X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Lun 30 Juin 2014 - 18:11

-« Dis-moi, c’est comment à Londres ? »
-« Gris. Pluvieux. Ennuyeux. Tu reviens quand ? Je m’ennuis comme pas possible. »
-« Bientôt. Disons que tu m’as donné la piqure de l’investigation et que je suis tombée sur une histoire très intéressante. »
-« Sérieusement ? Allez, raconte ! »
-« Quand j’aurais fini tu auras tous les détails. Tu te souviens de ce travail que tu as fait pour l’un de tes cours, durant l’été, au sujet d’une vague de disparition d’adolescents qui a eu lieu sur une période de quelques mois, entre les vacances d’hiver et celles d’été ? »
-« T’as lu mon travail ? »
-« C’était le bordel dans ton appart’ et je m’ennuyais alors je suis tombée dessus. Enfin, tu parlais de ces disparitions, des jeunes de différentes ethnies, différentes écoles et milieux sociaux qui avaient lieu à travers New-York. En lisant le journal, hier soir, au sujet de deux nouvelles disparitions, j’ai réalisé quelque chose. Je t’épargne les détails sur comment je suis arrivée là, mais je crois avoir trouvé ce qui s’est passé. Ils se sont faits kidnappé. Je crois savoir qui est le mec derrière tout ça. »
-« Je savais que j’aurais dû te suivre à New-York. »
-« Disons que contrairement à toi, je peux me permettre de rater quelques cours pour me permettre des petites vacances. Je dois te laisser. Je vais mettre mes talents de pickpocket à l’épreuve. »

Erïka raccrocha, puis éteignit complètement la sonnerie de son téléphone. Chelsea était une excellente amie, mais il y avait tant de choses qu’il n’était pas possible de lui révéler. L’adolescente avait fait connaissance avec cette étudiante en criminologie tout à fait par hasard, dans la rue, un soir. Elles avaient fini par se revoir, puis encore, et encore. Un lien d’amitié s’était formé entre ces deux-là, mais il n’était pas suffisamment fort pour qu’Erïka accepte de lui confier certains éléments importants de sa vie. Ses capacités mutantes en faisaient partie. Elle ne pensait pas que son amie connaissait les mutants et, si elle en était une, elle le cachait plutôt bien. C’est pourquoi elle n’avait pas dit comment elle était arrivée à avoir un suspect et connecter tous ces enlèvements. Déjà, certains d’entre eux pouvaient être des fugues, rien de plus. C’était courant, de toute façon. Elle n’avait qu’une théorie, elle ne savait pas si elle était fondée, mais elle allait bientôt le savoir.

Maylee était récemment tombée sur un homme qu’elle connaissait. Il passait acheter des fleurs à la boutique où elle travaillait et l’a immédiatement reconnue. Il s’agissait du psychologue de l’école qu’elle avait fréquenté juste avant qu’elle n’intégré l’institut. Elle l’avait vu à quelques reprises suite au décès de son père dans un accident de la route. Quoi qu’il en soit, il avait décidé de rester avec elle quelques instants, pour discuter et tout ça. Il lui parlait de tout, de rien, prenait de ses nouvelles et cherchait à savoir si elle allait mieux. Par contre, il avait un comportement étrange. Elle savait que quelque chose clochait. Il lui avait proposé de la raccompagner chez elle, à l’institut, à deux reprises, puisque son quart d’heure se terminait. Elle avait refusé. Elle trouvait très étrange qu’il insiste autant pour passer du temps avec elle. Elle était de nature méfiante et avait remarqué son petit jeu. Lorsqu’elle en avait parlé à Erïka, cette dernière avait trouvé ça étrange. Lorsque son ami lui parla de son ancienne école, d’où deux adolescents avaient mystérieusement disparu à un mois d’intervalle, elle s’était posé des questions.

N’ayant rien à faire de sa soirée, la jeune femme décida de suivre son instinct. Elle avait trouvé le numéro de téléphone et l’adresse de l’homme via internet. Qui consultait encore le bottin téléphonique sur papier quand il y avait plus simple et plus rapide pour accéder à certaines informations sur une personne ?

Niveau vestimentaire, Erïka n’avait pas délogé de ses habitudes. Elle n’avait pas eu le choix, à vrai dire. Durant la journée, elle avait dû passer chez sa sœur et était restée manger avec elle, chose qui n’était pas prévue au programme. Elle n’avait pas eu le temps de rentrer se changer. Par contre, elle avait certains accessoires dans sa voiture, au cas où elle en aurait besoin en cas d’urgence. Et puis, elle ne pouvait pas laisser trainer cela dans sa chambre à la portée de n’importe qui. Elle fouilla dans son sac de sport et en sortit une arme à feu, reposant dans son étui. Elle accrocha ce dernier à la ceinture de son pantalon en cuir. Elle ajusta les bretelles de son débardeur noir puis enfila sa veste de cuir. Elle devait couvrir le mieux possible son arme. Après un moment de réflexion, elle décida de retirer l’étui et de le laisser dans le sac. L’arme, quant à elle, fut rangée dans une poche intérieure de son blouson.

Erïka quitta sa voiture. Elle l’avait garée à quelques rues de l’endroit où elle devait se rendre. Elle avait fait en sorte de se faire passer pour son amie en envoyant un SMS au numéro de téléphone qui lui avait remis le jour où il était passé à son boulot. Elle lui avait demandé de la rejoindre au coin d’une intersection tranquille, là où elle n’aura aucun mal à fuir ou se battre si besoin était.

S’arrêtant devant une vitrine d’un magasin clos, la jeune femme replaça sa frange droite. Son amie lui avait fournis une perruque de qualité. Maintenant, elle avait les cheveux bruns foncés et ondulés. Elle comptait là-dessus pour se fondre dans la masse, être discrète et ne pas se faire reconnaitre par quiconque. Elle n’avait pas envie de tomber sur une connaissance par hasard. On ne sait jamais, après tout. Elle reprit sa marche. Plus elle avançait, plus elle pressait le pas. Elle était légèrement stressée, mais croyait en sa réussite. Dans le pire des cas, ce serait un échec et elle se sera trompée.

Avant d’arriver à destination, elle sortit une paire de lunettes fumées de sa veste et les enfila. Il faisait noir, cela ne l’aidait en rien à la vision, mais dans les films, certaines personnes faisaient ça pour qu’on évite de pouvoir reconnaitre le visage. Elle remarqua que l’homme qu’elle avait convoqué était au rendez-vous. Il marchait doucement en sa direction, en sens inverse. Elle ne le fixa pas. Elle fit mine de regarder le sol. Lorsqu’elle passa à côté de lui, Erïka le bouscula, comme si elle n’avait pas fait exprès. Elle glissa la main dans la poche de sa veste, espérant y attrapa son téléphone. Elle n’avait pas pensé à vérifier où il pourrait le ranger, à l’observer avant de s’approcher de lui. Erreur stupide. Elle avait peut-être attrapé son téléphone malgré tout, mais elle s’était également fait prendre. L’homme la retint par le poignet, l’empêchant de partir. Elle pivota pour lui asséner un coup de poing au visage, lui laissant ainsi l’opportunité de fuir.

Erïka était une sacrée coureuse. Elle était agile et rapide. Les obstacles ne lui faisaient pas peur. Elle fuyait à travers les petites ruelles, évitant les poubelles et autres détritus qui pouvaient obstruer le chemin. Si elle se fiait à ce qu’elle entendant derrière elle, les voix, les bruits de pas, elle pouvait deviner que cet homme n’était pas seul. Comment les fuir ? Elle courait rapidement, certes, mais elle allait finir par se fatiguer à un moment.

Une fois qu’elle eut mis suffisamment de distance entre elle et ses poursuivants, Erïka attrapa une plaque d’égout et la souleva. Elle eut du mal, mais réussis à faire une ouverture suffisamment large pour s’y engouffrer et y disparaitre. Par contre, elle n’avait pas le temps de la refermer. Elle devait continuer de courir. Avant tout, elle retira ses lunettes et les posa sur sa tête. Qu’elle idée stupide de mettre ça le soir. D’un pas rapide, elle empruntait divers couloirs, ne sachant pas trop où elle s’orientait. Elle ne voyait pas très bien, mais la faible lumière qui émanait des diverses ampoules installées çà et là pour les travailleurs, probablement, l’aidaient à se repérer un minimum. Elle finit par déboucher sur un endroit un peu plus large où elle pouvait se dissimuler. Ainsi, elle pouvait espérer que ses poursuivants ne la retrouve pas.

La jeune femme rangea le téléphone dans la poche extérieure de sa veste avant de sortir son arme à feu. Juste au cas, elle préférait l’avoir sous la main si elle devait agir ou bien s’en servir comme d’une menace. Elle entendait des bruits de pas. Elle savait que quelqu’un approchait. Qui ? Elle allait bientôt le savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Mar 1 Juil 2014 - 22:28

Avec les soucis que représentaient sa petite sœur effrayée et -il fallait le dire- kidnappée, Scum avait souvent besoin de chercher la compagnie et les conseils d'autres Morlocks, mais aussi de décompresser durant ses entraînements avec Callisto et parfois Honey et Alexïs.

L'écailleux appréciait beaucoup ces sessions de combat avec ses camarades. Chacun avait ses motivations personnelles et chacun à son échelle faisait de gros progrès : Honey, faisait de son mieux pour outrepasser son handicap et ainsi être plus assurée lors de ses sorties. Alexïs cherchait à s'endurcir et à s'affirmer même si l'aimable et gentil jeune homme qu'il était avant semblait s'estomper alors.
Le mutant reptilien pour sa part, affinait ses techniques de combat dans le but d'être toujours plus habile lors de ses excursions à l'extérieur mais aussi pour se rapprocher de ses héros d'enfance, les Tortues Ninjas. Il lui avait d'ailleurs était plaisant de voir que Honey et Alexïs avaient respectivement choisi bâton et katana, des armes employées par ses idoles. Maintenant, il ne lui restait plus qu'à convaincre un autre Morlock de porter des saï pour devenir leur Raphael.

C'est ainsi que durant une balade souterraine avec Evelynn, il avait rapidement orienté la discussion sur ce sujet :

"Il faudrait vraiment que tu viennes voir ça, disait-il à la jeune femme. Alexïs a beaucoup changé grâce à cet entrainement, et Honey fait de grands progrès : bientôt le fait qu'elle soit aveugle n'aura plus d'importance, elle se débrouillera très bien. Peut-être que toi aussi, ça t'aiderait. Alexïs ferait un bon Leonardo et Honey s'en sortira bien en Donatello, j'en suis sûr. Tu peux être notre Raphael si tu veux ! C'est le plus féroce, et de nous tous, tu es celle qui peut le mieux instiller la peur chez l'ennemi. Même si c'est plutôt grâce à ton pouvoir..."

Il fallait admettre que sans son pouvoir, Evelynn inspirait plus la confiance et la compassion que la peur, et ce n'était pas un mal ! Tout le monde adorait la douce Evelynn. Mais Scum l'appréciait d'autant plus qu'il souhaitait qu'elle prenne part à ses sorties nocturnes, et pour cela, il faudrait que la jeune femme s'enhardisse.

L'écailleux cherchait activement à la convaincre lorsque, au détour de leur marche, ils entendirent les bruits de pas d'une autre personne dans les galeries humides. Faisant signe à Evelynn de le suivre discrètement, Scum grimpa au plafond du tunnel et se mit en quête du nouvel arrivant.

Avec la couleur de cheveux inhabituelle qu'elle arborait, l'écailleux eut du mal à reconnaître Erika, mais il poussa un soupir de soulagement en la voyant. Par contre, l'arme à feu dans ses mains l'inquiétait : la dernière fois qu'ils s'étaient croisés, elle lui avait dis ne plus avoir d'ennuis. Cela avait changé ? Scum était bien placé maintenant pour savoir qu'on échappait à son passé, alors peut-être que celui d'Erika s'était à nouveau lancé à sa poursuite.

"Tout va bien, c'est une amie, fit-il pour Evelynn. D'ailleurs je ne comprends pas pourquoi elle a dégainé son arme..."

Se laissant tomber du plafond, l'écailleux appela simplement la jeune femme à quelques mètres devant lui :

"Erika ? Qu'est-ce qui t'amène ici, tu as des ennuis ? Est-ce que tu as le pouvoir de changer de couleur de cheveux maintenant ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Mer 2 Juil 2014 - 19:01

"Il faudrait vraiment que tu viennes voir ça. Alexïs a beaucoup changé grâce à cet entrainement, et Honey fait de grands progrès : bientôt le fait qu'elle soit aveugle n'aura plus d'importance, elle se débrouillera très bien. Peut-être que toi aussi, ça t'aiderait. Alexïs ferait un bon Leonardo et Honey s'en sortira bien en Donatello, j'en suis sûr. Tu peux être notre Raphael si tu veux ! C'est le plus féroce, et de nous tous, tu es celle qui peut le mieux instiller la peur chez l'ennemi. Même si c'est plutôt grâce à ton pouvoir..."

Evelynn écoutait son compagnon d’une oreille distraite. Effectivement, l’idée de s’entraîner avec Alexïs, Honey et Scum lui avait traversé l’esprit à plus d’une reprise, et encore plus depuis son altercation avec Paul, l’assassin de mutants. Le problème cependant était le même qu’auparavant : elle avait peur. De quoi ? De tout en fait. Que son don ne se libère à nouveau, un peu moins depuis qu’elle suivait des cours, mais ce risque persistait. De plus, des sentiments forts étranges pour elle l’envahissaient lorsqu’elle sentait sa mutation s’éveiller, et cela ne la rassurait pas du tout. Elle finit tout de même par réaliser que Scum avait cessé de parler, attendant sans doute une réponse.

-Euh… oui oui Scum je euh… je pourrais venir voir un de ces entraînements un jour. Je ne peux pas te promettre de m’y investir corps et âme mais… je vais tenter de venir. Ça, c’est si Callisto veut bien de moi là-bas.

La chef des Morlocs n’était pas du genre à apprécier les faibles et les gentillettes dans le genre d’Evelynn, et les deux femmes ne se parlaient que très peu. Ils n’avaient que bien peu de point en commun, hormis leur désir de prendre soin des Morlocks. Avec un sourire plus léger, elle ajouta :

-Mais si je viens, j’essaierai d’être ton… Raphael, mais je ne te promets rien au niveau de la peur hein ! J’essaie de le maîtriser, pas de le libérer n’importe quand.

Peu importe ce que ça signifiait, d’être un Raphael… Evelynn ne comprenait que très peu de références du genre, ne connaissait pas beaucoup ce genre de sujet. Les bandes-dessinées, les émissions jeunesse, ça lui était pour la plupart inconnu. Ils discutèrent encore quelques instants avant que Scum n’entende des bruits. La main qu’il tendit devant l’artiste fut suffisante pour que celle-ci comprenne que quelque chose allait se passer. Elle n’avait pas capté les bruits de pas, aussi se contenta-t-elle de rester discrète, ne sachant pas trop quoi faire. Elle n’eut cependant pas le choix de continuer son chemin dans le silence lorsque Scum disparut en grimpant au plafond. Evelynn n’avait pas les muscles ou les griffes pour s’agripper ainsi, aussi se pencha-t-elle pour être plus discrète, faisant attention où elle mettait les pieds, pour suivre au mieux son ami reptilien.

Heureusement, elle n’eut pas à jouer les espionnes bien longtemps, puisque rapidement Scum redescendit quelque peu avant de lui dire :

"Tout va bien, c'est une amie. D'ailleurs je ne comprends pas pourquoi elle a dégainé son arme..."

Puis, le lézard se laissa tomber sur le sol. Evelynn ne savait plus trop où se mettre. S’il s’agissait d’une des amies de Scum, devait-elle rester ? Allait-elle les déranger ? En fait, c’est lorsque le mutant reptilien attira l’attention de la jeune femme sur lui qu’Evelynn la reconnut.  Le nom que prononça le Morlock ne fit que confirmer les soupçons qu’avait la mutante de la peur :

"Erika ? Qu'est-ce qui t'amène ici, tu as des ennuis ? Est-ce que tu as le pouvoir de changer de couleur de cheveux maintenant ?"

-ERIKA ?

Elle avait presque crié, ses paroles résonnant dans ces couloirs creux et profonds, avant de plaquer ses deux mains sur sa bouche, comme pour s’empêcher d’émettre le moindre son supplémentaire. Évidemment, elle n’avait aucune idée de pourquoi la jeune femme portait une perruque, mais le fait qu’elle tienne son arme à feu laissait penser qu’elle était en danger. S’approchant donc « furtivement », soit en faisant claquer sans le vouloir ses petits talons sur le sol (Remerciez Nora ici, c’est vachement facile de monter à une échelle à barreaux avec ces trucs dans les pieds), elle vint  demander elle aussi, inquiète :

-Euh… qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce que tu fais ici et… et avec ton arme ? T’as des problèmes ?

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Mer 2 Juil 2014 - 19:33

Lorsqu’on décidait de se faire passer pour une autre personne, on prenait garde à bien dissimuler sa véritable identité. Erïka avait décidé de modifier son apparence autant qu’elle le pouvait et de se présenter sous un tout autre nom afin qu’on ne fasse jamais le lien entre celle qu’elle prétendait être et celle qu’elle était réellement. Son déguisement n’était pas parfait, elle le savait, mais elle devait improviser. À Londres, son amie Chelsea lui avait laissé la clé de son appartement avec, à sa disposition, des perruques, des cosplays et des vêtements de tout style, vestiges de l’époque où elle cherchait encore son véritable style. Cela permettait à Erïka de changer de tout au tout son apparence et de se fondre dans une masse de personnes qui ne la connaissaient pas. Cependant, à New-York, les choses étaient différentes. Elle connaissait un peu trop de monde et avait la fâcheuse manie de tomber accidentellement sur des personnes de sa connaissance.

Ce n’était pas le bon moment pour que quelqu’un révèle son véritable prénom à voix haute. Erïka était poursuivie par des gens qui étaient probablement armés. Elle avait probablement trouvé une piste quant à de nombreux kidnapping perpétrés au fil des mois. Il fallait simplement qu’elle prouve qu’elle avait raison. Ce n’était pas gagné si elle ne pouvait même pas tenir sa couverture adéquatement.

En entendant des bruits de pas venant dans sa direction, elle se demanda qui pouvait bien se trouver dans un endroit aussi crasseux que les égouts. Elle fit bien attention à rester autant dissimulée dans l’obscurité que possible. Cependant, elle ne put échapper à l’œil aiguisé de Scum, qui vint aussitôt à sa rencontre… en l’appelant par son prénom. Erïka sursauta et se tourna vers lui d’un mouvement vif. Bientôt, se joignit à lui une voix féminine, aigue, qu’Erïka pu reconnaitre comme était celle d’Evelynn lorsque cette dernière passa à proximité d’une lumière.


-« Vos gueules ! Putain, vos gueules ! » S’exclama Erïka à voix basse. « Vous voyez pas que j’essaie de cacher mon identité ? » Elle soupira. « Evelynn, je vais hériter d’une compagnie d’armement, tu sais, celle dont Nora veut pas parce qu’elle préfère faire du shopping que de bosser, t’es vraiment étonnée que j’ai un flingue entre les mains ? » Elle se tourna vers Scum. « Non, je ne change pas de couleur de cheveux. C’est une perruque. Pourquoi ? Pour pas qu’on sache qui je suis à cause de la raison que j’ai donné à Evelynn. Contents ? »

Erïka était ce qu’on pourrait décrire comme légèrement énervée. Elle ne s’attendait pas à être surprise par des gens de sa connaissance. Maintenant, elle se demandait ce qu’elle allait faire. Elle entendait des bruits de pas, elle savait que tout ce boucan avaient dû attirer ses poursuivants. Qu’allait-elle faire ? Elle n’avait pas beaucoup de solutions à porter de main et, surtout, très peu de temps. Attrapant le bras d’Evelynn, elle la tira doucement vers elle et la fit se déplacer de sorte à ce qu’elle soit derrière elle. Pas question de la laisser à découvert s’il y avait échange de coups de feu.

-« Je vous explique le truc. » Commença-t-elle à voix basse. « Y’a des mecs probablement armés à mes trousses. Je crois qu’ils ont quelque chose à voir avec des crimes qui se produisent dans la ville. Y’en a un qui a pas apprécié que je lui vole son téléphone et ça ne va pas être beau à voir s’ils me tombent dessus. Vous avez deux choix, vous fichez le camp tout de suite ou vous restez. Scum, si tu peux les balancer à l’eau ou quelque chose du genre, ce serait sympa. Use de ton imagination. Ça te va ? Evelynn… humm... reste derrière moi. J’ai pas trop envie de me faire assassiner si quelque chose t’arrive. Si tu sais tenir une arme à feu, au mieux, tu pourrais peut-être me couvrir en cas de problème. Tu pourrais faire ça ? »

Comme d’habitude dans ce genre de situation, Erïka voulait tout contrôler. Elle se proclamait chef sans demander l’accord des autres. Elle avait toutes les informations en sa possession, elle savait ce qui l’attendait si les hommes lui tombaient dessus. Elle voulait à la fois protéger ses amis et arrêter ces hommes. C’était beaucoup pour une seule personne. C’est pourquoi elle leur demanda leur assistance, s’ils voulaient bien la lui offrir. Sinon, elle allait se débrouiller seule, comme elle le faisait si souvent.

-« Shuut… Ils arrivent… » Souffla-t-elle au bout d’un moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Mer 2 Juil 2014 - 22:35

Si Scum était heureux quoique inquiet de voir Erika armée dans les égouts, il ne comprit pas tout à fait pourquoi Evelynn s'était ainsi exclamée. Peut-être se connaissaient-elles ? Dans le doute, il voulut commencer les présentations :

"Oh, Verity je te présente Eve-"

Mais l'écailleux fut coupé par la jeune femme emperruquée qui leur demanda le silence à grands renforts de grossièretés. A voix basse mais le ton pressant, elle tenta ensuite de leur faire comprendre la raison de sa présence.

Une usine d'armes ? L'écailleux grimaça, tandis que lui venait en tête le souvenir d'un film où une jeune femme blonde en tenue d'écolière se battait contre des robots géants avec tout un arsenal d'armes à feu.

"Je ne suis pas vraiment content que tu puisses un jour être plus armée, tu sais." dit-il simplement, tandis que la fausse brune entraînait Evelynn à ses côtés.

Toujours en chuchotant fortement, Erika commença à leur expliquer la situation. Une fois de plus elle était pourchassée par des hommes armés. Des criminels ? Peut-être que ça avait à voir avec cette usine d'armes dont elle parlait ? Est-ce que Erika faisait dans le trafic d'arme maintenant ?! Le mutant reptilien espérait sincèrement se faire des idées, mais on ne pouvait jamais être sûr.

Distraitement, il écoutait le plan de la jeune femme qui leur laissait le choix de se mettre en sécurité ou de rester pour l'assister. En temps normal, Scum aurait suggéré de fuir, ou d'au moins se cacher à un endroit où ils pourraient tourner le terrain à leur avantage. Mais fort de ses nouvelles capacités, il ne craignait plus -ou presque plus- de tomber nez à nez avec une arme à feu.

"Ne t'inquiète pas, bien sûr qu'on va t'aider. J'ai de quoi me défendre maintenant, je peux faire front." dit-il doucement à Verity. Seulement, j'aimerais que tu baisses ton arme, que je n'ai pas à me soucier de protéger mon dos."

Lorsqu'elle les prévint de l'arrivée imminente de ses poursuivants, Scum s'empara des nunchakus qu'il tenait enroulés autour de sa queue de lézard et avança dans la galerie.

Nerveux, il appréhendait la venue de ces ennemis et la puissance de feu qu'ils amèneraient avec eux : De simples pistolets, sans doute, rien d'insurmontable pour ses nouvelles défenses, eheh. Tout se passerait sans doute bien, tant qu'ils ne venaient pas avec un fusil à pompe...

Rapidement, des excroissances osseuses poussèrent sur tout l'avant du corps de l'écailleux qui restait campé là, figé sur le rebord du tunnel. Il ne maîtrisait pas encore parfaitement cette nouvelle partie de son pouvoir, mais sa peur des armes était un excellent moteur.

Lorsque les humains descendirent, au nombre de trois, il entendit distinctement le bruit des crans de sûreté qui sautaient et ses protections n'en grandirent que plus. Dans la semi-pénombre, les hommes restèrent un moment pantois devant le mutant reptilien jusqu'à ce que celui-ci ne pousse un hurlement à leur encontre. Les tirs fusèrent alors, ricochant où s'enfonçant dans ses morceaux de carapace.

Sans cesser de rugir, Scum leva un bras devant son visage pour protéger ses yeux et fonça à la rencontre des tireurs, un de ses nunchakus tournoyant dans sa main libre. Arrivé à deux mètres, il bondit en avant vers l'humain au centre pour lui donner un coup de boule, écartant vivement son bras de garde pour frapper celui à sa gauche tandis que son nunchaku droit impactait le menton du troisième larron.

Roulant dans l'eau croupie avec l'adversaire qu'il avait emporté dans son élan, Scum se releva rapidement pour frapper un de ceux qui aurait fait mine de se relever. Et lorsqu'il fut certain qu'ils étaient bien inconscients, il se tourna vers ses deux camarades.

"Je pense que la voie est libre. Tu sais s'il y en a d'autres ?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Jeu 3 Juil 2014 - 15:42

-« Vos gueules ! Putain, vos gueules ! Vous voyez pas que j’essaie de cacher mon identité ? »

Euh… non. Evelynn n’avait aucune capacité pour deviner ce genre de choses évidentes pour bien d’autres personnes. Nora l’avait très bien compris d’ailleurs, et s’amusait à ses dépens en lui faisant passer des messages subtils que tout le monde comprenait… sauf elle. Cependant, au ton de voix de sa belle-sœur, Evy comprit qu’elle venait de gaffer, et ce n’est que plus discrètement qu’elle s’approcha d’Erïka. La réponse à sa question ne lui fit pas vraiment plaisir non plus.

"Oh, Verity je te présente Eve-"

« Evelynn, je vais hériter d’une compagnie d’armement, tu sais, celle dont Nora veut pas parce qu’elle préfère faire du shopping que de bosser, t’es vraiment étonnée que j’ai un flingue entre les mains ? Non, je ne change pas de couleur de cheveux. C’est une perruque. Pourquoi ? Pour pas qu’on sache qui je suis à cause de la raison que j’ai donné à Evelynn. Contents ? »

"Je ne suis pas vraiment content que tu puisses un jour être plus armée, tu sais."

-Même si elle a un caractère bouillant, je suis certaine qu’elle sait en faire bon usage…

Tout cela n’inspirait aucunement confiance à l’artiste, mais si sa belle-sœur était en danger, il était certain qu’Evy n’allait pas s’enfuir en l’abandonnant ici. Le mieux serait d’essayer de la convaincre de fuir, mais était-ce suffisant ? Convaincre Erïka de quoi que ce soit n’était pas une mince tâche, surtout pour l’artiste. Elle devrait malgré tout essayer. C’était ça… ou regarder sa belle-sœur trouer ses poursuivants. Et ça, c’était si tout se passait bien. Evelynn n’allait certainement pas laisser Erïka risquer sa vie… alors qu’il y avait sans doute bien des façons de s’en sortir sans même tirer un coup de feu. Elle connaissait les égouts sans doute bien mieux que les poursuivants.

-« Je vous explique le truc. Y’a des mecs probablement armés à mes trousses. Je crois qu’ils ont quelque chose à voir avec des crimes qui se produisent dans la ville. Y’en a un qui a pas apprécié que je lui vole son téléphone et ça ne va pas être beau à voir s’ils me tombent dessus. Vous avez deux choix, vous fichez le camp tout de suite ou vous restez. Scum, si tu peux les balancer à l’eau ou quelque chose du genre, ce serait sympa. Use de ton imagination. Ça te va ? Evelynn… humm... reste derrière moi. J’ai pas trop envie de me faire assassiner si quelque chose t’arrive. Si tu sais tenir une arme à feu, au mieux, tu pourrais peut-être me couvrir en cas de problème. Tu pourrais faire ça ? »

"Ne t'inquiète pas, bien sûr qu'on va t'aider. J'ai de quoi me défendre maintenant, je peux faire front. Seulement, j'aimerais que tu baisses ton arme, que je n'ai pas à me soucier de protéger mon dos."

-Scum ?! On pourrait juste les semer au travers des égouts tu sais ? On a qu’à passer par…

Evelynn se tut. Passer par l’Allée était une solution sans doute très sécuritaire, mais les chances que Callisto laisse passer sans rien dire une inconnue au travers de son « domaine » étaient impossibles. Elle veillait bien sur les Morlocks, ce n’était d’ailleurs pas pour rien qu’elle était à leur tête, et c’était grâce à ce genre de sécurité qu’ils pouvaient survivre dans un endroit aussi invivable que les égouts.  De toute façon, elle n’eut pas le temps d’ajouter grand-chose, puisque Verity (Verity ?) ajouta discrètement :

-« Shuut… Ils arrivent… »

-J’aime pas ça…

Voir Scum monter à l’assaut des gens armées ne lui inspirait aucune confiance. Elle savait bien que le lézard mutant ne ferait pas une chose pareille s’il pensait qu’il y avait des risques pour lui-même ou pour les deux femmes cachées plus loin, mais même encore là… ce qu’elle détestait ça ! Une lumière sombre se mit à tournoyer doucement autour de son bras droit, symbole de son don de peur qui s’éveillait. En effet, entre la peur de se prendre une balle en ricochet et la peur de voir son ami blessé, voir tué, dans une escarmouche dans les égouts, sa mutation s’éveillait… et elle avait faim.

Le combat eut à peine le temps d’avoir lieu qu’il était déjà terminé. Evelynn regarda le résultat, impressionnée par les capacités de combats de son ami lézard. Scum s’entraînait durement et souvent, mais lorsqu’elle lui parlait, elle avait toujours l’impression de discuter avec ce qu’elle aurait pu appeler son petit frère. Pour elle, il restait un jeune en quête d’aventure et de victoire. La bataille venait cependant de lui prouver qu’il n’était pas qu’un petit garçon. Il était aussi un guerrier impressionnant… et ce genre d’émotion fit rapidement disparaître la lueur sombre autour de son bras.

"Je pense que la voie est libre. Tu sais s'il y en a d'autres ?"

Evelynn ne pouvait pas répondre, mais, inquiète, elle s’approcha de Scum rapidement, oubliant le bruit que ses petits talons faisaient contre le sol, pour se mettre devant lui. Ses mains se posèrent presque naturellement sur les défenses mutantes du lézard, cherchant à voir si certains projectiles s’étaient enfoncés dedans. Elle cherchait à s’assurer que son ami n’était pas blessé et ne tentait pas de le cacher.

-Ça va ? Tu n’es pas blessé ? Et ne me mens pas ! Je sais que je m’inquiète toujours trop, mais tu le sais toi aussi et tu devras… vivre avec voilà ! Alors… t’es pas blessé ?

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Mar 8 Juil 2014 - 3:38

Erïka était entrainée à l’espionnage et l’infiltration afin de pouvoir développer et utiliser au maximum ses capacités au sein des X-Men. Lorsqu’elle pourra finalement intégrer ce fameux groupe, elle sera en mesure de faire une bonne partie du boulot avec discrétion et professionnalisme. Bien sûr, elle avait encore beaucoup à faire avant d’en arriver là. En simulation, tout se passait pour le mieux, en général. Elle pensait pouvoir être en mesure de se débrouiller toute seule sur le terrain. Il serait peut-être temps de réaliser que ce n’était pas du tout le cas. Elle n’allait pas y arriver, pas seule. Elle peinait à garder son identité secrète auprès de ceux qu’elle connaissait. Comment pouvait-elle passer totalement inconnue peu importe où elle allait ?

Maintenant, elle était accompagnée d’Evelynn et de Scum, qu’elle le veuille ou non. Elle n’avait pas beaucoup de choix devant elle : soit ils partaient, soit ils restaient. Elle se demandait quelle était la meilleure option en ce moment même. Déjà, ils discutaient de sa manie de trainer des armes à feu. Sérieusement ? C’était vraiment important ? Evelynn était bien placée pour savoir qu’Erïka aura toujours une arme à main ou à sa disposition, vu la façon dont s’annonçait sa vie future. Eleonnora, elle-même, était toujours armée. Elle devait s’y être fait avec le temps. Par contre, Scum n’appréciait toujours pas les revolvers, qu’elle l’utilise à bon usage ou non.


-« En fait, je devrais l’utiliser sur vous. » Murmura-t-elle en roulant des yeux.

Erïka n’était pas des plus patientes en ce moment. Elle savait que si elle se perdait dans ce genre d’enfantillages, il pourrait y avoir des conséquences qu’elle ne pouvait prévoir. Elle se savait pourchassée et devait rester concentrée là-dessus. Pas question de commettre d’autres erreurs idiotes. Plutôt que de se laisser emporter pour des futilités, elle leur expliqua avec empressement quel était son plan pour les minutes à venir. Elle ne pouvait pas les forcer à fuir, de toute façon ils allaient probablement vouloir rester pour s’assurer que tout allait bien pour elle. Elle leur offrit alors la possibilité de rester avec elle et de lui donner un coup de main. Si Scum pouvait en effrayer plus d’un, Evelynn n’allait pas être aussi utile. Enfin, c’était ce que pensait Erïka.

Scum était prêt à aider, comme elle l’avait supposé. À contre cœur, Erïka baissa son arme. De toute façon, elle n’avait même pas retiré la sécurité. Elle roula de nouveau des yeux, exaspérée. Pourquoi tout le monde semblait se méfier d’elle lorsqu’elle était armée ? Elle savait très bien se servir d’une arme ! Ce n’était pas parce qu’elle avait tué quelqu’un une fois en lui tirant une balle qui le traversa totalement que c’était une habitude chez elle ! De toute façon, ce n’était que son père, ce n’est pas comme s’il n’était pas immortel…

Plus de temps pour la discussion. Erïka entendait des bruits de pas distincts arriver en leur direction. Ils devaient donc se taire et agir. Elle comptait rester en retrait, pour le moment, puis agirait selon la tournure de la situation. Scum s’avança lentement en direction des intrus. Erïka l’observait, mais avec le peu de luminosité qu’il y avait elle ne pouvait comprendre ce qui se passait exactement. Elle avait l’impression que son ami prenait de l’expansion, mais comment ? Elle se contenta de l’observer. Elle lui posera la question plus tard.
Evelynn, quant à elle, ne bougeait pas vraiment. Elle restait avec Erïka, ce qui rassurait cette dernière. Elle était celle qui avait le moins de chance d’être blessée si ça tournait mal. De quoi de l’œil, Erïka remarqua que sa belle-sœur avait quelque chose qui clochait. Une brise glaciale lui arracha un frisson d’effroi.


-« Qu’est-ce que tu… »

Elle n’eut pas eu le temps de terminer sa question qu’elle tourna immédiatement la tête vers Scum, qui se battait avec classe contre les trois hommes qui venaient d’apparaitre. Erïka devait avouer qu’elle était impressionnée. Elle ne le savait pas capable de telles prouesses en matière de combat. Lorsque Scum demanda s’il y avait d’autres personnes à mettre K.O., Erïka secoua la tête, puis suivit Evelynn.

-« Non, il n’y avait qu’eux. C’était tellement fucking awesome ce que t’as fait ! High Five, man ! »

Erïka leva la main en l’air pour taper celle de son ami. Elle avait clairement sous-estimé les capacités de Scum et elle le reconnaissait, bien qu’elle ne le lui dirait jamais. Puisque grâce à lui elle avait la paix pour un petit moment. Elle rangea son arme pour attraper le téléphone qu’elle avait volé. Elle prit le temps de le déverrouiller – ce qui était facile vu qu’il n’avait pas de mot de passe – puis fouilla dans la messagerie texte, les e-mails et tout ce qui pouvait lui donner les informations qu’elle cherchait.

-« C’était bien sympa ce coup de main, mais il me reste la plus grosse partie du boulot à faire. Elle est où la bouche d’égout la plus près des docks ? Je dois y entrer incognito sans quoi je vais me faire tomber dessus par une bande de kidnappeur de mutants. Vous pensez pouvoir me montrer par où passer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Lun 14 Juil 2014 - 20:48

Scum aurait pu être fier d'avoir tenu tête à des hommes armés et d'avoir par la même occasion protégé ses amies, mais au lieu de ça il s'inquiétait de savoir si d'autres poursuivants allaient arriver, le forçant à réitérer l'expérience de se faire tirer dessus. Expérience plutôt déplaisante, même protégé derrière des bouts de carapace qui jaillissaient spontanément de sa peau.

Ces derniers commençaient d'ailleurs à disparaitre -se rétractant dans la peau du lézard en laissant tomber les projectiles qui s'y étaient enfoncés- lorsque Evelynn s'approcha rapidement pour examiner ses blessures éventuelles. Comme toujours, elle s'inquiétait qu'il puisse lui arriver du mal, ce qui était étonnant, considérant qu'elle était... Eh bien la plus fragile et la plus à protéger.

"Ça va, je vais bien Evy. C'est gentil de t'inquiéter, ça montre que tu te soucies des autres. Tu es une bonne amie." lui dit-il avec un sourire encourageant.

Erika vint les rejoindre à son tour, apparemment enthousiasmée par sa démonstration. Levant la main en lâchant un petit rire sifflant, il tapa dans celle de la jeune fille. Maintenant il était fier.

Puis, alors que Verity fouillait son téléphone, elle leur demanda la direction vers les docks. Apparemment quelque triste affaire y avait lieu. Un détail en particulier attira l'attention de l'écailleux.

"Un kidnappeur de mutants tu dis ? C'est intéressant parce que dernièrement on a relevé quelques disparitions chez les Morlocks."

Anticipant l'affolement d'Evelynn, il s'empressa d'ajouter à l'adresse de la vraie brune :

"Je veux dire, la ville est grande, on est nombreux et on circule librement, alors on ne s'inquiète pas tellement des absences. Mais certains n'ont pas été vus depuis des semaines et s'il y a des mutants qui sont enlevés, il se peut que ce soit lié. Si tu veux bien, on t'accompagnera à l'intérieur. Viens, c'est par ici."

Et ils se mirent donc en route, Scum commençant à questionner Erika.

"Comment se fait-il que tu enquêtes là-dessus ? Tu es détective maintenant ? Tu sais ce qu'ils font aux mutants détenus ?"

En admettant qu'ils n'étaient enlevés "que" pour études, ces captifs pouvaient subir d'assez graves sévices. Ce qui n'enchantait, vraiment pas le mutant reptilien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Lun 14 Juil 2014 - 23:48

"Ça va, je vais bien Evy. C'est gentil de t'inquiéter, ça montre que tu te soucies des autres. Tu es une bonne amie."

-« Non, il n’y avait qu’eux. C’était tellement fucking awesome ce que t’as fait ! High Five, man ! »

-Tututut !

Le "high-five" eut tout de même lieu, mais dès que les mains se séparèrent, Evelynn continua son examen, attrapant la main de Scum pour la rapprocher de son corps et ainsi la faire bouger le moins possible. Le bruit des projectiles tombés de la peau du lézard rebondissant dans l'eau crasse la fit sursauter, et ne l'aida en rien à calmer son inquiétude. Tous purent sentir une petite vague de fraîcheur soudaine, signe que le don d'Evelynn alimentait cette angoisse pour la transformer en peur, mais heureusement, il n'y avait aucune blessure sur le corps de Scum. La vague de fraîcheur disparut, puis Evy déclara son examen terminé.

-Ça va ça va... Tu as l'air en parfait état... mais fais attention à toi Scummy d'accord ?

Son plan de "fonçer dans le tas" possédait certains avantages, mais il y avait pas mal trop d'inconvénient au goût de l'artiste, comme celui de le mettre en danger au moindre instant. Jugeant que la situation était réglé, Evelynn supposa qu'ils allaient tout simplement partir, retrouver leur foyer ou, pour Erika, son manoir de milliardaire, mais non, sa demi-soeur ne semblait pas prête à lâcher le morceau.

-« C’était bien sympa ce coup de main, mais il me reste la plus grosse partie du boulot à faire. Elle est où la bouche d’égout la plus près des docks ? Je dois y entrer incognito sans quoi je vais me faire tomber dessus par une bande de kidnappeur de mutants. Vous pensez pouvoir me montrer par où passer ? »

"Un kidnappeur de mutants tu dis ? C'est intéressant parce que dernièrement on a relevé quelques disparitions chez les Morlocks."

Les yeux d'Evelynn s'agrandirent pour forcer deux immenses coupoles à ses mots. N'étant pas aussi active dans la vie des Morlocks que Scum, elle n'avait effectivement rien remarqué. Une vague de froid la parcourut de la tête au pied, elle s'imaginait déjà le pire pour ceux qu'elle connaissait: Honey, Alexis, Callisto... Par chance, Scum n'avait pas fini de parler:

"Je veux dire, la ville est grande, on est nombreux et on circule librement, alors on ne s'inquiète pas tellement des absences. Mais certains n'ont pas été vus depuis des semaines et s'il y a des mutants qui sont enlevés, il se peut que ce soit lié. Si tu veux bien, on t'accompagnera à l'intérieur. Viens, c'est par ici."

-Euh... Hey attendez !

Mais la voix de la raison ne semblait pas être entendue, puisqu'ils se mirent tous à marcher vers la sortie d'égoût la plus propice à leur infiltration.

"Comment se fait-il que tu enquêtes là-dessus ? Tu es détective maintenant ? Tu sais ce qu'ils font aux mutants détenus ?"

-Vous trouvez pas que ça devient un peu trop dangereux tout ça ? demanda-t-elle en se mettant droit sur leur chemin. Je n'ai pas forcément envie de nous voir tous les trois rejoindre les rangs de mutants en captivité ! Je veux bien croire que Scum tu peux survivre à des impacts de balles, mais rien ne nous dit qu'il n'y a pas de lance roquettes, de missiles, de... de... de truc qui fait piou piou ! laissa-t-elle échapper en guise d'argument.

Mais ni Scum ni Erika ne semblaient préoccupés par leur propre survie. Evelynn n'était pas la combattante du lot, ni la guérisseuse... ni la militaire... ni la... bon elle n'était rien, mais son don pouvait être utile... une fois. Après ça, elle serait aussi fatiguée qu'un châton ayant fait des conneries pendant toute une nuit !


-On serait peut-être mieux d'appeler des renforts, ajouta-t-elle, à court d'argument.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Mar 15 Juil 2014 - 6:15

Erïka n’était pas à l’affut du moindre petit bobo. Que ce soit en ce qui concerne ses amis, ou bien elle-même, elle ne se souciait que peu des égratignures. Elle était forte et surestimait ses capacités à pouvoir supporter la douleur. Ce n’était pas le cas de n’importe qui. Heureusement, dans ce monde, il y avait des personnes comme Evelynn qui veillaient à ce que tout le monde soit sain et sauf. Lorsqu’elle prit le temps d’examiner Scum attentivement, tentant pratiquement d’empêcher ce dernier de taper dans la main de son amie, Erïka fit tout en son pouvoir pour s’empêcher de rire. Scum était en parfait état. S’il avait été blessé, il l’aurait dit depuis longtemps.

Quoi qu’il en soit, Erïka avait plus important à faire que de bavarder ou chercher des blessures imaginaires. Elle avait une mission à poursuivre et elle était bien déterminée à la mener à terme. Elle suivait une intuition qui se révélait de plus en plus véridique à ses yeux. Elle était certaine d’être sur la bonne piste. Puisqu’elle était sur le téléphone d’un homme qui semblait impliqué suffisamment dans des activités plus qu’illégales, elle pouvait avoir accès à certaines informations qu’il n’avait pas pris la peine de dissimuler. Et puis, elle n’était pas stupide. Elle pouvait lire entre les lignes de certains SMS et en révéler toute la subtilité. Ainsi, elle avait déterminé sa prochaine destination : les docks.

Peu importe la façon dont elle comptait s’en sortir là-bas, ce ne sera pas sans ses nouveaux partenaires. Elle avait simplement demandé à rejoindre subtilement sa destination à partir des égouts et savait que Scum pouvait l’y guider. Par contre, il n’allait pas la laisser s’y rendre seule. Si ce qu’elle disait était vrai, il avait des chances de retrouver certains Morlocks disparus depuis quelques temps. C’était d’autant plus urgent que d’aller voir s’il se passait bel et bien quelque chose aux docks de la ville.

Erïka suivit Scum sans même écouter les protestations d’Evelynn. À quoi cela allait lui servir, de toute façon ? Elle n’avait qu’à rentrer sagement chez elle et rester en sécurité si elle avait peur que quelque chose ne lui arrive. Pas question de renoncer à la mission à cause de craintes peut-être fondées. Lorsqu’Erïka décidait d’aller au bout de quelque chose, elle le faisait. Personne ne pouvait l’arrêter.

Alors qu’ils marchaient, Scum s’intéressait à ce que faisait Erïka. Pourquoi infiltrait-elle des lieux de ce genre, maintenant ? Était-elle devenue détective ? On pouvait considérer ça ainsi. Elle tentait d’aider les gens à sa façon. Elle espérait changer les choses et, bien qu’elle savait qu’il était impossible d’éradiquer le mal, elle pouvait au moins faire le bien pour certaines personnes. Si Scum avait un certain intérêt pour ce qui se passait sur les docks, Evelynn restait réticente et pensait qu’il valait mieux éviter de se retrouver là-bas. Après tout, ne pas connaitre l’ennemi était un désavantage qu’il ne fallait pas négliger. Par contre, Erïka était persuadée qu’ils n’avaient pas de lance-roquette. Elle jeta, d’ailleurs, un léger regard de travers à Evelynn.


-« Y’a plus de chance pour que tu trouves un lance-roquette sous ton canapé qu’entre leurs mains. Je ne compte pas être capturée ce soir, non plus. Je connais ni leurs installations, ni le nombre de personnes sur les lieux. J’ai suivis une intuition qui m’a mené dans cette situation. On peut dire que je suis une sorte de détective, oui. Il faut espérer que j’ai raison sur toute la ligne, sans quoi on risque d’être dans la merde. Le plus important sera de la jouer subtilement. Et, de ne pas faire de faux-pas. »

Lorsqu’Evelynn parla de renforts, Erïka eut un petit rire. Qui voulait-elle appeler ? Sérieusement, c’était la pire des idées. Déjà, il était impossible d’inclure la police là-dedans. Ensuite, la jeune femme se doutait que les X-Men ne se déplaceraient pas à cause de sa simple intuition. Pas si elle ne passait pas par Emma Frost avant tout. Ça pouvait se révéler compliqué et beaucoup trop long. Erïka voulait faire ça par ses propres moyens. Elle voulait aussi se prouver qu’elle pouvait réussir quelque chose de bien et de grande envergure sans l’aide des autres. Avoir Scum et Evelynn à ses côtés lui suffisait.

-« Des renforts ? Qui veux-tu appeler ?  C’est la pire des idées. Il vaut mieux qu’on fasse ça par nous-même. Si tu as peur de venir avec nous, tu peux rentrer. Je te file les clés de ma voiture et je passerais la reprendre chez ma sœur lorsque j’en aurais terminé ici. »

Finalement, ils arrivèrent à destination. Erïka avait pris le temps d’imaginer un plan afin de pouvoir faciliter leur sortie des égouts. Ils ne savaient pas ce qui allaient les attendre de l’autre côté. De son ouïe fine, la jeune femme ne percevait rien d’anormal. Elle était certaine que l’endroit d’où ils allaient émerger était désert. Par contre, elle préférait envoyer Scum en premier puisqu’il serait en mesure de soulever facilement la plaque d’égout.

-« Écoutez bien. Ça semble être tranquille là-haut. Il faut sortir de là rapidement et sans être remarqués. Scum, tu y vas en premier. Tu vas être capable de soulever la plaque et de voir ce qui se passe dans la pénombre. Tu te trouves un endroit discret où te cacher, à proximité. Lorsque tout semble dégagé, tu n’as qu’à me faire signe, dis quelque chose, fait un son, je vais être capable d’entendre même un murmure. Evelynn va sortir et tu la couvriras. Je vais suivre derrière elle et refermer la plaque. On y va. »

Par contre, lorsqu’elle observa Evelynn en détail, Erïka réalisa finalement qu’elle portait le type de chaussure totalement inapproprié à leur mission. Elle venait de faire le lien avec le bruit désagréable qui avait suivi leur marche. Elle soupira avant de poser sa main sur son visage.

-« Evelynn… Are you fucking serious ? Des talons dans les égouts ? Va falloir que j’explique à ma sœur la notion du confort et des semelles plates, je crois. Essaie de ne pas trop faire de bruit avec ça, quand tu marches, au moins. »

Cette mission promettait d’être riche en rebondissement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Mar 15 Juil 2014 - 21:34

Evelynn était belle et adorable, Scum aurait pu tomber sur pire maman poule pour le couver, aussi ne se formalisait-il pas de ses excès d'attention. Et après que l'écailleux ait rassuré une dernière fois la jeune femme sur le fait qu'il allait bien et qu'il serait prudent, les trois mutants choisirent de se rendre du côté des docks, où étaient supposés avoir lieu les enlèvements.

Mais là encore, Evelynn rechignait à voir ses amis se mettre en danger et lançait de grands appels à la prudence, faisant pour une fois fi de sa timidité et de sa réserve pour leur barrer le chemin. Et si Erika semblait trouver absurde ses inquiétudes sur l'armement de leurs ennemis, Scum était un peu plus soucieux :

"Des trucs qui font piou piou ? Tu veux dire des blasters ? Il tourna un regard interrogatif vers Erika. Tu penses qu'ils peuvent avoir des blasters ? Je n'aimerais vraiment pas qu'ils aient des blasters... Mais... Si on ne sait rien d'eux et qu'on y va pas, on en saura jamais rien. Rien ne nous oblige à intervenir, on peut simplement... Jeter un œil. Subtilement, comme l'a dit Verity."

C'était vrai. Même s'il serait sans doute tentant de tout de suite voler au secours de leurs camarades piégés, il n'était peut-être pas pertinent de le faire à eux trois. Une fois qu'ils en sauraient plus sur la situation là-bas, ils pourraient toujours filer pour revenir mieux préparés.

"Je ne crois pas que ce soit une mauvaise idée d'appeler à l'aide. Je veux dire, une fois qu'on saura ce qui nous attend là-haut. Si c'est trop gros pour nous, eh bien... On aura de toute façon besoin de renforts."

Lorsqu'ils arrivèrent au bout de leur chemin, Erika, qui avait visiblement préparé un plan, leur exposa la suite de l'opération. Soulever la plaque, surveiller la place, se cacher puis envoyer un signal. Jusque là ça lui semblait pertinent. Il hocha simplement la tête avant de poser une main sur l'épaule d'Evelynn

"Ne t'inquiète pas, une fois qu'on sera dehors, tant que tu restes près de moi, je ferais en sorte qu'il ne t'arrive rien"

Sur ce, le lézard se dirigea vers l'échelle de sortie mais se stoppa en entendant la mention à la sœur de la blonde. Était-elle le lien de connaissance entre ses deux amies ?

"D'ailleurs, quand on en aura fini avec ça, il faudra que vous me racontiez comment vous vous connaissez toutes les deux." fit-il avec un sourire avant de reprendre son ascension.

Soulevant lentement la plaque, Scum parcourut les alentours du regard, ses yeux perçant l'obscurité et lorsqu'il fut certain que personne n'était dans les parages il s'extirpa de la bouche d'égout pour se mettre à couvert entre deux piles de containers. Un signal maintenant, un signal... Oh comme c'était excitant, il se sentait comme un agent secret en mission. Réfléchissant deux secondes à ce qu'il pouvait bien donner comme indication à Erika, il opta pour un murmure prudent :

"La pepperoni est au four. Je répète la pepperoni est au four"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Mer 16 Juil 2014 - 19:11

-« Y’a plus de chance pour que tu trouves un lance-roquette sous ton canapé qu’entre leurs mains. Je ne compte pas être capturée ce soir, non plus. Je connais ni leurs installations, ni le nombre de personnes sur les lieux. J’ai suivis une intuition qui m’a mené dans cette situation. On peut dire que je suis une sorte de détective, oui. Il faut espérer que j’ai raison sur toute la ligne, sans quoi on risque d’être dans la merde. Le plus important sera de la jouer subtilement. Et, de ne pas faire de faux-pas. »

"Des trucs qui font piou piou ? Tu veux dire des blasters ? Tu penses qu'ils peuvent avoir des blasters ? Je n'aimerais vraiment pas qu'ils aient des blasters... Mais... Si on ne sait rien d'eux et qu'on y va pas, on en saura jamais rien. Rien ne nous oblige à intervenir, on peut simplement... Jeter un œil. Subtilement, comme l'a dit Verity."

-Je… ce que je veux dire c’est que… je… Oh et puis laissez tomber !

Evelynn parlait toujours trop à son goût, et une situation pareille, ou les deux partis ne semblaient pas vouloir l’écouter, lui prouvait une fois de plus qu’elle était mieux de se taire. Personne ne pensait à leur sécurité, à leur confort ou à leurs proches, qui ne voulaient assurément pas les perdre. Cette idée de s’infiltrer dans des docks, dans des entrepôts de captures mutants, allaient assurément mal tourner. Que devait faire l’artiste ? Même si elle se considérait comme la maman accompagnant deux enfants turbulents, elle n’avait pas l’autorité nécessaire pour leur faire faire demi-tour. La seule autre possibilité qui traversa son esprit fut d’appeler des renforts… et encore une fois, Erïka s’opposa.

-« Des renforts ? Qui veux-tu appeler ?  C’est la pire des idées. Il vaut mieux qu’on fasse ça par nous-même. Si tu as peur de venir avec nous, tu peux rentrer. Je te file les clés de ma voiture et je passerais la reprendre chez ma sœur lorsque j’en aurais terminé ici. »

"Je ne crois pas que ce soit une mauvaise idée d'appeler à l'aide. Je veux dire, une fois qu'on saura ce qui nous attend là-haut. Si c'est trop gros pour nous, eh bien... On aura de toute façon besoin de renforts."

-Mais… mais je je euh… je n’aie pas peur pour… pour moi ! J’ai peur pour… pour vous deux bande de… de de de de gamins !

Evelynn n’allait certainement pas les laisser y aller seuls. Elle en était presque à se demander si utiliser son don sur eux pourrait les empêcher de continuer cette dangereuse quête. Malheureusement, ils étaient deux, et Evelynn ne maîtrisait pas assez son don pour forcer une « vague » de peur à se manifester. Préférant à nouveau se taire, Evelynn laissa donc Scum guider le bal jusqu’à la sortie d’égout désirée, puis Erïka exposa son plan.  

-« Écoutez bien. Ça semble être tranquille là-haut. Il faut sortir de là rapidement et sans être remarqués. Scum, tu y vas en premier. Tu vas être capable de soulever la plaque et de voir ce qui se passe dans la pénombre. Tu te trouves un endroit discret où te cacher, à proximité. Lorsque tout semble dégagé, tu n’as qu’à me faire signe, dis quelque chose, fait un son, je vais être capable d’entendre même un murmure. Evelynn va sortir et tu la couvriras. Je vais suivre derrière elle et refermer la plaque. On y va. »

"Ne t'inquiète pas, une fois qu'on sera dehors, tant que tu restes près de moi, je ferais en sorte qu'il ne t'arrive rien. D'ailleurs, quand on en aura fini avec ça, il faudra que vous me racontiez comment vous vous connaissez toutes les deux."

-Je ne m’inquiète pas pour moi…

*Je m’inquiète pour vous deux bande d’inconscients…*

Au moins, Evelynn avait toujours sur elle son cellulaire. Si la situation dégénérait, elle n’aurait absolument aucune gêne pour passer un coup à sa chérie. Finalement, être fiancé à une agente du SHIELD avait de nombreux avantages. Comme pour se donner du courage, elle regarda la bague qu’elle portait, signe de l’amour qu’elle et Nora partageait. Hors de question qu’elle laisse la demi-sœur de sa dulcinée ici. Alors qu’elle se préparait mentalement à monter, elle se fit arrêter par un… magnifique « Face-palm ».

-« Evelynn… Are you fucking serious ? Des talons dans les égouts ? Va falloir que j’explique à ma sœur la notion du confort et des semelles plates, je crois. Essaie de ne pas trop faire de bruit avec ça, quand tu marches, au moins. »

-Oui, peut-être, mais maintenant, depuis le temps… c’est devenu… enfin plus confortable…

Même si Evelynn avait toujours préféré porter des sandales, des souliers de courses ou des ballerines, Nora était au final parvenu à changer cette « habitude » chez la bibliothécaire, qui, maintenant, se sentait confortable en portant de petits talons. Il ne fallait évidemment pas exagérer, l’idée de porter quelque chose de plus haut que quelques centimètres l’effrayait toujours, mais ce qu’elle portait présentement était assez confortable. Du moins, elle n’avait pas de mal à monter sur les échelles des égouts.

Evelynn n’entendit jamais l’appel de Scum, n’ayant pas les capacités d’Erika à ce niveau-là. Tout ce qu’elle comprit, c’est que sa belle-sœur la poussa à monter, ce qu’elle fit rapidement. À l’extérieur, elle nota rapidement la position de Scum, puis s’y dirigea rapidement, tentant de limiter le claquement sec de ses talons sur le sol. Effectivement, en termes de subtilité, elle avait connu mieux. Dès qu’elle fut derrière son ami Morlock, elle s’arrêta, se cachant pratiquement derrière lui.


-Alors… alors on… on fait quoi ? Et pourquoi tu l’appelles Verity ?

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Jeu 17 Juil 2014 - 6:55

Lorsque Erïka était déterminée faire quelque chose, elle ne laissait personne se mettre à travers son chemin. Elle était têtue et déterminée, des qualificatifs qui pouvaient être un défaut, dans certaines situations. Elle pouvait bien se mettre en danger, mais elle ne devait pas faire subir cela à ses amis. Elle ne pouvait pas les obliger à la suivre et ne leur demandait pas. Par contre, Scum savait que la situation dans laquelle Erïka s’embarquait concernait peut-être certains Morlocks. Il voulait l’accompagner et infiltrer cet endroit à ses côtés. Evelynn, quant à elle, était beaucoup plus réticente à l’idée d’une mission dans un laboratoire clandestin.

Et s’ils étaient dans les ennuis jusqu’au cou, que feraient-ils ? Erïka ne voulait pas y penser. Tout allait bien se passer. Il était hors de question qu’elle appelle des renforts en cas de problème. Cela pourrait faire empirer les choses et mettre en danger les mutants captifs. Qui sait si quelqu’un ne déciderait pas de tout faire exploser afin de dissimuler les preuves de ses méfaits ? Erïka regardait probablement trop de films, mais elle savait que l’esprit humain était suffisamment dérangé pour décider de poser ce genre de geste. Elle préférait tenter de tout faire en discrétion.


-« Eh oh, la vieille, si tu veux jouer les mamans poule, fait un gosse. On n’agit pas en gamin, mais en héro. Je suis là pour sauver des mutants et je vais le faire, peu importe ce qui se passe. Ne t’inquiète plus pour moi. C’est pas une mission de ce genre qui va me tuer. »

Maintenant qu’Erïka avait mis les choses au clair, ils pouvaient passer à plus important. Une fois arrivés à destination, il ne leur restait plus qu’à monter à la surface. Par contre, il était impossible de savoir ce qui allait les attendre. Il fallait donc un plan simple et efficace. Se prenant pour la leader de ce petit groupe, la jeune femme décida de la tâche de chacun. Pour commencer, Scum devait montrer à la surface et se planquer. Cela fonctionna à merveille. Il ne lui restait plus qu’à signaler à Erïka que la voie était libre. La jeune femme fut à deux doigts de se faire un nouveau « face-palm » en entendant le code totalement débile qu’utilisait son ami afin de faire passer son message. Elle soupira avant de se tourner vers Evelynn. Cette dernière monta à son tour.

Découragée, Erïka l’était. Ce n’était que le début de l’opération et elle ne savait pas ce qu’elle allait faire de ses coéquipiers. En plus de son ami aux noms de code débiles, elle avait sa belle-sœur aux talons claquant trop bruyamment contre le sol. S’ils ne se faisaient pas repérer, cela allait relever du miracle.

À son tour, l’adolescente quitta les égouts et poussa doucement la plaque pour boucher l’entrée. Elle tenta d’être silencieuse, autant que possible, avant d’aller rejoindre ses amis. Elle s’adossa contre le conteneur et pris le temps de réfléchir. Maintenant qu’ils étaient au bon endroit, ils devaient trouver l’emplacement exact du laboratoire et y pénétrer. Elle fit donc signe à son duo d’apprentis espions de la suivre alors qu’elle quittait sa cachette pour en rejoindre une autre, derrière un autre conteneur. Elle faisait bien attention à écouter tout ce qui se passait autour d’elle. Son don lui était tellement utile. À cette heure-ci, les docks étaient pratiquement déserts. Elle pouvait alors repérer plus facilement certains sons et tenter d’en comprendre leur nature. Plus loin, elle percevait de l’agitation, des bruits de pas. Il y avait des gens, plus loin. Ils approchaient dans la direction exacte de leur cachette. Bientôt, ils les retrouveront, c'était inévitable. Si les deux jeunes femmes étaient minces, pas très grandes et pouvaient se dissimuler facilement... vous avez déjà essayer de cacher subtilement une tortue ninja ? C'était quasi-impossible.
Erïka fit signe à ses comparses de sortir la tête de leur cachette afin de regarder dans la direction qu’elle leur indiquait.


-« Vous voyez le conteneur, là ? Il y a de l‘agitation. Il faut s’en approcher et tenter de voir ce qui s’y passe. S’il y a des gens à l’intérieur, je crois qu’on arrivera pas à… Fuck !»

Erïka se dissimula à nouveau derrière le conteneur. Elle regarda dans la direction opposée, de là où parvenaient des bruits de pas. Deux hommes, pas plus. Ils venaient en leur direction, transportant quelque chose qui semblait lourd. Il fallait faire quelque chose avant d’être repéré. Soit ils tentaient de se trouver une autre cachette, et ce rapidement, soit ils les assommaient.

-« Deux personnes arrivent dans notre direction, de ce côté. » Murmura-t-elle.


[Désolé de la médiocrité de mon poste. Il est tard et je suis fatiguée. Si jamais quelque chose ne vous plait pas, faites moi signe et j'éditerais sans problème ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Lun 21 Juil 2014 - 1:01

Deux sur les trois mutants présents étaient assez naturellement tombés d'accord sur le fait que si plusieurs de leurs camarades étaient retenus prisonniers en ville, ils devraient tout faire pour les aider. Mais celle qui était sans doute la plus responsable du groupe, émettait quelques jugements sur leur précipitation à vouloir jouer les héros, ce qui lui valait de subir les humeurs d'Erika.

"Evelynn n'a rien d'une vieille. dit simplement Scum qui voulait défendre son amie de l'agacement croissant de la blonde. Tu ne devrais pas vraiment t'énerver sur les gens qui veulent t'aider."

Cela dit, l'écailleux se pliait volontiers aux plans et directives donnés par Verity. Cette dernière avait les informations qui lui permettaient de prendre les meilleures décisions et elle semblait de toute façon décidée à ce que tout se passe comme elle l'entendait.

Ainsi, après avoir émergé des égouts et lancé son signal depuis sa cachette, l'écailleux accueillit la jeune Evelynn lorsqu'elle vint le rejoindre. Tout bas, elle voulut lui faire la conversation en attendant que Erika n'arrive à son tour et lui demanda pourquoi il l'appelait Verity.

"Et ben... Tu sais que j'aime donner des surnoms à ceux qui n'en ont pas encore. Le pouvoir d'Erika est de détecter les mensonges et elle est très... Franche. Je trouvais que Verity convenait parfaitement. Et ça sonne bien."

Et quand on parlait de la blonde, on en voyait... Ha non elle portait une perruque, c'est vrai. Scum s'écarta d'un pas pour laisser à la jeune fille assez d'espace pour penser et surtout entendre puisque visiblement c'était une nouvelle composante de son pouvoir.

Rapidement, elle leur désigna le container qui semblait être celui qu'ils cherchaient. Mais elle n'eut pas le temps de développer plus que cela car une intrusion proche força les mutants à baisser la tête rapidement. Apparemment, deux personnes approchaient et si elles se rendaient au container qu'ils visaient, alors ça voulait dire que deux personnes y étaient attendues...

"Hrrmm... J'ai une idée. Et avec un peu de chance, on pourra entrer sans chercher les conduits d'aération. Ne bougez pas, je reviens après ça."

Lorsqu'il entendit à son tour le bruit des humains approchant, Scum se faufila à leur rencontre, en laissant ses armes rengainées. Tout ce qu'il espérait, c'est qu'en face, ils n'aient pas de casque...

Aussitôt repéré par les deux hommes de main quand il arriva devant eux, le mutant reptilien bondit sans plus réfléchir, posant ses deux grandes mains écailleuses sur leurs visages et claquant leurs crânes l'un contre l'autre. Pas de casque. Scum soupira de soulagement en accompagnant leur chute au sol. Les deux humains ne portaient ni uniforme, ni protection. Ils auraient pu être deux bêtes passants s'il ne transportaient pas avec eux une imposante caisse sur roues. Le genre de caisse faite pour transporter de grands animaux, puisqu'elle était dotée de trous sur tout son pourtour pour permettre au captif de respirer. C'était mieux que ce qu'il espérait.

Rejoignant les filles, il dut se retenir de ne pas s'exclamer joyeusement :

"J'ai trouvé ce qu'il nous faut ! chuchotait-il avec force. Il faudra juste les ligoter et les bâillonner... Venez !"

A quatre pattes, il les mena là où il avait laissé les hommes de main assommés.

"Vous voyez ? Je peux me cacher là-dedans, et vous me conduisez à l'intérieur. Apparemment, ils engagent n'importe qui, donc... Il est possible que vous passiez vous aussi sans problème."

A lui, ça semblait une bonne idée, mais peut-être négligeait-il de trop nombreux détails ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Lun 28 Juil 2014 - 5:49

-« Eh oh, la vieille, si tu veux jouer les mamans poule, fait un gosse. On n’agit pas en gamin, mais en héro. Je suis là pour sauver des mutants et je vais le faire, peu importe ce qui se passe. Ne t’inquiète plus pour moi. C’est pas une mission de ce genre qui va me tuer. »

"Evelynn n'a rien d'une vieille. Tu ne devrais pas vraiment t'énerver sur les gens qui veulent t'aider."

-Merci Scum…

Au moins, son ami appréciait son inquiétude au lieu d’essayer de la balayer d’une main. Décidant d’ignorer l’humeur pour le moins médiocre de la fausse brune, Evelynn répondit simplement à l’appel de Scum pour monter et le rejoindre derrière les barils. Profitant de ce court instant sans Erika, sa première question fut évidemment au sujet du nom que le lézard mutant lui attribuait. Sa réponse indiqua en même temps quel était le don de sa belle-sœur.

"Et ben... Tu sais que j'aime donner des surnoms à ceux qui n'en ont pas encore. Le pouvoir d'Erika est de détecter les mensonges et elle est très... Franche. Je trouvais que Verity convenait parfaitement. Et ça sonne bien."

-Oh c’est donc ça son pouvoir ! Je me demandais pourquoi je ne l’avais jamais vu à l’action, je viens de comprendre hihihi ! Bon aller, on est mieux de s’occuper de sa mission, sinon elle va la ramener pendant des jours…

La « rameneuse » les rejoignit bien vite, se faisant une petite place entre les deux Morlocks. Evelynn attendit, n’étant pas du genre à prendre des décisions importantes, que l’un des deux autres ne se prononce sur la suite des évènements. Elle n’eut pas à attendre fort longtemps, car Erika avait de la suite dans les idées, et les lança rapidement dans sa prochaine idée risquée :

-« Vous voyez le conteneur, là ? Il y a de l‘agitation. Il faut s’en approcher et tenter de voir ce qui s’y passe. S’il y a des gens à l’intérieur, je crois qu’on arrivera pas à… Fuck ! Deux personnes arrivent dans notre direction, de ce côté. »

"Hrrmm... J'ai une idée. Et avec un peu de chance, on pourra entrer sans chercher les conduits d'aération. Ne bougez pas, je reviens après ça."

-Non Scum att…

Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase que le lézard quittait déjà la cachette. Ah, ce qu’elle détestait ne pas être écoutée ! Depuis qu’elle maîtrisait son don de mieux en mieux, elle était capable de ressentir une autre banque d’émotion, des sentiments plus noirs et moins agréables comme la colère, l’envie ou tout autre chose. Ça ne lui venait toujours pas naturellement, mais lorsque, comme en ce moment précis, son don était sur le qui-vive, elle devenait capable de ressentir de telles émotions. Avant, la simple idée de faire du mal à une mouche lui aurait donné envie de vomir. Maintenant… elle avait le goût de donner une claque derrière la tête des deux mutants pour les réveiller et qu’ils réalisent que leur idée n’avait pas que des bons côtés.

Heureusement pour elle (et pour Scum), son idée sembla fonctionner car il les rappela aussitôt.


"J'ai trouvé ce qu'il nous faut ! Il faudra juste les ligoter et les bâillonner... Venez !"

Evelynn suivit son geste, regardant les deux mecs assommés au sol. Les ligoter et les bâillonner ? Mais c’était à la police,  aux forces de l’ordre ou du SHIELD de faire de tels interventions, pas à un mélange des plus étranges « d’adultes » ! Et si, JUSTEMENT, la police venait ici et les prenait sur le fait ! Ils seraient encore plus en danger, Scum n’était pas tout à fait « accepté » par les humains ! Ce n’était pas pour rien que les Morlocks se cachaient dans les égoûts ! Oui, ils devaient informer quelqu’un, soit Eleonnora, soit Callisto. L’une des deux femmes sauraient raisonner ce duo suicide !

"Vous voyez ? Je peux me cacher là-dedans, et vous me conduisez à l'intérieur. Apparemment, ils engagent n'importe qui, donc... Il est possible que vous passiez vous aussi sans problème."

-Quoi ? Parce que tu veux qu’ON te conduise à l’intérieur, demanda Evelynn d’une voix un peu plus forte qu’elle ne l’aurait voulu. Vous croyez tous les deux que c’est une idée de génie de faire ça ? On est pas dans un film, on est pas dans une série policière, on est pas dans un livre et on est pas sur un forum de Role-Play non plus ! On va se faire tuer si on rentre là-dedans ! Erika, si tu as des preuves de ce qu’ils font, dis les moi. Je vais m’arranger pour que cette situation soit réglée, et ne me demande PAS comment !

Le ton d’Evelynn était ponctué de rage, et allait sans doute attirer l’attention d’autres mecs bizarres, mais elle ne réfléchissait plus. Elle était en colère, épuisée de ne pas être écoutée, mais désirait avant tout les protéger des dangers évidents dans lesquels ils allaient se foutre. Alors soit ils l’écoutaient, soit Evelynn rameutait en vitesse du renfort.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Lun 28 Juil 2014 - 8:12

Lorsqu’Erïka avait une idée en tête, elle n’en démordait pas. Il fallait parfois réussir l’exploit de la raisonner. Ce n’était pas une chose aisée à faire. Elle ne pouvait pas attendre, elle voulait entrer dans l’action immédiatement et libérer les mutants en danger. Elle était certaine que quelque chose se passait sur les docks. Elle avait besoin de savoir que son intuition était bonne. Elle ne pouvait pas attendre que des renforts ne viennent les aider. Cela, selon elle, pourrait mettre la vie des prisonniers en danger ou même pire.

Au départ, elle avait eu la folle idée de tout faire seule. Le hasard lui avait permis de faire équipe avec Scum et Evelynn. Par contre, cette dernière était très réticente aux idées de sa belle-sœur et sur ce qu’elle comptait faire ce soir. Elle tentait de la raisonner, mais Erïka n’écoutait que d’une oreille distraite. Elle avait confiance en ses capacités. Elle avait trop confiance en elle, en fait. Cela représentait un danger pour elle et pour ses coéquipiers. Elle n’était pas dans une simulation, mais dans la réalité, là où les choses pouvaient devenir cauchemardesques en l’espace d’une petite seconde.

Scum, au moins, semblait être de son côté… enfin, une fois sur deux. Il était un peu comme un intermédiaire entre les deux jeunes femmes. Si Erïka trouvait qu’Evelynn ne prenait pas suffisamment de risques et se laissait dictée par la peur du danger, cette dernière pensait tout le contraire. Cependant, ce n’était ni le temps, ni l’endroit d’argumenter sur quoi que ce soit. Premièrement, ils devaient être discrets. Ensuite, ils allaient être repérés dans les secondes suivantes si quelqu’un n’intervenait pas. Toujours prêt pour le combat, Scum alla régler leur problème dans le temps de le dire. Maintenant, ils avaient l’occasion parfaite de s’infiltrer là où ils désiraient aller.

Cependant, Evelynn n’était pas du tout d’accord avec le plan de Scum qui était d’entrer dans cette grosse boite sur roulette et d’ainsi passer inaperçu. Ce n’était pas le moment, pas du tout. Maintenant, c’était sûr et certain qu’ils allaient être repérés ! Il fallait faire quelque chose rapidement pour calmer la jeune femme et, surtout, la faire taire. Erïka lui fit signe de se taire d’un geste simple, passant sa main devant sa gorge d’un geste sec. Lorsqu’elle prit la parole, elle fit en sorte de garder le ton bas afin de ne pas empirer leur cas.


-« En fait, c’était une idée de génie avant que tu ne t’en mêle. » Fit-elle avant de se calmer légèrement. Ce n’était pas le moment de s’engueuler. « Pourquoi je te dirais ce que je sais ? La police va faire quoi si y a des mutants là-dedans ? Personne ne sait pour les mutants et à la tête que semblent avoir la majorité des Morlocks il vaut mieux éviter qu’ils tombent sur eux. On ne peut pas impliquer la police. Je ne vois pas, de toute façon, ce que toi tu pourrais faire pour eux. Écoute bien, ce n’est pas la première fois que je fais ce genre de choses. Je sais ce que je fais, même si ça peut paraitre stupide et super dangereux. Ce l’est, je le sais déjà. »

Evelynn avait réussi à attirer l’attention de certains curieux. À moins qu’Erïka ne se trompe. Elle entendait du bruit, des mouvements, un peu plus loin. Rapidement elle se tourna vers Scum.

-« T’es prêt à rentrer là-dedans ? Je vais pousser la caisse plus loin. Il y a une chance sur deux pour qu’elle soit portée dans le conteneur. Sinon, ils vont probablement t’amener dans le bâtiment, plus loin. Je n’ai pas envie de te laisser seul, Scum, mais je ne crois pas qu’on pourra leur faire croire qu’on travaille pour eux sans attirer les soupçons. Ça pourrait dégénérer rapidement. »

Pendant ce temps, Erïka comptait aller se cacher plus loin avec Evelynn. Elles allaient contourner le bâtiment qui semblait inoccupé à première vue et faire en sorte de pouvoir y entrer ou de s’approcher du gros conteneur au besoin. Elles ne pouvaient pas rester dans le coin. En fait, bien qu’Erïka pourrait faire croire à n’importe qui qu’elle travaillait pour leur compte, elle n’avait pas vraiment envie d’opter pour cette solution et de mettre tout le monde en danger pour rien.

-« On ne peut pas reculer. On doit savoir ce qui se trame ici. Si la situation nous dépasse, tu pourras demander du renfort, Evelynn. Je peux même tenter de m’infiltrer seule afin de ne pas vous mettre en danger. J’ai fait ça des centaines de fois, je sais que je peux le faire. Scum n’a qu’à foutre les mecs dans la caisse et ensuite on entre dans le bâtiment, juste là. On essaie d’en savoir plus sur ce qui se passe ici et si on en a l’occasion, j’irais jeter un œil dans ce conteneur. Il faut qu’on soit tous d’accord sinon ça va assurément foirer. »

Bonne nouvelle, le bruit qu’elle avait entendu ne semblait pas s’approcher d’eux. Aucuns bruits de pas, aucune discussion au loin, c’était probablement un bon signe. Par contre, il ne fallait pas trop trainer. Prise de court, Erïka cherchait un nouveau plan à mettre à exécution au plus vite. Evelynn avait probablement raison : ils n’étaient pas dans un film où les choses semblaient toujours aussi faciles. Ils étaient dans la réalité.  
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P.N.J.

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 04/05/2011

Fiche Tecnhique
Metier:
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Lun 28 Juil 2014 - 22:13

*My cosmic sense is tingling !*

*On a pas de sens cosmique...*

"Non, mais il a raison... Il y a quelqu'un, quelque part qui titille la réalité !"

Les doigts gantés pianotèrent sur le dispositif de téléportation avant que la silhouette en costume rouge et noir disparaissent dans un flash électrique...

Pour réapparaitre aux côtés des trois mutants cachés sur les docks, brandissant son doigt pour une objection retentissante :

"Et non, vous n'êtes pas dans une série policière, ni dans un film, ni même dans un livre !"

*Quoique toi tu viens d'un roman graphique qu'on appelle plus communément un comic-book*

"C'est exact chère petite voix entre astérisques. Mais où en étais-je ?"

*On en était à la révélation du siècle ! Boum ! Mind blown !*

"Ha oui, dit calmement l'étrange individu avant de reprendre pour les apprentis agents secrets. Mais vous êtes effectivement des personnages de forum role play ! Héritiers des jeux par correspondance, les jeux par forum se sont rapidement répandus avec le développement des plates-formes gratuites de discussion telles qu'Aceboard, Forumactif ou Xooit, permettant à des utilisateurs non expérimentés de créer leurs propres forums sans connaissances techniques, ni ressources particulières[réf. nécessaire].

En ce qui concerne les jeux de rôle et d'écriture par forum, des témoignages sur le forum du site TourDeJeu, annuaire des jeux alternatifs asynchrones, datent leur apparition aux alentours de 2001."


*Merci Wikipedia*

*BOUM ! MIND ! BLOWN !*

"Tout ça pour dire que outre le fait que vous ne soyez pas maître de vos actions..."

*Ohla ohla doucement tu vas les perturber les petits choux*

*MIND ! BLOWN !*

"...Vous n'avez rien à craindre pour vos vies tant que celles-ci ne sont pas dirigées par des apprentis Stephen King en puissance ! Bon évidemment je n'ai pas lu vos fiches de perso et vos précédents topics, mais vous avez l'air de pas mal vous en tirer."

*Nous par contre on aurait bien deux mots à dire à notre auteur...*

*Flingue et Katana, mes mots préférés*

"Mais c'est pas tout ça, moi il faut que je file avant que les admin reviennent. Si mon post est supprimé, cette conversation n'aura peut-être jamais existé, alors relax. Faites tout sauter et que la Force soit avec vous. Oh et parce qu'on est sur un forum interdit aux moins de 16 ans... Cul, bite, poil !"

*C'est grossier de dire poil ?*

*Non mais c'est grossier d'en mettre plein la bonde de douche*

Et sur ce Deadpool disparut comme il était venu, dans un flash de lumière électrique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Lun 4 Aoû 2014 - 23:38

Scum n'était pas vraiment partisan de voir ses amies se disputer. Il ne savait pas vraiment où se mettre dans ce genre de situation. Aussi se contenta-t-il d'être là, tandis que Erika et Evelynn se crêpaient le chignon au sujet de leur opération. L'une pensait qu'ils étaient fous de faire ça eux-mêmes et voulait laisser intervenir des personnes plus compétentes, l'autre affirmait qu'elle était bien assez compétente pour assurer ce genre d'infiltration. L'écailleux se contenta de hausser les épaules : être un Morlock signifiait savoir être discret et rapide, il avait donc confiance en ses capacités. Et si Verity pensait que ça se passerait bien, alors ça pouvait bien se passer.

D'un air pressant, la mutante emperruquée lui expliqua la suite du plan qu'elle était en train d'imaginer. Les deux jeunes femmes ne pouvaient pas l'accompagner, alors le mutant reptilien devrait se laisser emmener seul dans la caisse par de vrais membres de l'organisation pour le moment inconnue. Seul problème. Il serait soit emmené dans le container, soit dans un autre bâtiment un peu plus loin. Chose embêtante pour Scum, car une base d'opération plus volumineuse impliquait selon lui plus de gardes. Soucieux de ne pas perdre de vue ses amies, il ouvrit la bouche pour poser une question.

Mais c'est là qu'un homme au costume rouge et noir apparut dans un flash lumineux et commença à déblatérer à leur adresse un exposé sur eux, les jeux par forum...? Et le mutant reptilien cligna des yeux, n'emmagasinant que peu des informations données par l'étrange individu. Apparemment il leur souhaitait bonne chance, c'était ce qu'il avait compris avant de le voir disparaitre dans un nouveau flash.

Scum resta pantois quelques secondes avant de secouer la tête pour dire :

"Donc... Je vais là-dedans, on m'emmène à un endroit... Est-ce que je dois attendre que vous arriviez au même endroit que moi pour sortir ?"

Tout en parlant, l'écailleux ouvrit la grande caisse dans laquelle il glissa les deux hommes de main, avant de s'installer à son tour. Il était un peu à l'étroit maintenant avec ses deux adversaires, il ne pourrait sans doute pas bondir aisément à l'extérieur au moment de l'ouverture.

"Et si on veut me faire sortir avant que vous soyez prêtes, je fais quoi ?"

A dire vrai, Scum avait été partant depuis le début de l'opération, mais maintenant que cela consistait à se trouver seul dans une caisse, entre les mains de ceux qui capturaient des mutants, il était un peu moins enthousiaste. Il espérait vraiment que ses deux amies seraient non loin, et qu'il saurait quoi faire au moment où il faudrait le faire... Ce genre d'illumination étaient tout de même rare.

"Oh et dernier détail... Est-ce qu'on est d'accord pour dire qu'on a reçu un signe, ou bien ça n'est jamais arrivé ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Mar 5 Aoû 2014 - 19:25

-« En fait, c’était une idée de génie avant que tu ne t’en mêle. »

Evelynn la regarda, les yeux grands ouverts. Pour elle, il était évident que sans Scum et elle-même, ses chances de s’en sortir étaient extrêmement minces. N’avait-elle pas échappé à des poursuivants en rencontrant les deux morlocks dans les égouts ? Elle ne réalisait donc pas à quel point elle était… sotte voilà ! Evelynn eut l’envie de la gifler sur le champ, mais elle ne put faire un geste avant que la petite fille continue son monologue d’aventurière perdue :

. « Pourquoi je te dirais ce que je sais ? La police va faire quoi si y a des mutants là-dedans ? Personne ne sait pour les mutants et à la tête que semblent avoir la majorité des Morlocks il vaut mieux éviter qu’ils tombent sur eux. On ne peut pas impliquer la police. Je ne vois pas, de toute façon, ce que toi tu pourrais faire pour eux. Écoute bien, ce n’est pas la première fois que je fais ce genre de choses. Je sais ce que je fais, même si ça peut paraitre stupide et super dangereux. Ce l’est, je le sais déjà. »

Evelynn en avait assez. Elle préféra s’éloigner de quelques pas, refusant de se laisser entraîner encore plus longtemps dans une aventure pareille. Ils n’avaient qu’à risquer leur vie si c’est ce qu’ils désiraient, et voilà ! L’artiste au cœur doux et tendre devenait de plus en plus noir avec la proximité de son pouvoir, mais c’était surtout la colère face au manque flagrant de jugement de sa belle-sœur qui la mettait dans une colère noire.

-« T’es prêt à rentrer là-dedans ? Je vais pousser la caisse plus loin. Il y a une chance sur deux pour qu’elle soit portée dans le conteneur. Sinon, ils vont probablement t’amener dans le bâtiment, plus loin. Je n’ai pas envie de te laisser seul, Scum, mais je ne crois pas qu’on pourra leur faire croire qu’on travaille pour eux sans attirer les soupçons. Ça pourrait dégénérer rapidement. »


"Donc... Je vais là-dedans, on m'emmène à un endroit... Est-ce que je dois attendre que vous arriviez au même endroit que moi pour sortir ?"

-En même temps qu’elle du moins…

L’artiste regardait déjà la prochaine sortie. De là où ils venaient en fait. Elle n’avait qu’à retourner dans les égouts pour se cacher, et peut-être même appeler sa femme pour qu’elle ne s’en même, elle et le SHIELD. Non mais, à quoi servaient-ils si ce n’était justement qu’à ça, à garder un œil sur les laboratoires clandestins ou ce genre de choses. Peut-être même que Callisto allait envoyer quelqu’un donner une bonne claque à Scum pour qu’il apprenne à réfléchir et à voir le danger qui puait sous son nez.


"Et si on veut me faire sortir avant que vous soyez prêtes, je fais quoi ?"

-« On ne peut pas reculer. On doit savoir ce qui se trame ici. Si la situation nous dépasse, tu pourras demander du renfort, Evelynn. Je peux même tenter de m’infiltrer seule afin de ne pas vous mettre en danger. J’ai fait ça des centaines de fois, je sais que je peux le faire. Scum n’a qu’à foutre les mecs dans la caisse et ensuite on entre dans le bâtiment, juste là. On essaie d’en savoir plus sur ce qui se passe ici et si on en a l’occasion, j’irais jeter un œil dans ce conteneur. Il faut qu’on soit tous d’accord sinon ça va assurément foirer. »

-Ça sert à rien.

Evelynn revint de quelques pas, et s’installa devant Erika. Que Scum les regarde, ça ne l’importait pas le moins du monde.

-On ne peut pas être d’accord parce que la seule façon d’être d’accord avec toi, c’est de faire EXACTEMENT ce que tu veux. Alors je me casse. De toute façon, c’est une idée de génie ton plan non ? Avant que je m’en mêle hein ? Vous voulez risquer votre peau en fonçant dans un endroit inconnu ? Parfait. Très peu pour moi. Scum, fais c’que tu veux. Je trouverai bien une façon de retourner chez moi.

Après tout, si ce n’était pas de Scum, ouvrir les bouches d’égout était un tantinet ardu. La plupart du temps, elle faisait savoir son envie de descendre par un moyen quelconque, et on venait lui ouvrir la porte. La nourriture et les premiers soins qu’elle prodiguait aux Morlocks pouvaient bien lui permettre d’engager un portier de temps en temps non ?

Évidemment, sa colère et sa rage fut interrompues par l’incompréhension du bonhomme rouge et noir. Qu’est-ce qui venait de se passer exactement ? Aucune idée, Evelynn avait l’impression d’avoir des étincelles dans les yeux. Toujours est-il que le fou finit par disparaître. Non mais, un vrai fou ce mec ! Il racontait des histoires sans aucun sens, des histoires de Stephen King, de fiche de personnage… à croire qu’il croyait vraiment être dans un univers imaginé de toute pièces.


"Oh et dernier détail... Est-ce qu'on est d'accord pour dire qu'on a reçu un signe, ou bien ça n'est jamais arrivé ?"

-Non.

Evelynn tourna les talons, puis se mit à marcher vers les autres containers, ceux qui menaient sans doute à la sortie, ou du moins à une bouche d’égout défectueuse. Avec un peu de chance, ni Erika ni Scum ne la retiendraient, et aucun des deux ne verraient ses yeux s’emplir de larmes.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Dim 10 Aoû 2014 - 6:24

Lorsqu’Erïka décidait de se la jouer solo, elle ne s’encombrait pas de partenaires sur qui elle devait constamment veiller dans la crainte que quelque chose ne leur arrive. C’est pourquoi elle avait décidé de suivre sa piste seule et de voir ce qu’elle pouvait faire selon la situation qui se présentait à elle. Après tout, elle n’avait comme preuve que des histoires, des suppositions et des déductions. Elle ne pouvait rien faire de concret avec tout cela.
Le fait d’avoir croisé Evelynn et Scum sur son chemin avait changé la donne. Maintenant, elle devait travailler avec eux. Le problème était que le travail d’équipe n’était pas le fort d’Erïka. Puisqu’elle avait toutes les informations en sa possession, elle ne comptait révéler aucune d’entre elle à ses coéquipiers, surtout à Evelynn, en fait. Cette dernière voulait des renforts, des gens qui pourraient donner un coup de main dans la situation actuelle. L’adolescente ne voyait pas du tout les choses de cette façon, certaine que plus de gens ne feraient que créer une équipe encore plus désastreuse que celle qu’ils formaient.

Il était donc impossible pour Evelynn et Erïka de s’entendre puisque chacune d’elle refusait de céder à la demande de l’autre. C'en était trop pour la jeune femme qui décida de partir. Elle pouvait bien faire ce qu’elle voulait, ça allait faire quelqu’un de moins dans les pattes. De toute façon, si elles continuaient de s’engueuler, ça n’allait faire qu’alerter des gens peu fréquentables.


-« Vas-y, pars. C’est pas moi qui va t’en empêcher. Au fait, à trop trainer avec ma sœur, tu deviens aussi chiante qu’elle. Ça ne te va pas du tout. »

Evelynn tournait les talons et Erïka faisait de même, se dirigeant vers Scum. Au moins, lui, il n’était pas contrariant. Frustrée, l’adolescente fit un signe à son ami pour qu’il la suive sans rechigner. Elle allait revenir à son plan de départ, celui qu’elle avait décidé d’exécuter seule.

-« Tu voulais savoir comment on se connait ? C’est la fiancée de ma sœur. Veut mieux qu’elle retourne chez elle parce qu’en plus de ne pas savoir se battre, ce dont je suis certaine, elle va juste m’attirer des ennuis auprès de ma sœur si quelque chose lui arrive. »

Elle décida de passer derrière les conteneurs afin d’être davantage discrète. Pas question de se faire repérer, d’avoir des ennuis et de donner raison à Evelynn. Il n’y avait personne dans les environs, pour le moment. C’était parfait. Erïka souhaitait faire un tour discret du bâtiment, essayé de repérer des véhicules à proximité et tenter de déterminer combien de personnes armées il pouvait y avoir sur les docks. Longeant le bâtiment, elle regarda brièvement par une fenêtre sale dans l’espoir d’apercevoir quelque chose. Rien. Elle ne voyait rien à cause de la crasse. Elle se tourna vers Scum pour lui parler à voix basse.

-« Je ne vois rien, mais je n’entends rien non plus. On devrait faire un tour à l’intérieur afin de s’assurer qu’il n’y a personne. Peut-être que les mutants ne sont pas cachés dans des conteneurs. Si on réfléchit bien, il serait logique que pour arriver à les cacher en plein jour, lorsqu’il y a des travailleurs et des civils, il faut un endroit assez insonorisé et discret où personne ne peut y accéder. T’es prêt à prendre des risques ? La voie me semble libre. Tu n’as qu’à grimper au plafond, il est tellement haut que personne ne te remarquera. S’il se passe quelque chose, je vais te couvrir. D’accord ? »

Soudainement, Erïka fut prise d’un drôle de sentiment. Une vague d’inquiétude commença à l’envahir doucement. Et si Evelynn n’arrivait pas à rejoindre les égouts ? Non, elle allait y arriver, c’était juste à côté de l’endroit où ils étaient. Et puis, de toute façon, si elle s’était faite repérée, elle l’aurait entendue, non ? Erïka espérait sincèrement que ses craintes ne se réalisent pas.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Mar 9 Sep 2014 - 2:10

Après avoir évalué le volume de sa boîte, Scum était prêt à passer à l'action. Il faisait confiance au plan d'Erika, même si ce dernier comportait beaucoup d'incertitudes. De toute manière, ne se jetait-il pas lui-même un peu dans l'inconnu chaque fois qu'il quittait le refuge de l'Allée ? Peut-être un peu...

Malheureusement le lancement du plan ne semblait pas pour tout de suite car les deux jeunes femmes avaient encore des choses à se dire... Et pas des plus plaisantes.
Evelynn se sentait insultée, reprochant véhémentement à Erika de n'en faire qu'à sa tête et de rejeter ceux qui n'étaient pas d'accord avec elle. Excédée, elle déclara qu'elle préférait partir plutôt que de risquer sa vie sottement avec eux. La petite blonde de son côté arguait qu'elle se fichait pas mal qu'elle s'en aille et lui fit comprendre que sa présence la dérangeait plus qu'autre chose.

Le mutant reptilien tenta bien de s'extirper de sa cachette pour les rejoindre et les empêcher de se crêper le chignon, mais lorsqu'il y parvint, Evelynn était sur le départ et fit savoir à l'écailleux qu'elle se passerait d'escorte pour rentrer dans l'Allée.

Scum poussa un long soupir qui ressemblait à un sifflement. Malgré qu'Erika lui faisait signe de suivre, il préféra attendre que la vraie brune quitte son champ de vision avant d'emboiter le pas à la fausse. La dispute avait jeté un froid sur le mutant reptilien, il était triste de voir ses amis se chiffonner ainsi et un tantinet en colère que cela arrive alors qu'ils essayaient pour une fois d'accomplir quelque chose de bien.

Suivant la jeune fille à quatre pattes, il écouta cette dernière lui révéler qu'Evelynn et sa sœur étaient fiancées. L'écailleux prit alors note qu'il n'était pas la peine de souhaiter à son amie d'avoir de beaux enfants. Puis pour changer de registre, il choisit de prendre la défense de la Morlock, comme il l'avait fait auparavant.

"Evelynn ne sait pas se battre c'est certain, et je pense que je préfère la savoir en sécurité. Mais c'est pas pour autant qu'elle est inutile. Si tu veux devenir cheffe d'équipe tu devrais savoir ça. Et tu devrais aussi savoir considérer leurs avis. Le sien me paraissait du bon sens... Et je sais que j'en ai du bon sens. Il hocha la tête avant d'ajouter : Mais c'est pas à moi de te remettre en question, tu pourras le faire toi-même quand tout ça sera fini."

Du reste, il suivit Erika sans plus d'histoire, tâchant d'être aussi discret que possible malgré les chaines de ses nunchakus enroulés autour de sa queue de lézard. Une fois arrivé au bâtiment qui semblait vide d'après les premières estimations de la jeune fille, Scum resta attentif au raisonnement de cette dernière. A nouveau il hocha la tête.

"Est-ce que je dois te donner un nouveau code si je repère quelque chose ? Il en faut peut-être un deuxième au cas où je ne repère rien aussi. Que penses-tu de 'Le supplément anchois est offert' et 'Pas d'olive dans ma pizza' ? Oh si je me fais repérer il faut que je trouve quelque chose aussi... Hrmm... Oh je trouverais bien."

Et sur ce, le Morlock commença à crapahuter rapidement au mur jusqu'à atteindre le toit du bâtiment. Ce dernier était doté d'une conduite d'aération sans doute bien assez large pour Erika mais qui mettrait le grand lézard un peu à l'étroit. Et de toute manière, c'était un de ces hangars doté d'une entrée sur son toit, ce qui simplifiait grandement les choses.

Approchant la porte de métal, Scum constata que celle-ci était ouverte mais préféra s'engouffrer dans les conduits d'air. Rampant contre les parois qui l'encageaient, il parvint à une grille qui lui permettait de voir les individus en contrebas :

Plusieurs gardes étaient présents et le mutant reptilien pensa en dénombrer un peu moins d'une dizaine. Contrairement à ceux qu'ils avaient vu dehors, ces derniers portaient des gilets pare-balles et des armes à feu d'un plus gros calibre... Peut-être des mitraillettes, pour ce qu'il en savait.
Les quelques individus encore moins nombreux qui n'étaient pas armés avaient entre leurs mains des écriteaux et vadrouillaient d'une large capsule de verre à une autre dans tout le hangar.
Ces capsules, éparpillées ça et là entre les caisses vides qui les avaient transporté, les blocs de générateurs qui les alimentaient et les étagères de moniteurs qui les contrôlaient, étaient les prisons dans lesquelles reposaient les mutants capturés. En guenilles ou en chemise de laboratoire, ils étaient pour la plupart d'une pâleur inquiétante et semblaient profondément endormis, sans doute par les substances qu'injectaient les fins tuyaux reliés à leurs corps. Sur les moniteurs à côté de leurs cellule de verre s'affichaient les signes vitaux recueillis par les électrodes qui bardaient leur peau. Et ça ne bipait même pas, ce qui laissait une impression mitigée à Scum.

Après qu'il eut observé les environs tout son saoul, le grand lézard décida de rebrousser chemin. Mais après avoir tenté plusieurs fois sans succès de se retourner dans le conduit, il choisit de simplement repartir à reculons...

Lorsqu'il fut dehors, l'écailleux commença à parler à mi-voix, s'adressant à Erika :

"Le supplément anchois est offert. Je répète, le supplément anchois est offert. Y en a au moins huit en fait. Plus des types qui sont peut-être des scientifiques mais je ne peux pas l'affirmer parce qu'ils ne portent pas de blouses blanches. Mais c'est les seuls qui n'ont pas d'armes, alors... Oh d'ailleurs il n'y a pas de blaster, simplement des armes à feu, celles qui font 'Ra-ta-ta-ta-ta', tu vois ? Il y a sans doute une échelle de service si tu veux me rejoindre. En tout cas il y a une porte sur le toit pour entrer."

Cela paraissait bien étrange au mutant reptilien de parler ainsi dans le vide, d'autant que si Erika pouvait entendre bien mieux que l'humain moyen, lui n'en était pas capable. Aussi ne pouvait-il pas recevoir confirmation qu'elle avait bien entendu son message.

"Ce que je te propose, dit-il en levant un peu le ton. C'est que je continue dans le conduit d'aération pour observer pendant que toi tu te faufiles dans les hauteurs pour faire de même. Si ça se passe mal, je pourrais leur tomber dessus et toi rester à couvert pour les canarder... Même si j'aime pas trop ça. Je pense qu'on peut s'en sortir, si j'attire suffisamment leur attention et que toi tu t'occupes de ceux qui sont les plus éloignés de moi."

Lorsque Erika se présenta en haut de l'échelle, il entrouvrit la porte d'entrée pour s'assurer que personne ne se trouvait derrière et laissa la jeune femme disposer de la plateforme sans éclairage. De son côté, il s'engouffra à nouveau dans les conduits d'aération avec pour objectif cette fois de progresser plus avant encore.

Il venait d'arriver à un coude qui descendait vers le sol du hangar lorsque dans le silence du hangar retentit la musique qui servait de sonnerie de téléphone à l'écailleux.

Soudainement, tous les humains présents furent aux aguets, cherchant à identifier l'origine du son.

*Oh non, pas maintenant, misère de misère* pensa l'écailleux avant que les vibrations de l'appel ne le forcent à régurgiter le téléphone. Un 'Et zut' retentit et l'appareil vieillot et robuste dégringola dans la conduite. Rapidement les hommes de main firent feu, criblant de balles le passage sous Scum qui vit la lumière percer à plusieurs endroits de la galerie de métal qu'il avait envisagé d'emprunter.

Paniqué, l'écailleux recula précipitamment dans le conduit en faisant de grands bruits qui alertèrent les gardes de sa présence. Les balles fusèrent à nouveau, cette fois en hauteur et Scum écarquilla les yeux en voyant les raies de lumière qui témoignaient du passage des balles là où il se trouvait quelques pas plus tôt. La grêle de projectiles contre le métal de sa cachette donna un bon coup de fouet au lézard et lorsqu'il dépassa la grille au plafond, il l'enfonça d'un coup de poing avant de se jeter au dehors, levant ses deux bras bardés de protections devant lui pour se protéger.

Dégringolant, le grand lézard tomba sur une pile de caisses qui se renversa, jeta à bas les appareils électroniques à son pied et força les humains autour à s'écarter rapidement. Éparpillant le fatras qu'il avait provoqué pour s'en extirper, Scum fonça en hurlant sur le premier humain venu qu'il bouscula avant de se précipiter vers un nouveau couvert. De là, il cria à tout va :

"La pizza est grillée ! Je répète, la pizza est grillée !"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Mar 23 Sep 2014 - 22:50

Rentrer à l’Allée… c’était la seule idée qui importait à Evelynn pour le moment. Incapable de joindre sa compagne au milieu des égouts, son cellulaire ne captant pas les ondes, il fallait espérer que les Morlocks lui ouvrent la porte à bras ouvert (ce qui allait certainement arriver) et qu’elle les convainque de venir à la rescousse d’un collègue Morlock (ce qui allait certainement arriver) et donc qu’ils se montrent quelques peu à certains humains (…). La dernière étape n’était pas gagnée du tout selon elle, mais ils ne laisseraient certainement pas Scum à la merci de tous. Evelynn n’était pas une Morlock à part entière, elle servait plutôt d’intermédiaire entre les mutants des égouts et le monde de la surface, en plus de leur fournir vivre et médications. Elle espérait que Callisto ne penserait pas à ça lorsqu’elle lui demanderait un coup de main pour sortir le mutant lézard aux nunchakus de la pagaille dans laquelle il s’était engoué.

Elle n’eut finalement pas de mal à se rendre à l’Allée, cognant sur l’immense porte jusqu’à ce qu’un des Morlock vienne lui ouvrir. Rapidement, Evelynn entra, laissant le Morlock refermer derrière elle.

L’ambiance était toujours différente chez ces mutants condamnés par les humains. Par chance, leur existence cachée et les soins que leurs apportaient certaines âmes charitables rendaient ces moments moins ardus à vivre. Evelynn remarqua que présentement, l’ambiance semblait à l’ennui. Peu s’entraînaient, et les quelques bruits de poings contre les écailles ou tout autre protection naturelle portée par ces mutants étaient les seuls bruits présents. Tous ou presque tournèrent la tête vers Evelynn qui, sous la pression, baissa les yeux et se dirigea rapidement dans une seconde section de l’allée, désirant voir Callisto au plus vite. Elle n’eut pas à la chercher bien longtemps.


-Euh… Madame Callisto ? Euh… Scum et eum… comment dire Scum et une amie commune ont… euh… décidé d’attaquer un centre de… de recherche sur des mutants. Sans renforts et à deux… J’ai euh… j’ai l’impression qu’ils vont se faire arracher la tête si on ne fait rien, mais notre… « amie » a convaincue Scum de se joindre à l’aventure et… eh vous connaissez Scum. Je suis certain qu’ils vont se faire tuer… Est-ce que… est-ce que les Morlocks peuvent les aider ? C’est à la surface, mais c’est près des quais, et on est au milieu de la nuit, il n’y aura pas âme qui vive… S’il vous plaît ?

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callisto

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 17/09/2011

Fiche Tecnhique
Metier:
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Jeu 25 Sep 2014 - 23:16

"Il est parti faire quoi ?!"

La table à laquelle j'étais assise vola à travers la pièce et s'écrasa avec fracas contre le mur. Masque et ses sbires, venus m'assommer de leurs doléances et de leurs complots contre la surface s'écartèrent subitement. Sunder et Caliban qui étaient à mes côtés en firent de même.

S'attaquer seul à un laboratoire d'étude des mutants ? A quoi pensait-il ? Peut-être que toutes les cages sont déjà pleines alors je ne vais pas me faire capturer ?! Et qui est cette amie qui l'a mené directement sur une piste que moi-même je peine à remonter ?! Il croyait pouvoir s'en tirer sans me consulter ?! Depuis quand est-ce qu'il prend des initiatives de toute façon ?!

"Est-ce qu'il est complètement ?!... je laissais échapper une plainte rageuse. Oui, oui, évidemment qu'il l'est..."

Doucement, le calme me revint, les battements de cœur ralentirent, je poussai un long soupir.

Les paroles d'Evelynn, si discrète et si difficile à s'exprimer, avaient d'abord été une échappatoire à l'ennui de cette réunion. Mais très vite, elles étaient devenues un témoignage de toute la stupidité dont pouvaient faire preuve des mutants sans éducation.

"D'accord. Très bien. Au moins nous avons une piste pour retrouver nos disparus. Caliban, Sunder. Vous venez avec moi. Evelynn tu nous guideras jusqu'à ce centre de recherche. Masque, reste à disposition. Je tâcherais de te ramener un nouveau jouet à interroger. Nous allons nous rendre là-bas avant que cet imbécile se fasse capturer ou pire, qu'il fasse tout sauter."


Le manipulateur de chair, qui avait voulu s'offusquer de l'interruption, se contenta de s'incliner révérencieusement, un rictus malsain aux lèvres.

"Félicitations, Evelynn, dis-je à la jeune femme avec un sourire satsifait. Tu ne vis même pas ici et tu es la moins décevante des Morlocks aujourd'hui."

Poussant la troupe improvisée à la marche forcée, je la menais à l'extérieur des tunnels puis dans les égouts jusqu'aux docks.

"Sunder ne peut pas passer une bouche d'égout normal, dis-je en désignant le géant derrière moi. Donc nous allons devoir passer par les grands tunnels d'écoulement."

Ces grandes voies d'évacuation étaient le point de convergence d'une bonne partie du réseau d'égout et étaient voisines des grands quais. Une fois sortis de là, il ne restait plus qu'à trouver le lieu exact du centre de recherches.

"De quel bâtiment s'agit-il ?" demandai-je à Evelynn alors que nous nous dissimulions au mieux parmi les rangées de containers.

Jaugeant les alentours, je réfléchissais à un plan rapide qui permettrait d'user au mieux les capacités de chacun. Quel était le pouvoir d'Evelynn déjà ? Il ne sautait pas aux yeux et elle n'en usait clairement pas autant que les autres Morlocks. Il me semblait que cela avait un rapport avec la peur.

"Dis moi Evelynn, ton pouvoir est bien de susciter la peur n'est-ce pas ? Caliban s'en nourrit alors je veux que tu jettes une bonne frayeur à qui que ce soit que nous trouvions là-bas. Et tant pis si Scum se trouve dans le champ. Il sera d'accord que c'est mieux que mourir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Dim 28 Sep 2014 - 4:57

Erïka regrettait tellement de s’être mise dans cette situation. En fait, ce qu’elle regrettait le plus, était le fait qu’elle ait décidé d’y impliquer d’autres personnes. Elle aurait dû s’en tenir à son plan initial et se contenter de faire du repérage. Ensuite, si les choses auraient tournées à son avantage, elle aurait pu faire en sorte de saboter l’endroit. Eh non, elle avait décidé de s’entourer d’Evelynn et Scum. En plus, elle avait fait l’erreur de croire que sa belle-sœur était une nuisance. Elle avait décidément gardé le mauvais coéquipier…

Certes, Evelynn avait des défauts – qui n’en étaient pas forcément, tout dépend du point de vue – mais elle avait également des qualités. Scum voulait faire prendre conscience à la jeune femme qu’elle devait prendre cela en considération en tant que cheffe d’équipe. Elle ne pouvait pas se permettre de se débarrasser de n’importe qui en cours de route pour des raisons ridicules.


-« Tu l’as dit. Quand ce sera fini. Je n’ai pas le temps ni l’énergie à consacrer à une divergence d’opinion. Il y a une raison pour laquelle j’ai décidé de faire ça seule. Vous inclure dans le plan n’a fait que foutre le bordel. Je ne pouvais pas tout abandonner. Pas maintenant. Je sais que si je l’avais fait, j’aurais perdu la trace de ces mutants dès le lendemain. Je ne pouvais pas me le permettre. »

Arrivés au bâtiment, Erïka se plaqua contre le mur et se contenta d’écouter. Elle avait besoin de savoir ce qui se passait autour d’elle. Elle tentait d’ignorer au possible les bruits inutiles et se concentrait sur ce qui se passait dans le bâtiment. Elle devait être certaine que personne ne s’y trouvait avant de faire quoi que ce soit. Ce n’était pas le moment de se faire repérer. Elle expliqua à Scum la marche à suivre et ce dernier décréta qu’il fallait de nouveau nom de code en cas de problème. Exaspérée, Erïka poussa un long soupir. Evelynn n’était peut-être pas d’accord avec elle, mais elle au moins n’avait pas des idées complètement stupides derrière la tête.

Scum commença à escalader le mur pour attendre le toit du bâtiment. De là, il pouvait avoir une certaine vue de ce qui se passait à l’intérieur. Il devait faire attention à ne pas être repéré. Erïka, quant à elle, se contentait d’attendre le signal lui indiquant que la voie était libre. Elle regretta bien rapidement d’entendre de telles paroles. Sérieusement, un supplément anchois ? Il ne pouvait pas être plus clair ? Il y avait de nombreux hommes dans le bâtiment, ils semblaient lourdement armés et la situation était bien plus grave qu’elle n’aurait pu l’imaginer.

Elle ne pouvait pas faire ça toute seule. Il n’était pas possible d’intervenir, elle n’avait pas la force armée nécessaire pour pouvoir sauver les mutants sans les blesser. Par contre, elle pouvait toujours tenter quelque chose de risqué. Elle avait une idée derrière la tête, mais les paroles d’Evelynn s’immisçaient dans son esprit et la faisait douter. Elle avait fait du repérage, maintenant elle devait agir de façon indirecte pour permettre la libération des mutants. Que faire ? Elle n’en savait rien. Elle était perdue. Pourtant, elle était persuadée qu’elle n’aurait pas été dans cette situation si elle se serait retrouvée seule. Avec un lézard ninja qui reconnaissait les armes à feu par le bruit de leurs tirs qui ne connaissaient que trop mal le mot « subtilité », elle me pouvait pas mener à bien cette mission. C’était un dur coup à encaisser, surtout pour son orgueil.

Selon Scum, il y avait une échelle à proximité qu’elle pouvait utiliser pour le rejoindre. Devait-elle ? Hésitant, elle prit quelques secondes pour décider de monter sur le toit. Elle allait regarder qu’est-ce qu’il en était par elle-même avant de faire ce qu’elle avait à faire pour sauver ces mutants. Longeant lentement le mur contre lequel elle était adossée, elle prenait garde à ce que personne ne la voit ou ne l’entende.

Scum était trop loin pour qu’elle puisse parler dans un murmure avec l’espoir qu’il l’entende. Elle devait le rejoindre. Elle n’allait pas le laisser s’infiltrer dans les conduits d’aération si les hommes à l’intérieur étaient lourdement armés, comme elle le pensait. Elle pressa le pas, tourna un coin du bâtiment et repéra une échelle. Elle devait faire vite et rejoindre son ami avant qu’il ne fasse une connerie.

Une fois montée sur le toit, elle s’avança tout en restant accroupie. Elle ne voulait pas se faire remarquer par qui que ce soit pouvant se trouver autour du bâtiment. Elle s’approcha de la plateforme par laquelle elle pouvait entrer, tandis que Scum se préparait à faire un tour dans les conduits de ventilation.


-« Attend. » Lui souffla-t-elle. « On ne fait qu’observer. On analyse la situation, on note le moindre détail pouvant nous être utile et ont se barre. À deux, on ne pourra rien faire s’ils ouvrent le tir et nous risquons de blesser les mutants kidnappés dans la manœuvre. Reste discret. »

Silencieusement, elle s’avança à l’intérieur du bâtiment. Elle ne voyait quasiment rien, elle avait du mal à avancer et se contenta de se plaquer contre un mur. En jetant un coup d’œil de l’autre côté, elle pouvait voir la plateforme grillagée, légèrement éclairée par les néons du plafond. Si elle s’avançait là-dessus, n’importe qui dans la salle allait pouvoir la repérer. Elle ne pouvait pas s’avancer.

Réfléchissant à une meilleure façon de voir ce qui se passait à l’intérieur, il lui fallut un moment pour identifier l’étrange son parvenant à ses oreilles. Au bout de quelques secondes, elle se concentra sur ce qui était une sonnerie de téléphone cellulaire. Quelqu’un était visiblement fan du générique des Ninjas Turtles. Cette personne ne pouvait être nulle autre que…


-« Scum, putain d’imbécile ! » Grogna-t-elle entre ses dents.

Maintenant, il avait attiré l’attention de l’ennemi. Des coups de feux fusèrent et Erïka savait que trop bien qui était la cible. Elle sortit de sa cachette, longeant autant que possible la paroi de métal avant d’arriver à la rambarde qui longeait la passerelle. Elle sortit la tête pour regarder ce qui se passait plus bas. Personne ne faisait attention à elle. Elle en profita pour attraper son arme, viser et faire feu. Deux coups de feu au niveau de l’épaule firent lâcher l’arme de l’un des hommes. Ce dernier tomba à genou, se tordant de douleur. Le temps que ses comparses réalisent ce qui se passait, elle eut le temps de tirer sur deux autres d’entre eux, mais rata l’une de ses cibles à deux reprises. Elle se dissimula aussitôt derrière le mur qui pouvait la protéger. Entendant des balles fuser en sa direction, elle recula davantage et se camoufla dans l’ombre. Elle ne pouvait aller chercher Scum, qui n’avait pas besoin de code spécial pour lui dire qu’il était dans la merde.

Erïka respira un grand coup. Elle devait récupérer une arme, les balles de la sienne s’épuisaient trop rapidement. Elle rangea son arme à sa ceinture. Elle devait trouver une solution pour rattraper Scum avant qu’il ne se fasse fusiller sur place. Des bruits de pas parvinrent à ses oreilles. Quelqu’un venait la chercher. Restant tapie dans les ténèbres, Erïka attendit que l’homme soit à proximité d’elle pour lui asséner un coup de poing au visage. Elle attrapa l’un de ses poignets et le força à garder son arme pointée vers le sol avant de lui donner un coup de genou dans le ventre et de l’achever avec un second crochet. Lorsqu’il tomba au sol, elle ramassa son arme. Avec un gros calibre comme celui-là, elle allait pouvoir faire quelque chose d’utile. Avant tout, elle asséna un coup de pied dans les côtés à l’homme, qui remua à peine. Le voilà K.O. pour un moment.

Courant sur la passerelle, laissant tomber la subtilité, Erïka se rendit à l’autre bout et se dissimula derrière des caisses de bois. Elle s’adossa à l’une d’elle, qui la cachait entièrement à quiconque regardait dans sa direction, puis s’assura que l’arme était en état de tirer. Son père lui avait appris beaucoup sur les armes à feu et en tant que bonne élève, elle avait bien appris ses leçons. Elle était prête pour l’affrontement.

Essayant de couvrir Scum, elle sortit partiellement de sa cachette et fit feu sur tout ce qui lui semblait être un ennemi, c’est-à-dire, tout homme avec une arme en main. Si son ami n’était pas trop con, il allait soit tenter de libérer les mutants prisonniers, soit fuir et se mettre à l’abri. S’il était totalement débile, il allait se jeter dans la mêlée. Elle espérait qu’il fasse le bon choix, car elle n’allait pas tenir très longtemps. Les caisses étaient une pitoyable cachette et elle dut se plaquer contre le sol pour éviter les balles tirées en sa direction. Maintenant, elle était sérieusement dans la merde.


Dernière édition par Erïka M. Davidoff le Mer 1 Oct 2014 - 4:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   Lun 29 Sep 2014 - 15:07

"Il est parti faire quoi ?!"

Question rhétorique… La table qui s’écrasa contre le mur fut suffisante pour faire comprendre à Evelynn que Callisto ne cherchait pas de réponse. Elle se tut, restant dans son coin, ayant du mal à croiser le regard de Callisto ou de quiconque autour de la table, surtout qu’elle était toujours un peu retournée de sa confrontation avec Erika.

"Est-ce qu'il est complètement ?!... Oui, oui, évidemment qu'il l'est..."

-Mais… mais on va y aller pas vrai ?

"D'accord. Très bien. Au moins nous avons une piste pour retrouver nos disparus. Caliban, Sunder. Vous venez avec moi. Evelynn tu nous guideras jusqu'à ce centre de recherche. Masque, reste à disposition. Je tâcherais de te ramener un nouveau jouet à interroger. Nous allons nous rendre là-bas avant que cet imbécile se fasse capturer ou pire, qu'il fasse tout sauter."

-Oui… oui madame…

Evelynn n’allait certainement pas argumenter avec cette femme au caractère fort changeant et, présentement, en colère. Tout ce qu’elle souhaitait après tout était d’aider Erika et Scum au mieux. Si n’importe quoi leur arrivait, elle ne pourrait pas se le pardonner, et aller chercher du renfort lui avait semblé la meilleure option. Suivant donc le mouvement aussi rapidement que ses damnés talons le lui permettait, elle fit de grands efforts pour ne pas se faire distancer. Au moins, comme ils étaient plus nombreux, les chances qu’elle soit la plus bruyante étaient faibles.

"Félicitations, Evelynn. Tu ne vis même pas ici et tu es la moins décevante des Morlocks aujourd'hui."

-Euh… euh et bien ça euh… me semblait être une bonne idée madame… et euh… à trois on… on avait pas beaucoup de chance de… de tout faire sauter ou peu importe…

Gêné du compliment, Evelynn tenta de dissimuler le rouge qui apparaissait sur ses joues. Elle réussit… jusqu’à ce qu’elle ne glisse avec ses talons sur le sol humide. Elle se rattrapa plus ou moins, ses paumes l’empêchant de tomber à plat ventre, et se releva aussitôt, prête à courir, tentant de faire disparaître le rouge bien plus évident de ses joues. Elle n’avait clairement pas le profil d’une Morlock entraînée à la bataille, elle passait plutôt son temps à apporter des soins, discuter avec eux, leur amener des livres pour ceux qui savaient les lire… pas faire office de force de frappe.

"Sunder ne peut pas passer une bouche d'égout normal. Donc nous allons devoir passer par les grands tunnels d'écoulement."

Bien sûr… tant que quelqu’un ouvrait la "porte" pour Evelynn, elle n’avait aucun problème avec ce passage. Déjà que les bouches d’égouts lui causaient beaucoup de soucis en temps normal… Suivant le flot de Morlock, elle sortit aussi de la même sortie que le lot, répondant rapidement à la question de Callisto.

-C’est le troisième sur la droite, juste là… mais il doit y avoir beaucoup de garde on est mieux d’être… d’être très subtils…

"Dis moi Evelynn, ton pouvoir est bien de susciter la peur n'est-ce pas ? Caliban s'en nourrit alors je veux que tu jettes une bonne frayeur à qui que ce soit que nous trouvions là-bas. Et tant pis si Scum se trouve dans le champ. Il sera d'accord que c'est mieux que mourir."

-Euh… Madame Callisto je euh… je ne peux pas vraiment faire… faire ça sur une zone… je euh… je vais… euh… faire ce que je peux.

Laisser Callisto croire qu’elle était bien plus puissante n’était pas une bonne idée. La chef des Morlock avait un bon instinct dans les batailles, ça même l’artiste le savait, alors elle n’allait pas la laisser foncer en se fiant sur un élément faux. La mutante elle-même avait peur présentement… ce qui alimentait son don. Peut-être qu’ainsi, elle pourrait toucher deux cibles au lieu d’une seule ?

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Agents Triple Zéro [Scum & Evelynn Jones]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Evelynn Jones
» Les belles-soeurs [PV Evelynn Jones]
» Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)
» Triple H
» Effet d'Obama; la chute de l'indice Dow Jones

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York-