin appréciable, il prévint la jeune femme de ne pas vexer son partenaire. Elle ne semblait pas réellement partante pour l'écouter, et il soupira, espérant que tout se passerait bien. Il ne pouvait pas la forcer après tout, mais son compagnon avait son caractère bien trempé, et s'il pouvait être obéissant, il avait sa dignité parfois bien mal placée.

Il mit quelques minutes à faire apparaître le dragon couleur ébène, ce dernier manifestant sa joie de revoir le jeune homme en enfouissant sa tête massive contre son torse. Puis, le reptile posa ses yeux verts sur la jeune femme, l'étudiant à son tour. Il était plutôt neutre, se contentant de la jauger et de se demander pourquoi le brun le faisait apparaître face à une femme. Il se doutait bien qu'elle n'était pas là par hasard, et il s'interrogeait sur sa présence ici.

Chris haussa simplement un sourcil lorsque Paige lui demanda de se battre. Ca ne l'étonnait pas, et il s'y attendait un peu. Ca lui semblait presque normal après tout. Toothless lui émit un léger grognement et lança un regard inquisiteur à son cavalier. Ils allaient devoir faire équipe contre elle ? Non pas que ça le dérange, mais il espérait qu'ils allaient se battre à armes égales, au moins. Et en voyant la professeur revêtir un costume d'ombre, il en conclut que c'était le cas. L'acteur se demandait même si sa force de frappe n'était pas diminuée par rapport à celle de la jeune femme.


« Tu veux qu'on se batte ? Vraiment ? »

Le Night Fury semblait toujours hésitant à l'idée de se battre contre Paige. Pourtant, lorsqu'elle lui asséna un coup dans les côtes, il poussa un grognement de douleur. Ses pupilles se réduisirent, devenant presque deux simples fentes dans ses yeux d'émeraude et il tenta de mordre la fautive, ses dents ne se fermant que sur du vide. Il regarda Chris et lâcha un simple grondement avant de déployer à moitié ses ailes après s'être ébroué. Le jeune homme hocha la tête, l'air sérieux. Il s'approcha prestement de son compagnon et grimpa en selle. Il glissa son pied dans l'étrier mécanique qui actionnait la prothèse du dragon et il s'accrocha fermement.

« Ok mon grand, c'est parti, on va lui montrer ce qu'on sait faire. »

A ces mots, le reptile déploya ses ailes et dans un puissant battement, il décolla, grimpant en flèche vers le ciel. Le vent cingla le visage du jeune homme, le rafraîchissant et lui éclaircissant les idées. Il allait avoir besoin de réfléchir et de parvenir à frapper fort. Voler était un avantage, mais si Paige était clouée au sol, ils devraient redescendre pour pouvoir tenter de l'atteindre.

« On va tenter de ne pas la frapper elle directement, je ne sais pas quels dégâts tu pourrais faire. Si son arme ce sont les ombres, on va avoir l'avantage avec ton Plasma Blast. On redescend buddy ! »

Alors qu'il grimpait dans les cieux à la verticale, il déploya ses ailes et freina son ascension. Puis il amorça un demi-tour, rabattit ses ailes contre son corps et plongea en piqué. Il plissa les yeux, visant l'ombre là où se trouvait son adversaire et se concentra. Un sifflement particulier commença à sortir de sa gorge, tandis qu'il fronçait son museau. Il n'était qu'à quelques mètres du sol lorsqu'il ouvrit la gueule et cracha une sphère éblouissante qui s'écrasa dans l'ombre dans une explosion de lumière. Il déploya ses ailes et frôla le sol avant de reprendre de l'altitude, se tournant à nouveau pour se placer en vol stationnaire et observer l'étendue des dégâts.

Une auréole bleue avait succédé à l'explosion de lumière, de feu et de chaleur, éclairant le sol. L'herbe avait noirci sur le lieu de l'impact, et un très léger cratère s'était creusé. De plus, quelques brindilles s'étaient enflammées. Le furie nocturne était plutôt satisfait de son œuvre. Ses atouts reposaient sur cette attaque, sa puissance et sa vitesse. Il n'était pas excellent au corps à corps, même s'il pouvait se débrouiller. Il fallait cependant reconnaître que ses assauts étaient souvent kamikaze. Il fondait sur sa cible avant d'asséner son attaque et de s'éloigner, s'exposant au danger. Mais c'était en agissant ainsi qu'il s'assurait de ne pas manquer sa cible, ou alors très rarement.

Le jeune homme posa sa main en douceur sur la tête écailleuse de son coéquipier.


« Bien joué mon grand, joli tir. On va rester au-dessus de la zone et ne pas se poser pour l'instant, je ne pense pas que cette petite attaque l'ait vraiment mise à terre. Tu as fait exprès de la manquer n'est-ce pas ? »

Le dragon gronda doucement, approbateur. De nuit comme de jour, sa vue était excellente, et même si la jeune femme était recouverte d'ombres, il pouvait apercevoir sa silhouette, bien que ça soit un peu confus, il devait l'admettre. Il l'avait volontairement manqué, n'arrivant pas pour l'instant à se résoudre à la frapper directement, et aussi pour tester ses réactions à la lumière. Pourtant, si elle ne lui laissait pas le choix, Toothless serait moins enclin à la douceur que son cavalier. Il attendit, prêt à recevoir la contre-attaque, et prêt à cracher une nouvelle fois son Plasma Blast si c'était nécessaire.

[Pardon pour le retard, je suis impardonnable pour le coup ;A;]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et si nous parlions de romans ? [PV Paige]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et si nous parlions de romans ? [PV Paige]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Et si nous parlions un peu Français, pour changer ?
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?
» Il nous a quittés.
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Couloirs-